Le festival Filmer le travail a déjà 14 ans (archives)

Cette 14e édition s’intéressera au travail informel

Travail au noir, invisible, travail gratuit, bénévole, travail domestique, travail vivant… le festival sera rythmé par de nombreux événements, comme autant de fils à dérouler pour s’interroger sur les formes que prend le travail dès lors qu’il échappe au cadre légal, s’inscrit aux marges ou en dehors du salariat.

Et pour nous accompagner tout au long de cette nouvelle édition, nous avons choisi un visuel haut en couleurs extrait de l’emblématique film de Jean-Luc Godard, Deux ou trois choses que je sais d’elle.

Cette année, 17 films documentaires venus du monde entier composent la compétition internationale du festival Filmer le travail.

Cette sélection nous entraîne de la Belgique aux montagnes colombiennes, des collines irlandaises jusqu’aux villages de la Drôme, de la République centrafricaine au Brésil, en passant par l’Autriche, l’Italie ou encore le Canada. Les cinéastes posent leur regards singuliers sur des parcours de vie et tissent les portraits d’un agriculteur, de bergers, d’une sage-femme, de soignant.e.s, d’étudiant.e.s, d’enseignantes et s’intéressent au travail domestique, militant, politique et artistique.

https://filmerletravail.org/selection-des-films-en-competition-filmer-le-travail-2023/



Citer ce billet
itti - rédaction (2023, 13 janvier). Le festival Filmer le travail a déjà 14 ans (archives). Images du travail. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjkr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.