Les rencontres cinématographiques de Bordeaux ont 20 ans : bel âge pour “La classe ouvrière c’est pas du cinéma”

Pour le vingtième anniversaire toute l’équipe du festival a concocté un très riche et varié programme avec des journées thématiques, des rétrospectives par pays, de nombreux films rares et un bel ouvrage collectif qui accompagne celui réalisé pour les dix ans. En attendant les rencontres, voici le programme et un extrait de l’édito qui en esquisse le bilan.

Prog_20eme rencontre cine copie (glissé(e)s)

“Toutes nos projections avaient une dimension sociale et culturelle, avec la vocation d’ouvrir à la réflexion, de provoquer une émotion artistique et humaine, de nourrir les débats et les échanges avec les personnes invitées, venues de tous les horizons: militants, syndicalistes, universitaires, cinématographiques (devant ou derrière la caméra), et parfois tout à la fois ! Car notre appellation, si elle n’est pas protégée, est explicite (et personne ne s’y trompe) : « La classe ouvrière c’est pas du cinéma ! ». Comme le réalisateur Mehdi Fikri (AVANT QUE LES FLAMMES NE S’ÉTEIGNENT) nous pensons que :« Être touché par une histoire autre que la sienne, c’est ça le pouvoir politique du cinéma ». Depuis 20 ans, nous avons tenu le cap, accueillant (et sollicitant) les subventions mais nous refusant à la marchandisation de ces Rencontres, à un développement avec aide extérieure dont nous n’aurions pas été maîtres. Pas de prix décernés (c’est le prix de la liberté), pas de festival ostentatoire, mais des Rencontres annuelles (avec prolongations éventuelles dans l’année) à une semaine fixée durablement (la veille des vacances scolaires de février dans l’académie de Bordeaux!). Nous avons donc choisi et mené à bien depuis 20 ans un « développement durable » avec et grâce à votre fréquentation, avec le compagnonnage actif du Musée d’Aquitaine, de l’Institut Cervantès, des syndicats FSU et CGT, de l’IUT Hygiène Santé Environnement, et ô combien de l’équipe de l’UTOPIA, « J’ en passe et des meilleures »….! Après celui qui fêtait nos 10 ans, un ouvrage collectif paraît pour célébrer nos 20 ans d’existence. Parmi celles et ceux qui ont enrichi de leurs interventions nos rencontres, un bon nombre ont bien voulu contribuer librement à la richesse et à l’originalité de l’ouvrage. Vous avez notre programme, offrez donc et offrez- vous ce livre sans équivalent… Nous avons, avec la « constance d’un jardinier », uni nos forces pour nourrir nos projections de musique, de son, de paroles, d’images sans jamais oublier, avec l’aide de nos librairies partenaires (La Machine à Lire, Comptines, Krazy Kat) de vous proposer avec ténacité et régularité des ouvrages écrits ou dessinés pour vous appeler à prolonger les Rencontres comme à explorer d’autres sentiers parallèles. Car, rappelons-le avec le poète grec Yannis Ritsos (deux fois emprisonné sous les deux dictatures qu’il a connues) : « Une simple route ne conduit pas au futur » (Sur Une Corde- poèmes d’un seul vers : 157).”

VINCENT TACONET, pour toute l’équipe des Rencontres

 



Citer ce billet
itti - rédaction (2024, 20 janvier). Les rencontres cinématographiques de Bordeaux ont 20 ans : bel âge pour “La classe ouvrière c’est pas du cinéma” Images du travail. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vmu9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.