Les sociologues au travail

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, un couple de sociologues, qui a largement contribué à rendre légitime l’étude de la grande bourgeoisie, des riches, des classes dominantes sont au cœur du documentaire À demain mon amour (2022, 1h32mn). Bien qu’à la retraite du CNRS, ils continuent leur travail de terrain et analysent les inégalités sociales, notamment en cherchant à comprendre le mouvement des gilets jaunes. Pendant près de 5 ans, un jeune documentariste, Basile Carré-Agostini, les a suivis dans l’ensemble de leurs activités, des conférences en province au soutien des mouvements sociaux en passant par l’écriture, la lecture, les interviews et les différentes techniques d’enquête en sciences sociales.

C’est donc le travail des sociologues que nous donne à voir ce documentaire à l’image du film de Pierre Carles sur Pierre Bourdieu, La sociologie est un sport de combat (2001, 2h20mn, CP productions, actuellement en accès libre sur le site de la production : https://www.cp-productions.fr/la-sociologie-est-un-sport-de-combat/) ou encore celui en chantier, Bourdieu, le retour, en cours de réalisation par Pierre Carles et Annie Gonzalez.

Grace au sens de l’humour et de l’autodérision de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot, A demain, mon amour réussit à la fois à nous toucher, à déclencher des rires et à nous faire réfléchir. Il est vrai qu’ils n’hésitent pas à se mettre en scène tant dans les activités professionnelles que dans l’espace privé comme ils l’ont fait en bande dessinée avec Marion Montaigne (Riche, pourquoi pas toi, 2013, Dargaud, 133 pages). Cette mise en scène permet de traiter avec le même irrespect les chercheur.es que leur objet, les riches, et surtout elle renvoie à la méthode d’enquête utilisée, de type ethnographique. Comme ils le soulignent dans la préface de l’ouvrage « Les observateurs se retrouvent observés et peuvent, après coup, s’observer eux-mêmes, dans leur travail d’enquête. Juste retour des choses ! »

Ce positionnement est loin d’être unique et éclaire sans doute l’intérêt renforcé des sociologues depuis quelques années pour les autobiographies ou, pour le dire plus sociologiquement, l’auto-socio-analyse. C’est le cas de la dernière publication de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (Notre vie chez les riches, mémoires d’un couple de sociologues, 2021, zones) ou encore plus récemment, de l’ouvrage de Gilles Moreau (S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s)d’un sociologue de province, 2022, La dispute, 198 pages) qui cherche à répondre à la question posée en quatrième de couverture : « Comment une origine rurale, un père garde champêtre, une mère sans diplôme et un militantisme post 68 fabriquent-ils un professeur de sociologie ? ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.