Archives de catégorie : Comptes-rendus

Melons amers, Kirill Golovchenko, Actes sud, 2015 Photographier les sans grade.

Quoi de plus banal que ces marchands de fruits qui installent le temps d’une saison leur étal au bord des routes sous toutes les latitudes ? Quoi de plus exposé au regard des innombrables automobilistes qui sillonnent ces routes et négocient souvent âprement leur achat ? Quoi de plus invisible que ces travailleurs saisonniers qui semblent sans qualification et sans domicile ?

Photo 1

Continuer la lecture de Melons amers, Kirill Golovchenko, Actes sud, 2015 Photographier les sans grade.

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Saigneurs, 2015, 97’

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Un film de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot ; image Raphaël Girardot ; son Vincent Gaullier ; montage Charlotte Tourres. Une coproduction Iskra et Mille et Une Films.

Découpeur, dépouilleur, tueur, désosseur, pareur, estampilleur, saigneur…Autant de métiers, de travaux pénibles, dangereux, répétitifs, déconsidérés, mal payés, souvent précaires et rendus quasi invisibles non seulement par les directions des abattoirs qui ne souhaitent pas communiquer sur leurs activités et leur organisation mais aussi parce qu’un fort tabou social persiste autour de ces groupes professionnels participant à la mise à mort industrielle des animaux. Par un paradoxe, au moins apparent, de nombreux cinéastes s’intéressent à ces activités. Depuis une décennie une bonne dizaine de documentaires ont été réalisés sur ce thème… Et parmi eux des films de grande qualité et innovant sur la forme… Sans doute parce qu’aborder ce sujet implique une réflexion approfondie sur la manière de montrer ce travail caché, en échappant aux grands débats idéologiques qui dominent le champs : violence faite aux animaux, mise à mort industrielle, végétalisme…

Saigneurs s’inscrit bien dans cette tradition de films exigeants tant sur le fonds que sur la forme, comme avant lui Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59’). Le film fait explicitement référence au grand classique sur ce thème (« Le sang des bêtes » de Georges Franju, 1949, 21’), la version courte de ce documentaire ayant comme titre « Avec le sang des hommes »(52’). Les deux réalisateurs, Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, ont une déjà longue expérience de cinéma documentaire sur le travail ouvrier ou le monde paysan. Ils ont pu négocier une entrée dans une des grandes entreprises du secteur (1000 salariés) et, fait rare, ils ont obtenu du temps pour observer dans la durée le travail sur les trente postes de la chaîne et pour interviewer les salariés sur leur poste de travail.

3

Continuer la lecture de Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Nobody, une performance filmique sur les consultants

Le Festival de Poitiers « Filmer le Travail » proposait début février 2016, au Théâtre Auditorium de Poitiers, cette pièce de théâtre sur la vie de bureau des consultants qu’il est recommandé d’aller voir (www.collectifmxm.com).

Nobody3-©-Simon-Gosselin

Nobody est une performance filmique : le spectateur regarde les acteurs jouer (théâtre) et le film en train de se faire (cinéma), lequel est projeté simultanément au-dessus du décor impersonnel du bureau. À partir de l’œuvre politique de Falk Richter, le collectif MxM élabore un scénario inédit sur les dérives managériales et la déshumanisation au travail ; incise, avec humour et lucidité, la violence sourde d’un système qui infiltre nos structures intimes.

Jean Personne est consultant en restructuration d’entreprise : intelligence, charisme et assurance de mise. Soumis aux lois du benchmarking, lui et ses collègues notent, évaluent, évincent à l’autre bout du monde comme de l’autre côté du couloir. À viser l’efficacité et la concurrence, on oublie l’affect et on altère la confiance. Héros cynique d’un jeu dont il n’a pas le contrôle, à la fois acteur de l’éviction des autres et de sa déchéance, Jean perd pied et s’enfonce dans une torpeur, monde flottant où se déversent ses peurs et les réminis­cences de sa vie privée.

Un écran, un espace clos, des acteurs. Mise en abyme d’une société où chacun peut être amené à surveiller l’autre, la caméra redouble le jeu et le sens, révèle les rouages d’une mécanique implacable. Cette instantanéité entre en cohérence avec les préoccupatioru du collectif MxM animé par Cyril Teste : la fictionnalisation du réel, la déperdition de soi, l’influence des puissances économiques et médiatiques sur nos modes de vie.

Du plateau à l’écran en front de scène, les différentes temporalités coïncident et mettent en perspective la réalité. Nobody, ce sont 14 acteurs et 7 techni­ciens en interaction intuitive le temps de la représentation. Un temps au sein duquel s’entrechoquent le réalisme du plateau et l’image filmique, à travers laquelle s’observe la tension d’écoute entre les acteurs et le public. Dans une scénographie essentielle les cadreurs opèrent, munis de caméras HF dévelop­pées spécialement pour servir la netteté du cadre, le rythme et la réactivité. En associant ce procédé à un éclairage architectural et une sonorisation live en diffusion stéréo, MxM travaille la précision de l’image directe et l’émotion du vivant.

Ainsi, à travers la performance filmique, le Collectif projette sur le plateau la poétique d’un cinéma éphémère, qui n’existe que dans le présent du théâtre : c’est la recherche d’une grammaire commune au théâtre et au cinéma. La performance filmique repose sur une charte ouverte qui définit en sept points son territoire de création autour de filmer, monter, étalonner, diffuser l’image en direct.

À fréquenter de toute urgence !

Jean-Pierre Durand

Programmation et présentation complète du projet : www.collectifmxm.com

 

 

SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

Sélectionné dans le cadre de la compétition internationale de courts-métrages lors de la 37ème édition du festival Cinéma du Réel à Beaubourg, « San Siro », de Yuri Ancarani, nous projette au cœur du grand stade milanais.

1C’est une étonnante immersion dans l’un des principaux temples du football où s’opère ce rite moderne, avec ses prêtres, ses afficionados et ses dieux vivants. Pourtant, dans ce court métrage, Youri Ancarani ne s’intéresse guère aux pratiques sportives, ni même aux footballeurs millionnaires et au spectacle qu’ils offrent. Ce que montre le cinéaste italien, c’est ce qui précède l’événement, les coulisses du spectacle, ce qui est indispensable au déroulement du match : des kilomètres de câbles, des hectares de parkings, des centaines de marches, des milliers de supporters et surtout des dizaines de travailleurs avec chacun ses tâches, sa fonction, son savoir faire…  Continuer la lecture de SAN SIRO, Yuri Ancarani : Un regard artistique sur le travail

LES TRAVAUX ELYSEENS

LES TRAVAUX ELYSEENS

Mathieu Sapin, Le Château. Une année dans les coulisses de l’Elysée, Dargaud, 2015

Après avoir suivi la campagne présidentielle 2012 dans l’équipe du candidat socialiste – Campagne présidentielle. 200 jours dans les pas du candidat François Hollande, Dargaud, 2012 – le BD reporter « embeddedé » Mathieu Sapin s’est attaché aux pas du président normal, sous les dorures élyséennes.

url Continuer la lecture de LES TRAVAUX ELYSEENS

Les ouvriers

ouvrier couverture
LES OUVRIERS. Dans la France des usines et des ateliers. Xavier Vigna, 2014

Voici une bel ouvrage très illustré, écrit par un spécialiste de l’histoire des ouvriers, Xavier Vigna et édité par la jeune et ambitieuse maison d’édition les arènes. Il s’inscrit dans une collection de vulgarisation scientifique, L’histoire entre nos mains dont le principe est le livre objet qui articule dans un même coffret cartonné textes, photographies et documents de toute sorte collés sur les pages ou mis dans des enveloppes. On retrouve ainsi pêlemêle des partitions de chants révolutionnaires, des brochures d’entreprises, des facsimilés de cartes postales, de poésie, de courrier, de livret ouvrier, de carnet, de mémoire… Des disques, des affiches, des tracts, des photographies de famille… Cet ensemble d’images et d’objets facilite l’accès du lecteur à ce monde ouvrier que Xavier Vigna nous présente dans son introduction comme vaste et familier : « … Une socialisation intense, qui se déploie au travail bien sûr mais aussi au sein de la famille, dans les loisirs : car les ouvriers travaillent, rient, s’amusent, se détendent et se marient souvent entre eux »

Continuer la lecture de Les ouvriers

Da Gong Lao Ban : Le Patron de l’usine

Long métrage, Chine, 2014. Producteur Zhang Min.  Directeur Photo : Lutz Reitemeier.  Distribution : Shendzhem  Huahao Cultural Media CO, en compétition mondiale, au Festival des Films du Monde de Montréal.  Cinéma impérial, le 25 aout 2014, à 14 heures.
Ce film a reçu le prix d’interprétation masculine pour le rôle tenu par l’acteur Yao Anlian qui dit de son personnage : «  C’est un entrepreneur qui poursuit son rêve et il sait prendre ses responsabilités. Mais il est forcé de devenir méchant en raison de la crise. En réalité, c’est un bon gars. »

le patron de l'usine (4)

Thème : Une jeune journaliste infiltre une usine de fabrication de poupées, dirigée par un certain Lin Dalin, et elle enquête sur les conditions de travail apparemment désastreuses.

le patrond e l'usine (2)

La crise de 2008 a un impact sur les usines chinoises de fabrication de jouets qui par centaines ferment leurs portes. Les employés sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail, et une journaliste, l’actrice Tang Yan, veut dénoncer les méthodes  du patron.

le patrond e l'usine (3)
Ce qui est intéressant c’est que le gouvernement chinois ait laissé sortir un tel film, mais le producteur explique « L’économie de la Chine a repris de l’énergie depuis 2008, donc on peut montrer les problèmes, et le film a passé les étapes de la censure qui a approuvé le scénario ».

Accompagné de ses deux acteurs principaux (Yao Anlina et Tang Yan) le producteur explique qu’il a  déjà produit le héros Chengong en 2000, et en 2011 Shadow.  Il attend assez sereinement le jugement du public chinois qui verra le film en octobre.

Ginette Francequin

Le pendule de Costel

Le Pendule de Costel, Pilar Arcila, 2013, Kamatomi film, 68mn

Costel est un Rom mais, est-ce crédible, il n’est ni criminel, ni violent, ni maffieux. Il a une femme, des cousins et des copains qu’il a rencontrés à l’occasion de ses voyages à l’ouest : « on s’est connus et on s’est regroupés en France car on avait peur avec tous ces vagabonds ». Avec sa famille élargie, il sillonne l’Europe pour survivre depuis que la chute de Ceausescu a coupé le principal revenu des communautés Rom en Roumanie, des petits boulots sous payés et peu considérés dans les fermes collectives d’État. Le pendule c’est les mouvements réguliers qu’effectue la communauté entre France, Suisse et Roumanie au gré des politiques nationales et européennes. Marseille où il est encore possible de fouiller les poubelles à la recherche d’objets et de métaux revendables et de s’abriter dans des squats que la politique de modernisation rapide de la ville laisse un moment accessibles. Lausanne où la mendicité rapporte bien mais où il faut trop souvent dormir au froid dans les rues, faute de places dans les centres d’accueil d’urgence. Manarade, petit village de Transylvanie avec ses maisons colorées et insalubres où grâce à l’argent envoyé de France et de Suisse vivent les enfants élevés par les grands-parents.

Continuer la lecture de Le pendule de Costel

Salaire net et monde de brutes. Chroniques ordinaires du travail temporaire

Marnier S., Griffon É, Delcourt, 2013, 160p.
Marnier S., Griffon É, Delcourt, 2013, 160p.

Sébastien Marnier (scénario et couleurs) et Élise Griffon (dessin et scénario) ont co-réalisé cette bande dessinée, d’abord hébergée sous forme d’un blog hébergé par Libération. Elle a été publiée par les éditions Delcourt, face au succès rencontré (plus d’un million de clics) auprès d’un public jeune qui y retrouve son expérience des petits boulots.

Continuer la lecture de Salaire net et monde de brutes. Chroniques ordinaires du travail temporaire