Tous les articles par gehin

Direct Action, un documentaire de Guillaume Cailleau, Ben Russel, 216′, 2024.

Grand prix cinéma du réel, 2024.

Avec le succès de la  Zone à Défendre de Notre-Dame-des-Landes, l’idée d’action directe peut désormais être considérée comme légitime, non seulement pour désigner un conflit avec l’État mais aussi une manière de vivre et de protéger la terre. Ben Russell et Guillaume Cailleau ont longuement filmé dans la ZAD de Notre-Dame-des-Landes ainsi que l’action menée par les Soulèvements de la Terre à Sainte Soline.

Ce qu’ils nous font découvrir à Sainte Soline, c’est une communauté diversifiée qui lutte contre l’implantation des méga-bassines, une manière de monopoliser l’eau par quelques gros agriculteurs souvent spécialisés dans le maïs. Un long et lent plan montre quelques jeunes manipulant une machine pour scier les planches ; puis un autre, tout aussi long, rend compte de l’usage d’une machine à fendre les troncs… Ou encore le labour avec un cheval, l’alimentation des chèvres, le désherbage d’un jardin, un concert, des réunions collectives, la fabrication de crêpes, la préparation des luttes, les manifestations… On découvre ainsi toute une série d’activités agricoles, artisanales, collectives et militantes.

Au total, une vingtaine de plans séquences, d’une dizaine de minutes chacun, documentent avec sobriété et précision la diversité des activités et des acteurs de cette lutte sociale. Loin d’être des “écoterrorismes” comme les présente le gouvernement, ces activistes apparaissent plutôt comme des sortes de travailleurs manuels engagés dans la sauvegarde de la vie sur la planète. Le dispositif des deux réalisateurs ne cherche pas à démontrer et imposer un point de vue. Il suggère la diversité des engagements et des composantes du “soulèvement de la terre”.  Il donne à voir aussi la force et la violence policière face à des manifestants dont les principales armes semblent être des lunettes de piscine, des masques anti-COVID voire des casques de vélo.

 

Un renouveau des images du travail d’enseignement.

Jean-Paul Géhin, GRESCO, Université de Poitiers

Il semble bien que les activités d’enseignement soient rarement mises en images sous forme de photographies, de films documentaires ou de fiction ou encore de romans graphiques ou bandes dessinées. Est-ce parce qu’il s’agit d’une activité intellectuelle sans gestuelle spectaculaire, sans savoir-faire photogénique ? Comme c’était le cas du traditionnel maître d’école caractérisé par toute une série de pratiques, matérialisées par autant d’objets (tableau, estrade, carte, image, tour de France…). Ou est-ce parce que nous avons eu tant le loisir de l’observer durant nos longues années de scolarité que le travail d’enseignement est devenu invisible.

Depuis peu des films, des bandes dessinées, des spectacles mettent en scène les activités d’enseignement avec des points de vue différents et renouvelés dans le fond comme la forme.

Continuer la lecture de Un renouveau des images du travail d’enseignement.