Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Vincent Groguennec est parti en janvier 2007 à Cluj, un semestre en échange ERASMUS dans le cadre de ses études en arts appliqués. Il y a découvert à l’autre bout de l’Europe un pays pas encore sorti du communisme et surtout un monde du travail archaïque, chaleureux et ouvert à ce grand jeune homme curieux. Ses études finies et après une expérience de travail intérimaire dans l’industrie agro alimentaire bretonne, il réalise un film d’animation, l’intérimaire, primé au festival Filmer le travail à Poitiers.

L’intérimaire.mov

Ayant obtenu une bourse il retourne à Clug observer, comprendre de l’intérieur et croquer le quotidien des ouvriers d’une immense usine de réparation ferroviaire où le travail est encore très manuel et artisanal. Près d’une décennie plus tard, il regroupe l’ensemble de ses notes, dessins et réflexions dans cet ouvrage à la fois carnet de voyage, cahier d’enquête de terrain quasi ethnographique et roman graphique mêlant impressions personnelles, histoires de vie, photographies et croquis saisis sur le vif de ce monde du travail en train de disparaître.

Vincent Groguennec nous raconte avec brio et humilité l’histoire d’une rencontre improbable et réussie entre des travailleurs manuels roumains sous payés et un jeune homme intéressé de longue date par les chantiers et les usines : « J’ai toujours été attiré par le spectacle des chantiers, le ballet des engins, des grues et des hommes (…) fasciné par cette terrible cuisine de fumée, de béton, de bitume et d’humain ». C’est dans cette grande cité industrielle du nord ouest de la Roumanie, capitale de la Transylvanie, qu’il franchira le pas et qu’il se fera petit à petit admettre dans une des plus grandes entreprises de la ville : parce qu’il est à un moment de sa vie où il s’interroge sur sa propre entrée dans la vie active comme artiste ; parce que c’est une bonne façon de découvrir la société roumaine ; parce que tout simplement il accède facilement aux chantiers et aux entreprises qui l’intéressent, chose inimaginable en France. Armé d’un roumain approximatif, d’un regard attentif et bienveillant, d’un carnet à dessin et de fusains, il rentre dans l’entreprise, circule dans les différents ateliers jusqu’au cœur de l’usine, l’immense forge. La pratique du dessin a grandement facilité son acceptation par les ouvriers : « Elle a été mon passe-droit et mon moteur. »

C’est une approche tout en douceur faite de rencontres, d’échanges, de petits signes d’amitiés, de discussions. Alternant textes descriptifs ou poétiques, dessins, photos, réflexions sur sa démarche, l’auteur nous permet peu à peu de rentrer dans l’immense usine et dans l’intimité de certains travailleurs. On découvre ainsi des personnages attachant comme Liviu qui partage son repas, Fabian qui conduit l’énorme marteau pilon de la forge ou Stefan qui s’occupe d’un chien abandonné dans l’atelier… Petit à petit se dessine un portrait pointilliste et sensible de l’usine et en arrière plan de la société roumaine : « La forge tremble en cadence, les deux hommes tournent et retournent la pièce, d’un même mouvement, à l’unisson, au rythme fracassant du marteau qui s’abat. La peau noire du métal éclate et vole aux quatre coins, la chair rouge se forme et se déforme sous les coups. L’acier s’enflamme comme du bois ! Les visages se relèvent soudain d’un mouvement franc du menton et les coups cessent. La proie est jetée au sol et s’éteint dans la poussière. (…) C’est dans cet endroit que j’ai ancré mon travail, au milieu des forgerons et dans l’odeur alcoolisé du fixatif qui imprégnait mon sac et mes carnets de dessins. »

Comme il le précise sa démarche n’est pas celle d’un sociologue du travail ou d’un journaliste : « Il s’agit du regard d’un jeune dessinateur » qui, parce qu’il a su se faire accepter par les ouvriers de la 16 Februarie, qu’il a pris le temps de les regarder et les écouter tout en s’interrogeant sur son activité artistique, nous apporte un point de vue singulier et sensible sur les mutations du travail contemporain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *