Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Saigneurs, 2015, 97’

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Un film de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot ; image Raphaël Girardot ; son Vincent Gaullier ; montage Charlotte Tourres. Une coproduction Iskra et Mille et Une Films.

Découpeur, dépouilleur, tueur, désosseur, pareur, estampilleur, saigneur…Autant de métiers, de travaux pénibles, dangereux, répétitifs, déconsidérés, mal payés, souvent précaires et rendus quasi invisibles non seulement par les directions des abattoirs qui ne souhaitent pas communiquer sur leurs activités et leur organisation mais aussi parce qu’un fort tabou social persiste autour de ces groupes professionnels participant à la mise à mort industrielle des animaux. Par un paradoxe, au moins apparent, de nombreux cinéastes s’intéressent à ces activités. Depuis une décennie une bonne dizaine de documentaires ont été réalisés sur ce thème… Et parmi eux des films de grande qualité et innovant sur la forme… Sans doute parce qu’aborder ce sujet implique une réflexion approfondie sur la manière de montrer ce travail caché, en échappant aux grands débats idéologiques qui dominent le champs : violence faite aux animaux, mise à mort industrielle, végétalisme…

Saigneurs s’inscrit bien dans cette tradition de films exigeants tant sur le fonds que sur la forme, comme avant lui Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59’). Le film fait explicitement référence au grand classique sur ce thème (« Le sang des bêtes » de Georges Franju, 1949, 21’), la version courte de ce documentaire ayant comme titre « Avec le sang des hommes »(52’). Les deux réalisateurs, Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, ont une déjà longue expérience de cinéma documentaire sur le travail ouvrier ou le monde paysan. Ils ont pu négocier une entrée dans une des grandes entreprises du secteur (1000 salariés) et, fait rare, ils ont obtenu du temps pour observer dans la durée le travail sur les trente postes de la chaîne et pour interviewer les salariés sur leur poste de travail.

3

Ils nous proposent un voyage au long cours dans un abattoir moderne. Le synopsis précise : « Ce lieu est chargé de fantasmes, métaphore de cette société qui broie, formate,… symbole de ce monde du travail qui cache ses prolétaires et le “sale boulot”. »
Au delà de cet imaginaire, les réalisateurs ont cherché à montrer une certaine réalité mêlant différentes « vérités ». Celle d’une grande entreprise affichant sa volonté de lutter contre les accidents du travail et les maladies professionnelles tout en augmentant les cadences qui impriment leur violence sur les corps. Comme le dit cet interviewé : « J’ai les épaules qui craquent… C’est peut-être ça, le travail, allez savoir. Je suis pas cassé, alors je reste… ». Celles des salariés qui oscillent entre fierté du travail bien fait et dureté physique comme psychologique de ce métier dévalorisé.

1

© Iskra / .Mille et Une. Films

Bande annonce

Dans la tradition du cinéma direct, ce documentaire est le fruit d’une longue observation, d’une écoute attentive, d’une capacité à se faire oublier, à se fondre dans ce lieu. Dès le début du film, on est plongé dans un quotidien tout aussi banal qu’étrange : une longue séquence présentant en temps réel la séance de gymnastique et d’échauffement des muscles, obligatoire avant la prise de poste. Puis le documentaire prend le temps de filmer presque toujours en plans serrés chacun des postes de travail, de montrer les gestes, leur technicité, leur dureté, leur répétitivité…

2

Ce regard quasi chirurgical est humanisé par les interviews en situation, qui font que la parole des ouvriers, (souvent simple, juste, personnelle voire intime) est au cœur du documentaire. S’exprime ainsi le quotidien qui se banalise progressivement ; se dessinent des carrières d’abord marquées par l’intérim considéré comme un petit boulot d’attente (« comme je trouvais rien, ils m’ont proposé un CDI ») ; se disent la difficulté de suivre les cadences, la répétitivité des gestes, la peur des blessures, le bruit envahissant, la souffrance des corps et surtout la fatigue omniprésente… Fatigue, qui envahit l’écran, notamment au moment des pauses mais aussi lors des réunions d’équipe, des débriefings ou des entretiens annuels d’évaluation.

Les réalisateurs refusent le sensationnalisme, en évitant les scènes de violence physique comme symbolique, en ne montrant pas notamment les postes d’abattage et de mise à mort. Il est vrai que cela constituait la principale condition pour accéder au terrain, comme ils le déclarent à Télérama : « La convention que nous avons signée avec la direction spécifiait que nous devions lui montrer le film une fois celui-ci terminé. Et qu’il nous était interdit de donner à voir la mise à mort des bêtes – ce que nous avons accepté parce que notre sujet, c’était les ouvriers ». Cette euphémisation permet aux spectateurs de s’intéresser au travail ordinaire, d’en saisir toute la dureté mais aussi de mesurer la fierté que les salariés tirent d’un travail bien fait. On sort de Saigneurs en ayant un peu mieux compris ce que ce type de travail pouvait faire au corps mais aussi la nécessité vitale pour les salariés de donner du sens à leur travail, même si celui ci est pénible et dévalorisé.

Jean-Paul Géhin, Avril 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *