Les ouvriers

ouvrier couverture
LES OUVRIERS. Dans la France des usines et des ateliers. Xavier Vigna, 2014

Voici une bel ouvrage très illustré, écrit par un spécialiste de l’histoire des ouvriers, Xavier Vigna et édité par la jeune et ambitieuse maison d’édition les arènes. Il s’inscrit dans une collection de vulgarisation scientifique, L’histoire entre nos mains dont le principe est le livre objet qui articule dans un même coffret cartonné textes, photographies et documents de toute sorte collés sur les pages ou mis dans des enveloppes. On retrouve ainsi pêlemêle des partitions de chants révolutionnaires, des brochures d’entreprises, des facsimilés de cartes postales, de poésie, de courrier, de livret ouvrier, de carnet, de mémoire… Des disques, des affiches, des tracts, des photographies de famille… Cet ensemble d’images et d’objets facilite l’accès du lecteur à ce monde ouvrier que Xavier Vigna nous présente dans son introduction comme vaste et familier : « … Une socialisation intense, qui se déploie au travail bien sûr mais aussi au sein de la famille, dans les loisirs : car les ouvriers travaillent, rient, s’amusent, se détendent et se marient souvent entre eux »

En effet, de la fin du XIXe siècle jusqu’au milieu des années 1980, des millions d’hommes
et de femmes sont devenus ouvrier(e)s. La mine, le textile, les hauts-fourneaux, les chaînes
de l’automobile, la métallurgie, la construction électrique ou encore l’agroalimentaire avaient un fort besoin de bras. S’en suit un vaste mouvement de migration de population issue des campagnes d’abord françaises, puis européenne (Pologne, Italie, Espagne, Portugal) ou africaine. Parfois entré(e)s très jeunes à l’usine, ils ou elles ont connu des conditions de travail et de vie quasi inimaginables aujourd’hui. C’est cette histoire des ouvriers, faite de combats,
de luttes, de solidarité mais aussi de souffrance et de joie que cet ouvrage cherche à nous transmettre à travers une approche iconographique et sensible.

 syndicats

Pour ce faire l’ouvrage est divisé en trois grandes parties chronologiques (1880-1918 : 1919-1945 ; 1945-1980), chaque partie comprenant une dizaine de thématiques traitées pour la plupart sur une double page et faisant la part belle aux luttes et aux apports de l’immigration. Les vingt dernières pages proposent des extraits courts de textes écrits pour la plupart par des ouvrier(e)s, soulignant l’importance et l’intérêt de la mal connue littérature ouvrière. Notons enfin la qualité générale de l’iconographie et en particulier des photographies en double page. Cependant l’ensemble, si il nous transmet l’envie d’en savoir plus sur cette importante partie de l’histoire contemporaine de la France, donne une impression forte de d’anecdotique et de superficiel, et laisse le lecteur sur sa faim de connaissance.

Jean-Paul Géhin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.