LIP, des héros ordinaires

Je profite de la publication récente d’un ouvrage historique sur LIP, pour rendre compte d’un ouvrage un peu  plus ancien, un roman graphique d’une grande qualité :

  • Vidal, Damien (dessin) & Galandon, Laurent (scénario) (2014) Lip, des héros ordinaires, Dargaud, 178 pages.

Cet ouvrage rend compte de la longue lutte ouvrière menée en 1974 aux usines LIP de Besançon que les propriétaires menaçaient de fermer. Cet épisode joue un rôle majeur dans l’histoire industrielle française non seulement parce que dans le climat de l’après 1968  il mettait en avant  la revendication politique d’autogestion mais aussi car il a été fortement médiatisée et soutenue par l’opinion publique.

Pour s’opposer aux actionnaires suisses qui voulaient démanteler ce fleuron français de l’horlogerie,  les ouvriers et les ouvrières vont occuper les ateliers sur une très longue période et conserver le stock de montres déjà fabriquée. S’invente ainsi un modèle d’autogestion qui quitte le domaine de  l’utopie : « c’est possible, on fabrique, on vend, on se paie ».

L e principal intérêt de cet ouvrage  est d’aborder, à côté de la lutte politique de la classe ouvrière des dimensions plus intimes et personnelles, en particulier l’émancipation des femmes qui en participant aux luttes collectives se dégagent progressivement de la tutelle masculine du père comme du mari.  La narration met ainsi en avant l’expérience individuelle d’une jeune femme qui découvre l’autonomie et voit sa vie bouleversée : remise en cause du rôle dominant de l’homme dans la famille et le couple ; affirmation de ses compétences et de ses intérêts, la conduisant progressivement à engager une reconversion professionnelle vers les métiers de la photographie.

Cette affirmation du refus de la domination masculine à l’occasion d’une lutte sociale renvoie au travail des groupes Medvedkine qui dans la période 1968-1974 visait à donner des compétences cinématographiques et la caméra comme outil de luttes à la classe ouvrière.  Ainsi Classe de lutte (1968 / 16 mm / noir & blanc / 40 minutes) rend compte du travail d’une jeune ouvrière, Suzanne qui, pour mener une lutte, justement dans une entreprise de l’horlogerie à Besançon, doit aussi se battre contre le scepticisme de ses collègues masculins.

Au total ce roman graphique repose sur un scénario très documenté qui laisse  cependant un peu de place à la fiction, rendant ainsi mieux compte de la force de l’utopie des LIP

Jean-Paul Géhin, septembre 2020


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.