Rencontre avec Françoise Davisse, à l’occasion de la présentation de son film COMME DES LIONS, au cinéma Jean Vigo, Gennevilliers, juin 2016. Interview réalisée par Ginette Francequin.

Françoise Davisse (FD) : Ce qui m’intéresse, c’est l’intelligence des gens face aux institutions rigides, et comprendre comment on étouffe la créativité ! J’aime représenter les gens tels qu’ils sont, tels qu’ils se voient et tels qu’on les voit, juste en posant les questions. Il y a du commentaire éducatif quand la personne livre son image au public. C’est différent de ce qu’elle livrerait à un psychologue dans son bureau. La personne sait que ce qu’on montre de soi aux autres est une sorte d’attention pour les autres, si bien que tous les gens que je rencontre assurent lors des entretiens! C’est plus vrai comme parole, avec leur émotion. Ils sont ravis de parler car ils savent qu’on n’arrête pas de dire des conneries sur eux, donc s’exprimer eux-mêmes sur leur vie et leur ressenti est important, car c’est plus vrai ! 

interview-f-davisse

Deuxième d’une fratrie dont la mère est professeure de sport, française mais d’origine originale puisque issue d’immigrés anglais, avec une grand mère ouvrière chez BP dans le Nord, à Dunkerque. Quant au père de Françoise, cet instituteur fut aussi maire communiste de la ville Choisy-le-Roi. Françoise rêve de devenir journaliste, elle fait ses études à l’Ecole de la Rue de Louvre et ajoute l’option « reporter d’images » dans le but de filmer les gens. Son désir est « que ce soit un vrai métier » et ce désir ne la quittera plus à partir de 1986, date où elle réalise son premier film auprès d’enfants trisomiques à Roubaix où elle découvre la grande pauvreté. Elle pense à tout ce que ces gens créent en milieu populaire, au respect qu’ils ont pour elle. Françoise apprécie leur intelligence, leur générosité et sait qu’elle va filmer les personnes devenues invisibles. Elle part avec sa Betacam, écrit un truc, « genre projet » qu’elle présente à la télé, France 2, France 3, Arte. Marcel Trillat soutient son idée, et elle réalisera une douzaine de films : Sans travail fixe, Maman Docteur Ecoute moi, La colo, Paysans d’Ardèche… un film sur les athlètes, un sur les violences policières, un autre sur les grèves.

Ginette Francequin (GF) : Tu les choisis comment « tes sujets » à interviewer ? 

Françoise Davisse : Si la télévision filme des déprimés, quant à moi je préfère choisir des gens qui vont normalement bien pour que leur image ne soit pas dégradée par la déprime. Je sais que le fait de voir son image laisse une forte impression. Pour moi, c’est une question éthique que de respecter les gens.

GF : Pourquoi filmer la lutte dans une usine qui ferme ?

FD : Découragés et incrédules suite à la lecture de la lettre anonyme qui annonce la fin programmée de l’usine d’Aulnay, des salariés disaient « La lutte ça sert à rien ! » Alors, j’ai eu envie de voir sur le terrain, dans l’action et avec le suivi, – si et comment – cette assertion avait du sens et de la réalité. Pendant deux ans, à l’intérieur de l’usine d’Aulnay, j’ai filmé, filmé ! Quelle que soit la forme de la bagarre. J’ai vu les mecs de la CGT avec une culture sur la bagarre et avec du courage. J’ai senti le respect des militants comme Philippe Julien entre 2005 et 2007, ou comme Jean-Pierre Mercier, qui d’ailleurs sera là pour le débat. Jean Pierre est membre de Lutte ouvrière, mais surtout il vit son engagement syndicaliste CGT puis c’est comme militant ouvrier qu’il pense l’action politique.

Et moi, en les filmant, j’ai fait l’écriture théâtrale d’une lutte. C’est la vie ou plutôt c’est « une lutte comme dans la vie », où chacun doit se battre individuellement. Mais là, dans l’usine, c’est collectivement que les salariés se battent. Puis j’ai eu la chance que l’Union Locale soutienne mon travail. Les réponses importantes sont bien en écho aux questions que je me pose : « Qu’est ce qu’on peut faire face aux décisions prises de manière unilatérale? Comment on fait une lutte ?  »

GF : Comment tu finalises ton film en termes métiers du cinéma ?

FD : Je suis allée en Belgique pour le montage : aux ateliers de créations GRSARA avec Geoffroy Cerneix de Toulouse, et ce durant 20 semaines à Bruxelles pour 300 heures de tournage : j’ai voulu faire un vrai film de cinéma, avec de l’émotion, de la musique faite avec Mouss et Hakim.

GF : « Comme des lions », c’est un film sur la longue lutte en 2007 des syndicats de PSA Aulnay. 

FD : La question est celle de la sous-traitance en confiant l’emboutissage en Italie à Magnetto qui a installé ses presses au cœur de l’usine d’Aulnay, groupe qui cède aux grévistes de février sur une augmentation de 10 %, soit 130 euros, l’embauche de 5 intérimaires, et l’accord de 5 jours de congés supplémentaires. Des salariés de PSA se sentent floués car eux n’ont obtenu que 1, 75 % de hausse moyenne de salaire.

Le mois de mars a été chaud car, dès le 12 mars, les grévistes sont acclamés par des syndicalistes car la lutte est crédible et doit durer contre le fait, comme le dit Jean Pierre Mercier, que la direction fasse entrer une vingtaine d’intérimaires pour remplacer les grévistes.

Le 16 mars, des grévistes sont postés devant le Palais de justice de Bobigny et le 17 mars, 500 grévistes empêchent la sortie de 7000 voitures Citroën C2 et C3 appelant les 3000 ouvriers du site à débrayer. C’est un bras de fer contre la direction qui refuse de discuter des revendications qui parlent positivement à tous les salariés : augmentation de salaire de 300 euros, (contre 26 euros proposés par la direction), pré retraite à 55 ans, embauche des intérimaires, (un ouvrier à la chaîne depuis onze ans gagne 1300 euros) et arrêt des manœuvres d’intimidation par de la délation contre les grévistes.

GF : La solidarité est- elle alors au rendez vous ?

FD : Oui, les grévistes ont reçu un chèque de 20 000 euros du Président du conseil général venu grossir les belles collectes de soutien. Et lorsqu’ils ont repris le travail, c’était la tête haute. Il faut savoir aussi que PSA Mulhouse est aussi confronté à une restructuration qui ne dit pas son nom : aides à la mobilité, aides au temps partiel. 

GF : Il y a déjà eu pas mal de films et d’ouvrages sur l’automobile, les comités d’entreprise, les ouvriers. Celui-ci est un film de luttes.

FD : Oui, Citroën est une usine qui nait en 1919 après avoir fabriqué des obus avec une main d’œuvre féminine, c’est la production de 20 000 véhicules par an en 1920. A Levallois, Citroën fabrique la B2 et la Torpédo ; inspiré par Ford, c’est le travail à la chaine pour les boîtes de vitesse à Paris 15° puis à Saint Ouen et à Clichy en 1930. Dès le début les ouvriers s’opposent à la rationalisation. Les cinéastes ont voulu exposer le travail et les luttes sociales ; des films ont été réalisés aussi contre les discriminations. Des livres ont été écrits, je pense à celui sorti en 2013 : « Citroën par ceux qui l’ont fait ».

Quant au film que j’ai voulu faire, c’est le réaliser de l’intérieur, avec les salariés. Citroën c’est Sochaux, Mulhouse, Poissy, Rennes et Aulnay. Moi, j’étais à Aulnay avec eux dans l’usine, jour et nuit. Cette grève a duré quatre mois, de février à mai avec proposition par la CGT d’un plan B en riposte au plan Varin. Le polytechnicien Philippe Varin veut mener une politique d’implantation au Brésil, en Russie, en Inde, en Chine, au détriment du travail en France pour des raisons sous le prétexte du « coût du travail trop élevé en France».

Critique lors de la sortie en salle de « Comme des lions », le 23/03/2016

Par Mathilde Blottière, Télérama

« Il faut savoir terminer une grève », disait Maurice Thorez. Mais comment la prolonger ? Véritable précis de lutte sociale, ce documentaire nous fait partager la longue bataille des ouvriers de PSA (Peugeot-Citroën) contre la fermeture de leur usine d’Aulnay-sous-bois, dès 2012. Dix-huit mois de conflit, dont quatre de grève dure. Pendant deux ans, la réalisatrice a tout filmé : les AG fraternelles ou bien houleuses, le charisme des leaders syndicaux mais aussi l’investis­sement surprise d’ouvriers lambdas révélés par l’adversité, et l’heure amère des choix… En marge de la chronique d’un mouvement collectif, le film est aussi le portrait d’une France en voie de disparition, d’avant la désindustrialisation, quand l’usine était encore ce creuset entre immigrés et gars du coin.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *