Usimages, une biennale de la photographie de travail

Du 17 avril au 20 juin 2021 se déroule la 4ème édition d’Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel organisée par l’Agglomération Creil Sud Oise (ACSO), programmée et mise en œuvre par Diaphane, pôle photographique en Hauts-de-France. Ce printemps, 13 expositions gratuites présentées en plein air à Creil et dans les communes voisines, invitent les habitants à une déambulation photographique à travers le territoire. Cette biennale est l’occasion de mettre en valeur des photographies contemporaines comme historiques avec toujours un regard centré sur l’homme au travail. Deux jeunes photographes sont également en résidence dans des entreprises de l’agglomération. Leur travail sera exposé et permettra de valoriser l’industrie d’aujourd’hui ainsi que les hommes et les femmes qui contribuent à son développement sur l’ACSO.

Fil rouge de cette édition, la thématique « Santé et sécurité au travail » se décline à travers les photographies issues du fonds photographique de l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS), qui accompagne depuis 1947 les entreprises du régime général de la Sécurité sociale dans la prévention des risques au travail. Les photographies industrielles d’Émeric FEHER (1904-1966), conservées au Pôle images du Centre des monuments nationaux, révèlent une certaine approche commerciale des années 50 et 60 qui, par le passage du temps, en font des images historiques. Des archives du Musée McCORD, musée d’histoire sociale à Montréal, présentent les photographies des métiers de la métropole québécoise au début du 20ème siècle.

Il est également question d’u travail de bureau avec« Histoire de bureaux », exposition collective avec Julien BENARD, Émeric FEHER, Laurent GÉLISE, Yannick LABROUSSE et Lars TUNBJÖRK. Une série de photographies de bureaux réalisées en entreprises dans les années 70 est présentée, issue du Fonds Heurtier conservé au Musée de Bretagne.

La biennale est ouverte sur le monde et sur les conditions de travail. Ioana CÎRLIG, dans sa série « Post Industrial Stories / The Last Shift »dépeint la classe ouvrière roumaine à la dérive. Dans le cadre des partenariats internationaux, Kaunas Photo festival (Lituanie) présente le travail de Eugenijus BARZDŽIUS, le festival Photolux (Italie) celui de Mattia BALSAMINI.Dans cette période où l’organisation du travail est repensée, Cécile CUNY, Nathalie MOHADJER et Hortense SOICHET invitent à découvrir le travail des manutentionnaires de la logistique à travers l’exposition « On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique ». Toutes les expositions sont ouvertes au public gratuitement.

Continuer la lecture de Usimages, une biennale de la photographie de travail

BD et romans graphiques au travail

Dossier coordonné par Jean-Paul Géhin, Françoise F. Laot et Pierre Nocérino

Appel à contribution pour la revue Images du travail, travail des images

Bien culturel particulièrement apprécié, la bande dessinée conduit à interroger le travail de multiples façons.

Elle permet tout d’abord de mettre le travail en image : nombre de publications décrivent aujourd’hui diverses réalités sociales, parmi lesquelles de multiples pratiques professionnelles (Géhin, 2018-2019). Ce phénomène est accentué par l’émergence de la bande dessinée documentaire, appelée aussi « bande dessinée reportage » ou encore « bande dessinée du réel », soit un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner (Lesage, 2017). La bande dessinée documentaire connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 ou plus tard le succès des albums de Joe Sacco. Au point que certaines structures éditoriales se dédient à ce type de production : outre les collections créées au sein de multiples maisons d’édition, on peut citer les journaux La revue dessinée, The nib et Topo.

« Ethnographie embarquée dans le milieu de la bande dessinée » (extrait de la thèse de P. Nocérino).
Continuer la lecture de BD et romans graphiques au travail

L’apparence au travail au prisme des images

Finale nationale du concours des meilleurs apprentis de France : cuisine froide © David Desaleux.

Appel à propositions d’articles pour le n° 13 de la revue Images du travail, Travail des images (sortie prévue en septembre 2022)

Numéro coordonné par Michèle Dupré et Anne Monjaret

Si les travaux en sciences humaines et sociales ne manquent pas sur les vêtements de travail et au travail, ils restent le plus souvent éclatés et ne font pas l’objet d’une réflexion en soi, en dehors de quelques publications somme toute récentes (notamment Francequin, 2008 ; Villelongue, 2011 ; Barbier et al, 2016 ; Rennes, Lemarchant et Bernard, 2019). Nous observons cependant un intérêt croissant pour la thématique qui dépasse la sphère universitaire et scientifique. En effet, trois expositions de l’automne 2020, l’une en Italie et les deux autres en France le démontrent, chacune s’emparant de la question de manière différente : la première a exposé des photographies montrant différents types de vêtements de travail portés dans des contextes et des secteurs professionnels variés, la deuxième s’est focalisée sur le bleu de travail et la troisième s’est attachée à présenter des « Vêtements Modèles » dont le bleu de travail[1]. Ainsi, le vêtement de/au travail est un objet à la mode quand il n’est de mode.

Continuer la lecture de L’apparence au travail au prisme des images

IN MEMORIAM MARC-HENRI PIAULT.

1933, Neuilly-Sur-Seine – 2020, Rio de Janeiro.

La revue ITTI est en deuil suite au décès de Marc-Henri Piault le 4 novembre 2020.

Depuis son origine, il a participé au projet Images du Travail, Travail des Images et fut un collaborateur important de la revue dont il était membre du Conseil Scientifique. Plus largement, observateur attentif des interactions entre cinéma et anthropologie, il laisse une publication de référence « Anthropologie et cinéma : passage à l’image, passage par l’image » qui est aujourd’hui encore un repère incontournable pour comprendre les évolutions que suscite la rencontre entre le cinéma et l’anthropologie au sein de la recherche en SHS tout au long du XXème siècle.

Continuer la lecture de IN MEMORIAM MARC-HENRI PIAULT.

Appel à contribution n°34 de la revue Interrogations: Suivre l’image et ses multiples états dans les collaborations arts/sciences »(archives)

Le site internet Saisir le chantier rassemble une diversité d’images de chantiers de rénovation domestique. Produites à la fois par des habitants, des artisans, des chercheurs et des artistes, elles traduisent une pluralité de représentations du chantier et de modes d’habiter. Ce projet de recherche a été initié par Jade Tang, artiste plasticienne, Claire Kueny, historienne de l’art et Jean-Paul Filiod, sociologue anthropologue, dans le cadre de Leroy Merlin Source[1]. C’est un exemple parmi d’autres d’une démarche de recherche riche du dialogue et de la confrontation de regards artistiques, scientifiques et citoyens. Ce foisonnement d’images interroge : que devient l’image au sein de cette collaboration transdisciplinaire et participative ? Œuvre d’art à exposer pour l’artiste, donnée à analyser pour le sociologue, outil de travail pour l’artisan, ou souvenir cher aux habitants ? Suivre l’image et ses multiples états serait le moyen d’observer et de questionner, notamment, les démarches de collaboration entre arts et sciences.

Figure 1. Capture d’écran du site internet Saisir le chantier
Source : http://www.saisirlechantier.com/, consulté le 2 juillet 2020.
Continuer la lecture de Appel à contribution n°34 de la revue Interrogations: Suivre l’image et ses multiples états dans les collaborations arts/sciences »(archives)

La fabrique de la bande dessinée (archives)

Perspectives socio-logiques sur la bande dessinée Lundi 9 et mardi 10 novembre
Colloque organisé par Pascal Robert
A l’ENSSIB (Lyon)

Ce colloque international organisé dans le cadre de l’année de la bande dessinée 2020 apparait particulièrement intéressant et innovant pour aborder la thématique Images du travail, travail des images.

Continuer la lecture de La fabrique de la bande dessinée (archives)

Le deuxième numéro papier de la revue Débordements explore les relations écologie et cinéma

Comment sortir de l’écartèlement entre les prédictions catastrophistes et les dénis fervents ? Comment inventer des manières de vivre qui soient en même temps des façons de perdurer ? Voilà quelques-uns des chantiers qu’ouvre aujourd’hui la question écologique, et auquel le cinéma contribue à sa façon. Comment ? D’abord en constatant, en pointant. En faisant affleurer, d’une part, les traces d’un délabrement terrible dans sa patience même. D’autre part, en exposant la palette des réactions et propositions qui ne cessent de croître suite à ce qu’il faut bien appeler une prise de conscience. De ce point de vue, tous les cinémas peuvent être convoqués, depuis les blockbusters qui déclinent les scénarios de la fin du monde tout en maintenant leur idéal esthétique et économique de dépense somptuaire, jusqu’aux documentaires désargentés relevant ici ou là l’avancée du désert et l’implantation des oasis. On le comprend, interroger le cinéma à l’aune de l’écologie est un projet aussi vaste que flou. Un projet n’admettant que des réponses partielles, et qui trouve après une série d’entretiens publiés sur Débordements (avec Elise Domenach, Jean-Baptiste Fressoz et Hervé Aubron) un développement dans ce second numéro papier : Terrestres, après tout.

Continuer la lecture de Le deuxième numéro papier de la revue Débordements explore les relations écologie et cinéma

LIP, des héros ordinaires

Je profite de la publication récente d’un ouvrage historique sur LIP, pour rendre compte d’un ouvrage un peu  plus ancien, un roman graphique d’une grande qualité :

  • Vidal, Damien (dessin) & Galandon, Laurent (scénario) (2014) Lip, des héros ordinaires, Dargaud, 178 pages.

Cet ouvrage rend compte de la longue lutte ouvrière menée en 1974 aux usines LIP de Besançon que les propriétaires menaçaient de fermer. Cet épisode joue un rôle majeur dans l’histoire industrielle française non seulement parce que dans le climat de l’après 1968  il mettait en avant  la revendication politique d’autogestion mais aussi car il a été fortement médiatisée et soutenue par l’opinion publique.

Continuer la lecture de LIP, des héros ordinaires

L’affaire Lip

L’affaire Lip

1968-1981

Donald Reid
Traduit de l’anglais par Hélène Chuquet – Préface de Patrick Fridenson

Cinquante ans plus tard la grève et la volonté d’autogestion exprimée par les travailleurs et les travailleuses des Usines Lip à Besançon font encore l’objet de nombreuses publications scientifiques, de romans graphiques, de documentaires cinématographiques… Preuve sans doute que ces événements sont restés profondément ancrés dans l’histoire et l’imaginaire des luttes sociales en France.

Charles Piaget prenant la parole à Besançon, août 1973, photographie de Bernard Faille, © Bibliothèque municipale de Besançon.

Comme le rappelle la quatrième de couverture de cet ouvrage qui vient de paraître aux PUR, Donald Reid retrace ici l’histoire des luttes menées par les salarié(e)s de l’usine Lip de Besançon, qui ont marqué la France des années 1970 et servi de point de référence à de nombreux autres mouvements de lutte collective. L’affaire Lip est replacée dans le contexte des « années 1968 », mettant en évidence la place centrale de cette collectivité de travailleurs dans les combats du monde ouvrier en France, entre la fin des « Trente glorieuses » de l’après-guerre et l’émergence du néo-libéralisme dans les années 1980.

Lip, qui a incarné concrètement pour la première fois en France l’idéologie de l’autogestion, reste aujourd’hui dans les mémoires comme un événement emblématique des années 1968, mais l’affaire Lip fut aussi le précurseur de bien des réactions actuelles aux décisions touchant à la vie des travailleurs à l’heure de la mondialisation et du capitalisme des marchés.

S’appuyant sur de nombreuses sources, dont beaucoup inédites, l’auteur rend compte de tous les aspects de cette « expérience Lip » : pratiques syndicales, enjeux idéologiques, rapports complexes à l’autogestion, au concept d’entreprise ; relations du mouvement à l’État, au patronat, aux centrales syndicales nationales, aux soutiens extérieurs (intellectuels, groupes d’extrême gauche, monde de la culture) ; place des femmes et groupes féministes. Par l’ampleur du champ couvert, l’ouvrage offre le tableau détaillé d’un moment crucial de l’évolution du monde ouvrier et de sa tentative de proposer une alternative au système capitaliste.

Donald Reid, professeur d’histoire à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill (États-Unis), est spécialiste de l’histoire sociale et culturelle de la France. Il est l’auteur d’un ouvrage sur Les Mineurs de Decazeville : historique de la désindustrialisation (Harvard University Press, 1985, traduction française, Decazeville, 2009) et de Germaine Tillion, Lucie Aubrac, and the Politics of Memories of the French Resistance (Cambridge Scholars Publishing, 2007), ainsi que de nombreux articles, parmi lesquels certains traitent de différents aspects des « années 1968 ». La traduction française de son histoire des Égouts et égoutiers de Paris est parue en 2014 aux Presses universitaires de Rennes.

La revue brésilienne Fotocronografias publie un numéro thématique « Trabalho das Imagens »

Cornelia Eckert, membre du conseil scientifique de Images du travail, travail des images et correspondante de la revue au Brésil nous informe de la parution du nouveau numéro de la revue FOTOCRONOGRAFIA

Avec le thème TRAVAIL et IMAGES
 
Il peut être consulté sur le support et également téléchargé en pdf.
 
 
 

Mise en (in)visibilité des groupes professionnels. un appel à articles de la revue Questions de communication (archives)

 

dossier coordonné par Pierre-Yves Connan, Guillaume Le Saulnier et Benoît Verdier (Cérep, Université de Reims Champagne-Ardenne)

Parution en 2021

Questions de communication est une revue semestrielle à comité de lecture publiée avec le soutien du Centre de recherche sur les médiations (Université de Lorraine, France) et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

Continuer la lecture de Mise en (in)visibilité des groupes professionnels. un appel à articles de la revue Questions de communication (archives)

Pickpocket, une profession comme les autres ?

Pickpocket, un film de Robert Bresson,1959, 78′

« Ce film n’est pas du style policier. L’auteur s’efforce d’exprimer, par des images et des sons, le cauchemar d’un jeune homme poussé par sa faiblesse dans une aventure de vol à la tire pour laquelle il n’était pas fait. Seulement cette aventure, par des chemins étranges, réunira deux âmes qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais connues. »

Le long-métrage de Robert Bresson s’ouvre sur l’introduction mentionnée ci-dessus en plusieurs intertitres.

Image 1. Affiche du film

Sources : http://www.robert-bresson.com/Posters/Pickpocket/Pickpocket.html

Continuer la lecture de Pickpocket, une profession comme les autres ?

« On ne naît pas Photographe, on le devient » (archives)

Sous titrée « Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982) » cette thèse sera soutenue par Véra Léon le samedi 21 mars 2020 9h30 en Sorbonne Amphithéâtre Durkheim (escalier I) 14 rue Cujas, 75006 Paris Entrée libre sur inscription : tinyurl.com/veraleon

Continuer la lecture de « On ne naît pas Photographe, on le devient » (archives)

Le premier salon des écritures alternatives en sciences humaines et sociales (archives)

Le Salon des Écritures Alternatives en Sciences sociales (SEAS) aura lieu le vendredi 10 janvier 2020 au MUCEM à Marseille. Cet événement est une initiative du nouveau Groupement de recherche « Image, écritures transmedias et sciences sociales ».

L’ambition de ce salon est de réunir chercheur·ses en sciences sociales et professionnel·les de l’économie créative (production, diffusion, édition) afin d’échanger sur les nouveaux défis autour de ces œuvres qui occupent une place grandissante dans le champ de la recherche et dans la société.

Cette journée sera l’occasion de présenter des œuvres – films, documentaires sonores, photographies, romans graphiques, bandes dessinées et jeux-vidéos -, de proposer des tables rondes sur les enjeux de fabrication et de diffusion, de participer à des ateliers. Elle permettra notamment des retours d’expérience ou la présentation de nouveaux projets pour faciliter des partenariats. Cette année, le Salon fera un focus particulier sur l’écriture sonore.

Continuer la lecture de Le premier salon des écritures alternatives en sciences humaines et sociales (archives)

L’entrée en résistance un spectacle proposant une nouvelle approche de la souffrance au travail (archives)

RESISTER : du latin resistere qui signifiait « s’arrêter, ne pas avancer davantage », est l’action de se dresser et de demeurer debout.

Dans le spectacle Très nombreux, chacun seul, créé en 2012 la compagnie La Mouline abordait la question de la souffrance au travail et des nouvelles formes de management, à partir d’un fait divers tragique : le suicide d’un cadre, délégué syndical au sein de son entreprise.

Continuer la lecture de L’entrée en résistance un spectacle proposant une nouvelle approche de la souffrance au travail (archives)

l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter (archives)

Long métrage d’Anne Depétrini, France, 2018, 87 minutes

Avec sa comédie L’école est finie, l’actrice et réalisatrice Anne Depétrini se donne pour mission de revaloriser le métier d’enseignant en en montrant toute la complexité, avec humour bien sûr. Avantage indéniable : elle connaît l’envers du décor puisque sa propre mère a longtemps travaillé dans le milieu. Inspiré du livre Chronique d’une prof qui en saigne (2010) de Princesse Soso[1], le film raconte les débuts d’une jeune professeure d’anglais, Agathe Langlois (Bérengère Krief), parisienne jusqu’au bout des ongles et titularisée au collège Émile Zola à Trouilly-sur-Selles, en pleine Picardie. Loin de tout ce qu’elle connaît, de sa sœur Diane (Marilou Berry) et de ses copines, elle redécouvre son métier et les vicissitudes qui l’accompagnent. En effet, enseigner, c’est rarement faire cours à des mômes ravis d’apprendre et avides de connaissances comme l’étaient ses premiers élèves du lycée Montaigne, lors de son année de probation. Une fois mutée, son public change radicalement. Elle doit braver l’absence de curiosité intellectuelle des uns et l’insolence des autres, en jonglant avec les multiples fonctions qui lui incombent désormais : prof, éducatrice, psy, assistante sociale, informaticienne etc. En bref : une fiction qui révèle en toute légèreté la difficile polyvalence des enseignants d’aujourd’hui.

Figure 1 : affiche du film l’école est finie.

Continuer la lecture de l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter (archives)

Travail, genre & images : Les archives revisitées (archives)

Pour accompagner la publication de son numéro spécial 6/7 « Femmes au travail: quelles archive visuelles », la revue Images du travail, travail des images, vous invite à une journée d’études le 3 juin 2019 à la Bibliothèque Nationale de France Quai François Mauriac, 75006 Paris Transports : Métro Lignes 6 et 14 ; Bus 89 ; RER C journée ouverte à tou.te.s dans la limite des places disponibles pré-inscriptions obligatoires à l’adresse mail : alain.carou@gmail.com : la bibliothèque étant fermée au public le lundi matin, seules les personnes inscrites pourront accéder à la journée d’étude

Continuer la lecture de Travail, genre & images : Les archives revisitées (archives)

Être au travail

À l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail, l’exposition Êtres au travail regroupe du 16 mars au 14 juillet 2019, sur les grilles du Jardin du Luxembourg (Rue Médicis – 75006 Paris) 80 photographies de Magnum Photos et de photographes indépendants.

Donner à voir le travail à un public large, stimuler les réflexions de chacun en articulant regards artistiques et points de vue scientifiques, telles sont les ambitions de cette exposition qui fait aussi l’objet d’un ouvrage collectif bilingue de 128 pages croisant photographies et textes d’experts.

©Steve McCurry/Magnum Photos
Continuer la lecture de Être au travail

Usimages (archives)

Du samedi 27 avril au samedi 15 juin 2019 se déroule la troisième édition d’Usimages, Biennale de la photographie industrielle, sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette année Usimages propose 12 expositions gratuites et s’attache à explorer les relations entre la photographie et la commande d’entreprise. Elle soulève aussi la question de sa capacité à témoigner ou non des réalités du monde du travail. Pour ce faire, la programmation interroge le rapport des artistes à la commande industrielle et souligne la difficulté à exercer un regard libre au sein des entreprises. La programmation s’articule autour d’expositions de photographes internationaux qui permettent de croiser point de vue historique et contemporain. Comme le souligne le dossier de presse de la biennale, c’est la diversité des époques, des entreprises commanditaires, des origines géographiques et des choix esthétiques des photographes qui permet d’engager une réflexion poussée sur la photographie industrielle

Continuer la lecture de Usimages (archives)

Partir – 35 histoires de migration (archives)

Exposition réalisée par Jean-François Fort, en partenariat avec le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et le centre social du Toit du Monde.

Chapelle Saint Louis, 1 rue Louis Renard, Poitiers
Du 25 mars 2019 à 18h30 ; jusqu’au 15 avril 2019
Horaires: du lundi au vendredi de 12h / 18h. Samedi et dimanche de 14h / 18h.

Continuer la lecture de Partir – 35 histoires de migration (archives)

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Une nouvelle revue qui s’intéresse au travail.

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance de la Revue Salariat:

« Salariat est une revue de sciences sociales, fondée à l’initiative de l’Institut Européen du Salariat. Cette revue pluridisciplinaire s’attache à l’étude du salariat entendu comme rapport social, mais aussi comme classe sociale et comme ensemble institutionnel. Elle a ainsi vocation à publier des travaux portant sur le travail, l’emploi, la protection sociale, le syndicalisme ou les groupes sociaux en lien avec la question salariale.

La revue publie des textes fondés sur des approches empiriques aussi bien que théoriques. Elle entend également participer au dialogue entre les sciences sociales et des acteurs et actrices non académiques.« 

L’équipe éditoriale de la revue Images du Travail, Travail des Images a noté avec beaucoup de satisfaction, son intérêt pour les images, notamment dans le cadre de la rubrique Arrêts sur images qui propose pour ce premier numéro un article s’intitulant : « Aux masques citoyennes ! Mélange des genres productifs en régime d’« exception » » rédigé par Fanny Gallot, Giulia Mensitieri, Eve Meuret-Campfort et Maud Simonet.

Cet article part d’une photo de l’étiquette d’un masque en tissu, prise pendant le premier confinement lié à la pandémie du Covid-19. Sur ce petit bout de tissu apparaissent plusieurs d’acteurs qui figurent rarement côte à côte : un hôpital public, une entreprise de textile et un collectif de bénévoles.

« La production de masques au cours du premier confinement du printemps 2020 a donc suscité le développement en quelques semaines d’un régime productif « d’exception » caractérisé par un brouillage des frontières entre secteurs (public, associatif, privé lucratif) et entre formes de travail (rémunéré, non-rémunéré, libre ou contraint) ». Ce mélange des genres inaugure-t-il une nouveau modèle productif?

Jean-Paul Géhin

/

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search