Tous les articles par itti - rédaction

LIP, des héros ordinaires

Je profite de la publication récente d’un ouvrage historique sur LIP, pour rendre compte d’un ouvrage un peu  plus ancien, un roman graphique d’une grande qualité :

  • Vidal, Damien (dessin) & Galandon, Laurent (scénario) (2014) Lip, des héros ordinaires, Dargaud, 178 pages.

Cet ouvrage rend compte de la longue lutte ouvrière menée en 1974 aux usines LIP de Besançon que les propriétaires menaçaient de fermer. Cet épisode joue un rôle majeur dans l’histoire industrielle française non seulement parce que dans le climat de l’après 1968  il mettait en avant  la revendication politique d’autogestion mais aussi car il a été fortement médiatisée et soutenue par l’opinion publique.

Continuer la lecture de LIP, des héros ordinaires

L’affaire Lip

L’affaire Lip

1968-1981

Donald Reid
Traduit de l’anglais par Hélène Chuquet – Préface de Patrick Fridenson

Cinquante ans plus tard la grève et la volonté d’autogestion exprimée par les travailleurs et les travailleuses des Usines Lip à Besançon font encore l’objet de nombreuses publications scientifiques, de romans graphiques, de documentaires cinématographiques… Preuve sans doute que ces événements sont restés profondément ancrés dans l’histoire et l’imaginaire des luttes sociales en France.

Charles Piaget prenant la parole à Besançon, août 1973, photographie de Bernard Faille, © Bibliothèque municipale de Besançon.

Comme le rappelle la quatrième de couverture de cet ouvrage qui vient de paraître aux PUR, Donald Reid retrace ici l’histoire des luttes menées par les salarié(e)s de l’usine Lip de Besançon, qui ont marqué la France des années 1970 et servi de point de référence à de nombreux autres mouvements de lutte collective. L’affaire Lip est replacée dans le contexte des « années 1968 », mettant en évidence la place centrale de cette collectivité de travailleurs dans les combats du monde ouvrier en France, entre la fin des « Trente glorieuses » de l’après-guerre et l’émergence du néo-libéralisme dans les années 1980.

Lip, qui a incarné concrètement pour la première fois en France l’idéologie de l’autogestion, reste aujourd’hui dans les mémoires comme un événement emblématique des années 1968, mais l’affaire Lip fut aussi le précurseur de bien des réactions actuelles aux décisions touchant à la vie des travailleurs à l’heure de la mondialisation et du capitalisme des marchés.

S’appuyant sur de nombreuses sources, dont beaucoup inédites, l’auteur rend compte de tous les aspects de cette « expérience Lip » : pratiques syndicales, enjeux idéologiques, rapports complexes à l’autogestion, au concept d’entreprise ; relations du mouvement à l’État, au patronat, aux centrales syndicales nationales, aux soutiens extérieurs (intellectuels, groupes d’extrême gauche, monde de la culture) ; place des femmes et groupes féministes. Par l’ampleur du champ couvert, l’ouvrage offre le tableau détaillé d’un moment crucial de l’évolution du monde ouvrier et de sa tentative de proposer une alternative au système capitaliste.

Donald Reid, professeur d’histoire à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill (États-Unis), est spécialiste de l’histoire sociale et culturelle de la France. Il est l’auteur d’un ouvrage sur Les Mineurs de Decazeville : historique de la désindustrialisation (Harvard University Press, 1985, traduction française, Decazeville, 2009) et de Germaine Tillion, Lucie Aubrac, and the Politics of Memories of the French Resistance (Cambridge Scholars Publishing, 2007), ainsi que de nombreux articles, parmi lesquels certains traitent de différents aspects des « années 1968 ». La traduction française de son histoire des Égouts et égoutiers de Paris est parue en 2014 aux Presses universitaires de Rennes.

La revue brésilienne Fotocronografias publie un numéro thématique « Trabalho das Imagens »

Cornelia Eckert, membre du conseil scientifique de Images du travail, travail des images et correspondante de la revue au Brésil nous informe de la parution du nouveau numéro de la revue FOTOCRONOGRAFIA

Avec le thème TRAVAIL et IMAGES
 
Il peut être consulté sur le support et également téléchargé en pdf.
 
 
 

Mise en (in)visibilité des groupes professionnels. un appel à articles de la revue Questions de communication (archives)

 

dossier coordonné par Pierre-Yves Connan, Guillaume Le Saulnier et Benoît Verdier (Cérep, Université de Reims Champagne-Ardenne)

Parution en 2021

Questions de communication est une revue semestrielle à comité de lecture publiée avec le soutien du Centre de recherche sur les médiations (Université de Lorraine, France) et de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS

Continuer la lecture de Mise en (in)visibilité des groupes professionnels. un appel à articles de la revue Questions de communication (archives)

Pickpocket, une profession comme les autres ?

Pickpocket, un film de Robert Bresson,1959, 78′

« Ce film n’est pas du style policier. L’auteur s’efforce d’exprimer, par des images et des sons, le cauchemar d’un jeune homme poussé par sa faiblesse dans une aventure de vol à la tire pour laquelle il n’était pas fait. Seulement cette aventure, par des chemins étranges, réunira deux âmes qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais connues. »

Le long-métrage de Robert Bresson s’ouvre sur l’introduction mentionnée ci-dessus en plusieurs intertitres.

Image 1. Affiche du film

Sources : http://www.robert-bresson.com/Posters/Pickpocket/Pickpocket.html

Continuer la lecture de Pickpocket, une profession comme les autres ?

Le loup de wall street, LE TRAVAIL COMME MOTEUR D’ASCENSION SOCIALE OU DE DÉCADENCE ULtime? (archives)

Long-métrage de Martin Scorsese, États-Unis, 2013, 179 minutes.

 

Inspiré d’une histoire vraie, Le loup de Wall Street se centre sur l’ascension puis la chute du jeune courtier Jordan Belfort, interprété par Léonardo Di Caprio, dans le milieu de la finance des années 1990. Le film est construit comme un pic : les premières scènes nous montrent le héros au sommet de sa gloire, puis s’ensuit un long flashback dévoilant son ascension et enfin sa chute à la fois professionnelle et personnelle. Après avoir commencé sa carrière comme courtier junior à Wall Street et s’être initié aux pratiques excessives qui entourent la profession, Jordan est victime de la crise économique de 1987 et est contraint de tout recommencer à zéro. Il monte alors des arnaques financières en vendant des actions bas de gamme à de grands investisseurs, ce qui lui permet de s’enrichir vite, de mener un train de vie indécent et de rencontrer sa nouvelle épouse Naomi incarnant la réussite matérielle par sa beauté. Cependant, ce schéma ascendant est stoppé net, d’abord par ses difficultés dans sa vie conjugale, ainsi que par les poursuites du FBI qui lui reproche l’illégalité de ses pratiques, notamment de vendre ses propres actions en bourse. Jordan doit alors se résoudre à cacher ses revenus sur un compte en banque suisse, et après de multiples péripéties finit par être envoyé en prison. La chute est alors radicale, puisque sa femme divorce en réclamant la garde des enfants, et il perd une grande partie de sa fortune. Malgré toutes ces déconvenues, la fin du film nous le montre invariablement prospère, donnant des séminaires de motivation à travers le monde pour enseigner l’art de la vente.

Image 1 : Affiche du film

Le métier de courtier : une promesse de réussite et d’argent facile

Continuer la lecture de Le loup de wall street, LE TRAVAIL COMME MOTEUR D’ASCENSION SOCIALE OU DE DÉCADENCE ULtime? (archives)

« On ne naît pas Photographe, on le devient » (archives)

Sous titrée « Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982) » cette thèse sera soutenue par Véra Léon le samedi 21 mars 2020 9h30 en Sorbonne Amphithéâtre Durkheim (escalier I) 14 rue Cujas, 75006 Paris Entrée libre sur inscription : tinyurl.com/veraleon

Continuer la lecture de « On ne naît pas Photographe, on le devient » (archives)

Le premier salon des écritures alternatives en sciences humaines et sociales (archives)

Le Salon des Écritures Alternatives en Sciences sociales (SEAS) aura lieu le vendredi 10 janvier 2020 au MUCEM à Marseille. Cet événement est une initiative du nouveau Groupement de recherche « Image, écritures transmedias et sciences sociales ».

L’ambition de ce salon est de réunir chercheur·ses en sciences sociales et professionnel·les de l’économie créative (production, diffusion, édition) afin d’échanger sur les nouveaux défis autour de ces œuvres qui occupent une place grandissante dans le champ de la recherche et dans la société.

Cette journée sera l’occasion de présenter des œuvres – films, documentaires sonores, photographies, romans graphiques, bandes dessinées et jeux-vidéos -, de proposer des tables rondes sur les enjeux de fabrication et de diffusion, de participer à des ateliers. Elle permettra notamment des retours d’expérience ou la présentation de nouveaux projets pour faciliter des partenariats. Cette année, le Salon fera un focus particulier sur l’écriture sonore.

Continuer la lecture de Le premier salon des écritures alternatives en sciences humaines et sociales (archives)

L’entrée en résistance un spectacle proposant une nouvelle approche de la souffrance au travail (archives)

RESISTER : du latin resistere qui signifiait « s’arrêter, ne pas avancer davantage », est l’action de se dresser et de demeurer debout.

Dans le spectacle Très nombreux, chacun seul, créé en 2012 la compagnie La Mouline abordait la question de la souffrance au travail et des nouvelles formes de management, à partir d’un fait divers tragique : le suicide d’un cadre, délégué syndical au sein de son entreprise.

Continuer la lecture de L’entrée en résistance un spectacle proposant une nouvelle approche de la souffrance au travail (archives)

Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

Cela donne entre autres un beau livre à paraître ces jours ci aux presses universitaires de Paris Nanterre. Voilà comment les deux auteurs présentent l’ouvrage  de 400 pages intitulé Reynold Arnould, une poétique de l’industrie :

 » Tubulures de l’industrie chimique et grands pylônes électriques, pales de turbines et torchères pétrolières… la grande industrie moderne respire une beauté particulière, inquiétante et fascinante. Peu de peintres pourtant ont travaillé ce motif. Assurément aucun autant que Reynold Arnould (1919-1980). Dans une grande exposition au musée des Arts décoratifs en 1959, il a transfiguré l’industrie moderne dans des toiles d’apparence abstraite mais pourtant très documentées.

Reynold Arnould a dirigé les musées du Havre de 1952 à 1965 et inauguré en 1961 dans cette ville le premier musée de conception moderne en France. En 1965, André Malraux l’appela à la direction des Galeries nationales du Grand-Palais. Mais cette brillante carrière de conservateur ne doit pas occulter son œuvre picturale, inlassablement poursuivie pendant cinquante ans. Cet ouvrage se penche sur le thème de l’industrie chez Reynold Arnould, depuis ses portraits d’automobiles de 1955 jusqu’à ses œuvres murales des années 1960-1970. Une seconde partie éclaire cette peinture par le récit de sa jeunesse dans la France d’avant et d’après-guerre. À travers ce cas singulier : jeune prodige pris en charge par le peintre et écrivain mondain Jacques-Émile Blanche, premier Prix de Rome à vingt ans, professeur de beaux-arts dans une université du Texas de 1949 à 1952, c’est, aussi, un pan d’histoire sociale de la peinture du žžXXe siècle qui est ainsi mis au jour. »

Gwenaële Rot et François Vatin sont professeurs des universités à Sciences Po et à l’université Paris Nanterre.

2019 – 400 pages
en quadrichromie – Format : 28 x 26 cm
isbn : 978-2-84016-341-1 – Prix : 45 €
Illustrations couleur Langue : français

Continuer la lecture de Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

La fiction au travail. Recherche et formation à la recherche au moyen d’images de fiction (cinéma, télévision ou web) (archives)

Appel à articles pour la revue Images du travail, Travail des images

http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=495

Numéro coordonné par Pascal Cesaro et Pierre Fournier

De longue date, les disciplines des sciences sociales recourant à l’ethnographie, à l’observation directe de situations d’interaction sociale, valorisant la compréhension permise par la proximité voire le partage d’expérience avec les personnes étudiées, se posent la question de l’usage documentaire qu’elles pourraient faire de la caméra dans la phase de recueil des données au plus près des situations investiguées. L’histoire de l’anthropologie et celle des techniques filmiques ont ainsi de nombreux points de rencontre autour de tentatives d’équipement léger du chercheur de terrain (Piault, 2000). Au-delà, au moment d’analyser les images collectées, la possibilité de proposer aux enquêtés de les commenter dans une démarche d’auto-confrontation est aussi discutée (Theureau, 2010). De même que l’idée de les utiliser à titre d’illustration au moment de présenter des résultats de recherche (Ganne, 2012).

Continuer la lecture de La fiction au travail. Recherche et formation à la recherche au moyen d’images de fiction (cinéma, télévision ou web) (archives)

l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter (archives)

Long métrage d’Anne Depétrini, France, 2018, 87 minutes

Avec sa comédie L’école est finie, l’actrice et réalisatrice Anne Depétrini se donne pour mission de revaloriser le métier d’enseignant en en montrant toute la complexité, avec humour bien sûr. Avantage indéniable : elle connaît l’envers du décor puisque sa propre mère a longtemps travaillé dans le milieu. Inspiré du livre Chronique d’une prof qui en saigne (2010) de Princesse Soso[1], le film raconte les débuts d’une jeune professeure d’anglais, Agathe Langlois (Bérengère Krief), parisienne jusqu’au bout des ongles et titularisée au collège Émile Zola à Trouilly-sur-Selles, en pleine Picardie. Loin de tout ce qu’elle connaît, de sa sœur Diane (Marilou Berry) et de ses copines, elle redécouvre son métier et les vicissitudes qui l’accompagnent. En effet, enseigner, c’est rarement faire cours à des mômes ravis d’apprendre et avides de connaissances comme l’étaient ses premiers élèves du lycée Montaigne, lors de son année de probation. Une fois mutée, son public change radicalement. Elle doit braver l’absence de curiosité intellectuelle des uns et l’insolence des autres, en jonglant avec les multiples fonctions qui lui incombent désormais : prof, éducatrice, psy, assistante sociale, informaticienne etc. En bref : une fiction qui révèle en toute légèreté la difficile polyvalence des enseignants d’aujourd’hui.

Figure 1 : affiche du film l’école est finie.

Continuer la lecture de l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter (archives)

Travail, genre & images : Les archives revisitées (archives)

Pour accompagner la publication de son numéro spécial 6/7 « Femmes au travail: quelles archive visuelles », la revue Images du travail, travail des images, vous invite à une journée d’études le 3 juin 2019 à la Bibliothèque Nationale de France Quai François Mauriac, 75006 Paris Transports : Métro Lignes 6 et 14 ; Bus 89 ; RER C journée ouverte à tou.te.s dans la limite des places disponibles pré-inscriptions obligatoires à l’adresse mail : alain.carou@gmail.com : la bibliothèque étant fermée au public le lundi matin, seules les personnes inscrites pourront accéder à la journée d’étude

Continuer la lecture de Travail, genre & images : Les archives revisitées (archives)
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search