L’affaire Lip

L’affaire Lip

1968-1981

Donald Reid
Traduit de l’anglais par Hélène Chuquet – Préface de Patrick Fridenson

Cinquante ans plus tard la grève et la volonté d’autogestion exprimée par les travailleurs et les travailleuses des Usines Lip à Besançon font encore l’objet de nombreuses publications scientifiques, de romans graphiques, de documentaires cinématographiques… Preuve sans doute que ces événements sont restés profondément ancrés dans l’histoire et l’imaginaire des luttes sociales en France.

Charles Piaget prenant la parole à Besançon, août 1973, photographie de Bernard Faille, © Bibliothèque municipale de Besançon.

Comme le rappelle la quatrième de couverture de cet ouvrage qui vient de paraître aux PUR, Donald Reid retrace ici l’histoire des luttes menées par les salarié(e)s de l’usine Lip de Besançon, qui ont marqué la France des années 1970 et servi de point de référence à de nombreux autres mouvements de lutte collective. L’affaire Lip est replacée dans le contexte des « années 1968 », mettant en évidence la place centrale de cette collectivité de travailleurs dans les combats du monde ouvrier en France, entre la fin des « Trente glorieuses » de l’après-guerre et l’émergence du néo-libéralisme dans les années 1980.

Lip, qui a incarné concrètement pour la première fois en France l’idéologie de l’autogestion, reste aujourd’hui dans les mémoires comme un événement emblématique des années 1968, mais l’affaire Lip fut aussi le précurseur de bien des réactions actuelles aux décisions touchant à la vie des travailleurs à l’heure de la mondialisation et du capitalisme des marchés.

S’appuyant sur de nombreuses sources, dont beaucoup inédites, l’auteur rend compte de tous les aspects de cette « expérience Lip » : pratiques syndicales, enjeux idéologiques, rapports complexes à l’autogestion, au concept d’entreprise ; relations du mouvement à l’État, au patronat, aux centrales syndicales nationales, aux soutiens extérieurs (intellectuels, groupes d’extrême gauche, monde de la culture) ; place des femmes et groupes féministes. Par l’ampleur du champ couvert, l’ouvrage offre le tableau détaillé d’un moment crucial de l’évolution du monde ouvrier et de sa tentative de proposer une alternative au système capitaliste.

Donald Reid, professeur d’histoire à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill (États-Unis), est spécialiste de l’histoire sociale et culturelle de la France. Il est l’auteur d’un ouvrage sur Les Mineurs de Decazeville : historique de la désindustrialisation (Harvard University Press, 1985, traduction française, Decazeville, 2009) et de Germaine Tillion, Lucie Aubrac, and the Politics of Memories of the French Resistance (Cambridge Scholars Publishing, 2007), ainsi que de nombreux articles, parmi lesquels certains traitent de différents aspects des « années 1968 ». La traduction française de son histoire des Égouts et égoutiers de Paris est parue en 2014 aux Presses universitaires de Rennes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.