Archives de catégorie : Billets

Des activités culturelles pour se réapproprier son travail

Les activités sociales de l’énergie, déployées par la Caisse Centrale d’Activités sociales (CCAS) et les Caisses Mutuelles Complémentaires et d’Action Sociale (CMCAS) -deux structures apparentées aux comités d’entreprise- comportent une composante culturelle forte. Ces dernières années, les pratiques amateurs ont été intégrées dans la politique culturelle et plus particulièrement celles se rapportant à la lecture et à l’écriture. Cette orientation de politique culturelle a débouché sur un dispositif nouveau proposé aux salariés de l’énergie et dénommé les PARLE (Pratiques Amateurs au Rendez-vous de la Lecture et de l’Ecriture). Qu’est-ce à dire ? Sans entrer dans le détaili, les PARLE visent à renouveler les pratiques de lecture et d’écriture ; nous avons imaginé y parvenir en promouvant l’expression des salariés et de leur famille, à propos des activités sociales en général et des activités culturelles en particulier. Un livre peut donner lieu à un commentaire, comme une photographie, un film ou une pièce de théâtre –donc écriture. Ce commentaire peut être partagé et discuté avec d’autres salariés –donc lecture. De cet échange peut naître une interprétation qui dégage un sens possible pour un collectif –donc appropriation critique par des lecteurs et des lectrices d’une vision du monde proposée par un auteur ou un créateur à un public.

Continuer la lecture de Des activités culturelles pour se réapproprier son travail

Rencontre avec Françoise Davisse, COMME DES LIONS, au cinéma Jean Vigo, Gennevilliers, juin 2016

Françoise Davisse (FD) : Ce qui m’intéresse, c’est l’intelligence des gens face aux institutions rigides, et comprendre comment on étouffe la créativité ! J’aime représenter les gens tels qu’ils sont, tels qu’ils se voient et tels qu’on les voit, juste en posant les questions. Il y a du commentaire éducatif quand la personne livre son image au public. C’est différent de ce qu’elle livrerait à un psychologue dans son bureau. La personne sait que ce qu’on montre de soi aux autres est une sorte d’attention pour les autres, si bien que tous les gens que je rencontre assurent lors des entretiens! C’est plus vrai comme parole, avec leur émotion. Ils sont ravis de parler car ils savent qu’on n’arrête pas de dire des conneries sur eux, donc s’exprimer eux-mêmes sur leur vie et leur ressenti est important, car c’est plus vrai ! 

interview-f-davisse

Continuer la lecture de Rencontre avec Françoise Davisse, COMME DES LIONS, au cinéma Jean Vigo, Gennevilliers, juin 2016

Nobody, une performance filmique sur les consultants

Le Festival de Poitiers « Filmer le Travail » proposait début février 2016, au Théâtre Auditorium de Poitiers, cette pièce de théâtre sur la vie de bureau des consultants qu’il est recommandé d’aller voir (www.collectifmxm.com).

Nobody3-©-Simon-Gosselin

Nobody est une performance filmique : le spectateur regarde les acteurs jouer (théâtre) et le film en train de se faire (cinéma), lequel est projeté simultanément au-dessus du décor impersonnel du bureau. À partir de l’œuvre politique de Falk Richter, le collectif MxM élabore un scénario inédit sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail ; incise, avec humour et lucidité, la violence sourde d’un système qui infiltre nos structures intimes.

Jean Personne est consultant en restructuration d’entreprise : intelligence, charisme et assurance de mise. Soumis aux lois du benchmarking, lui et ses collègues notent, évaluent, évincent à l’autre bout du monde comme de l’autre côté du couloir. À viser l’efficacité et la concurrence, on oublie l’affect et on altère la confiance. Héros cynique d’un jeu dont il n’a pas le contrôle, à la fois acteur de l’éviction des autres et de sa déchéance, Jean perd pied et s’enfonce dans une torpeur, monde flottant où se déversent ses peurs et les réminis­cences de sa vie privée.

Un écran, un espace clos, des acteurs. Mise en abyme d’une société où chacun peut être amené à surveiller l’autre, la caméra redouble le jeu et le sens, révèle les rouages d’une mécanique implacable. Cette instantanéité entre en cohérence avec les préoccupatioru du collectif MxM animé par Cyril Teste : la fictionnalisation du réel, la déperdition de soi, l’influence des puissances économiques et médiatiques sur nos modes de vie.

Du plateau à l’écran en front de scène, les différentes temporalités coïncident et mettent en perspective la réalité. Nobody, ce sont 14 acteurs et 7 techni­ciens en interaction intuitive le temps de la représentation. Un temps au sein duquel s’entrechoquent le réalisme du plateau et l’image filmique, à travers laquelle s’observe la tension d’écoute entre les acteurs et le public. Dans une scénographie essentielle les cadreurs opèrent, munis de caméras HF dévelop­pées spécialement pour servir la netteté du cadre, le rythme et la réactivité. En associant ce procédé à un éclairage architectural et une sonorisation live en diffusion stéréo, MxM travaille la précision de l’image directe et l’émotion du vivant.

Ainsi, à travers la performance filmique, le Collectif projette sur le plateau la poétique d’un cinéma éphémère, qui n’existe que dans le présent du théâtre : c’est la recherche d’une grammaire commune au théâtre et au cinéma. La performance filmique repose sur une charte ouverte qui définit en sept points son territoire de création autour de filmer, monter, étalonner, diffuser l’image en direct.

À fréquenter de toute urgence !

Jean-Pierre Durand

Programmation et présentation complète du projet : www.collectifmxm.com

 

 

Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Quatre films de fiction récents, présentés en avant première au festival international du film de La Rochelle illustrent bien cette tendance. Abordant des questions a priori éloignées (La maladie, le décès d’un proche, la passion, les relations filiales, le choix du conjoint), ces films font du travail, plus qu’un contexte ou une toile de fond, un élément essentiel orientant les destins individuels et les relations sociales.

 Mia madre de Nanni Moretti (Italie/France, Fiction, 2015, 1h42, en sélection officielle au festival de Cannes) est d’abord un drame familial vécu par une quinquagénaire active qui voit à la fois sa mère s’éteindre à l’hôpital, sa fille en crise d’adolescence et des remous dans sa vie sentimentale. Mais ces tumultes d’ordre privé cachent mal l’importance et l’omniprésence du travail : ainsi Margherita, personnage principal du film, artiste engagée et réalisatrice d’un film sur une lutte sociale dans une grande entreprise industrielle, apparaît bien souvent au bord du burn out, stressée par les caprices de la vedette américaine de son film ou culpabilisée par un frère qui sait prendre des distances avec son travail.

1 Continuer la lecture de Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

RETOUR SUR L’ÉDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

url

En attendant l’intégrale Visconti, les rétrospectives Louis Feuillade et Musidora, les hommages à Olivier Assayas, Marco Bellochio, Hou Hsiao-Hsen et à la famille Makhmalbaf à compter du 26 juin 2015, un dernier regard à l’édition 2014. Ou le travail du film au carrefour de la peinture et du cinéma par l’entremise de National Gallery de Frederick Wiseman (France, doc, 2014, 2h54).

Continuer la lecture de RETOUR SUR L’EDITION 2014 DU FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DE LA ROCHELLE

Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Mirella Giannini

Ces dernières années, un certain nombre de films ont été réalisés sur Adriano Olivetti (1901-1960), entrepreneur à succès et intellectuel engagé politiquement, une des figures les plus marquantes de l’Italie du XXe siècle.  De jeunes cinéastes comme Andrea De Sica, Michele Fasano, Bernard et Ceretto lui ont consacré des documentaires et, plus récemment, Michele Soavi a réalisé une fiction retransmise sur la chaîne de télévision  RAI1. Ces cinéastes ont dressé le portrait remarquable d’un homme qui avait rêvé de mettre en place un projet entrepreneurial joignant innovation cognitive et véritable harmonie sociale.

Sans titre

                 Adriano Olivetti  (1901-1960)

Continuer la lecture de Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti