Une Usine dans les champs. Tentative d’histoire exemplaire de l’industrialisation en France durant le dernier tiers du XXe siècle

Stéphane Gatti, coord., 2012, « Une usine dans les champs », Paris, La parole errante, 256p.

Aux confins du Berry, dans un village médiéval très rural et sans aucune tradition industrielle, un ouvrier parisien, Fernand Combes, va installer en 1963, dans le cadre des lois de décentralisation, une société de transformation des métaux, SITRAM, qui va devenir rapidement un leader européen des autocuiseurs et des casseroles en inox, passant des 40 salariés du début à plus de 500 dans les années 1980. Les conditions du succès peuvent être facilement identifiées. D’un côté, une main d’œuvre docile, primo salariée, rendue disponible par la crise de l’agriculture vivrière (y compris les femmes), prête à accepter la rationalisation poussée des tâches et des conditions de travail difficiles. De l’autre la figure centrale et charismatique du patron fondateur, qui va appliquer à la lettre les principes du fordisme : « Meilleurs salaires de la région, primes multiples, primes d’assiduité, pas de syndicats, cadence maximum » (p. 6). Se met alors en place une forte dynamique locale articulant développement économique et accès massif à la consommation de masse, coloré dans ce cas pas la volonté du propriétaire de l’usine de soutien aux activités associatives, en particulier en direction des écoles et des sports.

Au tournant du siècle la situation se dégrade, d’abord sous l’effet de la mondialisation et de l’implantation d’une usine en Chine mais surtout avec l’arrêté de 2001, qui classe le site de Saint Benoît du Sault parmi les établissements ayant fabriqué des matériaux contenant de l’amiante et ouvrant ainsi droit à une cessation anticipée d’activité. C’est un coup de tonnerre dans cette usine n’ayant pas été touchée par mai 1968 et pas connu un seul jour de grève depuis sa création : conflit salarial d’ampleur, départ massif des salariés qui profitent de leurs droits à quitter prématurément l’usine. Les départs, nombreux et rapides, sont vécus comme un fort traumatisme ; et ceci d’autant plus qu’il y a une volonté patronale de ne pas les  remplacer : « Je ne pourrai pas embaucher (…) je ne délocaliserai pas ; pourtant ce serait facile et que l’on m’y pousse plus ou moins avec une telle situation, mais je vais me battre pour conserver les 200 emplois qui resteront » (p. 8).

La rapidité du flux puis du reflux, l’absence de conflits collectifs, la forte proximité entre ouvriers et patrons qui « empêche les acteurs de saisir autre chose que la réalité psychologique des personnages » (p. 4), la déclaration de risque d’amiante qui a enfermé chaque salarié dans l‘intérêt personnel, la décision individuelle et l’omerta… Tout cela n’a pas permis que l’histoire sociale de cette industrialisation rurale ne soit faite.

C’est le fils des instituteurs du village voisin de Saint Benoît du Sault lors de l’implantation de l’usine en 1963 qui est à l’origine de ce travail. Il fait appel à Stéphane Gatti et à son association « La parole errante » pour réaliser un documentaire sur l’histoire du site s’appuyant sur les témoignages des ouvriers et en particulier des jeunes retraités… 35 entretiens filmés seront réalisés, de nombreuses photographies, prises, des documents et objets, récoltés, le travail dans les ateliers et la production actuelle, filmés.

Cet ensemble, considéré comme trop hétérogène par les auteurs n’a pas conduit à la réalisation du documentaire initialement prévu mais débouche sur une série de documents multimédias :

  • Un site internet, Marmites & Casseroles
  • Une grande exposition dans le village articulant dans plusieurs salles thématiques photographies, objets, entretiens montés dans des logiques thématiques.
  • Cet ouvrage, tiré de l’exposition, reprenant l’ensemble des documents récoltés, visuels et écrits, et proposant ainsi des matériaux pour une histoire de l’usine encore à faire.

Même si il s’appuie sur une série d’entretiens filmés approfondis conduits de manière empathique, reprend des documents d’archives et est largement émaillés de citations de chercheurs en sciences sociales, ce travail est qualifié de « poétique » et « surtout pas sociologique »… Ce qui révèle une vision étonnante et très positiviste de la sociologie, encore assez courante dans le monde du documentaire.

Les 15 chapitres dessinent progressivement un portrait pointilliste et impressionniste de l’usine en articulant dans une logique thématique plusieurs extraits d’entretiens non anonymisés, quelquefois complétés par des articles de la presse locale ou de documents d’entreprises. L’accent est ainsi mis sur la parole des salariés et accessoirement sur les interactions intervieweur interviewé, même si les critères ayant présidé à la sélection des extraits retenus comme au choix des thématiques abordées ne sont pas explicités.

Le premier chapitre, intitulé « Georgette » possède un statut particulier. Il propose une synthèse d’un seul entretien en se contentant de donner des extraits retranscrits avec questions et réponses, organisés autour de sous titres en gras, généralement sous forme de citations de l’interviewée : « Il y avait un chronométreur » ; « Que mes enfants soient élevés normalement » ;  « Le trichlore m’a tout de suite donné mal au cœur, j’étais saoule ». En le traitant de manière différente, les auteurs donnent une valeur exemplaire à ce témoignage qui porte à la fois sur l’avant, lorsque Georgette travaillait dans les champs, le pendant avec l’embauche dès l’implantation de l’usine, les conditions de travail difficiles, les relations complexes avec le patron, faites de respect et de tension, et l’après avec la démission et la reprise d’un petit commerce.

Au total, ce que nous proposent cet ouvrage, l’exposition dont il est tiré et le site internet qui l’accompagne, c’est une vision de l’intérieur et toute en nuances de l’entrée dans la modernité industrielle de ce petit coin de France rurale. Portrait du passage, somme toute récent, d’une civilisation agricole et campagnarde à la société de production et de consommation de masse ; passage marqué par quelques éléments saillants :

  • Les modalités de recrutement dans les années 1960-1970 d’une main d’œuvre jeune, tant masculine que féminine, non qualifiée, dure à la tâche, issue d’une agriculture vivrière en profonde crise et trouvant à la SITRAM revenus, stabilité et accès à la propriété.
  • La figure tutélaire du patron lui même issu de la classe ouvrière, innovant, colérique, proche des salariés, autoritaire… Qui se retrouve au centre de cette aventure industrielle mais aussi de la vie locale et, de fait, des discours des salariés interviewés qui fourmillent de descriptions, de jugements et d’anecdotes : « C’était un patron, il n’était peut être pas toujours commode, mais enfin… Grande gueule mais aussi grand cœur. Oui, il était juste » (p.23). Patron mécène à ses heures qui n’hésitait pas à recruter dans l’usine de bons éléments pour l’équipe de football du village : « Le patron m’avait dit : « tu cherches un gars, s’il cherche en même temps du travail, je l’embauche » (…) Sur ce, le gars va à l’usine, rentre dans l’usine, se promène à droite à gauche et voit un mec en blouse bleue qui passe. Il l’interpelle et lui dit « Dis donc, tu sais pas où je pourrais trouver ton singe ? ». Le patron répond : « Si ! le patron c’est moi et la porte elle est là bas ! » (p.24).
  • Les conditions de travail difficiles liées à la faible mécanisation, à la saleté mais aussi aux cadences : « Il n’y avait pas d’aspiration. On ressortait de l’atelier de polissage comme des ramoneurs. Et ça a duré comme cela quatre ou cinq ans » (p. 233). « on était des robots ! vraiment ! (…)  Il y avait des cadences, c’est vrai, mais il y avait aussi de petites coupures. Par contre, pour aller aux toilettes, il fallait avoir quelqu’un de disponible pour nous remplacer. Sur un poste comme le mien, ça tournait continuellement » (p.230).
  • Des relations essentiellement individualisées, marquées par le refus des syndicats, relativement accepté par une main d’œuvre sans tradition ouvrière : « En même temps, on avait pas de syndicat mais on avait pas non plus à se plaindre de notre salaire (…) À une époque, on avait quinze mois de salaire dans l’année. On ne se plaignait pas. Avant, ici, c’était un peu la misère. Les gens qui sont rentrès à Sitram étaient bien contents, et par rapport aux autres entreprises de la région, on avait un salaire très correct » (p. 235).

Dans ce contexte, ce que tout le monde appelle à l’usine les retraites amiantes apparaissent à la fois comme un traumatisme collectif marqué par les non dit et un révélateur de cette absence de dialogue social institué produisant des situations de blocages en période de crise : « On a su qu’il y avait un plan amiante et qu’on pouvait en profiter de suite (…) Ce qui s’est mal passé, c’est qu’on demande une prime de départ plus importante que celle qui nous était proposée. Tout ça s’est terminé aux prud’hommes. De notre côté, on a essayé de tirer pour nous au maximum, Combes, lui, pensait être dans ses droits. Je ne sais pas ce qui s’est passé. Pour ma part, je n’ai jamais été au contact de l’amiante » (p. 243). Le conflit social a été d’autant plus fort que chacun campait sur ses positions et son bon droit. Restent que ce conflit et les départs précoces et massifs se sont  déroulés dans un contexte de délocalisation, de réduction de la charge de travail et surtout de vieillissement d’une main d’œuvre non qualifié, très stable et qui n’avait pas vu évoluer tâches et postes de travail : « Quelquefois, les gens me disent : « Tu n’as pas un peu honte d’être à la retraite si jeune ». Je leur réponds : « d’un côté oui, mais d’un autre, je n’aurais pas pu aller jusqu’à 60 ans, en faisant ce que je faisait à la fin, franchement. J’en étais dans l’incapacité. J’aurais eu surement plus d’arrêts de travail » (p. 247).

On peut regretter que l’ouvrage nous apprenne peu de cet événement pourtant déterminant dans l’histoire du site. C’est sans doute la principale limite de ce travail de l’intérieur, très proche du point de vue des acteurs, qui respecte les non dits, n’interroge guère les discours implicites qui font du patron la victime et des retraités précoces des égoïstes. Au total, qui se plie à l’omerta ambiante.

Jean-Paul Géhin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.