LES TRAVAUX ELYSEENS

LES TRAVAUX ELYSEENS

Mathieu Sapin, Le Château. Une année dans les coulisses de l’Elysée, Dargaud, 2015

Après avoir suivi la campagne présidentielle 2012 dans l’équipe du candidat socialiste – Campagne présidentielle. 200 jours dans les pas du candidat François Hollande, Dargaud, 2012 – le BD reporter « embeddedé » Mathieu Sapin s’est attaché aux pas du président normal, sous les dorures élyséennes.

url

Ayant retrouvé une partie de l’équipe de campagne au 78, rue du faubourg St Honoré, le dessinateur était presque en terrain connu. Grâce à un découpage en chapitres – « Visite guidée », « Dojo », « Pot de départ » – il y découvre les mille et un métiers exercés et les personnes qui sont derrière la machinerie élyséenne. Ainsi le Groupe de Sécurité de la Présidence de la République (GSPR) dont un des membres – à l’identité rendue anonyme – détaille les modalités de la sécurité présidentielle grâce à la DS hybride 5 blindée, la voiture suiveuse elle aussi blindée, l’arsenal d’armes et la mallette KEVLAR censée protéger l’illustre élu lors de ses déplacements. Mais, comme l’indique Sophie Hatt, dirigeant le GSPR, « (…) il aime sa liberté. Et nous on est là pour le protéger. Parfois malgré lui. »

Les cuisines attirent les gourmands !

url2

Mathieu Sapin s’y rend le 25 octobre 2013 à l’occasion du départ de Bernard Vaussion, promu chef en 2005, après avoir officié sans discontinuer depuis Pompidou. Il y découvre non seulement les plantes aromatiques sous un puits de lumière dans l’ancien abreuvoir à chevaux, mais également les compressions de personnel dont sont victimes les cuisines élyséennes (20 cuisiniers au lieu des 25 auparavant), malgré le retour du service à l’assiette, après l’épisode de la suppression du fromage sous le précédent locataire.

Lors des visites d’Etat, comme celle du Président chinois Xi Jinping le 26 mars 2014 ou de la reine d’Angleterre après la célébration du 70ème anniversaire du débarquement en Normandie le 6 juin 2014, fleuristes, maîtres d’hôtel et sommelière sont en pleins préparatifs des heures durant, la logistique ayant ses contraintes. Par un télescopage des cases, nous sommes transportés à la fois dans la salle des fêtes où se tient le dîner d’Etat en l’honneur d’Elizabeth II, de l’autre côté des rideaux dans les salons Napoléon III aux côtés des 80 maîtres d’hôtel et dans les cuisines sous la houlette du nouveau chef Guillaume Gomez…

Avec sa curiosité contagieuse, Mathieu Sapin pose des questions, obtient souvent des réponses, observe beaucoup et furète dans les divers lieux autorisés ou quelque peu dérobés (« Jupiter », le bunker blindé du Président au sous-sol). Sa candeur est une arme et sa façon de se croquer en petit bonhomme à la chevelure légèrement dégarni, mais doté d’une houppette, le rend sympathique. Nous nous identifions à ce Tintin du début du XXI° s et pénétrons, grâce à lui, dans ce lieu coupé du monde, autonome, réglé comme une partition d’orchestre où le personnel vaque depuis des décennies aux travaux du Château. Sans cesse recommencés ils sont semblables aux travaux d’Hercule…

Mathieu Sapin dessinateur du soir a l’Elysée

Décalée, avec des bulles où il livre ses réflexions personnelles, cette BD reportage accompagne François Hollande dans plusieurs déplacements – « Sortie (constitutionnelle) hors du château » pour une visite au Conseil constitutionnel place du Palais Royal pour le 55ème anniversaire de la Constitution de 1958 le 3 octobre 2013, « Commémoration » place de l’Etoile le 11 novembre 2013, « Déplacement » à Carmaux le 23 avril 2014 ou « Voyage d’Etat » en Azerbaïdjan le 11 mai 2014 -. Les lieux visités dessinés, les protagonistes croqués et les propos saisis sur le vif nous entrainent dans la caravane présidentielle, sillage faits d’observations topographiques et de discussions avec des reporters photographes et des journalistes, car citoyen ordinaire, Mathieu Sapin campe un personnage pas très au fait de l’actualité politique nécessitant les lumières des sachants, ces derniers étant d’ailleurs régulièrement croqués comme perdant leur temps à attendre dans la cour de l’Elysée ou la salle de presse une actualité politique se déroulant ailleurs…

Comment ne pas songer à Quai d’Orsay. Chroniques diplomatiques d’Abel Lanzac (alias Antonin Baudry) et Christophe Blain – 2 vol., Dargaud, 2010 et 2011 – où le personnage d’Arthur Vlaminck, chargé des langages au ministère des Affaires étrangères, nous faisait découvrir (par son ingénuité) tout à la fois la personnalité du ministre Alexandre Taillard de Vorms et le fonctionnement du cabinet ?

qon2uKfOqRTHYJuulc5gKfK6o3998fwo-couv-1200

Mais la comparaison s’arrête là, car si le palais de l’Elysée nous est presque devenu familier, tant les caméras de TV, et désormais plumes de journalistes du Monde en attendant le documentaire d’Yves Jeuland à l’automne 2015 s’y sont glissées à l’occasion des conseils des ministres, remaniements gouvernementaux, passation de pouvoir après les élections présidentielles et visites d’Etat, et le peuple lors des journées du patrimoine, le pouvoir du Président nous demeure étranger. Que savons-nous une fois la lecture de cette BD achevée ? Quel est le rôle du président sous la Vème République ? Peu de choses à part les innombrables discours prononcés au fil des dix-huit mois d’observations que Mathieu Sapin reproduit très partiellement, excepté celui adressé début janvier à l’ensemble des personnels, où la personnalité de l’hôte se dessine : accessible, doté d’humour, d’humeur égale…

Cette accumulation d’anecdotes, de petits détails de la vie politique est plaisante à première vue, mais elle ne révèle rien qui ne soit connu. Une seule rencontre avec l’ancienne directrice de cabinet, Sylvie Hubac, rien sur le secrétaire général (l’actuel, Jean-Pierre Jouyet, ou l’ancien, Pierre-René Lemas) et le tour de piste élyséen s’achève par la présence du dessinateur en ces murs les 7, 8, 9 et 11 janvier 2015, après les attentats. Cette situation de crise est paradoxalement riche d’enseignements, car nous révélant un peu du réacteur élyséen.

Tout comme La conquête de Xavier Durringer (France, 2011) nous avait intéressés (avant de nous lasser) en nous faisant revivre la campagne des élections présidentielles 2007, la BD reportage de Mathieu Sapin risque de s’évaporer de nos esprits, a contrario du scénario d’Antonin Baudry et des dessins de Christophe Blain…

Magalie Flores-Lonjou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.