La sociologie en quête d’images

Le 16 mai 2024 de 16h à 18h30 MMSH, amphithéâtre

5, rue du château de l’horloge Aix en Provence

Comment combiner création de la BD et SHS pour écrire/décrire
le monde social ? Quels sont les enjeux du passage à/par l’image
(“mise en cases” ou roman graphique) des travaux de sciences
sociales ? Des questions parmi celles qui seront discutées lors de la
rencontre organisée autour de Pascal GÉNOT, scénariste du livre
Bourdieu : une enquête algérienne (dessin d’Olivier THOMAS, Éd.
Steinkis, 2023). Avec la participation de : Jérôme BERTHAUT,
auteur de La banlieue du “20 heures” (Agone, 2013), adapté en BD, et
engagé dans l’expérience de la collection Sociorama ; et Émilie
DAVID, illustratrice qui travaille à l’adaptation en BD d’une œuvre de
Jean LAGANE (sous réserve).
Animation : Philippe ALDRIN, Pascal CESARO et Cyriac GOUSSET

Les ateliers du Cirec hors-les-murs

Le 23 avril à l’Université de Toulouse-Jean Jaurès

9h-17h

Maison de la Recherche (salle E 411)

Entrée libre (possibilité d’assister à distance sur inscription auprès de anais.marshall@univ-tlse2.fr

Le séminaire Sociétés Images et Sons (resp. Olivier Bories et Anaïs Marshall) a confié au Cirec le soin de dessiner sa séance du 23 avril. Cette journée accueillera :

Elsa Maury, réalisatrice et plasticienne, docteure en art et sciences de l’art, autour de son film Nous la mangerons, c’est la moindre des choses (2020) qui suit « les gestes d’une éleveuse qui aime et qui mange ses moutons avec attention » (tënk). Son travail sera discuté par Jean Estebanez, géographe.

Céline Domengie et Charline Collard, respectivement artiste-chercheuse et enseignante-chercheuse, autour des Géorgiques, programme de recherche et d’expérimentations sur les problématiques de la ruralité au cœur de la vallée du Lot en Lot-et-Garonne (2021-2025) (https://les-georgiques.com/). Leur travail sera discuté par Pauline Guinard, géographe.

Le 24 avril au MUCEM (Marseille)

13h-18h

MucemLab (Mucem Fort Saint-Jean, salle Khamsin)

Entrée libre sur inscription à info.cirec@gmail.com

Le Cirec et le Mucemlab organisent ensemble une demi-journée d’atelier qui accueillera cinq femmes qui articulent recherche et création dans leurs parcours et travaux.

Maaï Youssef, autrice franco-égyptienne, docteure en science politique 

Écrire en indigène. Du récit scientifique au récit sensible de l’enquête en terrain contraint

Entre 2012 et 2022, j’ai mené des recherches sur l’histoire contemporaine de la contestation en Égypte et en Syrie. Au cours de cette période, je tenais deux carnets : un carnet de terrain, outil traditionnel des chercheur.euse.s en sciences humaines et sociales, et un carnet plus personnel, sorte de cahier noir, de journal nocturne, dans lequel j’écrivais sur ma manière, intime et politique, d’être faite et défaite par mon enquête. En tant que chercheuse franco-égyptienne, j’avais férocement besoin d’écrire en indigène, de parler ma langue, une langue dissidente, qui prend ses distances avec la praxis académique et sa manière de produire du savoir. Je propose de revenir sur ces procédés d’écriture de l’enquête, afin de questionner ce qui se joue aux confins des frontières entre engagement intellectuel et neutralité scientifique.

Maria-Elena Buslacchi et Elisa Ullaury, sociologues des arts et de la culture (Mesopolhis) 

Les voix du quartier au prisme des méthodes créatives

Notre intervention s’articule à un corpus de 60 cartes sensibles collectées entre 2023 et 2024 en complément d’autres méthodologies d’enquêtes, quantitatives et qualitatives, sur le quartier de la Joliette, à Marseille. Les représentations cartographiques données par ses habitants et usagers, lors des différents ateliers deviennent la source d’une analyse spatiale au croisement de la sociologie, de l’anthropologie visuelle et de la géographie, nous permettant d’observer les enjeux des transformations que le front de mer marseillais a traversées au cours des trente dernières années et la manière dont elles ont été appréhendées par les différents publics et populations intéressés à partir de la mémoire individuelle et collective.
A partir de ces cartes et du recueil de la parole qui y a été associé, nous avons demandé à des artistes de donner leur interprétation artistique du corpus afin de synthétiser ces résultats sous la forme de création. Ces créations, dont certaines sont déjà réalisées et d’autres sont en cours, se saisissent des différentes techniques et matières pouvant aussi être récupérées dans le quartier lui-même, à l’aide des habitants.

Lila Neutre, artiste et chercheuse en sciences sociales et Clara Ruby, chercheuse en art du spectacle

La pratique du twerk : entre sexualisation et émancipation 

L’atelier repose sur un dialogue entre deux regards portés sur la pratique du twerk : Clara Ruby est l’autrice d’une analyse sur les représentations de genres dans les clips de rap américain et Lila Neutre celle d’une série d’œuvres intitulée Twerk Nationrécemment acquise par le Centre national des arts plastiques. 

Entre images, textes et sons, Clara et Lila interrogent chacune à leur manière les usages de ce mouvement (dans les vidéoclips pour l’une, dans le milieu de la danse pour l’autre) et proposent de montrer en quoi il peut à la fois manifester la sexualisation d’un corps et incarner l’empouvoirement de ses pratiquants et pratiquantes.

Le 25 avril à Turbulence (Aix-Marseille Université)

14h-19h30

Turbulence (campus St-Charles, salle de projection)

Entrée libre sur inscription en cliquant ici (fermeture des inscriptions le 23 avril à 12h) 

Le Cirec se joint au programme REAP (Recherche, art et participation) et à son cycle d’ateliers et séminaires pour construire une séance en trois temps qui propose de se pencher sur le travail domestique et du soin au prisme de la formation. À partir de travaux filmiques singuliers, nous réfléchirons aux enjeux que véhicule ce travail du care dans des contextes différents, en termes d’inégalités et de domination notamment, et aux manières de donner à voir cette réalité par l’image et le son. 

1.

Atelier

14h-15h30

Atelier autour de la thèse en cours de Guillaume Cuny, doctorant en sociologie visuelle et filmique au Centre Pierre Naville (Université d’Évry Paris-Saclay) : à partir d’une étude menée auprès d’élèves du Bac Pro ASSP (Accompagnement, soins et services à la personne), Le choix des autres porte sur l’enseignement professionnel et la complexité des déterminismes qui orientent vers cette voie, au croisement de la classe, de la race et du genre.

L’atelier proposé reviendra sur le processus de fabrication du film réalisé dans le cadre de cette recherche : à travers la présentation d’extraits, le sociologue-réalisateur reviendra notamment sur l’écart entre le film rêvé et le film fait ainsi que sur la mise en scène du travail de soin y compris dans ses dimensions les moins visibles.

Contact : ebalteau@yahoo.fr

2.

Projection-débat 

17h30-19h30

Projection du film Overseas (2019) de Sung-A Yoon

En présence de la réalisatrice

Discussion par Thierry Roche (professeur au Départements Arts d’AMU, chercheur au LESA) 

Synopsis : Aux Philippines, on déploie les femmes en masse à l’étranger comme aides ménagères ou nounous. Elles laissent souvent derrière elles leurs propres enfants, avant de se jeter dans l’inconnu. Dans un centre de formation au travail domestique, comme tant d’autres aux Philippines, un groupe de candidates au départ se préparent au mal du pays et aux maltraitances qui pourraient les atteindre. Lors d’exercices de jeux de rôles, les femmes se mettent tant dans la peau de l’employée que des employeu.r.se.s. Aux abords de la fiction, Overseas traite de la servitude moderne de notre monde globalisé, tout en révélant la détermination de ces femmes, leur sororité et les stratégies mises en place face aux épreuves que leur réserve l’avenir.

Contact : ebalteau@yahoo.fr

3.

Masterclass

16h-17h30

La projection sera précédée d’une masterclass avec Sung-A Yoon, réalisatrice et artiste franco-coréenne vivant à Bruxelles. Elle a été formée à l’université Sorbonne Nouvelle (théâtre), à l’École des beaux-arts de Paris-Cergy et à l’école de cinéma INSAS de Bruxelles. Se jouant des formes et des genres, ses films se distinguent par un caractère hybride et une attention particulière portée sur le dispositif de mise en scène. Son travail emprunte autant à la démarche documentaire qu’aux codes de la fiction.

Avec les étudiant.e.s du master Cinéma et audiovisuel d’Aix-Marseille Université

Contact : pascal.cesaro@univ-amu.fr (Pascal Cesaro, enseignant en Cinéma)

Une après-midi co-organisée et animée dans le cadre 

des Ateliers du Cirec, coord : Alex Tilman (Unil, Cirec), Hélène Tilman (Uliège, Cirec), Lila Neutre (Cirec) et Émilie Balteau (Prism, Cirec) et du cycle d’ateliers et séminaires Recherche, art et participation (REAP), Coord : Émilie Balteau (Prism, Cirec), Pascal Cesaro (Prism) et Cédric Parizot (Iremam)

Direct Action, un documentaire de Guillaume Cailleau, Ben Russel, 216′, 2024.

Grand prix cinéma du réel, 2024.

Avec le succès de la  Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes, l’idée d’action directe peut désormais être considérée comme légitime, non seulement pour désigner un conflit avec l’État mais aussi une manière de vivre et de protéger la terre. Ben Russell et Guillaume Cailleau ont longuement filmé dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ainsi que l’action menée par les Soulèvements de la Terre à Sainte Soline.

Ce qu’ils nous font découvrir à Sainte Soline, c’est une communauté diversifiée qui lutte contre l’implantation des méga-bassines, une manière de monopoliser l’eau par quelques gros agriculteurs souvent spécialisés dans le maïs. Un long et lent plan montre quelques jeunes manipulant une machine pour scier les planches ; puis un autre, tout aussi long, rend compte de l’usage d’une machine à fendre les troncs… Ou encore le labour avec un cheval, l’alimentation des chèvres, le désherbage d’un jardin, un concert, des réunions collectives, la fabrication de crêpes, la préparation des luttes, les manifestations… On découvre ainsi toute une série d’activités agricoles, artisanales, collectives et militantes.

Au total, une vingtaine de plans séquences, d’une dizaine de minutes chacun, documentent avec sobriété et précision la diversité des activités et des acteurs de cette lutte sociale. Loin d’être des “écoterrorismes” comme les présente le gouvernement, ces activistes apparaissent plutôt comme des sortes de travailleurs manuels engagés dans la sauvegarde de la vie sur la planète. Le dispositif des deux réalisateurs ne cherche pas à démontrer et imposer un point de vue. Il suggère la diversité des engagements et des composantes du “soulèvement de la terre”.  Il donne à voir aussi la force et la violence policière face à des manifestants dont les principales armes semblent être des lunettes de piscine, des masques anti-COVID voire des casques de vélo.

 

Tant qu’il y aura des luttes

Les chauffeurs de taxi se filment

Vendredi 12 avril à 19H, Cinéma – Le Fresnoy

Dans le cadre du Festival du Film Citoyen de Tourcoing, Travail & Culture avec le Collectif 3ciT et le Fresnoy vous proposent un film sur le travail des chauffeurs de taxi parisiens sur la Base Arrière Taxi (BAT), gigantesque centre de transit isolé aux abords de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle.

La Base est un refuge pour des chauffeurs confrontés à un marché en déclin, frappé par la concurrence des applications numériques et des nouvelles mobilités urbaines. Celle-ci leur offre un moyen sûr de trouver des passagers, bien que la rentabilité pour le temps passé soit faible : pour chaque course, ils devront patienter plusieurs heures.

19H – PROJECTION : La Base

Film documentaire de Vadim Dumesh, 2023, 72’

Munis de leur smartphone, des chauffeurs de taxi parisiens font la chronique de la Base Arrière Taxi, centre de transit aux abords de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle. Ici, des chauffeurs vieillissants et venus des quatre coins du monde passent de longues heures à attendre d’être dispatchés dans les terminaux. Ici, ils trouvent refuge contre la fatigue et la concurrence féroce de la métropole. Ici, suspendus dans l’espace et le temps, ils entretiennent une vie communautaire pour échapper au déclin de leur métier et à l’évolution du monde.

20H – ÉCHANGES

En présence de Vadim Dumesh, réalisateur du film et Guillaume Lejeune, sociologue et chercheur associé au laboratoire CERLIS

Entrée libre sur réservation :
Travail & Culture
03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org

LIEU :
Cinéma / Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains
22 rue du Fresnoy
59 202 Tourcoing

Du 3 au 23 avril, le Fresnoy et le collectif 3ciT dont Travail & Culture est membre, proposent une sélection de films, de rencontres et de débats.

Retrouvez le programme complet ici

Deuxième séance du séminaire de l’axe transversal «Sociologies visuelles» du Centre Max Weber (05/04/2024)

Date :Vendredi 5 avril de 14h00 à 16h00

Les activités de l’axe transversal Sociologies visuelles du Centre Max Weber reposent sur trois piliers :

  • des séminaires d’axe,
  • des ateliers de travail sur l’image dans la recherche,
  • le séminaire « Image animée ».

La deuxième séance du séminaire aura pour intitulé :

Les apparences au travail : apports pluriels de la photographie

Elle sera consacrée à la présentation du n° 13 (2022) de la revue Images du travail, travail des images , intitulé « Les apparences au travail au prisme de la photographie » et coordonné par Michèle Dupré et Anne Monjaret
Les deux coordonnatrices seront présentes.

La séance se déroulera le vendredi 5 avril 2024, de 14h à 16h, dans les locaux de la MSH LSE, en André Bollier (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Peindre le travail, le travail en peinture.

La présentation du numéro 15 de Images du Travail, Travail des Images par Anne Jollet et Hélène Zanin aura lieu le jeudi 21 mars de 14H à 16H Amphi Bourdieu de l’Hôtel Fumé (accès direct par la rue des Carmélites) ou par le 8 rue Descartes (descendre tous les escaliers et ascenseurs jusqu’en bas).

Dans le cadre du séminaire de master transdisciplinaire, Histoire et arts visuels.

  • Anne Jollet : « Mises en images du travail »
  • Hélène Zanin :  “Représentation des femmes au travail et questions d’histoire de l’art : l’exemple des nourrices. »

Jean-Louis SCHOELLKOPF, à La Filature à Mulhouse,

Du 21 novembre 2023 au 25 février 2024.

Jean-Louis Schoellkopf est un photographe français, né à Colmar et désormais installé à Mulhouse. La Filature, lieu d’accueil de spectacles, de concerts et d’expositions, lui consacre une exposition depuis le 21 novembre 2023 jusqu’au 25 février 2024.

Soucieux des évolutions économiques et sociales qui affectent tant l’espace urbain que le monde du travail en général, Jean-Louis Schoellkopf s’est attaché, en usant de son appareil photo, à en documenter les indices et les effets. Sans proposer pour autant une rétrospective globale de son œuvre, l’exposition que lui consacre La Filature témoigne avec force de l’engagement d’un photographe qui s’est astreint à une pratique de la photographie peu spectaculaire mais systématique, attaché qu’il était/est à montrer ces transformations avec obstination et rigueur. Aussi avec une claire empathie pour les personnes photographiées.

Un mur de l’exposition présente un ensemble d’environ 250 photos en noir et blanc, sobrement intitulé Intérieurs, depuis 1986 : il offre le meilleur exemple du travail patient, réalisé par le photographe au fil du temps (cf. photo jointe). Chaque photo propose un portrait de famille, plus rarement d’un individu seul, toujours prise dans l’appartement de la ou des personnes photographiées. Par exemple celle d’un couple, des retraités de toute évidence : les deux sont assis dans un angle de leur salle à manger, au bout de la table. Le buffet au fond de la pièce, la tapisserie qui couvre les murs, l’horloge suspendue, la nappe sur la table attestent d’une époque, antérieure à 1986 sans aucun doute. Or si chaque photo peut ainsi évoquer un temps et un milieu social, c’est le désir d’aller de l’une à l’autre qui s’empare d’emblée du visiteur. Son regard voyage, va et vient, lui permettant de découvrir des mondes différents et semblables pourtant, qui voisinent et présentent les multiples facettes d’un groupe social relativement homogène, saisi à des époques différentes, les personnes étant photographiées à tous les âges de la vie. Un autre couple est photographié dans le coin d’une pièce dont les deux murs sont occupés par des bibliothèques pleines de livres. Des enseignants ? Sans doute. Une autre encore montre un jeune couple avec deux enfants, tous installés dans un canapé adossé à un mur de briques apparentes, un chien alangui au pied de la petite famille. Mais le monde ainsi révélé est celui de gens simples, appréhendés dans leurs univers propres. Un monde populaire, dans sa diversité ! Ce mur de photos, soigneusement épinglées, témoigne à lui seul de l’intérêt de l’exposition et, bien sûr, du travail remarquable du photographe.

Une autre série de photos, en couleurs, réalisées en 2022, montre des travailleurs photographiés dans l’usine qui les emploie. Ils ou elles posent dans leur univers de travail. La photo qui fait l’affiche de l’exposition montre ainsi une femme debout, vêtue d’une blouse bleue, vraisemblablement devant la machine sur laquelle elle travaille, tandis qu’au premier plan le visiteur voit d’énormes bobines de fil rouge. Elle ne travaille pas au moment de la photo, c’est, au contraire, le photographe qui travaille ! Il a installé son appareil photo, un moyen format, sur son trépied et prend une photo posée. C’est le cas pour toute la série, qui montre systématiquement un homme ou une femme en tenue de travail, photographiée dans son milieu de travail. Jean-Louis Schoellkopf dit avoir voulu rendre hommage à la classe ouvrière. D’autre photos, prises dans différents quartiers de la ville, constituent de même un hommage émouvant aux habitants de quartiers populaires de la ville, dans leur diversité d’origines et d’âges. D’autres photos montrent des quartiers d’autres villes, Gênes en particulier, et donnent à voir les transformations de l’espace urbain produites par l’industrie et le développement économique.

Une exposition à voir, si le lecteur lit cette note à temps. Mais surtout : une œuvre photographique à découvrir !

L’exposition elle-même a été conçue par Christian Caujolle.

Henri Eckert

Les rencontres cinématographiques de Bordeaux ont 20 ans : bel âge pour “La classe ouvrière c’est pas du cinéma”

Pour le vingtième anniversaire toute l’équipe du festival a concocté un très riche et varié programme avec des journées thématiques, des rétrospectives par pays, de nombreux films rares et un bel ouvrage collectif qui accompagne celui réalisé pour les dix ans. En attendant les rencontres, voici le programme et un extrait de l’édito qui en esquisse le bilan.

Prog_20eme rencontre cine copie (glissé(e)s)

“Toutes nos projections avaient une dimension sociale et culturelle, avec la vocation d’ouvrir à la réflexion, de provoquer une émotion artistique et humaine, de nourrir les débats et les échanges avec les personnes invitées, venues de tous les horizons: militants, syndicalistes, universitaires, cinématographiques (devant ou derrière la caméra), et parfois tout à la fois ! Car notre appellation, si elle n’est pas protégée, est explicite (et personne ne s’y trompe) : « La classe ouvrière c’est pas du cinéma ! ». Comme le réalisateur Mehdi Fikri (AVANT QUE LES FLAMMES NE S’ÉTEIGNENT) nous pensons que :« Être touché par une histoire autre que la sienne, c’est ça le pouvoir politique du cinéma ». Depuis 20 ans, nous avons tenu le cap, accueillant (et sollicitant) les subventions mais nous refusant à la marchandisation de ces Rencontres, à un développement avec aide extérieure dont nous n’aurions pas été maîtres. Pas de prix décernés (c’est le prix de la liberté), pas de festival ostentatoire, mais des Rencontres annuelles (avec prolongations éventuelles dans l’année) à une semaine fixée durablement (la veille des vacances scolaires de février dans l’académie de Bordeaux!). Nous avons donc choisi et mené à bien depuis 20 ans un « développement durable » avec et grâce à votre fréquentation, avec le compagnonnage actif du Musée d’Aquitaine, de l’Institut Cervantès, des syndicats FSU et CGT, de l’IUT Hygiène Santé Environnement, et ô combien de l’équipe de l’UTOPIA, « J’ en passe et des meilleures »….! Après celui qui fêtait nos 10 ans, un ouvrage collectif paraît pour célébrer nos 20 ans d’existence. Parmi celles et ceux qui ont enrichi de leurs interventions nos rencontres, un bon nombre ont bien voulu contribuer librement à la richesse et à l’originalité de l’ouvrage. Vous avez notre programme, offrez donc et offrez- vous ce livre sans équivalent… Nous avons, avec la « constance d’un jardinier », uni nos forces pour nourrir nos projections de musique, de son, de paroles, d’images sans jamais oublier, avec l’aide de nos librairies partenaires (La Machine à Lire, Comptines, Krazy Kat) de vous proposer avec ténacité et régularité des ouvrages écrits ou dessinés pour vous appeler à prolonger les Rencontres comme à explorer d’autres sentiers parallèles. Car, rappelons-le avec le poète grec Yannis Ritsos (deux fois emprisonné sous les deux dictatures qu’il a connues) : « Une simple route ne conduit pas au futur » (Sur Une Corde- poèmes d’un seul vers : 157).”

VINCENT TACONET, pour toute l’équipe des Rencontres

 

Filmer le travail 2024, contrôle et surveillance

 

La 15e édition de Filmer le travail aura pour thématique le contrôle et la surveillance.  En voici le programme et la présentation détaillée de l’équipe du festival.

PROGRAMME – Filmer le travail 2024

” Entre développement des nouvelles technologies, obsessions sécuritaires et injonctions à la rentabilité, comment s’exercent le contrôle et la surveillance dans le monde du travail, et sur qui ? Quels métiers, quelles pratiques, quelles dérives ? Mais aussi quelles actions menées par des collectifs qui luttent contre les pratiques illégitimes du contrôle et mènent de précieuses enquêtes ? Surveillance des frontières, contrôle des corps, concentration des médias, politiques sécuritaires, violences policières, surveillance généralisée… autant de pistes que nous explorerons cette année en présence de nombreux invité.e.s !

Pour illustrer cette thématique, nous avons choisi le magnifique visuel de Urban Solutions, Grand Prix Filmer le travail 2023, réalisé par Arne Hector, Luciana Mazeto, Minze Tummescheit et Vinícius Lopes. Enveloppé de couleurs chaudes, un nid de guêpes s’installe sur une caméra de surveillance, comme un pied de nez du vivant face à la surveillance technologique. 

Cette année, quinze films ont été sélectionnés en compétition internationale. Une traversée 2024 qui nous entraîne aux quatre coins du monde, du port de Mumbai jusqu’au désert d’Atacama, des forêts portugaises aux chantiers de construction de République centrafricaine, en passant par la Colombie ou les Hauts-Plateaux boliviens. 

À travers ces films documentaires récents, c’est une mosaïque des enjeux contemporains qui se tisse. Les cinéastes s’intéressent à la surveillance des incendies et des galeries d’eaux souterraines, aux méthodes de pêche, aux luttes LGBTI, à la situation dramatique de la psychiatrie en France, à l’accompagnement de personnes en situation d’exil, mais aussi aux conditions de travail dans le textile, l’industrie minière ou nucléaire. 

Pour plus d’informations : https://filmerletravail.org/

De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.


Il suffit pour s’en convaincre de regarder la programmation des festivals de cinéma en ce début d’année.

Ainsi, la 6ᵉ édition du Fipadoc, festival international du documentaire, lancée ce vendredi 19 janvier à Biarritz, met à l’honneur la production documentaire italienne. Au cœur de cette programmation d’une dizaine de films se dessine une Italie terre de résistance. Et quoi de plus symbolique que le long métrage Bella ciao, de Giulia Giapponesi, projeté lors de la soirée d’ouverture, passionnant récit choral de l’histoire du célèbre chant de révolte, de ses hypothétiques origines à son actuel retentissement planétaire ?

Autre film percutant, Toxicily témoigne de la force des habitants d’Augusta, au nord de Syracuse, rongés par les rejets toxiques d’une raffinerie géante et mobilisés pour lever l’omerta. Deux autres films, éminemment politiques, suivent des figures de la défense des droits des personnes migrantes. Un village en résistance retrace le combat du maire et des habitants de Riace, petite commune du sud de la Botte, mobilisés pour préserver un modèle vertueux d’accueil mis en péril par le pouvoir populiste. Inconnu, celui d’une anthropologue légiste luttant sans relâche pour rendre leur histoire aux dépouilles des naufragés de la Méditerranée, contre l’indifférence généralisée. « Il existe des lieux chanceux et des lieux malchanceux. Les endroits chanceux sont ceux qui trouvent quelqu’un qui se charge de les raconter », dit bellement le commentaire de Toxicily. L’Italie est assurément une terre chanceuse.

 

Continuer la lecture de De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.

La revue Ethnographique.org aborde le travail dans les institutions totales.

” Le numéro « Ethnographier les institutions totales » s’est fixé pour objectif de remettre sur le métier le concept d’institution totale, forgé par Erving Goffman dans les années 1950 aux États-Unis, et popularisé par son essai Asiles en 1968. Le concept, qui se caractérise à la fois par sa dimension descriptive et critique, a depuis été mobilisé par les sciences sociales pour étudier différentes institutions, qui elles-mêmes ont connu des évolutions diachroniques obligeant à interroger la pertinence de son usage pour les définir. Pourtant, concept labile, il reste un outil heuristique fécond au regard des phénomènes de détotalisation (Rostaing 2009) et/ou de désinstitutionnalisation (Castel 2011) des institutions considérées. C’est de cette vitalité, mais aussi de cette plasticité du concept dont le présent numéro rend compte, en présentant des analyses explorant différents terrains : la prison, le bloc opératoire, le monastère, l’hôpital psychiatrique, les communautés thérapeutiques pour usagers de drogues, les institutions de soin dédiées aux personnes diagnostiquées démentes et l’armée.”
mots-clés : institutions totales, armée, bloc opératoire, drogue, monastère, psychiatrie, prison, Goffman

Rue Erving Goffman

Dessin d’Evan Barnaud (2023)

Continuer la lecture de La revue Ethnographique.org aborde le travail dans les institutions totales.

Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Introduction

Le programme Recherche, art et participation (REAP) propose de mettre en œuvre au cours des deux années à venir (2024-2025) une série d’expériences à la croisée des sciences humaines et sociales, de l’art et de la science participative pour tester différents modes d’enquête et de diffusion des résultats de la recherche. Il est résolument interdisciplinaire : il réunit des anthropologues, des sociologues, des historiens, des politistes, des cinéastes, ainsi que des plasticiens, des artistes sonores et du spectacle vivant. Collaboratif et participatif, il intègre les citoyens dans les processus de recherche, de production et de circulation du savoir et de la création.

Cette démarche vise trois objectifs :
1) Réévaluer les capacités de nos dispositifs de recherche contemporains à saisir les changements de notre monde ;
2) Explorer d’autres positionnements des chercheurs et des artistes dans la société ;
3) Renouveler les modes de co-production, de partage et de circulation du savoir.

Enquêtes, séminaires et ateliers expérimentaux

Deux enquêtes seront mises en oeuvre sur des terrains distincts de la région Provence Alpes Côte d’Azur, où s’opèrent des grandes transformations de notre monde contemporain. La première enquête, coordonnée par Cédric Parizot, se déploie dans la vallée de la Roya. Elle cherche à saisir, par l’écoute, la création sonore et la cartographie alternative, les circulations et les reconfigurations des limites qui façonnent cette vallée.
La seconde enquête portée par Pascal Cesaro, à Marseille explore, à partir de l’archive audiovisuelle et de sa déconstruction par les personnes concernées, un métier méconnu du travail social : celui des aides aux mères et aux familles à domicile.
Au cœur de ces deux enquêtes l’accent sera mis sur la collaboration étroite avec les citoyens.

Le second axe du programme REAP articule un cycle de séminaires qui expérimente des moyens innovants de production et de présentation de la recherche (performances, installations, projections, etc.) et des ateliers expérimentaux (masterclass et workshops) qui offrent des formes inédites de formation (à la vidéo, au cirque, au théâtre, à la création sonore, etc.). Ces initiations sont à destination des collègues intéressés, et de leurs étudiant/es (Master, Doctorat), avec l’idée de favoriser une synergie entre les initiatives et expériences art-science existantes au sein de l’Institut SoMuM et de l’Université d’Aix Marseille.

Continuer la lecture de Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Dockers, une histoire nantaise : travailler et lutter sur les quais (XVIe siècle-XXe siècle)

Pendant plusieurs siècles, le port de Nantes fut une grande place de la mondialisation, faisant la renommée et la richesse de la ville, notamment lors de son implication dans le commerce triangulaire. Pourtant certains acteurs de l’activité maritime sont mal connus, et les dockers sont du lot.

Cet ouvrage entend combler cette lacune en proposant l’histoire de cette corporation depuis le XVIe siècle. Loin des clichés, les dockers forment une communauté rugueuse et solidaire, pugnace, attachée à ses us et coutumes, et porteuse d’une forte éthique professionnelle qui s’exprime par la volonté de gérer sans intermédiaire chargements et déchargements.

Samuel Guicheteau, historien, enseignant à Nantes Université Inspé, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique ; Manuella Noyer, archiviste et historienne, animatrice-chercheuse au Centre d’histoire du travail ; Christophe Patillon, historien, animateur-chercheur au Centre d’histoire du travail. Préface de John Barzman, professeur d’histoire contemporaine émérite à l’Université du Havre, spécialiste du monde portuaire.


Format 14×20.5, 296 p

2023, 22 euros, ISBN : 9782912228406

Le ou la geste technique : recherche et artisanat au musée (Archives)

Faisant suite à plusieurs années d’analyse et de rencontres entre le dessin et les savoir-faire, le mucem lab tentera cette année une expérience nouvelle avec des artisans qui viendront parler et montrer quelques aspects de leurs métiers en direct au musée. « Sur pièce » et « sur pratique », nous confronterons avec les élèves et auditeurs les apports respectifs des savoirs et savoir-faire pratiques.
Les questions techniques, culturelles et patrimoniales habituelles seront confrontées aux conditions sociales et économiques des métiers artisanaux. Il s’agit en effet de réfléchir à la combinaison des expertises des artisans, des conservateurs et des chercheurs, pour résister à la captation et à la globalisation prédatrice des savoir-faire gestuels par quelques groupes dominants.

18 janvier 2024 au MucemLab
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search