Tous les articles par itti - rédaction

Conférence de Xavier Nerrière : Le monde rural et la photographie

Conférence de Xavier Nerrière

Le monde rural et la photographie
organisée par la Société académique de Nantes et de Loire-Atlantique

Château des Duc de Bretagne
Tour du fer à cheval
Mardi 14 mars, à 18 h 30

 

Continuer la lecture de Conférence de Xavier Nerrière : Le monde rural et la photographie

Transbordeur, une nouvelle revue annuelle proposant une approche historique et sociologique de la photographie

Transbordeur – photographie histoire société

Numéro 1 – Dossier « Musées de photographies documentaires », dirigé par Estelle Sohier, Olivier Lugon et Anne Lacoste
 

Continuer la lecture de Transbordeur, une nouvelle revue annuelle proposant une approche historique et sociologique de la photographie

Invitation – le 01/02/2017 à POITIERS : vernissage de l’exposition de photographies « les vies brisées du Rana Plaza » de Jean-François Fort

Alain Claeys, Député-Maire de la Ville de Poitiers et Hélène Stevens, Présidente de l’association Filmer le travail ont le plaisir de vous convier au vernissage de l’exposition de photographies « Les vies brisées du Rana Plaza » de Jean-François Fort dans le cadre du 8ème festival international Filmer le Travail.

jf-fort_photo

Mercredi 1er février 2017, à 17h – Place du Maréchal Leclerc – Poitiers 17h00 : Vernissage de l’exposition de photographies « Les vies brisées du Rana Plaza » de Jean-François Fort.

Continuer la lecture de Invitation – le 01/02/2017 à POITIERS : vernissage de l’exposition de photographies « les vies brisées du Rana Plaza » de Jean-François Fort

CfP: Pictures of labor and the labor movement. Labor history conference

Ci-dessous, un appel à communication très intéressant sur l’histoire des images du travail.

Les propositions sont à envoyer au plus tard le 15 février.

Le colloque se tiendra les 15 et 16 juin 2017 à Landskrona, en Suède.

banner_tekst_130

Continuer la lecture de CfP: Pictures of labor and the labor movement. Labor history conference

Rencontre avec Françoise Davisse, à l’occasion de la présentation de son film COMME DES LIONS, au cinéma Jean Vigo, Gennevilliers, juin 2016. Interview réalisée par Ginette Francequin.

Françoise Davisse (FD) : Ce qui m’intéresse, c’est l’intelligence des gens face aux institutions rigides, et comprendre comment on étouffe la créativité ! J’aime représenter les gens tels qu’ils sont, tels qu’ils se voient et tels qu’on les voit, juste en posant les questions. Il y a du commentaire éducatif quand la personne livre son image au public. C’est différent de ce qu’elle livrerait à un psychologue dans son bureau. La personne sait que ce qu’on montre de soi aux autres est une sorte d’attention pour les autres, si bien que tous les gens que je rencontre assurent lors des entretiens! C’est plus vrai comme parole, avec leur émotion. Ils sont ravis de parler car ils savent qu’on n’arrête pas de dire des conneries sur eux, donc s’exprimer eux-mêmes sur leur vie et leur ressenti est important, car c’est plus vrai ! 

interview-f-davisse

Continuer la lecture de Rencontre avec Françoise Davisse, à l’occasion de la présentation de son film COMME DES LIONS, au cinéma Jean Vigo, Gennevilliers, juin 2016. Interview réalisée par Ginette Francequin.

Croquis de chantier

Croquis de chantier

Gérard Boivin, édité par l’auteur, 2013, 125p.

Il est devenu courant de conserver la mémoire des grands chantiers, généralement dans une logique urbanistique visant à mesurer les effets du chantier sur son environnement ou encore dans l’objectif d’informer les habitants ou les usagers sur son état d’avancement et ses conséquences ; plus rarement, pour mettre en valeur le travail et les savoir-faire des équipes de professionnels intervenant sur le site. Ce travail de conservation de la mémoire des chantiers prend la forme de documentaires, d’expositions de photographies, de publication de cahiers ou d’ouvrages…

Boivin 1

Continuer la lecture de Croquis de chantier

Exposition de photographies : « Résistances ordinaires de quartiers populaires : de Vienne à Lisbonne, de Bruxelles à Paris » (archives)

« Résistances ordinaires de quartiers populaires : de Vienne à Lisbonne, de Bruxelles à Paris » .

rev_invitmail

Continuer la lecture de Exposition de photographies : « Résistances ordinaires de quartiers populaires : de Vienne à Lisbonne, de Bruxelles à Paris » (archives)

Melons amers, Kirill Golovchenko, Actes sud, 2015 Photographier les sans grade.

Quoi de plus banal que ces marchands de fruits qui installent le temps d’une saison leur étal au bord des routes sous toutes les latitudes ? Quoi de plus exposé au regard des innombrables automobilistes qui sillonnent ces routes et négocient souvent âprement leur achat ? Quoi de plus invisible que ces travailleurs saisonniers qui semblent sans qualification et sans domicile ?

Photo 1

Continuer la lecture de Melons amers, Kirill Golovchenko, Actes sud, 2015 Photographier les sans grade.

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Saigneurs, 2015, 97’

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Un film de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot ; image Raphaël Girardot ; son Vincent Gaullier ; montage Charlotte Tourres. Une coproduction Iskra et Mille et Une Films.

Découpeur, dépouilleur, tueur, désosseur, pareur, estampilleur, saigneur…Autant de métiers, de travaux pénibles, dangereux, répétitifs, déconsidérés, mal payés, souvent précaires et rendus quasi invisibles non seulement par les directions des abattoirs qui ne souhaitent pas communiquer sur leurs activités et leur organisation mais aussi parce qu’un fort tabou social persiste autour de ces groupes professionnels participant à la mise à mort industrielle des animaux. Par un paradoxe, au moins apparent, de nombreux cinéastes s’intéressent à ces activités. Depuis une décennie une bonne dizaine de documentaires ont été réalisés sur ce thème… Et parmi eux des films de grande qualité et innovant sur la forme… Sans doute parce qu’aborder ce sujet implique une réflexion approfondie sur la manière de montrer ce travail caché, en échappant aux grands débats idéologiques qui dominent le champs : violence faite aux animaux, mise à mort industrielle, végétalisme…

Saigneurs s’inscrit bien dans cette tradition de films exigeants tant sur le fonds que sur la forme, comme avant lui Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59’). Le film fait explicitement référence au grand classique sur ce thème (« Le sang des bêtes » de Georges Franju, 1949, 21’), la version courte de ce documentaire ayant comme titre « Avec le sang des hommes »(52’). Les deux réalisateurs, Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, ont une déjà longue expérience de cinéma documentaire sur le travail ouvrier ou le monde paysan. Ils ont pu négocier une entrée dans une des grandes entreprises du secteur (1000 salariés) et, fait rare, ils ont obtenu du temps pour observer dans la durée le travail sur les trente postes de la chaîne et pour interviewer les salariés sur leur poste de travail.

3

Continuer la lecture de Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Avec les photographies d’ateliers, c’est une partie du travail des artistes qui est montrée (archives)

Dans l’atelier, l’artiste photographié, d’Ingres à Jeff Koons

Du 5 avril 2016 au 17 juillet 2016 au Petit Palais

affiche_dans_latelier_0

Depuis les débuts de la photographie, les ateliers d’artiste fascinent les pho­tographes. Qu’elle documente les intérieurs et tire les portraits des artistes en vogue, qu’elle s’intéresse au geste créateur ou qu’elle prenne l’atelier comme métaphore de la naissance des images, la photographie n’a de cesse depuis le XIXe siècle de pénétrer et d’explorer ces espaces où s’élabore l’œuvre d’art. Ja­mais une exposition n’a traité à grande échelle et de façon aussi spectaculaire ce regard photographique sur l’atelier. L’exposition, loin d’être une présentation exhaustive des photographies d’ateliers depuis la naissance du procédé, interro­ge la persistance d’une fascination. Près de 400 photographies permettent au public de s’approcher au plus près du processus de création de l’artiste, depuis Ingres, en passant par Picasso, Matisse, Bourdelle, Zadkine, Brancusi, jusqu’à Joan Mitchell, Miquel Barcelo ou encore Jeff Koons.

Pour plus d’information : Site du Petit Palais

Nobody, une performance filmique sur les consultants

Le Festival de Poitiers « Filmer le Travail » proposait début février 2016, au Théâtre Auditorium de Poitiers, cette pièce de théâtre sur la vie de bureau des consultants qu’il est recommandé d’aller voir (www.collectifmxm.com).

Nobody3-©-Simon-Gosselin

Nobody est une performance filmique : le spectateur regarde les acteurs jouer (théâtre) et le film en train de se faire (cinéma), lequel est projeté simultanément au-dessus du décor impersonnel du bureau. À partir de l’œuvre politique de Falk Richter, le collectif MxM élabore un scénario inédit sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail ; incise, avec humour et lucidité, la violence sourde d’un système qui infiltre nos structures intimes.

Jean Personne est consultant en restructuration d’entreprise : intelligence, charisme et assurance de mise. Soumis aux lois du benchmarking, lui et ses collègues notent, évaluent, évincent à l’autre bout du monde comme de l’autre côté du couloir. À viser l’efficacité et la concurrence, on oublie l’affect et on altère la confiance. Héros cynique d’un jeu dont il n’a pas le contrôle, à la fois acteur de l’éviction des autres et de sa déchéance, Jean perd pied et s’enfonce dans une torpeur, monde flottant où se déversent ses peurs et les réminis­cences de sa vie privée.

Un écran, un espace clos, des acteurs. Mise en abyme d’une société où chacun peut être amené à surveiller l’autre, la caméra redouble le jeu et le sens, révèle les rouages d’une mécanique implacable. Cette instantanéité entre en cohérence avec les préoccupatioru du collectif MxM animé par Cyril Teste : la fictionnalisation du réel, la déperdition de soi, l’influence des puissances économiques et médiatiques sur nos modes de vie.

Du plateau à l’écran en front de scène, les différentes temporalités coïncident et mettent en perspective la réalité. Nobody, ce sont 14 acteurs et 7 techni­ciens en interaction intuitive le temps de la représentation. Un temps au sein duquel s’entrechoquent le réalisme du plateau et l’image filmique, à travers laquelle s’observe la tension d’écoute entre les acteurs et le public. Dans une scénographie essentielle les cadreurs opèrent, munis de caméras HF dévelop­pées spécialement pour servir la netteté du cadre, le rythme et la réactivité. En associant ce procédé à un éclairage architectural et une sonorisation live en diffusion stéréo, MxM travaille la précision de l’image directe et l’émotion du vivant.

Ainsi, à travers la performance filmique, le Collectif projette sur le plateau la poétique d’un cinéma éphémère, qui n’existe que dans le présent du théâtre : c’est la recherche d’une grammaire commune au théâtre et au cinéma. La performance filmique repose sur une charte ouverte qui définit en sept points son territoire de création autour de filmer, monter, étalonner, diffuser l’image en direct.

À fréquenter de toute urgence !

Jean-Pierre Durand

Programmation et présentation complète du projet : www.collectifmxm.com