De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.


Il suffit pour s’en convaincre de regarder la programmation des festivals de cinéma en ce début d’année.

Ainsi, la 6ᵉ édition du Fipadoc, festival international du documentaire, lancée ce vendredi 19 janvier à Biarritz, met à l’honneur la production documentaire italienne. Au cœur de cette programmation d’une dizaine de films se dessine une Italie terre de résistance. Et quoi de plus symbolique que le long métrage Bella ciao, de Giulia Giapponesi, projeté lors de la soirée d’ouverture, passionnant récit choral de l’histoire du célèbre chant de révolte, de ses hypothétiques origines à son actuel retentissement planétaire ?

Autre film percutant, Toxicily témoigne de la force des habitants d’Augusta, au nord de Syracuse, rongés par les rejets toxiques d’une raffinerie géante et mobilisés pour lever l’omerta. Deux autres films, éminemment politiques, suivent des figures de la défense des droits des personnes migrantes. Un village en résistance retrace le combat du maire et des habitants de Riace, petite commune du sud de la Botte, mobilisés pour préserver un modèle vertueux d’accueil mis en péril par le pouvoir populiste. Inconnu, celui d’une anthropologue légiste luttant sans relâche pour rendre leur histoire aux dépouilles des naufragés de la Méditerranée, contre l’indifférence généralisée. « Il existe des lieux chanceux et des lieux malchanceux. Les endroits chanceux sont ceux qui trouvent quelqu’un qui se charge de les raconter », dit bellement le commentaire de Toxicily. L’Italie est assurément une terre chanceuse.

 

De même Ken loach est Invité d’honneur du Festival Premiers Plans d’Angers, LaCinetek profite de l’occasion pour rendre hommage à Ken Loach, à travers une carte blanche composée d’un de ses films emblématiques et de trois films choisis par ses soins.

Riff-Raff (1990) nous plonge dans le monde ouvrier de la fin des années Thatcher à travers le portrait sensible d’un jeune écossais qui fait l’apprentissage du système D et de la solidarité en sortant de prison. 

Les films choisis par Ken Loach explorent divers enjeux sociaux et sociétaux à travers l’intime. Ainsi, Ne dis rien (Icíar Bollaín, 2003) suit le parcours d’une femme victime de violences conjugales, et scrute les réactions que sa situation génère chez ses proches. Cendres et diamant (Andrzej Wadja, 1958) et Trains étroitement surveillés (Jiří Menzel, 1966) explorent les trajectoires individuelles face à la grande Histoire, ici celle de la Seconde Guerre mondiale.

 

Visions du Réel, le festival international de Nyon, accueillira le grand cinéaste chinois Jia Zhang-Ke en tant qu’Invité d’honneur de sa 55e édition (12 – 21 avril). Figure incontournable du cinéma indépendant chinois, Jia Zhang-Ke donnera une masterclass qui explorera son œuvre, qui articule documentaire et fiction et qui interroge la longue histoire économique et sociale de son pays, une modernisation à marche forcée vers un capitalisme d’état. Une rétrospective de ses films sera proposée durant toute l’édition.

« Je n’ai pas quitté la Chine durant près de quatre ans, depuis l’apparition du Covid-19. La 55e édition de Visions du Réel sera ainsi mon premier voyage en Europe après ces quatre années. J’ai l’impression d’embrasser le monde à nouveau, aussi excité qu’un enfant s’apprêtant à faire un long voyage pour la première fois. Je me rends à Nyon, pour un cinéma qui révèle le monde tel qu’il est. » Jia Zhang-Ke



Citer ce billet
itti - rédaction (2024, 20 janvier). De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail. Images du travail. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmu7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.