Le pendule de Costel

Le Pendule de Costel, Pilar Arcila, 2013, Kamatomi film, 68mn

Costel est un Rom mais, est-ce crédible, il n’est ni criminel, ni violent, ni maffieux. Il a une femme, des cousins et des copains qu’il a rencontrés à l’occasion de ses voyages à l’ouest : « on s’est connus et on s’est regroupés en France car on avait peur avec tous ces vagabonds ». Avec sa famille élargie, il sillonne l’Europe pour survivre depuis que la chute de Ceausescu a coupé le principal revenu des communautés Rom en Roumanie, des petits boulots sous payés et peu considérés dans les fermes collectives d’État. Le pendule c’est les mouvements réguliers qu’effectue la communauté entre France, Suisse et Roumanie au gré des politiques nationales et européennes. Marseille où il est encore possible de fouiller les poubelles à la recherche d’objets et de métaux revendables et de s’abriter dans des squats que la politique de modernisation rapide de la ville laisse un moment accessibles. Lausanne où la mendicité rapporte bien mais où il faut trop souvent dormir au froid dans les rues, faute de places dans les centres d’accueil d’urgence. Manarade, petit village de Transylvanie avec ses maisons colorées et insalubres où grâce à l’argent envoyé de France et de Suisse vivent les enfants élevés par les grands-parents.

pendule (3)
Costel aime le cinéma. Depuis quelques années déjà, il filme les voyages et les activités de sa famille grâce à son téléphone portable. Lorsque Pilar Arcila, réalisatrice et photographe colombienne, lui propose de le filmer avec une caméra 8 mm en noir et blanc, il accepte de suite. Les images muettes et poétiques de ces déambulations quotidiennes dans les rues de Marseille avec une poussette tranchent avec celles produites par les médias dans un contexte de déchaînement politico-médiatique sur les Rom. Costel emprunte sa caméra à la réalisatrice pour faire un reportage sur sa communauté. Il se met à filmer et à interviewer ses copains, ses cousins, sa femme, sa famille… D’abord de manière malhabile mais il apprend vite. Il tient ses séquences, découvre le hors champ, apprend à laisser parler et à écouter. De ces gens quasi muets, il soutire une parole qui mérite d’être entendue : qui dit la peur de ces immenses villes étrangères et de la police, la honte d’être pauvre et de mendier, l’importance de l’argent, la joie de se construire un chez soi présentable bien que précaire, la volonté et l’espoir de travailler…

pendule (2)
Le pendule de Costel se présente comme une alternance de deux types d’images très différentes mais qui dialoguent entre elles. D’un côté, les images en noir et blanc super 8 de la réalisatrice ; poétiques, quelquefois presque abstraites, quasi muettes et accompagnées de musique concrète, elles montrent une ville en pleine rénovation et une forme d’errance urbaine des Rom, filmés à distance. De l’autre, les images de Costel vives, diversifiées, faites dans l’urgence, nous montrent de l’intérieur et de près des individus ne pouvant survivre chez eux, déstabilisés, quelquefois joueurs et souvent honteux de leur vie et de l’image qu’ils donnent. Progressivement, Costel fait émerger une parole, encore malaisée et peu audible, de ces gens sans voix. Dans la seconde partie du documentaire, un troisième type d’images apparaît, numériques et en couleur, filmées par des professionnels, de loin les plus classiques mais aussi les moins intéressantes, car elles tendent à déstabiliser la dynamique introduite par la confrontation entre point de vue intérieur et regard extérieur au groupe.

pendule (1)
Malgré cette limite, ce documentaire nous offre une image rare des Roms, au-delà de stéréotypes, montrant des individus en chair et en os, dans leur quotidien fait d’errance, de précarité, de débrouilles, de peurs, de rêves, de croyances, de volonté de s’en sortir. Bien entendu, ils sont comme tous les autres migrants à la recherche d’un travail bien rémunéré mais ils n’ont qu’exceptionnellement accès au marché du travail. Costel Kalman nous propose un regard nouveau et pose les bonnes questions. Il montre l’ampleur des préjugés et des mythes autour des Roms, qui alimente un racisme ordinaire et particulièrement bien ancré. On attend avec impatience son prochain film.

Jean-Paul Géhin


Une réflexion sur « Le pendule de Costel »

  1. Voilà donc un bon article, bien passionnant. J’ai beaucoup aimé et n’hésiterai pas à le recommander, c’est pas mal du tout ! Elsa Mondriet / june.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.