Un renouveau des images du travail d’enseignement.

Jean-Paul Géhin, GRESCO, Université de Poitiers

Il semble bien que les activités d’enseignement soient rarement mises en images sous forme de photographies, de films documentaires ou de fiction ou encore de romans graphiques ou bandes dessinées. Est-ce parce qu’il s’agit d’une activité intellectuelle sans gestuelle spectaculaire, sans savoir-faire photogénique ? Comme c’était le cas du traditionnel maître d’école caractérisé par toute une série de pratiques, matérialisées par autant d’objets (tableau, estrade, carte, image, tour de France…). Ou est-ce parce que nous avons eu tant le loisir de l’observer durant nos longues années de scolarité que le travail d’enseignement est devenu invisible.

Depuis peu des films, des bandes dessinées, des spectacles mettent en scène les activités d’enseignement avec des points de vue différents et renouvelés dans le fond comme la forme.

Ainsi, le prochain Cabaret de l’Union propose un spectacle original,« Dire et danser le travail d’enseignant.e.s». Le spectateur est invité à interroger les métiers de l’éducation et de la transmission à travers leurs mots, gestes, attentions mobilisés au quotidien, au point qu’ils finissent par paraître naturels, évidents, ordinaires. Une danseuse s’introduit subitement dans l’intimité d’une classe, sous l’œil perplexe et intrigué des élèves… Ma Prof ? met en scène le corps des enseignant.e.s dans leur travail au quotidien, dans une chorégraphie précise, rythmée et formelle. 

Vendredi 12 mai à 19H, Médiathèque de Roubaix
Travail & Culture 03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org
Médiathèque de Roubaix – La Grand-Plage
2 Rue Pierre Motte59100 ROUBAIX

Du côté de la bande dessinée, trois publications récentes revisitent les activités d’enseignement en montrant le travail des personnels éducatifs.

Dans L’université des chèvres, Chritian Lax (2023, Futuropolis, 148 p) nous dresse une fresque historique de ces précurseurs persuadés que “L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde” (Nelson Mandela) : des instituteurs itinérants, des colporteurs de savoirs ou de livres franchissent les montagnes l’hiver pour alphabétiser des enfants curieux. Des hameaux de l’Ubaye dans les années 1830, à la Californie puis l’Arizona de la conquête de l’ouest, des villages des amérindiens  Hopis aux montagnes de l’Afghânistân des Talibans, l’ouvrage nous présente cinq générations d’enseignants qui se sont battus ou se battent encore aujourd’hui contre des religieux obscurantistes, des parents préférant leurs enfants au travail plutôt qu’à l’école ou encore des États centralisateurs. L’auteur construit une fiction qui repose sur des faits historiques et a nécessité un gros travail documentaire. C’est un plaidoyer pour une école émancipatrice ouverte à tous et à toutes. Un combat contre tous les obscurantisme, une histoire magnifique et un dessin généreux.

Dans un tout autre style, Florence Cestac au dessin et Albert Algoud au scénario (Le prof qui a sauvé sa vie, 2023, Dargaud, 61 P) proposent une sorte d’autobiographie du scénariste. Cet ouvrage rend compte de sa carrière d’enseignant et des méthodes pédagogiques qu’il a mobilisées ou (ré)inventées avec plus ou moins de succès : lecture à voix haute, bibliothèque, ciné-club, travail collaboratif, théâtre, initiation à l’art… Avec quelques difficultés, de l’enthousiasme et beaucoup d’imagination, il exercera le travail de prof de français pendant 10 ans dans un collège de Haute Savoie puis dans la banlieue parisienne. Ses activités secondaires de radio et d’écriture finiront par prendre le dessus en collaborant avec Hara kiri puis Karl Zéro à Canal +. Derrière l’humour et la distance au métier, on voit bien le travail d’invention au jour le jour pour intéresser les élèves, valoriser leurs compétences, les emmener vers la culture, bref les « faire devenir ce qu’ils sont ». Il montre la difficulté du métier, qui présente aussi des satisfactions et des signes de reconnaissance de son travail. Mais plutôt que celui qui a marqué la vie de certains élèves, il souligne qu’il est d’abord Le prof qui a sauvé sa vie. Influencé par les pédagogies libertaires et coopératives, il souligne les dimensions de représentation du métier : ” Comme je mettais beaucoup d’enthousiasme et de fantaisie dans mes cours, à un moment, j’ai senti le besoin de passer d’une estrade à une autre un peu plus grande.”

Avec L’artiste à mi-temps (2022, Sarbacane, 200p), Timothée Osterman rend compte de son travail à mi-temps comme adjoint d’éducation dans un lycée professionnel. Entre le contrôle des élèves, des cours de dessin et surtout le soutien scolaire aux troisièmes pro, ce travail n’est pas toujours facile et manque souvent de sens. Il décrit le difficile parcours de nombre de jeunes auteurs, qui après des études artistiques, doivent multiplier les petits boulots, les emplois précaires, l’intérim, les aides publiques pour espérer vivre de leur travail graphique. Timothée est l’un d’entre eux, même si à 31 ans, il a déjà publié 5 ouvrages et développé des collaborations avec So foot et Fluide glacial. Il  rend compte avec pas mal d’autodérision ses galères dans les bull shit job, son peu de savoir-faire et sa faible capacité à aider les élèves relégués dans les filières dévalorisées, confrontés à l’échec scolaire et bien souvent à la misère sociale mais il le fait sans caricature et avec respect.

Du côté du cinéma documentaire comme de fiction, on trouve aussi nombre de films récents abordant le travail de formation et d’éducation, en particulier en direction de publics difficile.

Un bon début de Xabi et Agnès Molia (2023, 94’) s’attache à un dispositif expérimental dans un lycée professionnel de Grenoble, Starter, visant à donner une seconde chance à des élèves en échec, trop souvent considérés comme irrécupérables. Le film se centre sur la relation entre ces adolescents « mauvaises herbes » dans le rejet et l’échec, et les adultes intervenant dans ce dispositif qui se caractérisent d’abord par ce que les pédagogues appellent des savoir être : écoute, l’empathie, la valorisation, la ferveur, la persévérance… Un optimisme de combat qui repose un travail collectif et la capacité d’innovation portée le bien nommé enseignant, Antoine Gentil.

Les éclaireuses (Belgique, 2022, 90’) est un  documentaire réalisé par Lydie Wisshaupt-Claudel et mettant en scène deux enseignantes qui ont quittés l’enseignement classique pour fonder un lieu alternatif pour des enfants qui n’ont pas accès à l’institution scolaire.

“Au cœur de Bruxelles, La Petite École accueille les enfants de six à quinze ans qui n’ont jamais connu l’école, et qui sont souvent issus de l’exil. Marie et Juliette ont créé ce lieu où le temps se construit hors de l’apprentissage classique, et où l’on apprend à être ou à redevenir des enfants, dans le but d’un jour intégrer l’institution scolaire. Le défi pour ces deux “éclaireuses” est avant tout d’apprendre aux jeunes primo-arrivants, parfois en situation de stress traumatique, à quitter le cercle familial et suivre un rythme au sein d’une communauté de pairs du même âge. Pour cela, Marie et Juliette ponctuent leurs journées de rituels et d’activités pendant lesquels elles observent, jaugent, réadaptent, proposent. » ((Aurélien Marsais – Visions du Réel)

La question de l’éducation des exclus, des dominés, des atypiques se retrouve dans le téléfilm réalisé par le grand documentariste italien Vittorio de Seta qui  a connu un grand succès avec Diario di un maestro. Les quatre épisodes, d’environ 70 minutes chacun, ont été vus par un très grand nombre de téléspectateurs et ont déclenché un débat national sur l’école et les méthodes d’enseignement. Pourtant traduit dans de nombreuses langues, le téléfilm n’a jamais été projeté en France. Il faudra le travail de l’historien du cinéma Federico Rossin et l’édition d’un livre/DVD (Arachnéen, 2019), pour que le film voit enfin son importance tant cinématographique que pédagogique reconnue.

« De Seta est frappé par la misère sociale dans les bidonvilles, le travail précoce des enfants et l’incapacité de l’école traditionnelle à lutter contre ces phénomènes. Il comprend alors qu’il ne peut pas réaliser un film traditionnel sur ce sujet avec scénario, acteurs, découpage des plans… Le film doit s’adapter à la conception libératrice et révolutionnaire de l’école nouvelle. Il doit la mettre en œuvre. Comme le dit de Seta, « Le choix fondamental, ça a été de ne pas faire de film ; en réalité, nous avons fait une école et nous l’avons filmée. » De ce choix découle l’originalité du film : pas vraiment de scénario, peu d’acteurs, mis à part le rôle du maestro joué par Bruno Cirino. Le parti pris de De Seta est de mettre en scène une véritable expérience pédagogique dans le cadre d’une vraie classe, avec les enfants et les adolescents du quartier, ainsi que leurs parents. Comme l’école, le cinéma doit s’adapter à la vie et à la société contemporaines. Pour cela, le réalisateur puise dans son expérience documentaire marquée par un regard anthropologique et une empathie avec ses personnages. » (Jean-Paul Géhin, « Diario di un maestro, Vittorio De Seta. Le film, un livre, Federico Rossin, Pratiques de formation/Analyses [En ligne], 66 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 20 avril 2023. URL : https://www.pratiquesdeformation.fr/204)



Citer ce billet
gehin (2023, 20 avril). Un renouveau des images du travail d’enseignement. Images du travail. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjl3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.