RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

RETOUR SUR L’ÉDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

url

En attendant l’intégrale Visconti, les rétrospectives Louis Feuillade et Musidora, les hommages à Olivier Assayas, Marco Bellochio, Hou Hsiao-Hsen et à la famille Makhmalbaf à compter du 26 juin 2015, un dernier regard à l’édition 2014. Ou le travail du film au carrefour de la peinture et du cinéma par l’entremise de National Gallery de Frederick Wiseman (France, doc, 2014, 2h54).

Ce que nous révèle le célèbre documentariste des institutions, c’est le travail du musée. Loin d’être un simple réceptacle d’œuvres à admirer, malgré les images magnifiques, les détails expressifs de chaque tableau mis en exergue, la National Gallery de Londres est une fourmilière dans laquelle travaillent sans relâche les mille et une personnes chargées de la vie d’un musée.

C’est le travail des agents d’entretien au petit matin lustrant les sols jusqu’à ce que les tableaux s’y reflètent, tout comme le travail des conservateurs qui prélèvent un extrait des vernis et pigments pour les faire analyser avant restauration du tableau, abîmé par le poids des ans.

Photogrammes du film

C’est le travail des agents chargés de l’accueil, tout comme le travail du commissaire de commenter les œuvres par vidéo en explicitant les tableaux et la cohérence de l’exposition.

C’est le travail d’attente des visiteurs des heures durant dans le froid, la pluie ou sous la chaleur que les portes du temple pictural s’ouvrent, afin d’observer les toiles, d’en scruter le moindre détail, leurs visages sculptés par la lumière ou de se perdre dans les labyrinthes du site du musée en sirotant des cafés.

C’est le travail d’un copiste des tableaux de Turner, tout comme le travail de l’équipe de direction discutant d’une éventuelle association avec des sportifs en vue d’assurer des revenus au musée.

C’est le travail des guides et conférenciers tentant de rendre intelligible les peintures exposées, l’analyse d’un tableau de Rembrandt et de ses autoportraits, tout comme le travail de l’ébéniste chargé de l’encadrement, ses ciseaux, biseaux, outils bien rangés, en quelque sorte exposés eux aussi. Il frappe trois coups comme au théâtre avec ses maillets, nous invitant à pénétrer dans l’antichambre des peintres.

C’est le travail des danseurs dans une salle d’exposition, instaurant un dialogue entre les œuvres et les arts, tout comme le travail des apprentis dessinateurs face à un modèle dont ils doivent saisir contours et rondeurs.

C’est le travail du doreur qui pose des feuilles dorées sur le cadre en bois, comme s’il recouvrait des tablettes de chocolat avec de la feuille d’or, tout comme le travail d’installation et de désinstallation des toiles dans les salles du musée, mises en dialogue sous un ballet de lumières réglées.

C’est le travail des tableaux posés dans des écrins par la magie de la caméra de Frederick Wiseman, sans effet, sans zoom, mais en détachant des fragments, en jouant sur les reflets, en nous donnant l’illusion de traverser la toile, de devenir l’œuvre…

Magalie Flores-Lonjou


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *