Au festival de Lussas cette année, une réflexion sur les formes documentaires autour du travail (Archives)

Dans les états généraux du documentaire à Lussas, qui se tiennent cette année du 21 au 27 aout dans ce petit village de l’Ardèche, on retiendra entre autres un séminaire intitulé du politique au poétique (24 et 25 aout) interrogeant les formes documentaires autour du travail et dans lequel interviendrons notamment Leslise Kaplan et Nicolas Hatzfeld, un membre du comité de rédaction de la revue ITTI.

 

“L’idée de ce séminaire est née de la lecture du livre de Leslie Kaplan
L’excès-l’usine, à la fois livre de poésie et document sur l’expérience qu’elle a vécue en tant qu’ouvrière établie en usine à la fin des années soixante. Écrit dans l’après coup, au tout début des années quatre-vingt, ce premier livre, d’une prose poétique très épurée, évoque la syntaxe et la langue de Duras tout en s’en démarquant. Leslie Kaplan nous fait ressentir profondément l’enfermement de l’usine, ce lieu qui abolit le temps et les images. Son langage traduit l’expérience ouvrière par la remémoration et la mise à distance. Si L’excès-l’usine est édité juste après L’établi de Robert Linhart, Kaplan ne se positionne pas comme intellectuelle prenant la plume pour écrire un essai mais comme une poète qui réussit à transcrire, transposer et traduire en termes esthétiques et corporels son expérience de l’usine, sous forme d’une expérience de langage. Il s’agit de langage et d’image, et non pas de parole, ni de témoignage. 

Dès lors, quelle pourrait être la traduction cinématographique de cette expérience d’écriture ? Le corpus de films documentaires autour du travail mis en réflexion lors du séminaire dépasse la question militante classique. Il déconstruit le modèle engagé du cinéma du côté des ouvriers, pour s’ouvrir à des formes qui ne confient pas toute la signification à la parole, nous plongeant dans un territoire de traduction et de mise en forme sensible de l’expérience. L’excès-l’usine est une forme documentaire expérimentale et poétique, surgie au moment de l’épuisement des formes politiques documentaires classiques telle le tract, le pamphlet, le témoignage. L’établissement en usine devient matière de langage et matière d’image, et pas seulement témoignage du vécu. Les films de ce séminaire essaient ainsi de transposer le vécu dans le territoire de la poésie et de la pensée, de la phénoménologie et de la perception. Nous explorerons une généalogie de cette forme d’écriture dans le Journal d’usine de Simone Weil et réfléchirons au lien historique qui pourrait s’établir entre l’expérience de la philosophe dans les années trente et celle des établis des années 68.

Quels sont les cinéastes et les photographes qui ont tenté de fabriquer une esthétique sensible pour figurer le travail, l’exploitation et l’aliénation ? Comment filmer le geste de manière à faire sentir au spectateur la pesanteur, la lourdeur, la violence faite aux corps des ouvriers ? Comment traduire en matière d’image, de texture et de rythme de montage, l’aliénation de l’ouvrier face à la pièce ? Comment le film documentaire politique se fait poésie, en dépassant les attendus du témoignage direct, et parvient à incarner une pensée et une critique politique ?
Coordination : Federico rossin et Christophe Postic
avec Leslie Kaplan, Nicolas Hatzfeld et robert Chenavier.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
itti - rédaction (3 juillet 2022). Au festival de Lussas cette année, une réflexion sur les formes documentaires autour du travail (Archives). Images du travail. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjk9


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.