Croquis de chantier

Croquis de chantier

Gérard Boivin, édité par l’auteur, 2013, 125p.

Il est devenu courant de conserver la mémoire des grands chantiers, généralement dans une logique urbanistique visant à mesurer les effets du chantier sur son environnement ou encore dans l’objectif d’informer les habitants ou les usagers sur son état d’avancement et ses conséquences ; plus rarement, pour mettre en valeur le travail et les savoir-faire des équipes de professionnels intervenant sur le site. Ce travail de conservation de la mémoire des chantiers prend la forme de documentaires, d’expositions de photographies, de publication de cahiers ou d’ouvrages…

Boivin 1

Gérard Boivin, ancien instituteur, a souhaité à sa retraite consacrer son temps à sa passion de toujours, le dessin, le croquis, la peinture. A côté de croquis de voyage, il décide en 2011 de suivre et de documenter un grand chantier sur l’agglomération de Tours, la construction de la première ligne de tramway. C’est pour lui deux ans de travail très prenant, « Une aventure de plus de 140 sorties sur le terrain, autant de dossiers photo, plus de 250 croquis ». Une activité reposant totalement sur le bénévolat qui est, comme il le dit lui même, « un vrai travail de forçat ».

Il doit d’abord trouvé et négocié sa place dans cet énorme chantier et la lourde organisation aux multiples acteurs mise en place dans ce cadre : « Ouvriers, conducteurs d’engin, chefs de chantier, chefs d’entreprise, techniciens, ingénieurs, urbanistes, architectes, élus, hôtesses d’accueil de la maison du tram, chargé(e)s du plan de circulation, employés communaux, chargées de com, photographes officiel(le)s, passionnés du tram comme moi, badauds ». Il réussira parfaitement son intégration à tel point qu’il deviendra une figure du chantier, relayée par les médias et qu’il fera financer l’ouvrage présentant ses croquis et sa démarche par les entreprises de travaux publics qui ont participé au chantier.

Boivin 2

Il dit avoir trouvé sa place le jour où il a négocié un casque de chantier contre un dessin. Il peut alors passer de l’autre côté des barrières avec ses propres outils (carnets de croquis, crayons, feutres, gilet jaune, siège pliant et appareil photo) et devient un travailleur parmi les autres comme il se représente dans le dessin de la quatrième de couverture. Ce croquis illustre bien la démarche de Gérard Boivin qui présente deux dimensions saillantes.

Il accorde une place importante au travail humain sur le chantier même si on le sent d’abord fasciné par les tramways et les énormes et multiples engins de chantier, qu’il dessine avec soin et précision. Les différents corps de métier, du plus humble au plus prestigieux, sont saisis dans leur activité quotidienne en accordant une place centrale aux gestes professionnels et aux outils qu’ils manipulent… Mais ce sont des travailleurs sans visages et quasiment sans parole.

Boivin 3

Tout au long de son ouvrage, il n’hésite pas à décrire sa démarche avec ses succès et ses erreurs. Il met côte à côte les photographies et les dessins qu’il en a tirés. Il émaille son ouvrage de nombreux commentaires à la première personne du singulier, qui précisent le contexte du chantier mais aussi de son reportage. Il a le souci de montrer la place qu’il occupe dans le chantier qu’il dessine. Il adopte une approche réflexive qui fournit au lecteur une précieuse grille de lecture et lui permet, par petites touches, de mieux comprendre la vie d’un grand chantier de cette taille au quotidien.

Boivin 4

C’est un des points forts de cet ouvrage au même titre que le dessin précis et documenté, et les grilles orange et blanc qui serpentent d’une page à l’autre comme elle le faisait dans les rues de Tours. On peut en revanche regretter que la lecture ne nous apprenne pas grand chose sur les travailleurs du chantier, leur âge, leur origine, leur qualification et surtout leurs conditions de travail et d’emploi.

Jean-Paul Géhin

Pour contacter l’auteur de l’ouvrage : www.gerard-boivin.odexpo.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *