Archives par mot-clé : photographie

Transbordeur, une nouvelle revue annuelle proposant une approche historique et sociologique de la photographie

Transbordeur – photographie histoire société

Numéro 1 – Dossier « Musées de photographies documentaires », dirigé par Estelle Sohier, Olivier Lugon et Anne Lacoste
 

Continuer la lecture de Transbordeur, une nouvelle revue annuelle proposant une approche historique et sociologique de la photographie

Journée d’étude (Re)politiser les discours sur la photographie (archives)

(Re)politiser les discours sur la photographie

7 décembre 2015 à Paris Diderot – Paris 7
salle 265E, Halle aux Farines

Avec la participation de Jorge Ribalta, président de séance invité

Cette journée d’étude a pour objectif de faire découvrir, dialoguer et se confronter les travaux de jeunes chercheur·e·s européen·ne·s, avec la volonté de croiser des approches de différentes disciplines.

Si l’histoire de la photographie s’est sensiblement développée dans le contexte universitaire français depuis une quarantaine d’années, plutôt rares sont les travaux qui ont analysé les images, les usages ou les pratiques de la photographie comme des lieux investis par le politique. L’étude de la photographie a pourtant su être un outil puissant pour repenser les discours sur l’art. Elle serait en mesure, avec la même charge critique, de porter des questionnements d’ordre plus directement politique.

A travers les huit communications présentées, nous tenterons de penser les rapports entre photographie et politique au-delà de stricts usages de l’un par l’autre (photographie engagée, photographie de propagande…). On peut considérer la photographie comme plus largement sous-tendue, informée, investie par des pratiques et des catégories politiques – qu’il s’agisse de constructions idéologiques, d’enjeux de visibilité et de représentation, ou des manières dont le pouvoir s’exerce, s’actualise et se conteste dans et par les pratiques culturelles.

L’un des enjeux de la journée sera ainsi d’aller au-delà d’une réflexion sur la photographie comme ensemble de phénomènes politiques, afin de réfléchir à la pertinence d’approches politisées. Il s’agira également d’entamer une réflexion sur la façon dont les redéfinitions du politique peuvent aujourd’hui nourrir et renouveler les approches académiques de la photographie.

JEPSC-large2

Continuer la lecture de Journée d’étude (Re)politiser les discours sur la photographie (archives)

Pose Travail

Pose Travail, Baron Évelyne, Hersant Guy, Le Tirant Dominique, 2013, Snoeck éditions, 280p.

Voici un ouvrage original et élégant mariant livre d’art et essai en sciences sociales, et s’appuyant sur le croisement de trois points de vue :

  • Muséologique. À l’origine du projet, une commande du musée départemental de Seine et Marne, qui souhaite accorder une place importante au travail dans ce musée de société mais aussi accompagner le développement rapide du département en lien avec les cinq chantiers économiques et sociaux mis en œuvre par le Conseil général.

  • Photographique. Pour ce faire, le musée propose une résidence à Guy Hersant, photographe, spécialiste des portraits de groupe en Afrique puis sur le travail en France, notamment d’apprentis marins pour le musée port de Douarnenez ou d’habitants de logements collectifs à Parthenay. En 2011 et en 2012, il a réalisé 100 photographies de groupe dans 100 entreprises du département choisies en fonction de leur diversité et de leur représentativité de l’économie locale. Comme le note Évelyne Baron dans son introduction de l’ouvrage, « Il émane de ces photographies, à la fois une force et un respect du sujet, elles disent beaucoup sans être bavardes » (p. 10).

  • Ethnologique. Dans chacune de ces entreprises, Dominique Le Tirant, ethnologue et psychologue, spécialiste de la représentation des femmes au travail, a réalisé un entretien auprès d’un membre de l’entreprise, souvent un dirigeant, pour brosser son activité et son histoire, et dégager quelques caractéristiques du travail dans cette entreprise. Les entretiens ont fait l’objet d’un texte court témoignant en priorité de l’engagement de chacun au travail : « aspects sensibles relatifs à l’identité, à la transmission, à l’éthique du métier, à la relation au collectif de travail » (p.18).

GH8
Miniature : Cliquer sur l’image pour la voir dans son intégralité.

Continuer la lecture de Pose Travail

Séminaire de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP)

Ce séminaire mensuel a une visée épistémologique et méthodologique. Il est destiné avant tout aux jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, qui sont particulièrement encouragé·e·s à participer. L’équipe de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) souhaite proposer un cadre pour ouvrir la discussion entre les différentes disciplines qui prennent en charge l’analyse des productions photographiques et de leurs usages et questionner l’état et l’histoire des recherches autour de la photographie, jusqu’ici traitées de manière très éclatée.

Les propositions sont à adresseravant le 15 octobre 2014.

La suite sur calenda ou sur le carnet de l’ARIP.

Une Usine dans les champs. Tentative d’histoire exemplaire de l’industrialisation en France durant le dernier tiers du XXe siècle

Stéphane Gatti, coord., 2012, « Une usine dans les champs », Paris, La parole errante, 256p.

Aux confins du Berry, dans un village médiéval très rural et sans aucune tradition industrielle, un ouvrier parisien, Fernand Combes, va installer en 1963, dans le cadre des lois de décentralisation, une société de transformation des métaux, SITRAM, qui va devenir rapidement un leader européen des autocuiseurs et des casseroles en inox, passant des 40 salariés du début à plus de 500 dans les années 1980. Les conditions du succès peuvent être facilement identifiées. D’un côté, une main d’œuvre docile, primo salariée, rendue disponible par la crise de l’agriculture vivrière (y compris les femmes), prête à accepter la rationalisation poussée des tâches et des conditions de travail difficiles. De l’autre la figure centrale et charismatique du patron fondateur, qui va appliquer à la lettre les principes du fordisme : « Meilleurs salaires de la région, primes multiples, primes d’assiduité, pas de syndicats, cadence maximum » (p. 6). Se met alors en place une forte dynamique locale articulant développement économique et accès massif à la consommation de masse, coloré dans ce cas pas la volonté du propriétaire de l’usine de soutien aux activités associatives, en particulier en direction des écoles et des sports.

Continuer la lecture de Une Usine dans les champs. Tentative d’histoire exemplaire de l’industrialisation en France durant le dernier tiers du XXe siècle