Partir – 35 histoires de migration

Exposition réalisée par Jean-François Fort, en partenariat avec le laboratoire Migrinter de l’Université de Poitiers et le centre social du Toit du Monde.

Chapelle Saint Louis, 1 rue Louis Renard, Poitiers
Du 25 mars 2019 à 18h30 ; jusqu’au 15 avril 2019
Horaires: du lundi au vendredi de 12h / 18h. Samedi et dimanche de 14h / 18h.

Jean-François Fort est infirmier psychiatrique à Poitiers et photographe. Il expose 35 portraits photo de migrants rencontrés à Poitiers. Une nouvelle fois, après notamment son travail sur les ouvrières du Rana Plazza, il nous montre la qualité de son regard à la fois profondément humaniste et d’une grande précision. Cette fois ci, chacun des portraits est accompagné d’un texte d’une dizaine de lignes, qui se veut informatif et factuel. Le travail de Jean–François Fort fait penser au célèbre photographe allemand August Sander (1876-1964), tant dans sa manière de mettre en scène les personnes photographiées, toujours à “hauteur d’humains” que dans son projet social que Sander résumait de la manière suivante ; « Voir, observer, penser ».

Ainsi Jean-François Fort nous propose une exposition qui aborde un grand problème de société tout en nous concernant directement : des individus en chair et en os que l’on peut croiser au quotidien et dont les biographies individuelles rejoignent la grande histoire

” Assiya, 32 ans, Rustam, 40 ans et Radmir, 2 ans et demi. Kazakhstan. (29 mars 2017). Les deux parents ont fait des études universitaires puis travaillé à Almaty, Assiya dans une entreprise internationale (elle parle Kazakh, Russe, Anglais et se débrouille maintenant en Français), Rustam lui est ingénieur en informatique et télécommunications. Ses compétences ont attiré en 2014 l’attention des islamistes locaux qui lui ont demandé de travailler pour eux. Rustam a refusé, le couple a alors subi des tentatives d’intimidation avant d’être physiquement agressé. Tous deux ont été hospitalisés. Ils ont alors demandé la protection de la police qui n’a rien fait. Les menaces devenant toujours plus inquiétantes ils ont tout abandonné et se sont cachés dans la campagne pendant une année. Débusqués et sentant leurs vies menacées, ils ont choisi l’exil et pris des billets d’avion pour la France où ils ont pensé trouver refuge. Assiya et son mari sont très gênés d’être assistés, ils voudraient avoir la possibilité de travailler pour ne plus être à la charge de l’État français et rendre ce qu’ils estiment devoir. Ne pouvant croire que le Kazakhstan, qui a signé des accords internationaux de lutte contre le terrorisme, ne les a pas protégés, l’Ofpra leur refuse le droit d’asile.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.