Peindre le travail, le travail en peinture.

La présentation du numéro 15 de Images du Travail, Travail des Images par Anne Jollet et Hélène Zanin aura lieu le jeudi 21 mars de 14H à 16H Amphi Bourdieu de l’Hôtel Fumé (accès direct par la rue des Carmélites) ou par le 8 rue Descartes (descendre tous les escaliers et ascenseurs jusqu’en bas).

Dans le cadre du séminaire de master transdisciplinaire, Histoire et arts visuels.

  • Anne Jollet : « Mises en images du travail »
  • Hélène Zanin :  “Représentation des femmes au travail et questions d’histoire de l’art : l’exemple des nourrices. »

Jean-Louis SCHOELLKOPF, à La Filature à Mulhouse,

Du 21 novembre 2023 au 25 février 2024.

Jean-Louis Schoellkopf est un photographe français, né à Colmar et désormais installé à Mulhouse. La Filature, lieu d’accueil de spectacles, de concerts et d’expositions, lui consacre une exposition depuis le 21 novembre 2023 jusqu’au 25 février 2024.

Soucieux des évolutions économiques et sociales qui affectent tant l’espace urbain que le monde du travail en général, Jean-Louis Schoellkopf s’est attaché, en usant de son appareil photo, à en documenter les indices et les effets. Sans proposer pour autant une rétrospective globale de son œuvre, l’exposition que lui consacre La Filature témoigne avec force de l’engagement d’un photographe qui s’est astreint à une pratique de la photographie peu spectaculaire mais systématique, attaché qu’il était/est à montrer ces transformations avec obstination et rigueur. Aussi avec une claire empathie pour les personnes photographiées.

Un mur de l’exposition présente un ensemble d’environ 250 photos en noir et blanc, sobrement intitulé Intérieurs, depuis 1986 : il offre le meilleur exemple du travail patient, réalisé par le photographe au fil du temps (cf. photo jointe). Chaque photo propose un portrait de famille, plus rarement d’un individu seul, toujours prise dans l’appartement de la ou des personnes photographiées. Par exemple celle d’un couple, des retraités de toute évidence : les deux sont assis dans un angle de leur salle à manger, au bout de la table. Le buffet au fond de la pièce, la tapisserie qui couvre les murs, l’horloge suspendue, la nappe sur la table attestent d’une époque, antérieure à 1986 sans aucun doute. Or si chaque photo peut ainsi évoquer un temps et un milieu social, c’est le désir d’aller de l’une à l’autre qui s’empare d’emblée du visiteur. Son regard voyage, va et vient, lui permettant de découvrir des mondes différents et semblables pourtant, qui voisinent et présentent les multiples facettes d’un groupe social relativement homogène, saisi à des époques différentes, les personnes étant photographiées à tous les âges de la vie. Un autre couple est photographié dans le coin d’une pièce dont les deux murs sont occupés par des bibliothèques pleines de livres. Des enseignants ? Sans doute. Une autre encore montre un jeune couple avec deux enfants, tous installés dans un canapé adossé à un mur de briques apparentes, un chien alangui au pied de la petite famille. Mais le monde ainsi révélé est celui de gens simples, appréhendés dans leurs univers propres. Un monde populaire, dans sa diversité ! Ce mur de photos, soigneusement épinglées, témoigne à lui seul de l’intérêt de l’exposition et, bien sûr, du travail remarquable du photographe.

Une autre série de photos, en couleurs, réalisées en 2022, montre des travailleurs photographiés dans l’usine qui les emploie. Ils ou elles posent dans leur univers de travail. La photo qui fait l’affiche de l’exposition montre ainsi une femme debout, vêtue d’une blouse bleue, vraisemblablement devant la machine sur laquelle elle travaille, tandis qu’au premier plan le visiteur voit d’énormes bobines de fil rouge. Elle ne travaille pas au moment de la photo, c’est, au contraire, le photographe qui travaille ! Il a installé son appareil photo, un moyen format, sur son trépied et prend une photo posée. C’est le cas pour toute la série, qui montre systématiquement un homme ou une femme en tenue de travail, photographiée dans son milieu de travail. Jean-Louis Schoellkopf dit avoir voulu rendre hommage à la classe ouvrière. D’autre photos, prises dans différents quartiers de la ville, constituent de même un hommage émouvant aux habitants de quartiers populaires de la ville, dans leur diversité d’origines et d’âges. D’autres photos montrent des quartiers d’autres villes, Gênes en particulier, et donnent à voir les transformations de l’espace urbain produites par l’industrie et le développement économique.

Une exposition à voir, si le lecteur lit cette note à temps. Mais surtout : une œuvre photographique à découvrir !

L’exposition elle-même a été conçue par Christian Caujolle.

Henri Eckert

Les rencontres cinématographiques de Bordeaux ont 20 ans : bel âge pour “La classe ouvrière c’est pas du cinéma”

Pour le vingtième anniversaire toute l’équipe du festival a concocté un très riche et varié programme avec des journées thématiques, des rétrospectives par pays, de nombreux films rares et un bel ouvrage collectif qui accompagne celui réalisé pour les dix ans. En attendant les rencontres, voici le programme et un extrait de l’édito qui en esquisse le bilan.

Prog_20eme rencontre cine copie (glissé(e)s)

“Toutes nos projections avaient une dimension sociale et culturelle, avec la vocation d’ouvrir à la réflexion, de provoquer une émotion artistique et humaine, de nourrir les débats et les échanges avec les personnes invitées, venues de tous les horizons: militants, syndicalistes, universitaires, cinématographiques (devant ou derrière la caméra), et parfois tout à la fois ! Car notre appellation, si elle n’est pas protégée, est explicite (et personne ne s’y trompe) : « La classe ouvrière c’est pas du cinéma ! ». Comme le réalisateur Mehdi Fikri (AVANT QUE LES FLAMMES NE S’ÉTEIGNENT) nous pensons que :« Être touché par une histoire autre que la sienne, c’est ça le pouvoir politique du cinéma ». Depuis 20 ans, nous avons tenu le cap, accueillant (et sollicitant) les subventions mais nous refusant à la marchandisation de ces Rencontres, à un développement avec aide extérieure dont nous n’aurions pas été maîtres. Pas de prix décernés (c’est le prix de la liberté), pas de festival ostentatoire, mais des Rencontres annuelles (avec prolongations éventuelles dans l’année) à une semaine fixée durablement (la veille des vacances scolaires de février dans l’académie de Bordeaux!). Nous avons donc choisi et mené à bien depuis 20 ans un « développement durable » avec et grâce à votre fréquentation, avec le compagnonnage actif du Musée d’Aquitaine, de l’Institut Cervantès, des syndicats FSU et CGT, de l’IUT Hygiène Santé Environnement, et ô combien de l’équipe de l’UTOPIA, « J’ en passe et des meilleures »….! Après celui qui fêtait nos 10 ans, un ouvrage collectif paraît pour célébrer nos 20 ans d’existence. Parmi celles et ceux qui ont enrichi de leurs interventions nos rencontres, un bon nombre ont bien voulu contribuer librement à la richesse et à l’originalité de l’ouvrage. Vous avez notre programme, offrez donc et offrez- vous ce livre sans équivalent… Nous avons, avec la « constance d’un jardinier », uni nos forces pour nourrir nos projections de musique, de son, de paroles, d’images sans jamais oublier, avec l’aide de nos librairies partenaires (La Machine à Lire, Comptines, Krazy Kat) de vous proposer avec ténacité et régularité des ouvrages écrits ou dessinés pour vous appeler à prolonger les Rencontres comme à explorer d’autres sentiers parallèles. Car, rappelons-le avec le poète grec Yannis Ritsos (deux fois emprisonné sous les deux dictatures qu’il a connues) : « Une simple route ne conduit pas au futur » (Sur Une Corde- poèmes d’un seul vers : 157).”

VINCENT TACONET, pour toute l’équipe des Rencontres

 

Filmer le travail 2024, contrôle et surveillance

 

La 15e édition de Filmer le travail aura pour thématique le contrôle et la surveillance.  En voici le programme et la présentation détaillée de l’équipe du festival.

PROGRAMME – Filmer le travail 2024

” Entre développement des nouvelles technologies, obsessions sécuritaires et injonctions à la rentabilité, comment s’exercent le contrôle et la surveillance dans le monde du travail, et sur qui ? Quels métiers, quelles pratiques, quelles dérives ? Mais aussi quelles actions menées par des collectifs qui luttent contre les pratiques illégitimes du contrôle et mènent de précieuses enquêtes ? Surveillance des frontières, contrôle des corps, concentration des médias, politiques sécuritaires, violences policières, surveillance généralisée… autant de pistes que nous explorerons cette année en présence de nombreux invité.e.s !

Pour illustrer cette thématique, nous avons choisi le magnifique visuel de Urban Solutions, Grand Prix Filmer le travail 2023, réalisé par Arne Hector, Luciana Mazeto, Minze Tummescheit et Vinícius Lopes. Enveloppé de couleurs chaudes, un nid de guêpes s’installe sur une caméra de surveillance, comme un pied de nez du vivant face à la surveillance technologique. 

Cette année, quinze films ont été sélectionnés en compétition internationale. Une traversée 2024 qui nous entraîne aux quatre coins du monde, du port de Mumbai jusqu’au désert d’Atacama, des forêts portugaises aux chantiers de construction de République centrafricaine, en passant par la Colombie ou les Hauts-Plateaux boliviens. 

À travers ces films documentaires récents, c’est une mosaïque des enjeux contemporains qui se tisse. Les cinéastes s’intéressent à la surveillance des incendies et des galeries d’eaux souterraines, aux méthodes de pêche, aux luttes LGBTI, à la situation dramatique de la psychiatrie en France, à l’accompagnement de personnes en situation d’exil, mais aussi aux conditions de travail dans le textile, l’industrie minière ou nucléaire. 

Pour plus d’informations : https://filmerletravail.org/

De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.


Il suffit pour s’en convaincre de regarder la programmation des festivals de cinéma en ce début d’année.

Ainsi, la 6ᵉ édition du Fipadoc, festival international du documentaire, lancée ce vendredi 19 janvier à Biarritz, met à l’honneur la production documentaire italienne. Au cœur de cette programmation d’une dizaine de films se dessine une Italie terre de résistance. Et quoi de plus symbolique que le long métrage Bella ciao, de Giulia Giapponesi, projeté lors de la soirée d’ouverture, passionnant récit choral de l’histoire du célèbre chant de révolte, de ses hypothétiques origines à son actuel retentissement planétaire ?

Autre film percutant, Toxicily témoigne de la force des habitants d’Augusta, au nord de Syracuse, rongés par les rejets toxiques d’une raffinerie géante et mobilisés pour lever l’omerta. Deux autres films, éminemment politiques, suivent des figures de la défense des droits des personnes migrantes. Un village en résistance retrace le combat du maire et des habitants de Riace, petite commune du sud de la Botte, mobilisés pour préserver un modèle vertueux d’accueil mis en péril par le pouvoir populiste. Inconnu, celui d’une anthropologue légiste luttant sans relâche pour rendre leur histoire aux dépouilles des naufragés de la Méditerranée, contre l’indifférence généralisée. « Il existe des lieux chanceux et des lieux malchanceux. Les endroits chanceux sont ceux qui trouvent quelqu’un qui se charge de les raconter », dit bellement le commentaire de Toxicily. L’Italie est assurément une terre chanceuse.

 

Continuer la lecture de De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.

Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Introduction

Le programme Recherche, art et participation (REAP) propose de mettre en œuvre au cours des deux années à venir (2024-2025) une série d’expériences à la croisée des sciences humaines et sociales, de l’art et de la science participative pour tester différents modes d’enquête et de diffusion des résultats de la recherche. Il est résolument interdisciplinaire : il réunit des anthropologues, des sociologues, des historiens, des politistes, des cinéastes, ainsi que des plasticiens, des artistes sonores et du spectacle vivant. Collaboratif et participatif, il intègre les citoyens dans les processus de recherche, de production et de circulation du savoir et de la création.

Cette démarche vise trois objectifs :
1) Réévaluer les capacités de nos dispositifs de recherche contemporains à saisir les changements de notre monde ;
2) Explorer d’autres positionnements des chercheurs et des artistes dans la société ;
3) Renouveler les modes de co-production, de partage et de circulation du savoir.

Enquêtes, séminaires et ateliers expérimentaux

Deux enquêtes seront mises en oeuvre sur des terrains distincts de la région Provence Alpes Côte d’Azur, où s’opèrent des grandes transformations de notre monde contemporain. La première enquête, coordonnée par Cédric Parizot, se déploie dans la vallée de la Roya. Elle cherche à saisir, par l’écoute, la création sonore et la cartographie alternative, les circulations et les reconfigurations des limites qui façonnent cette vallée.
La seconde enquête portée par Pascal Cesaro, à Marseille explore, à partir de l’archive audiovisuelle et de sa déconstruction par les personnes concernées, un métier méconnu du travail social : celui des aides aux mères et aux familles à domicile.
Au cœur de ces deux enquêtes l’accent sera mis sur la collaboration étroite avec les citoyens.

Le second axe du programme REAP articule un cycle de séminaires qui expérimente des moyens innovants de production et de présentation de la recherche (performances, installations, projections, etc.) et des ateliers expérimentaux (masterclass et workshops) qui offrent des formes inédites de formation (à la vidéo, au cirque, au théâtre, à la création sonore, etc.). Ces initiations sont à destination des collègues intéressés, et de leurs étudiant/es (Master, Doctorat), avec l’idée de favoriser une synergie entre les initiatives et expériences art-science existantes au sein de l’Institut SoMuM et de l’Université d’Aix Marseille.

Continuer la lecture de Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Dockers, une histoire nantaise : travailler et lutter sur les quais (XVIe siècle-XXe siècle)

Pendant plusieurs siècles, le port de Nantes fut une grande place de la mondialisation, faisant la renommée et la richesse de la ville, notamment lors de son implication dans le commerce triangulaire. Pourtant certains acteurs de l’activité maritime sont mal connus, et les dockers sont du lot.

Cet ouvrage entend combler cette lacune en proposant l’histoire de cette corporation depuis le XVIe siècle. Loin des clichés, les dockers forment une communauté rugueuse et solidaire, pugnace, attachée à ses us et coutumes, et porteuse d’une forte éthique professionnelle qui s’exprime par la volonté de gérer sans intermédiaire chargements et déchargements.

Samuel Guicheteau, historien, enseignant à Nantes Université Inspé, membre du Centre de recherches en histoire internationale et atlantique ; Manuella Noyer, archiviste et historienne, animatrice-chercheuse au Centre d’histoire du travail ; Christophe Patillon, historien, animateur-chercheur au Centre d’histoire du travail. Préface de John Barzman, professeur d’histoire contemporaine émérite à l’Université du Havre, spécialiste du monde portuaire.


Format 14×20.5, 296 p

2023, 22 euros, ISBN : 9782912228406

Le ou la geste technique : recherche et artisanat au musée (Archives)

Faisant suite à plusieurs années d’analyse et de rencontres entre le dessin et les savoir-faire, le mucem lab tentera cette année une expérience nouvelle avec des artisans qui viendront parler et montrer quelques aspects de leurs métiers en direct au musée. « Sur pièce » et « sur pratique », nous confronterons avec les élèves et auditeurs les apports respectifs des savoirs et savoir-faire pratiques.
Les questions techniques, culturelles et patrimoniales habituelles seront confrontées aux conditions sociales et économiques des métiers artisanaux. Il s’agit en effet de réfléchir à la combinaison des expertises des artisans, des conservateurs et des chercheurs, pour résister à la captation et à la globalisation prédatrice des savoir-faire gestuels par quelques groupes dominants.

18 janvier 2024 au MucemLab

Appel à articles de la revue “Perspectives” (archives)

La revue Perspective : actualité en histoire de l’art consacrera son n° 2025 – 1 à la question du travail dans ses relations avec l’histoire de l’art, entendue comme discipline scientifique et comme champ d’étude.
Ce que l’on appelle communément « travail » fait aujourd’hui l’objet de mutations rapides et de débats brûlants qui opposent, souvent de manière caricaturale, celles et ceux pour qui le travail est une valeur en soi (travailler ou fainéanter, telle serait l’alternative) à celles et ceux qui questionnent la qualité du travail : quel travail est utile à la société ? Les conditions dans lesquelles le travail s’exerce sont-elles acceptables ? Le travail est-il une forme de domination ? Aborder cette question du point de vue de l’histoire de l’art permet de la considérer à nouveaux frais et de l’approfondir.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est william_morris_a_dream_of_john_ball-small200.jpg.

Ce numéro se propose d’étudier les relations entre le travail et l’histoire de l’art selon quatre axes :
  1. Le débat sur l’art comme travail : comment l’histoire de l’art y a-t-elle participé, fait évoluer son vocabulaire, interagi avec les artistes, les critiques d’art, les philosophes qui y ont pris part ?
  2. L’art comme processus de production : quels courants de l’histoire de l’art ont porté leur attention sur la production de l’art plus que sur sa réception, avec quel appareillage théorique, méthodologique et idéologique ?
  3. L’iconographie du travail : quelles contributions l’histoire de l’art apporte-t-elle à la connaissance des réalités ou des représentations du travail à travers l’analyse des images ? Qu’emprunte-t-elle ou qu’apprend-elle aux autres sciences humaines qui étudient le travail ?
  4. L’histoire de l’art comme travail : quelles sont les conditions matérielles dans lesquelles l’histoire de l’art est produite ? Comment ces conditions varient-elles selon les situations individuelles, locales, historiques ?
En prenant soin d’ancrer la réflexion dans une perspective historiographique, méthodologique ou épistémologique, prière de faire parvenir vos propositions (un résumé de 2 000 à 3 000 signes, un titre provisoire, une courte bibliographie sur le sujet et une biographie de quelques lignes) à l’adresse de la rédaction (revue-perspective@inha.fr) au plus tard le 11 décembre 2023. Perspective prenant en charge les traductions, les projets seront examinés par le comité de rédaction quelle que soit la langue. Les auteurs ou autrices des propositions retenues seront informées de la décision du comité de rédaction enjanvier 2024, tandis que les articles seront à remettre pour le15 mai 2024. Les textes soumis (25 000 à 45 000 signes selon le projet envisagé) seront définitivement acceptés à l’issue d’un processus anonyme d’évaluation par les pairs.
 

Continuer la lecture de Appel à articles de la revue “Perspectives” (archives)

Travail des formes, formes du travail (archives)

En partenariat avec le LAAC et le FRAC Grand Large, en résonance avec la Triennale Art et Industrie 2023 – Dunkerque / Hauts-de-France

Cette rencontre interroge les chemins empruntés par l’art contemporain pour interroger le travail au sens large.

  • Introduction par Camille Richert, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’ENSBA Lyon, chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po, co-commissaire de la triennale Art et Industrie Chaleur humaine 
  • La création au cœur de l’activité de travail avec les artistes Donovan Le CoadouSarah Feuillas et Victor Villafagne
  • Habiter les espaces de travail avec les artistes Maxime BrygoCiel Grommen et Raphaële Jeune, curatrice indépendante et chercheuse en esthétique et théorie de l’art
  • Critique artiste et critique sociale du Travail avec les artistes Robert SchlichtRomana Schmalisch et Thierry Verbeke

Entrée libre sur inscription : 03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org
Formulaire d’inscription.

Continuer la lecture de Travail des formes, formes du travail (archives)

Appel à articles “Images, travail et handicap”

La revue Images du Travail, Travail des Images (ITTI) propose un appel à articles pour son numéro 19.

A partir des années 1960, l’évolution de la législation sur le travail des personnes handicapées s’inscrit dans un mouvement international d’émergence de leurs droits porté par les disability studies (Ravaud, 1999). Il remet en cause le modèle individuel et biomédical du handicap pour le redéfinir comme « modèle social » imputant la production du handicap à la société (ses structures, ses organisations) et non plus à la personne. Au niveau international, deux séries d’acteurs institutionnels ont joué un rôle décisif. D’une part, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) défend une approche biomédicale du handicap, mais fait entrer la dimension environnementale en révisant ses classifications, concédant ainsi une avancée vers le « modèle social ». D’autre part, l’ONU (Organisation des nations unies), puis le Conseil de l’Europe, relaient les revendications plus radicales des mouvements militants adossées au travail conceptuel des disability studies, qui promeuvent le « modèle social » (Ravaud & Fougeyrollas, 2005).

Continuer la lecture de Appel à articles “Images, travail et handicap”

La deuxième édition du FAANA (festival des autrices et auteurs de l’image et du son en Nouvelle Aquitaine) se déroulera du 21 au 23 septembre 2023 à Saint Georges de Didonne. (archives)

L’association NAAIS (Association des Auteurs et Autrices de l’Image et du Son en Nouvelle-Aquitaine) en partenariat avec l’association CREA (Association cinéma et spectacle vivant) organise la 2ème édition du Festival des Autrices et Auteurs en Nouvelle-Aquitaine du 21 au 23 septembre au centre culturel Relais de la Côte de Beauté, à Saint-Georges-de-Didonne.

Le FAANA est né d’une volonté de diffuser les créations cinématographiques, audiovisuelles et radiophoniques des auteur.rice.s-réalisateur.rice.s du territoire néo-aquitain, de rassembler les professionnel.le.s de la filière et d’échanger avec le public. Ce festival consacrée au cinéma et à l’audiovisuel associe rencontres professionnelles, diffusions publiques d’œuvres filmiques et sonores, échanges avec le public et actions d’éducation aux images et aux sons.

Un coup d’œil sur le programme montre la richesse de la programmation qui fait une plac belle aux rencontres professionnelles et à la formation à la réalisation en Nouvelle Aquitaine.

Un autre aspect saillant de la programmation est la place que les réalisateurs et les réalisatrices accordent au travail aussi bien dans les fictions que dans les documentaires ; avec une grande diversité des métiers présentés (mannequin, femme de chambre, prostituée, artiste, autrice, marins dans un navire usine, enseignant.es…) comme des thématiques abordées (Carrières des femmes, gilets jaunes, travail domestique ou bénévole, précarité…)

 
 
 

“S’habiller pour l’école” : Une exposition qui aborde le travail des élèves. (archives)

MUNAÉ, Musée national de l’Éducation,

Exposition grand format du 10 juin 2023 au 31 mars 2024, aux 2e et 3e étages du centre d’expositions. Commissariat : Aude Le Guennec et Nicolas Coutant.

Chacun conserve dans sa mémoire d’écolier un souvenir en lien avec le vêtement, qu’il soit lié à une obligation scolaire, au vestiaire du cours de sport ou au souci d’être à la mode… Objet intime en contact avec le corps et témoin des premières tentatives d’affirmation de soi, le vêtement de l’enfant et de l’adolescent conserve souvent, chez l’élève devenu adulte, une forte charge affective.

Le rapport de l’école au vêtement

Résultat d’un long travail de recherche, l’exposition S’habiller pour l’école explore le rapport qu’entretient l’école avec le vêtement depuis les années 1880 jusqu’à nos jours, en s’intéressant à la tenue de l’élève comme à celle de l’enseignant ainsi qu’à la place tenue par le vêtement dans les enseignements. Si le propos concerne essentiellement l’école française, le projet adopte aussi une démarche comparative, notamment avec le Royaume-Uni, où la culture vestimentaire scolaire s’avère différente.

L’exposition elle-même se structure en trois parties :

–          Être écolier : les jeux de style, la place du vêtement entre l’école et la sphère domestique

–          L’école s’en mêle : la réglementation, la place du vêtement dans la définition des rôles

–          Regards sur l’école : le vêtement des enseignants, se voir élève

L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

“Depuis plus de 30 ans, Yann Arthus-Bertrand photographie les Français accompagnés de ceux qu’ils aiment, de leur famille et de leurs animaux.

Tout commence en 1994, avec des photographies commandées par l’Express qui initient sans le savoir un grand travail sur les Français. Au fil des années, celui-ci est enrichi par des clichés d’éleveurs et de leurs bestiaux, d’ouvriers à la Réunion, de Français et de leurs chevaux capturés sur une même bâche.

Il se poursuit par des prises de vue sur l’ensemble du territoire que ce soit à Boulogne-Billancourt, à Saint-Tropez ou dans son studio dans son village d’origine aux Mesnuls. Les participants viennent ou en tenue de travail ou dans leurs habits de tous les jours et chacun reçoit un fichier numérique d’une sélection de photos.

Continuer la lecture de L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Suspendre le travail : images des manifestations

Numéro coordonné par Henri Eckert – henri.eckert@univ-poitiers.fr et Nicolas Hatzfeld – nicolas.hatzfeld@gmail.com

« Toute manifestation veut donner à entendre, à plus fort titre à voir ; pour “rendre manifeste”. Elle constitue donc, par essence, une image, aux degrés d’élaboration préalables et délibérés éminemment variables. Cette mise en scène des masses peut se doubler d’une mise en images, à laquelle les organisateurs aspirent mais qui est aussi bien susceptible de la prédéfinir, on le sait. » (Tartakowsky, 2001, 161)

Les manifestations dans l’espace public sont l’occasion, outre l’expression directe des mécontentements ou des revendications qui les ont suscitées, d’exprimer quelque chose de plus sur les conditions sociales d’existence des manifestants, au travail, dans la cité ou, plus généralement, dans leur vie quotidienne. À l’instar des Gilets jaunes qui, s’exprimant sur leurs tuniques ou des pancartes bricolées, donnaient à lire à tous, autres manifestants ou simples spectateurs en bordure de leurs défilés, leurs opinions, leurs pensées, leurs colères ou leurs espoirs en réaction à la situation économique qui leur était faite (Monchatre & Têtu, 2022). La prévalence de ces expressions individuelles sur le recours à des banderoles susceptibles de regrouper les manifestants constituerait-elle un trait caractéristique majeur de ces manifestations ? Toujours est-il que les Gilets jaunes mettaient ainsi, puissamment, l’accent sur leur droit à la parole et leur volonté d’être entendus, d’une part, et, d’autre part, témoignaient de manière éclatante d’un vif désir d’utiliser la manifestation pour s’exprimer, directement et sans médiation. Si ces modes d’intervention « ne sont pas réductibles à l’expression revendicative propre à la forme de la manifestation » (Ibid.), il convient de remarquer qu’ils n’ont pas commencé avec l’irruption des Gilets jaunes et encore moins cessé avec l’épuisement de leur mouvement. C’est d’abord sur ce phénomène social, qui s’est généralisé lors des manifestations relatives au travail, que cet appel à articles veut attirer l’attention, pour inviter à en saisir toutes les pratiques, des pancartes brandies à bout de bras aux banderoles et toutes autres manières d’expression graphique ou textuelle.

©Henri Eckert

Continuer la lecture de ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search