Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Film de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde

Au premier abord, ce film ne semble pas porter sur le travail. Pourtant, en se laissant entrainer par le récit édulcoré de Jean-Pierre Améris, au sujet de deux phobiques du contact social, Angélique et Jean-René, l’on peut dresser un portrait plutôt fidèle au travail en chocolaterie. Hyperémotif.ve.s, les deux personnages trouvent dans leur métier, qu’ils exercent avec passion et par vocation, une porte de sortie à l’effrayant quotidien, et l’unique voie de leur épanouissement. Le film permet un aperçu du monde du travail dans ce domaine si particulier de la fabrication de chocolat, en abordant notamment, avec légèreté mais réalisme, les thèmes des relations professionnelles ou des enjeux financiers.

Les émotifs anonymes, Affiche

Des personnages terrifiés à l’idée de toute relation sociale

Angélique (Isabelle Carré) et Jean-René (Benoit Poelvoorde) sont hyperémotif.ve.s. Alors que l’une suit une thérapie de groupe, les fameux « Emotifs Anonymes »,  l’autre enchaine les séances chez le psy qui lui prescrit des exercices de sociabilité, tels que devoir toucher quelqu’un. Au-delà de ça, Angélique est une chocolatière passionnée et extrêmement douée, et Jean-René est patron de « La Fabrique de Chocolat, de père en fils depuis 1896 ». Alors qu’elle décide de postuler pour travailler à la Fabrique, Angélique est embauchée, sur un malentendu, en tant que représentante commerciale.

D’ailleurs, l’entretien d’embauche, dès les premières minutes du film, est totalement démythifié. La première fois qu’elle arrive à l’usine, Angélique est toute petite dans l’immense allée. La première fois qu’elle voit Jean-René, il est de dos, et correspond au cliché du patron sévère, redouté des employé.e.s. Mais l’on comprend vite qu’il semble jouer un rôle,  et qu’il est en réalité encore moins à l’aise qu’elle, tout de suite naturelle bien que très stressée aussi.

Le travail comme remède

La première chose qui vient à l’esprit en écoutant Angélique parler de son métier – le vrai, chocolatière – c’est qu’il s’agit avant tout d’une passion. On peut faire un rapprochement avec les métiers artistiques : Angélique crée des chocolats, non pas pour les vendre, mais avant tout pour créer, et elle s’y adonne sur le modèle de l’engagement. On ressent cette idée de vocation, notamment dans la scène dans laquelle elle décide de faire goûter les chocolats de la Fabrique, jugés « désuets », à ses camarades des émotifs anonymes : « Vous sentez ? Quand vous croquez, ça résiste pas trop… et puis ça fond, ça fond de façon si subtile, qu’au début vous remarquez même pas que ça fond ! Ça fond comme par surprise ! ». Elle se reprend bien vite, « excusez-moi, je me suis laissée emporter… faut me comprendre, le chocolat c’est toute ma vie », mais l’on a déjà décelé le besoin que représente pour elle la création de chocolat, comme une échappatoire qui lui permettrait de s’épanouir pleinement, laissant de côté ses lacunes en matière de relations sociales.

Un peu plus tard, dans une scène quasiment parallèle, c’est au tour de Jean-René de faire déguster des chocolats à ses employé.e.s, mais pas n’importe lesquels : des chocolats de chez Mercier, chocolatier de renom désormais décédé. De la même manière, Jean-René est aux anges : « vous sentez comme il est lié ? Comme il se donne ? Un chocolat qui se donne ! Laissez-le entrer, et hop, le palais resplendit. C’est de l’art ».

Tout ceci fait d’ailleurs écho aux paroles du réalisateur, Jean-Pierre Améris, qui déclarait en interview que sa passion du cinéma lui a permis d’évoluer malgré son hyperémotivité. D’ailleurs, alors qu’Angélique a l’habitude de faire preuve de trop d’empathie, de politesse et de savoir-vivre jusqu’à s’effacer parfois, elle a persévéré en ce qui concerne son parcours de chocolatière, portée par les paroles d’un professeur : « si on vous donne des ailes, mademoiselle, vous vous envolerez ».

Un réalisme sous-jacent

Mais Angélique est terrifiée à l’idée d’être représentante commerciale : « devoir parler à des gens, devoir en plus essayer de les convaincre d’acheter ! […] je serai la pire représentante du monde ». Cependant ce sont ses quelques expériences à la vente qui lui permettent de faire face aux réalités du marché. Car malgré le charme unique de l’ambiance rétro, des décors et costumes acidulés, de la musique légère ou du rythme enlevé, le film n’est pas naïf. Angélique comprend rapidement que la Fabrique est au bord de la faillite et que son rôle est crucial. Les chocolats qu’elle représente ne sont plus en phase avec la demande, et l’aspect financier, réaliste, ressort aussi lors du « Salon International du Chocolat de Roanne » – qui existe d’ailleurs réellement. L’adaptation au marché est primordiale, pour rester compétitif.ve. Cependant, cette phrase de la petite chanson qu’entonne Angélique à chaque fois qu’elle veut se donner du courage : « et par-dessus le marché, j’ai quand même confiance en moi », semble rappeler à quel point la passion l’emporte sur l’argent.

 

Dévouement au chocolat, et besoin de chocolat : désintéressement et passion

Cette idée de passion organique est également visible chez Jean-René, patron de la Fabrique. Bien que moins expressif, certains gestes dévoilent son attachement quasi viscéral à son métier, qui représente une très grande part de sa vie, sinon la totalité. Un exemple qui semble pertinent est la scène dans laquelle il vient de quitter en panique le restaurant où il avait rendez-vous avec Angélique. Il file dans une boutique de chocolats, en achète quelques-uns et les savoure frénétiquement à peine sorti, en se calmant progressivement, sous le regard médusé de la vendeuse. De même, Angélique a tant besoin d’exercer son métier qu’elle revient travailler le lendemain, alors qu’elle a été lâchement abandonnée par son patron la veille, à table.

Aucun des deux n’est attiré par le succès, mais Angélique l’a déjà connu, de manière indirecte. En effet, elle a travaillé sept ans chez Mercier, le fameux chocolatier qu’admirent les travailleur.se.s de la Fabrique. Il se trouve que c’était en fait elle la chocolatière, mais qu’elle avait choisi de se cacher pour créer. Ainsi, elle se faisait passer pour la livreuse d’un ermite anonyme, et n’a jamais voulu se montrer, malgré la gloire que rencontraient ses produits.

En voyant Jean-René et les autres employé.e.s déguster les chocolats qu’elle fabriquait, contenus dans une ultime boite que le patron conservait précieusement, Angélique veut trouver un stratagème pour les produire à nouveau. Elle décide de faire croire qu’elle a pris contact avec l’ermite, et qu’il a accepté, sans se montrer, de donner des conseils en direct par webcaméra pour que les employé.e.s reproduisent son chocolat. S’en suit alors une scène pendant laquelle Angélique est totalement elle-même, protégée par le mensonge de l’ermite, et peut à nouveau mettre sa passion, et son talent, en pratique, derrière le rôle de la professeure.  L’alternance des plans, entre plans serrés sur les mains et les chocolats en préparation et plans plus larges de l’équipe au travail, le tout accompagné par une musique enjouée, traduit bien l’épanouissement total d’Angélique.

La Fabrique comme bulle protectrice, au sein de laquelle les relations sociales n’effraient plus les protagonistes

Les relations de travail ne sont pas laissées de côté. On perçoit rapidement le lien entre le patron et les employé.e.s, fondé sur le respect mutuel et la confiance. Alors que Jean-René veut leur offrir des chocolats, une travailleuse s’inquiète « Mais vous n’allez pas bien monsieur ? ». Ces relations débordent même dans le domaine privé, lorsque les quatre employé.e.s décident d’aider leur patron à retrouver Angélique : tous les cinq sont serrés dans une petite voiture qui la suit discrètement. On reconnait alors l’ambiance d’une petite entreprise familiale et artisanale. Les relations amoureuses sont également abordées, notamment lors du premier repas entre les deux passionnés de chocolat. En effet, c’est la première fois qu’Angélique et Jean-René se rencontrent hors de l’espace de travail, l’univers protecteur de la Fabrique, et qu’ils se retrouvent seuls, sans les autres employé.e.s.

Le travail des employé.e.s est rapidement abordé, mais il contraste avec celui des deux amoureux. En effet, il s’agit d’un métier, non pas d’une passion, et d’une production, plutôt que d’une création.

Ainsi, ce film permet un tour d’horizon assez complet du travail dans une fabrique de chocolat, et même si tous les aspects ne sont pas traités en détails – ce n’est d’ailleurs pas l’enjeu du film – l’embauche, la fabrication, les relations professionnelles, l’espace de travail ou encore le côté financier, de la faillite au succès, sont abordés. Angélique et Jean-René parviennent à exercer leur passion malgré les obstacles, cette passion qui leur colle à la peau. D’ailleurs, Angélique avait annoncé dès les premières scènes aux autres émotif.ve.s : « J’ai toujours rêvé d’aventure, de faire tout ce que je voulais »…

Mona Vigué, Sciences Po Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.