Tous les articles par itti - rédaction

Salon des écritures alternatives en sciences sociales

Le Focus, salon des écritures alternatives en sciences sociales, (anciennement SEAS) est une manifestation créée en 2020 par un réseau national de chercheurs valorisant les nouvelles formes de narration en sciences humaines et sociales.L’objectif du salon est de fédérer les chercheurs qui utilisent les écritures alternatives et d’impulser des rencontres avec des acteurs de l’économie créative (producteurs, techniciens, diffuseurs, commissaires…). Le Focus se déroule à Marseille, au Mucem. Pendant deux jours, chercheurs, étudiants et acteurs des économies culturelles et créatives investissent les espaces du musée au cours de plusieurs événements : conférences, ateliers, tables rondes, rendez-vous professionnels, projections de films, présentations d’œuvres et salon d’exposants. Dans ce cadre, Laurence Elléna présentera la revue Images du Travail, Travail des Images.
La journée du 10 juin est ouverte à tous à l’Auditorium du Mucem.

Un documentaire collaboratif dans le cadre d’un projet de recherche.

Le festival Jean Rouch a présenté le jeudi 5 mai 2022 un documentaire original et passionnant de Nicolas Mai. Sociologue, ethnographe et cinéaste, il est professeur de sociologie à l’Université de Newcastle en Australie. Inspiré par les ethnofictions de Jean Rouch, qui incluait les sujets de recherche en tant que producteurs et interprètes actifs de leurs propres représentations, Nicola Mai a développé une méthodologie participative et créative, basée sur la réalisation de films collaboratifs. Ses écrits académiques et ses films se concentrent sur les expériences et représentations des migrants, souvent transgenre et sans papier, travaillant dans l’industrie du sexe. Ils remettent en question les représentations humanitaires dominantes des relations entre migration et travail du sexe en termes de traite.

https://vimeo.com/455358635
Continuer la lecture de Un documentaire collaboratif dans le cadre d’un projet de recherche.

Présentation du numéro 12 de la revue “images du travail, traval des images”: Images, travail et syndicalisme

Si le travail est souvent associé aux syndicats, son traitement scientifique est largement sous mobilisé lorsque ces organisations sont analysées avec de l’image. Les archives ne manquent pourtant pas et les images ont été très tôt l’objet d’une appropriation importante par les syndicats. Sources secondaires en histoire contemporaine et en sociologie mais aussi difficilement accessibles du fait de l’épreuve du temps, l’image syndicale et les représentations de ces corps intermédiaires sont au cœur de ce douzième numéro présenté par David HAMELIN (historien, chargé de cours à l’Université de Poitiers, Directeur de l’association Le-Centre). Les raisons de cette production, la négociation du contenu et les usages militants de l’image sont questionnés avec pour objectif de revaloriser ce matériau trop peu exploité afin de promouvoir de nouveaux objets de recherche comme de nouvelles manières de se sensibiliser aux luttes politiques des travailleur.ses.

Pour regarder l’entretien avec David HAMELIN: https://videotheque.univ-poitiers.fr/video.php?id=b6t2hqltff4w67j8jhtt&link=zjzmm748lh6q2sh3sq52lqmfdbfh1c

Pour lire le 12ème numéro de la revue: https://journals.openedition.org/itti/2144

Sommaire :

Quand les syndicats se saisissent de l’image, Sophie Béroud et David Hamelin

Dossier

Promouvoir l’entreprise dans la presse technique : l’exemple de la revue Ganterie dans l’entre-deux-guerres – Promoting the Company in the Technical Press: The Example of the Magazine Ganterie in the Inter-War Period, Audrey Colonel

Le collectif Front paysan : films de luttes et travail syndical dans les années 1970 – The Front Paysan Collective: Films of Struggle and Trade Union Work in the 1970), Édouard Lynch

Mises en scène de cultures syndicales des « années 68 » au début des années 2000 – Visual Productions of Trade Union Cultures from the 1968s to the early 2000), Nathalie Ponsard

 Caméra aux poings. Images dans la grève : des usages pluriels dans la lutte syndicale – Camera in Hand: A Variety of Uses in the Trade Union Struggle, Jordane Burnot et Lina Cardenas

Produire la solidarité par l’image ? Les caisses de grève et leurs représentations comme dispositifs de sensibilisation militants (2016-2020) – Producing Solidarity Through Image? Strike Solidarity Funds and their Representations as Militant Sensitizing Devices (2016-2020), Gabriel Rosenman

Images syndicales du travail cheminot. Les archives photographiques du Landesverband au Luxembourg – Trade Union Images of Railway Work. The Photographic Archives of the Landesverband in Luxembourg, Sébastien Moreau

Varia

La chambre dans l’atelier. François Kollar et le travail des artisans (1931-1934) – The Chamber in the Workshop. François Kollar and the Work of Craftsmen (1931-1934), Cédric Perrin

Grand entretien

Rendre accessibles et valoriser les archives visuelles du syndicalisme, entretien avec Raphaël Baumard et réalisé par David Hamelin

Images en chantier

Une nationalité à construire : le cinéma brésilien et la recherche de l’unité nationale dans l’Institut national de cinéma éducatif (INCE) – A Nationality to Build: Brazilian Cinema and the Search for the Unity of the Nation in the National Institute of Educational Cinema, Rafael Beverari

 Une affiche originale : quand un syndicat dénonce les accidents du travail – An Original Poster: When a Union Denounces Industrial Accidents, Morgan Poggioli

Un œil, une image

Le loup dans la bergerie, Yves Gaonac’h

Un travail comme un autre ?, Serge D’Ignazio

Dans la zone, au cœur d’un chantier de désamiantage, Emmanuel Roy

Comptes rendus

Thierry Roche et Guy Jungblut, Jean-Pierre & Luc Dardenne, Seraing, Crisnée (Belgique),Yellow Now, 2021, Jean-Paul Géhin

Joyce Sebag et Jean-Pierre Durand, La Sociologie filmique, Paris, CNRS Éditions, 2020, 256 pages, Pascal Cesaro

Benjamin Carle (scénario) & David López (dessin), Sortie d’usine. Les GM&S, la désindustrialisation et moi, Paris, Steinkis, 2021, 110 pages, Jean-Paul Géhin

Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

La Fondazione MAST présente la Collection MAST – Un Alphabet Visuel de l’Industrie, du Travail et de la Technologie ; la première exposition d’œuvres sélectionnées dans la collection de la Fondation montrant plus de 500 œuvres, dont des photographies, des albums et des vidéos de 200 grands photographes italiens et internationaux, ainsi que des artistes anonymes, organisée par Urs Stahel. L’exposition, qui puise dans la collection de plus de 6 000 images de la Fondation MAST, agit comme un témoignage visuel de l’histoire du monde de l’industrie et du travail.

Compte tenu de sa complexité, l’exposition est divisée en 53 chapitres consacrés aux nombreux concepts illustrés dans les œuvres présentées. L’exposition prend la forme d’un alphabet qui se déploie sur les murs des trois espaces d’exposition (PhotoGallery, Foyer et Niveau 0 de la Fondazione MAST), elle met en lumière un système conceptuel qui va de A pour Abandoned et Architecture à W pour Waste, Water, Wealth (déchets, eau, richesse).

Continuer la lecture de Deux siècles de photographies sur le travail et l’industrie À BOLOGNE

Peindre le Travail. le travail en peinture.

ITTI 15, septembre 2023

Date limite de réception des propositions d’articles : 15 mai 2022

Numéro coordonné par Anne Jollet et Jean-Marc Leveratto

Le projet porte spécifiquement sur la peinture. Il s’agit d’analyser ce qu’elle a fait du travail. Sa représentation en peinture sera examinée du point de vue du travail du peintre (notamment de la femme peintre) et de la médiation que les créateur•trices établissent entre celui, celle qui est représenté•e au travail, ses gestes, son attitude et l’observateur•trice. Il s’agit donc de rendre compte également du travail de l’artiste, la représentation désignant ici conjointement l’activité de production d’une image et le résultat de l’interaction qui s’établit par son intermédiaire avec le public. L’analyse de cette représentation du travail devra comporter, par ailleurs, une dimension genrée.

Continuer la lecture de Peindre le Travail. le travail en peinture.

Quand le théâtre entre en résistance

La souffrance d’un forestier confronté à des exigences de productivité est le point de départ de ce spectacle hybride et iconoclaste. 
Comment protéger son beau travail lorsqu’il est confronté à des logiques comptables ? 
Entre contradictions et résistances, parviendra-t-il à se préserver ? 

Les pièces de théâtre qui évoquent la souffrance au travail ne sont pas si nombreuses. Plus rares encore sont celles qui font monter sur les planches un spécialiste de ces questions ! 

Le 03 mai à 20h15, au théâtre des quatre saisons à Gradignan (33) la compagnie La Mouline présente l’entrée en résistance avec Jean-Pierre Bodin, Alexandrine Brisson et Christophe Desjours.

A partir de cette situation singulière, chacun sera libre de reconnaitre les paradoxes dans son propre travail.

La représentation sera suivie d’un débat citoyen, animé par Alain Garrigou, président de l’ETHNA.(L’Etabli Du Travail Humain en Nouvelle-Aquitaine)

À Nantes, des initiatives originales associant Photographie, patrimoine industriel, mémoire ouvrière et création contemporaine

À la fois entrée de ville, zone économique et commerciale majeure, et espace urbain à part entière, l’appellation « route de Vannes » recouvre un périmètre imprécis situé aux limites de trois communes, Orvault, Saint-Herblain et Nantes, suivant une ligne de crête entre la vallée de la Chézine et la vallée du Cens. Son parcours est ponctué de deux édifices remarquables, d’une part l’église Sainte-Thérèse, construction massive en briques rouges, sur un plan Roman-Byzantin unique à Nantes, et de l’autre l’immeuble du Sillon de Bretagne avec sa forme pyramidale reconnaissable entre toutes. Cet espace singulier et atypique, souvent décrié, en apparence longtemps oublié des projets de planification urbaine, constitue un « écosystème » qui fait l’objet aujourd’hui de nombreuses études et pourrait servir de laboratoire de la ville de demain.

Foire aux animaux sur la place Viarme, à Nantes, vers 1900. © Archives de Nantes

Xavier Nerrière qui a déjà contribué à plusieurs reprise à la revue Images du Travail, Travail des Images nous propose deux idées de balade à Nantes, l’une virtuelle, l’autre en navibus. 

Le site internet de Voyage route de Vannes s’est enrichi d’un nouvel article sur le quartier de Plaisance, à Orvault. Une tranche d’histoire populaire, le long de la route de Vannes qui devrait bientôt être complétée d’un texte consacré au Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain : http://www.routedevannes.com/thematique/plaisance/ 

Et une visite en navibus, sur la ligne entre le hangar à bananes et le Bas-Chantenay. Nantes en noir et blanc (NNB, dont il fait partie) expose, sur un des quais des anciens chantiers Dubigeon, une photographie réalisée par Jean-Noël Thoinnet de la Turmelière (photographe de Presse-Océan) en 1987. À partir d’un négatif 24/36, nous testons notre capacité à imprimer une image sur une bâche de très grand format (3 m x 4,80 m). Cet essai préfigure le projet intitulé “Tu vois, je n’ai pas oublié” qui se développera à partir du printemps.

Le point de vue rare de la jeunesse des banlieues.

Entre 1977 et 1981, des jeunes adolescents, habitant des cités d’Alfortville et de Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, se réunissent et forment le Collectif Mohamed. Ensemble ils tournent trois films de court-métrage. Ce projet naît de leur volonté de filmer leurs propres images, de raconter par eux-mêmes leurs histoires, d’enquêter au sein des cités où ils vivent, de s’amuser, mais aussi de produire un discours politique et donner forme à leur révolte. Ils se sont cotisés et ont acheté quelques bobines Super-8, le support amateur de l’époque, ils ont emprunté du matériel dans leur lycée, et monté leurs images avec l’aide d’un enseignant. Ces films ont été distribués par AUDIOPRADIF, un collectif qui « aidait tous ceux qui ont quelque chose a dire et des luttes à porter, à mettre en forme ces projets et à les diffuser partout où c’est possible, pour changer la vie, car c’est l’affaire de tous ».

Synopsis

Le Garage, France, super 8, couleur, son, 30’, 1979

Un court documentaire-fiction, où les jeunes filment leur quotidien et leurs amis. Le film se tourne autour du « Garage », un lieu que les jeunes ont obtenu dans la cité, afin de pouvoir se rassembler autre part que dans la rue, avoir un espace à eux, un lieu où organiser des réunions, des activités d’éducation diverses, des rencontres, des fêtes.

Zone Immigrée , France, super 8, couleur, son, 40’, 1980

Une enquête dans la ville pour interroger l’agression d’un jeune par un chauffeur de bus. Un peu partout dans la rue, le collectif va à la rencontre des gens pour se demander quelles sont les causes et les effets de certaines formes de violence.

Ils ont tué Kader , France, super 8, couleur, son, 20’, 1980

Un film qui prend le chemin du combat politique. Suite à la fermeture du garage, les jeunes sont obligés de se rassembler dans la rue. Un soir un gardien tire sur l’un d’eux, Kader, et le tue. Suite à cet événement, les médias viennent dans la cité, pour faire un reportage et pour récupérer des images de leurs films. Un film qui pose de nombreuses questions sur le rôle des médias en banlieue, et sur la nécessité de produire soi-même des images.

Les sociologues au travail

Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, un couple de sociologues, qui a largement contribué à rendre légitime l’étude de la grande bourgeoisie, des riches, des classes dominantes sont au cœur du documentaire À demain mon amour (2022, 1h32mn). Bien qu’à la retraite du CNRS, ils continuent leur travail de terrain et analysent les inégalités sociales, notamment en cherchant à comprendre le mouvement des gilets jaunes. Pendant près de 5 ans, un jeune documentariste, Basile Carré-Agostini, les a suivis dans l’ensemble de leurs activités, des conférences en province au soutien des mouvements sociaux en passant par l’écriture, la lecture, les interviews et les différentes techniques d’enquête en sciences sociales.

C’est donc le travail des sociologues que nous donne à voir ce documentaire à l’image du film de Pierre Carles sur Pierre Bourdieu, La sociologie est un sport de combat (2001, 2h20mn, CP productions, actuellement en accès libre sur le site de la production : https://www.cp-productions.fr/la-sociologie-est-un-sport-de-combat/) ou encore celui en chantier, Bourdieu, le retour, en cours de réalisation par Pierre Carles et Annie Gonzalez.

Grace au sens de l’humour et de l’autodérision de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot, A demain, mon amour réussit à la fois à nous toucher, à déclencher des rires et à nous faire réfléchir. Il est vrai qu’ils n’hésitent pas à se mettre en scène tant dans les activités professionnelles que dans l’espace privé comme ils l’ont fait en bande dessinée avec Marion Montaigne (Riche, pourquoi pas toi, 2013, Dargaud, 133 pages). Cette mise en scène permet de traiter avec le même irrespect les chercheur.es que leur objet, les riches, et surtout elle renvoie à la méthode d’enquête utilisée, de type ethnographique. Comme ils le soulignent dans la préface de l’ouvrage « Les observateurs se retrouvent observés et peuvent, après coup, s’observer eux-mêmes, dans leur travail d’enquête. Juste retour des choses ! »

Ce positionnement est loin d’être unique et éclaire sans doute l’intérêt renforcé des sociologues depuis quelques années pour les autobiographies ou, pour le dire plus sociologiquement, l’auto-socio-analyse. C’est le cas de la dernière publication de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (Notre vie chez les riches, mémoires d’un couple de sociologues, 2021, zones) ou encore plus récemment, de l’ouvrage de Gilles Moreau (S’asseoir et se regarder passer. Itinéraire(s)d’un sociologue de province, 2022, La dispute, 198 pages) qui cherche à répondre à la question posée en quatrième de couverture : « Comment une origine rurale, un père garde champêtre, une mère sans diplôme et un militantisme post 68 fabriquent-ils un professeur de sociologie ? ».

 

Les homo sapiens au travail

Les héroïnes et les héros de ce livre sont les femmes, les hommes et les enfants qui peuplaient l’Europe il y a 40 000 à 10 000 ans. Les nombreuses fouilles et les progrès des analyses du mobilier archéologique nous permettent aujourd’hui de connaître nombre de détails sur leur vie quotidienne. L’analyse fine des vestiges qu’ils ont laissés derrière eux nous apprennent ce qu’ils chassaient, ce qu’ils cueillaient, ce qu’ils mangeaient, la façon dont ils s’abritaient des intempéries. Les manifestations artistiques et les sépultures retrouvées nous donnent un aperçu de leurs préoccupations non utilitaires. Mais ce ne sont pas ces aspects de leur vie quotidienne, déjà bien connus et largement publiés ailleurs, qui m’ont retenue ici.

L’autrice a choisi de mettre la focale dans cet ouvrage sur les usages du corps de ces Homo sapiens qui peuplaient alors l’Europe occidentale. Il est aujourd’hui possible d’avoir une idée assez précise de leur apparence à partir des squelettes retrouvés et des analyses ADN, de leur habillement, de leur parure, mais aussi de la manière dont ils se soignaient, dont ils se déplaçaient, dont ils se mouvaient lorsqu’ils accomplissaient leurs tâches quotidiennes.

Les vestiges de leurs activités permettent parfois de retrouver leurs gestes, leurs postures, leurs attitudes corporelles. La répartition des tâches entre hommes et femmes peut aussi être approchée à partir des traumatismes que le travail laisse sur le corps. De même, de modestes témoins suggèrent la présence des enfants dans les grottes ornées et dans les habitats. On peut aussi parvenir à savoir de quoi les gens souffraient, mais aussi comment ils se soignaient ou apaisaient leurs maux. Enfin, quel sort réservaient-ils au cadavre et comment se représentaient-ils leur propre corps ? Bref, c’est à une archéologie du corps qui est proposée… Il s’agit de s’interroger sur ce qu’ils percevaient, ce qu’ils ressentaient. En un mot, sur ce qu’on peut saisir de leurs perceptions, de leurs émotions, de leurs affects.

C’est donc tout ce qu’on considère généralement comme invisible et totalement hors de portée qui est mis en avant dans cet ouvrage. Une sorte d’archéologie de l’intime et de l’infime, qui permet notamment d’éclairer les activités de travail .

CHAPITRE III. Le corps au travail. Qui faisait quoi ?
Préjugés tenaces et comparatisme ethnographique
De l’origine de la diversification sexuelle des tâches
Des aires d’activité spécialisées dans l’habitat
Ce que révèle le mobilier d’accompagnement dans les tombes Comment le travail marque le corps
Et que font les enfants ?

Cette approche originale pose au fond la question de savoir ce que nous partageons avec ces hommes et ces femmes si lointains dans le temps mais si proches dans leur humanité. Retrouver l’homme dans son essence même complète à merveille l’objectif que s’était fixé André Leroi- Gourhan de faire de l’ethnologie du passé, ce qu’il appelait de l’« ethnologie préhistorique ».

“On est là !” un document photographique sur les gilets jaunes

Serge D’Ignazio a photographié tous les cortèges parisiens des gilets jaunes depuis le premier rassemblement, le 17 novembre 2018. Son travail, par sa qualité photographique et son humanisme, est un document sans équivalent. Serge D’Ignazio fait ce que font les grands photographes selon Henri Cartier-Bresson : « Mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur. »

Continuer la lecture de “On est là !” un document photographique sur les gilets jaunes

Travail et culture

Troisième Rencontre de la plateforme Culture ; Arts/Travail : « Quand le Cinéma reprend le Travail »

Mercredi 17 novembre 2021 – 9h30/12h30 – 14h/17h – Cinéma Mon Ciné, Saint-Martin-d’Hères (38)

Dans le cadre du Festival Écran Total

3e RENCONTRE de la plateforme Culture ; Arts/Travail
En partenariat avec Les CE tissent la toile

« Quand le Cinéma reprend le Travail »

PROGRAMME

9h30
Accueil café

10h
Présentation de la rencontre
Travail et Culture (TEC/CRIAC) et les CE tissent la toile

10h15
INTRODUCTION :
 Travail et cinéma : une histoire déjà ancienne et fournie.
Jean-Paul Géhin, co-fondateur du festival Filmer le Travail (Poitiers), sociologue, co-directeur de la revue scientifique “Images du Travail, Travail des Images, membre du GRESCO.

11h
TABLE RONDE :
Qu’est-ce que « Filmer le travail » aujourd’hui ?
Que montre le cinéma du travail aujourd’hui. Documentaires/fictions. Luttes sociales, conflits du travail, activité de travail, comment et sous quels angles le cinéma évoque, montre ou aborde les différents visages du travail d’aujourd’hui ?

Avec :
Chloé Aïcha Boro, réalisatrice
Sébastien Jousse, réalisateur
Antoine Russbach, réalisateur

Animation : Pascale Puig, directrice de Mon Ciné

12H30
Pause déjeuner libre

15h
TABLE RONDE :
Les évolutions culturelles et économiques du cinéma. Expériences et usages des acteurs du monde du travail.

Dans une perspective historique nous souhaitons d’abord échanger pour mieux voir et réfléchir ce qui change. Diffusions en salles, mais aussi films et séries télévisuelles, plateformes de diffusion, usages des smartphones, applications de nouvelles techniques pour faire des films et les partager. Le monde de la production et de la diffusion des images animées change. De nouveaux usages se font jour auxquels les acteurs culturels du monde du travail doivent se confronter.

Avec :
Sylvie Dreyfus-Alphandéry, Présidente de l’Association « Autour du 1er mai »
Henri Errico, élu CSE de S.T Micro-electronics Crolles, président de « Les CE tissent la toile »
Benoit Labourdette, vidéaste
Eddy Combret, CCAS, festival Visions sociales

Animation : Jean-Pierre Burdin, Artravail-s

16h30
PROJECTION :
Le déjeuner sur le stade , un film de Jean-Charles Massera, France, 27’
D’un lieu à l’autre (un champ, une bibliothèque, un gymnase, un entrepôt, un quai, etc.), des salariés, seuls ou à plusieurs, en prise avec une activité, s’interpellent et s’interrogent sur le sens de ce qu’ils vivent : leurs doutes sont nombreux ; leurs espérances, ébranlées. Si lever le poing est un geste hérité d’une longue histoire des luttes et de l’émancipation ouvrières, aujourd’hui, l’émancipation et la lutte pour construire des conditions d’existence et de construction de soi ne nécessitent-elles pas de nouvelles formes, de nouvelles pratiques ?
Ce film est né d’échanges avec un groupe de salariés et de militants syndicaux CGT de l’entreprise Dresser-Rand qui se sont tenus à l’occasion d’une recherche réalisée par Thibaud Blaschka à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Échanges avec Jean-Charles Massera et Thibaud Blaschka
Que se joue-t-il dans cette démarche, perturbée par les hésitations, réticences et résistances initiales du groupe de salariés et militants et percutée par un plan social inattendu ? Et comment s’invente ou non là une forme d’action originale qui exprime une demande de liberté et d’autonomie dans la vie et le travail ?

Animation :
 Nicolas Naudé, directeur de TEC/CRIAC

18h
CONCLUSION ET FIN

20h30 – Ciné concertLa mécanique des roches

Réalisation : Jérémie Lamouroux / Musique : Martin Debisschop / Production : Regards des Lieux – Laure Nicoladzé / Dans le cadre du projet “Ondes de l’eau, mémoires du XXe et XXIe siècles”, en partenariat avec le laboratoire AAU – CRESSON (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

Une vallée encaissée au cœur de montagnes escarpées. Trois villages et cinq hameaux où peu de personnes vont, où peu de personnes s’arrêtent. Un destin maudit lié à un passé glorieux mais révolu. La vallée de la Romanche, c’est tout ça à la fois.
À mi-chemin entre le cinéma documentaire et le spectacle vivant, La mécanique des roches porte un regard sensible sur cette vallée alpine. Les images de Jérémie Lamouroux, mises en son, en paroles et en musique en direct par Martin Debisschop, nous donnent à voir et à ressentir la part de poésie et de mystère de ce monde.

Présentation du N° 9 de la REvue Images du travail, Travail des Images

Dans le cadre des Rendez vous de l’histoire de Blois.

Cinéma Les Lobis, Vendredi 8 octobre 2021, 9h15-11h45, entrée gratuite.

Projection du documentaire De chaque instant suivi d’un débat avec :

  • Nicolas PHILIBERT, réalisateur du documentaire, membre du conseil scientifique de la revue Images du travail, travail des images.
  • Stéphane LEMBRÉ, historien, maître de conférences à l’INSPE de Lille, codirecteur du N°9 de la revue Images du travail, travail des images sur “l’apprentissage et l’enseignement professionnelle en images”.
  • Nicolas DIVERT, sociologue, maître de conférences en sciences de l’éducation et de la formation à l’Université de Lyon, auteur d’un article dans la revue Avoir le souci des autres. Apprendre les soins en baccalauréat professionnel.

 

Sciences & fiction Les 7, 8 et 9 octobre 2021 en présentiel

Depuis les débuts du cinéma, les images animées servent à raconter des histoires inventées, des fictions, autant qu’à livrer des chroniques du réel. La magie du cadrage, des jeux d’échelles, du montage fournit des possibilités formidables pour donner corps à des fictions produites par l’imagination autant que la caméra peut tenter de répliquer le réel avec détails dans un projet documentaire soucieux d’authenticité. À première vue, seul le second usage de l’image intéresse les sciences sociales. Ces rencontres, pensées en prolongement du récent numéro 10 de la revue Images du travail/Travail des images, explorent les possibilités de recherche et de formation à la recherche au moyen d’images de fiction (cinéma, télévision ou Web) et les conditions mises à ces usages non conventionnels.

Avec trois temps forts :

  1. Quand le documentaire emprunte à la fiction et sert à la recherche : une projection-discussion d’un film le 7 octobre, très inspirant pour utiliser la fiction dans la recherche
  2. Une journée d’étude le 8 octobre, avec une matinée sur la recherche avec la fiction et une après-midi sur la formation à la recherche avec la fiction
  3. La projection-discussion d’un documentaire interactif  le 9 octobre pour illustrer avec détail un exemple d’utilisation de la fiction dans la recherche en sociologie
Continuer la lecture de Sciences & fiction Les 7, 8 et 9 octobre 2021 en présentiel

Le travail qui vient

Du 4 mai au 22 juin, chaque mardi soir à PointCulture Bruxelles et en direct sur les réseaux sociaux,  L’association nosfuturs.net nous invite à réfléchir ensemble aux ressorts de la numérisation accélérée qui bouleverse nos habitudes et imaginaires du travail : coursier·es, cinéastes, journalistes, chercheur·ses, professeur·es et étudiant·es partageront leurs pistes de réflexion et scénarios de nos futurs au travail. Au programme, conférences, films de nosfuturs.net, pod cast, débats…

Déployée sur 2 ans, la thématique « Le travail qui vient » portera en 2021-2022 sur l’atomisation du travail (VOLET 1) et en 2022-2023 sur les organisations collectives du travail (VOLET 2).

Continuer la lecture de Le travail qui vient