Travail des formes, formes du travail (archives)

En partenariat avec le LAAC et le FRAC Grand Large, en résonance avec la Triennale Art et Industrie 2023 – Dunkerque / Hauts-de-France

Cette rencontre interroge les chemins empruntés par l’art contemporain pour interroger le travail au sens large.

  • Introduction par Camille Richert, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’ENSBA Lyon, chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po, co-commissaire de la triennale Art et Industrie Chaleur humaine 
  • La création au cœur de l’activité de travail avec les artistes Donovan Le CoadouSarah Feuillas et Victor Villafagne
  • Habiter les espaces de travail avec les artistes Maxime BrygoCiel Grommen et Raphaële Jeune, curatrice indépendante et chercheuse en esthétique et théorie de l’art
  • Critique artiste et critique sociale du Travail avec les artistes Robert SchlichtRomana Schmalisch et Thierry Verbeke

Entrée libre sur inscription : 03 20 89 40 60 | info@travailetculture.org
Formulaire d’inscription.

Entrée libre sur réservation :
03 20 89 40 60
info@travailetculture.org
Formulaire d’inscription

Lieu :
LAAC – Lieu d’Art et Action Contemporaine
302 Av. des Bordées – Dunkerque

PROGRAMME DE LA RENCONTRE :

9H – Accueil

9H30 – Présentation de la journée – TEC/CRIAC

9h45 – Introduction par Camille Richert, docteure en histoire de l’art, enseignante à l’ENSBA Lyon, chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po, co-commissaire de la triennale Art et Industrie Chaleur humaine 

À partir de ses recherches doctorales, Camille Richert introduira ces rencontres en présentant, selon une perspective historique, l’histoire des représentations contemporaines du travail en Occident depuis les années 1970. Quelles stratégies, formes et esthétiques ont été employées par les artistes pour saisir cette expérience sociale parmi les plus communément partagées qu’est le labeur ? Que disent les images du travail et que font ces images à la réalité sociale ? Y a-t-il une agentivité du visuel sur les conditions laborieuses ? Le genre du travail, sa rémunération, ses conséquences extractivistes tant sur la nature que sur la force de travail elle-même, sa folklorisation et la recomposition des inégalités sociales figureront parmi les thématiques abordées dans cette introduction.

10h45 – Table ronde – « La création au cœur de l’activité de travail »
Si le travail artistique et notamment celui des plasticien.n.e.s participe d’une certaine forme de singularité par ses multiples dimensions expressives, il partage néanmoins de multiples traits communs avec le « travail quotidien ». Les dimensions liées aux savoir-faire, aux gestes de métiers et plus généralement à l’expérience de la transformation de la matière sont quelques-uns des aspects qui rapprochent ces deux « travails ».

Comment des artistes plasticien.ne.s choisissent-iels d’élaborer leurs œuvres en relation avec d’autres travailleur.euse.s ? Quelle est l’influence de ce type de processus sur leur travail artistique ? Comment les techniques et savoir-faire partagés avec les travailleur.euse.s sont-ils utilisés par les artistes ?

Avec :
Donovan Le Coadou, artiste
Sarah Feuillas, artiste plasticienne
Victor Villafagne, artiste plasticien

Modération : Keren Detton, directrice du FRAC Grand Large et Nicolas Naudé, directeur de TEC/CRIAC Travail & Culture

12h15 – 14h30 – Pause déjeuner
ou Visite Lunch avec l’artiste Yemi Awosile

14h30 – Table ronde – « Habiter les espaces de travail »
L’exploration des univers du travail par les artistes peut prendre des formes diverses plus ou moins proches du travail et de son lieu d’exécution, plus ou moins en lien avec les travailleur.euse.s. Si les résidences de création dans les lieux de travail sont des processus d’investigation in situ et pendant le temps de travail qui aménage un espace/temps singulier, leurs usages par les artistes peuvent s’avérer très différents.

Quelles sont les spécificités de ces formes d’immersion dans ces univers professionnels ? Comment se construit cette relation entre artistes et acteurs du monde du travail ? Comment ces processus de résidence en entreprises influencent-ils le travail des artistes ?

Avec :
Raphaële Jeune, curatrice indépendante et chercheuse en esthétique et théorie de l’art
Maxime Brygo, artiste / photographe
Ciel Grommen, artiste / architecte

Modération : Jean-Pierre Burdin, consultant Artravail-s et Nicolas Naudé directeur de TEC/CRIAC Travail & Culture

16h – Table ronde – Critique artiste et critique sociale du Travail
Le monde du travail est un univers en soi où se nouent des valeurs, des enjeux et des pratiques auxquels se confrontent de nombreux artistes. Cette confrontation peut parfois emprunter le chemin de la critique du travail, critique de son management, de la production elle-même mais encore des rapports de subordination voire d’aliénation.
Les processus de création ainsi que les œuvres de ces artistes prennent des formes diverses, détournements ironiques, démonstrations par l’absurde, mise en scène de son propre travail ou encore métaphore onirique ou poétique.

Comment ces dispositifs critiques appréhendent-ils les formes d’organisations du travail contemporain ? Que nous disent ces œuvres du travail d’aujourd’hui ?
Comment et à quelles conditions ces propositions artistiques critiques sont-elles une ressource et une invitation pour penser le Travail autrement ?

Avec :
Robert Schlicht, artiste / cinéaste
Romana Schmalisch, artiste / cinéaste
Thierry Verbeke, artiste

Modération : Marc Lasseaux, psychanalyste, président des amis du FRAC Grand Large et Nicolas Naudé directeur de TEC/CRIAC Travail & Culture

17h30 – Conclusion

19h – Projection du film LABOUR POWER PLANT
de Robert Schlicht & Romana Schmalisch, 85’, 2019’ (français surtitré anglais)

Un nouveau site de production, peut-être dans un avenir indéterminé. Qu’est-ce que l’on produit ici ? Poursuivons les traces et découvrons : deux paires de mains essayant de se dénouer. Un mouton humain, virtuellement coupé en morceaux. Un accueil chaleureux aux auteurs et acteurs de leur propre vie. Des histoires sont racontées, leurs narrateurs disséqués.

Lorsque les portes de l’usine s’ouvriront, ceux qui quitteront “Labour Power Plant (usine de main-d’œuvre)”, seront rendus aptes à répondre aux exigences du marché du travail. Le prochain cycle de production commence… Les personnes ayant leur propre volonté, leurs propres intérêts et leurs propres désirs se voient dotées d’autres compétences physiologiques, cognitives, psychologiques et sociales essentielles, afin d’être transformées en ressources humaines. Parallèlement, la direction introduit de nouvelles méthodes afin d’enrichir ces produits avec des caractéristiques innovantes d’”auto-évaluation”, d’”auto-optimisation” et surtout d’”auto-réalisation”. Une série d’interventions est en cours, conduisant à une étrange assemblée.



Citer ce billet
itti - rédaction (2023, 22 octobre). Travail des formes, formes du travail (archives). Images du travail. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjld

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.