Usimages

Du samedi 27 avril au samedi 15 juin 2019 se déroule la troisième édition d’Usimages, Biennale de la photographie industrielle, sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette année Usimages propose 12 expositions gratuites et s’attache à explorer les relations entre la photographie et la commande d’entreprise. Elle soulève aussi la question de sa capacité à témoigner ou non des réalités du monde du travail. Pour ce faire, la programmation interroge le rapport des artistes à la commande industrielle et souligne la difficulté à exercer un regard libre au sein des entreprises. La programmation s’articule autour d’expositions de photographes internationaux qui permettent de croiser point de vue historique et contemporain. Comme le souligne le dossier de presse de la biennale, c’est la diversité des époques, des entreprises commanditaires, des origines géographiques et des choix esthétiques des photographes qui permet d’engager une réflexion poussée sur la photographie industrielle

” C’est le cas pour les images de Michele Borzoni de call centers ou de centres logistiques qui nous poussent à imaginer ce que l’image ne représente pas : la consommation à flux tendue avec d’un bout à l’autre de la chaine le consommateur et le robot préparateur de la commande.

On retrouve ce même sentiment dans le travail d’Edgard Martins sur l’usine BMW de Munich. Ici les espaces de production sont cliniques, aseptisés, robotisés, et les humains réduits à des mannequins utilisés pour les crash tests. Ces nouvelles représentations du travail sont bien loin des photographies qui ont construit l’idéologie des Trente Glorieuses et de l’après-guerre, où l’ouvrier et son outil de production étaient au service d’un progrès qui améliore la condition de vie.

En se plongeant dans les archives de la CGT, et en particulier dans les couvertures de La Vie Ouvrière, on traverse cette période avec l’angle du regard syndicaliste. Souvent réalisées par des salariés, les photographies servent à la dénonciation et à la revendication.
À cette même époque, entre 1956 et 1966, Jean-Pierre Sudre travaille dans de grandes entreprises pour lesquelles ils réalisent des albums photographiques. La diversité de ses clients l’amène à prendre des images chez de nombreux sous-traitants pour lesquels il s’exerce à une photographie appliquée. Présenté pour la première fois dans une grande exposition, on découvrira un photographe curieux et attentif à la fois aux formes industrielles et aux travailleurs, laissant bien souvent libre court à son regard dans le cadre contraint de la commande.

C’est aussi deux reportages commerciaux qu’André Kertész réalise en 1944 chez Firestone et pour l’American Viscose Corporation. Il s’attache à composer à la chambre des images précises, et porte une grande attention aux choix de ses modèles féminins qu’il fait poser au travail, dans ce moment historique où les Etats unis voyaient leurs hommes partir sur le front.

Ce regard porté sur les femmes constitue aussi la trame du travail des photographes allemandes Christiane Eisler et Silke Geister qui ont produit en toute liberté dans les années 90 une série documentaire sur le travail des femmes dans les entreprises de l’ancienne Allemagne de l’Est. Autre regard sur l’Est avec le photographe polonais Mariusz Forecki qui s’attache à la vie dans et en dehors de l’entreprise. De façon sociologique il capte dans ses photographies les mouvements d’une société marxiste qui évolue vers le libéralisme. La disparition du monde industriel provoque des mutations de la société que le photographe cherche à représenter dans un projet complexe.

Daniel Challe aussi dans sa série Keroman /Mécanique Générale regarde à la fois le port de Lorient dans la passée de son architecture et de son activité, mais se projette dans l’industrie de demain en nous faisant pénétrer dans les entreprises high tech de la construction navale.

Souvent commandités, les photographes sont parfois conviés à exercer librement leur regard au cœur de l’entreprise. Ce fut le cas en 1987, lorsqu’à l’occasion de son 30e anniversaire, l’usine Colgate- Palmolive de Compiègne ouvrit ses portes à quatre photographes, Gilbert Fastenaekens, Thierry Girard, Richard Kalvar et John Vink, afin qu’ils croisent leurs regards sur l’entreprise. Ces images seront alors rassemblées dans le livre L’usine.

Dans ce même esprit, la biennale a confié cette année encore une carte blanche à deux jeunes photographes Romain Cavallin et Florian da Silva pour photographier trois entreprises du bassin Creillois. Elles ont ouvert leurs portes et ont accepté que les artistes nous livrent leur vision personnelle. Il s’agit aussi de regard personnel dans les images du taïwanais Huang Shen Ming qui représente sous forme d’ombres chinoises les ouvriers des chantiers de construction des grands buildings de Tainan. À travers les échafaudages de bambous, les corps se détachent et semblent jouer une partition musicale qui rythme le travail.

L’automobile est aussi l’un des fils conducteurs de cette édition avec certains photographes précédemment cités, mais également à travers une exposition du Fonds d’archives de Renault, qui présente une série inédite de photographies couleurs réalisées en 1960 sur la chaine de montage de la Renault Floride dans l’entreprise Brisonneau-Chausson.

Plus proche de nous et sur des technologies d’avenir, Matjaž Krivic s’intéresse à la route du Lithium, et la quête de ce combustible pour les batteries des véhicules électriques. De l’extraction à la fabrication des batteries et à leur mise en fonction dans les automobiles chinoises, le photographe questionne par ses images notre capacité à épuiser les ressources naturelles pour fournir de l’énergie.”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.