Tous les articles par itti - rédaction

Appel à articles “Images, travail et handicap”

La revue Images du Travail, Travail des Images (ITTI) propose un appel à articles pour son numéro 19.

A partir des années 1960, l’évolution de la législation sur le travail des personnes handicapées s’inscrit dans un mouvement international d’émergence de leurs droits porté par les disability studies (Ravaud, 1999). Il remet en cause le modèle individuel et biomédical du handicap pour le redéfinir comme « modèle social » imputant la production du handicap à la société (ses structures, ses organisations) et non plus à la personne. Au niveau international, deux séries d’acteurs institutionnels ont joué un rôle décisif. D’une part, l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) défend une approche biomédicale du handicap, mais fait entrer la dimension environnementale en révisant ses classifications, concédant ainsi une avancée vers le « modèle social ». D’autre part, l’ONU (Organisation des nations unies), puis le Conseil de l’Europe, relaient les revendications plus radicales des mouvements militants adossées au travail conceptuel des disability studies, qui promeuvent le « modèle social » (Ravaud & Fougeyrollas, 2005).

Continuer la lecture de Appel à articles “Images, travail et handicap”

La deuxième édition du FAANA (festival des autrices et auteurs de l’image et du son en Nouvelle Aquitaine) se déroulera du 21 au 23 septembre 2023 à Saint Georges de Didonne. (archives)

L’association NAAIS (Association des Auteurs et Autrices de l’Image et du Son en Nouvelle-Aquitaine) en partenariat avec l’association CREA (Association cinéma et spectacle vivant) organise la 2ème édition du Festival des Autrices et Auteurs en Nouvelle-Aquitaine du 21 au 23 septembre au centre culturel Relais de la Côte de Beauté, à Saint-Georges-de-Didonne.

Le FAANA est né d’une volonté de diffuser les créations cinématographiques, audiovisuelles et radiophoniques des auteur.rice.s-réalisateur.rice.s du territoire néo-aquitain, de rassembler les professionnel.le.s de la filière et d’échanger avec le public. Ce festival consacrée au cinéma et à l’audiovisuel associe rencontres professionnelles, diffusions publiques d’œuvres filmiques et sonores, échanges avec le public et actions d’éducation aux images et aux sons.

Un coup d’œil sur le programme montre la richesse de la programmation qui fait une plac belle aux rencontres professionnelles et à la formation à la réalisation en Nouvelle Aquitaine.

Un autre aspect saillant de la programmation est la place que les réalisateurs et les réalisatrices accordent au travail aussi bien dans les fictions que dans les documentaires ; avec une grande diversité des métiers présentés (mannequin, femme de chambre, prostituée, artiste, autrice, marins dans un navire usine, enseignant.es…) comme des thématiques abordées (Carrières des femmes, gilets jaunes, travail domestique ou bénévole, précarité…)

 
 
 

“S’habiller pour l’école” : Une exposition qui aborde le travail des élèves. (archives)

MUNAÉ, Musée national de l’Éducation,

Exposition grand format du 10 juin 2023 au 31 mars 2024, aux 2e et 3e étages du centre d’expositions. Commissariat : Aude Le Guennec et Nicolas Coutant.

Chacun conserve dans sa mémoire d’écolier un souvenir en lien avec le vêtement, qu’il soit lié à une obligation scolaire, au vestiaire du cours de sport ou au souci d’être à la mode… Objet intime en contact avec le corps et témoin des premières tentatives d’affirmation de soi, le vêtement de l’enfant et de l’adolescent conserve souvent, chez l’élève devenu adulte, une forte charge affective.

Le rapport de l’école au vêtement

Résultat d’un long travail de recherche, l’exposition S’habiller pour l’école explore le rapport qu’entretient l’école avec le vêtement depuis les années 1880 jusqu’à nos jours, en s’intéressant à la tenue de l’élève comme à celle de l’enseignant ainsi qu’à la place tenue par le vêtement dans les enseignements. Si le propos concerne essentiellement l’école française, le projet adopte aussi une démarche comparative, notamment avec le Royaume-Uni, où la culture vestimentaire scolaire s’avère différente.

L’exposition elle-même se structure en trois parties :

–          Être écolier : les jeux de style, la place du vêtement entre l’école et la sphère domestique

–          L’école s’en mêle : la réglementation, la place du vêtement dans la définition des rôles

–          Regards sur l’école : le vêtement des enseignants, se voir élève

L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

“Depuis plus de 30 ans, Yann Arthus-Bertrand photographie les Français accompagnés de ceux qu’ils aiment, de leur famille et de leurs animaux.

Tout commence en 1994, avec des photographies commandées par l’Express qui initient sans le savoir un grand travail sur les Français. Au fil des années, celui-ci est enrichi par des clichés d’éleveurs et de leurs bestiaux, d’ouvriers à la Réunion, de Français et de leurs chevaux capturés sur une même bâche.

Il se poursuit par des prises de vue sur l’ensemble du territoire que ce soit à Boulogne-Billancourt, à Saint-Tropez ou dans son studio dans son village d’origine aux Mesnuls. Les participants viennent ou en tenue de travail ou dans leurs habits de tous les jours et chacun reçoit un fichier numérique d’une sélection de photos.

Continuer la lecture de L’ambitieux projet de Yann Arthus-Bertrand : L’encyclopédie photographique des français… Bien souvent au travail.(archives)

ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Suspendre le travail : images des manifestations

Numéro coordonné par Henri Eckert – henri.eckert@univ-poitiers.fr et Nicolas Hatzfeld – nicolas.hatzfeld@gmail.com

« Toute manifestation veut donner à entendre, à plus fort titre à voir ; pour “rendre manifeste”. Elle constitue donc, par essence, une image, aux degrés d’élaboration préalables et délibérés éminemment variables. Cette mise en scène des masses peut se doubler d’une mise en images, à laquelle les organisateurs aspirent mais qui est aussi bien susceptible de la prédéfinir, on le sait. » (Tartakowsky, 2001, 161)

Les manifestations dans l’espace public sont l’occasion, outre l’expression directe des mécontentements ou des revendications qui les ont suscitées, d’exprimer quelque chose de plus sur les conditions sociales d’existence des manifestants, au travail, dans la cité ou, plus généralement, dans leur vie quotidienne. À l’instar des Gilets jaunes qui, s’exprimant sur leurs tuniques ou des pancartes bricolées, donnaient à lire à tous, autres manifestants ou simples spectateurs en bordure de leurs défilés, leurs opinions, leurs pensées, leurs colères ou leurs espoirs en réaction à la situation économique qui leur était faite (Monchatre & Têtu, 2022). La prévalence de ces expressions individuelles sur le recours à des banderoles susceptibles de regrouper les manifestants constituerait-elle un trait caractéristique majeur de ces manifestations ? Toujours est-il que les Gilets jaunes mettaient ainsi, puissamment, l’accent sur leur droit à la parole et leur volonté d’être entendus, d’une part, et, d’autre part, témoignaient de manière éclatante d’un vif désir d’utiliser la manifestation pour s’exprimer, directement et sans médiation. Si ces modes d’intervention « ne sont pas réductibles à l’expression revendicative propre à la forme de la manifestation » (Ibid.), il convient de remarquer qu’ils n’ont pas commencé avec l’irruption des Gilets jaunes et encore moins cessé avec l’épuisement de leur mouvement. C’est d’abord sur ce phénomène social, qui s’est généralisé lors des manifestations relatives au travail, que cet appel à articles veut attirer l’attention, pour inviter à en saisir toutes les pratiques, des pancartes brandies à bout de bras aux banderoles et toutes autres manières d’expression graphique ou textuelle.

©Henri Eckert

Continuer la lecture de ITTI 18 Appel à articles. (archives)

Johan van der Keuken

Le rythme des images (archives)

Du 16 juin au 17 septembre, le musée du Jeu de Paume rend hommage au photographe et cinéaste néerlandais Johan van der Keuken à travers une grande rétrospective. L’exposition revient sur la carrière exceptionnelle de l’artiste (de 1955 à 2000) pour qui la dualité entre le cinéma et la photographie est au cœur de son processus artistique. Exposition, d’autant plus intéressante que la question de la confrontation et de la complémentarité entre images fixes et animées reste d’actualité.

“Tout en distinguant les particularités de chacune des deux pratiques, l’artiste n’a cessé de les travailler de manière interconnectée. Environ 150 photographies, documents et maquettes originales sont rassemblés autour d’une dizaine de courts métrages, dont deux documentaires sur l’artiste.

Johan van der Keuken est né le 4 avril 1938 à Amsterdam. Il a 12 ans lorsqu’il est initié à la photographie et à seulement 17 ans, il publie son premier livre de photos. Pour cette exposition, des tirages vintages sont présentés aux côtés de films, livres et écrits. Le parcours, thématique, confronte l’œuvre photographique de l’artiste et une sélection de courts métrages, révélant la spécificité de son œuvre au fil des salles.”

On peut se réjouir que près de 20 ans après une première grande rétrospective consacrée à Johan van der Keuken en France, le Jeu de Paume a souhaité rendre un nouvel hommage à ce grand artiste très engagé socialement et soucieux de rendre compte du monde du travail.

Dévoiler un handicap invisible (archives)

Handicap au travail : « J’ai préféré ne rien cacher, je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences »

Révéler ou taire son handicap invisible à l’entreprise est un cas de conscience pour nombre de personnes concernées. Témoignages.

Par Sophie Viguier-Vinson Publié dans LE MONDE du 23 mars 2023 à 13h00, modifié le 24 mars 2023 à 09h37

“Dans son magasin Grand Optical de Saint-Etienne, Stéphanie Muguet, 45 ans, conseille sa clientèle avec entrain. Personne ne soupçonnerait le synovialosarcome qui lui a coûté un muscle fessier en 2014, ni les récidives aux poumons limitant sa capacité respiratoire. Mais elle n’en a jamais fait mystère. « Après réflexion, j’ai préféré ne rien cacher dès le début. J’occupais un poste de directrice et je ne voulais pas mentir sur l’origine de mes absences. »

Son choix s’inscrit dans la mouvance des coming out de grands patrons, comme tout récemment celui d’Arthur Sadoun, dirigeant de Publicis, communiquant sur son cancer de la gorge. Dans la foulée, au dernier sommet de Davos, la fondation du groupe a annoncé le lancement de la plate-forme Working With Cancer, invitant toutes les entreprises à rejoindre le mouvement afin de permettre aux collaborateurs concernés de ne pas craindre de stagner ou de perdre leur emploi.

Pour Stéphanie, la transparence a payé : « Ma direction m’a bien accompagnée. Comme je ne pouvais plus assumer pleinement le management, j’ai basculé sur un poste de simple opticienne, mais je ne le vis pas comme une rétrogradation. C’est moins stressant, j’ai bénéficié d’un fauteuil adapté ainsi que d’un espace de repos et je fais bien mon travail. J’ai même le temps de m’investir comme bénévole à la Ligue contre le cancer. »La réalité n’est pas toujours aussi enthousiasmante et rassurante sur le plan professionnel. Leila Abes (l’identité a été changée), 47 ans, s’est ainsi vue licenciée pour inaptitude alors qu’elle souffrait de grave dépression, à la suite d’un cancer du sein. « J’étais aide-soignante dans un grand groupe de soins picard au début de ma maladie, et mon employeur informé m’a bien soutenue. C’est en rejoignant un groupe concurrent que les choses se sont gâtées. Je n’ai pas évoqué mon cancer à l’embauche, on m’a postée en unité de soins palliatifs, très anxiogène, et j’ai développé une dépression. »

            © STÉFANIA INFANTE

Continuer la lecture de Dévoiler un handicap invisible (archives)

Gestes techniques et savoir faire des peuples sibériens (archives)

Exposition de photographies
Du lundi au vendredi
Du 14 avril au 26 mai 2023
De 10 à 19 heures
Espace Françoise Héritier
10 cours des humanités
AUBERVILLIERS
 
Les sociétés sibériennes sont très diversifiées. Elles sont composées d’anciens groupes de chasseurs cueilleurs et/ou d’éleveurs nomades et transhumants répartis sur un territoire grand comme à peu près 26 fois la France. Jusqu’à la période soviétique, le mode de subsistance de ces communautés dépendait fortement du milieu environnant. La connaissance fine de ce milieu permettait l’exploitation des
ressources brutes et leur transformation en produits manufacturés (artisanaux), mais elle conditionnait également l’organisation sociale et les représentations.
Dans une perspective identitaire, les sociétés autochtones sibériennes contemporaines remettent à jour certains des savoir-faire qu’elles considèrent comme traditionnels. Interroger ces savoir-faire revient à questionner non seulement les connaissances, actions et techniques mobilisées dans les productions matérielles, mais également leur transmission, ainsi que les modes de vie, les rapports entre l’humain et son environnement, entre l’humain et la matière, les rapports sociaux, et les visions dumonde. La question de savoir pourquoi, dans un contexte postsoviétique, ces savoir-faire-là sont réactualisés plutôt que d’autres, est aussi très importante. En d’autres termes, qu’est-ce que les savoir-faire peuvent nous apprendre des sociétés qui les mobilisent ?
Dans le but de répondre à cette interrogation, les photographies de cette exposition présentent quelques-uns des savoir-faire des sociétés autochtones sibériennes, éventuellement sous la forme des chaînes opératoires des actions effectuées. Les textes descriptifs qui accompagnent la mise en scène des procédés de fabrication,
volontairement succincts, permettent de replacer ces savoir-faire dans leur contexte, en faisant le lien entre les dimensions matérielles, sociales, religieuses et esthétiques. Avec la volonté de donner à voir et à comprendre, cette exposition vise à mettre en avant les sociétés autochtones sibériennes, leurs connaissances et techniques du corps comme savoir-faire, les discours qui les accompagnent et permettent leur transmission, mais aussi le travail de recueil de données effectué par
les anthropologues du Centre d’Études Mongoles et Sibérienne.

We are coming chronique d’une révolution féministe.(archives)

Le deuxième long métrage de Nina Faure sort en salle. En s’interrogeant sur le plaisir féminin, la réalisatrice rend compte d’un important mouvement social d’aujourd’hui. En rappelant que le travail gratuit des femmes est au cœur  de l’économie capitaliste et du patriarcat, elle conjugue intime et collectif… Et se faisant, elle s’inscrit dans la voix originale engagée depuis plus de vingt ans par CP Productions qui a su articuler critique radicale, humanité et empathie.

Continuer la lecture de We are coming chronique d’une révolution féministe.(archives)

Des images du travail ?

Les idées reçues véhiculent des représentations plus ou moins partagées et mêlent vrai et faux.  Elles orientent nos conceptions et éclairent nos visions du monde. C’est le projet de la collections “Idées reçues” de la maison d’édition Le cavalier bleu.

Le dernier ouvrage collectif paru dans cette collection éveille notre attention : Idées reçues sur le travail emploi, activité, organisation. Dirigé par Marie-Anne Dujarier, il dresse un bilan éloquent de nos représentations collectives. Dommage qu’il n’intègre pas plus d’images matérielles.

Continuer la lecture de Des images du travail ?

Femmes en lutte aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (archives))

Images de grèves et de manifestations (1936-1987)

Exposition à partir du 9 janvier 2023

Les femmes ont toujours travaillé et toujours lutté pour leurs droits et l’amélioration de leurs conditions de travail !

À travers les portraits, les slogans, les objets ou outils de travail détournés, arborés par les manifestantes, grévistes, occupant ou non leur lieu de travail, on découvre ou redécouvre l’évolution de plusieurs décennies de luttes et de revendications. De l’égalité salariale à la lutte contre le travail de nuit en passant par le combat contre les chefs autoritaires et méprisants, ce sont cinquante ans d’images de grèves, de manifestations et d’occupations d’usine que présente cette exposition.
 
Issues principalement des fonds photographiques du journal l’Humanité et de l’IHS-CGT, ces photographies montrent les grands conflits liés à la désindustrialisation en Seine-Saint-Denis (Grandin, Mécano), des mouvements de grève nationaux comme ceux du Front populaire en 1936 ou mai-juin 1968 mais également des exemples de lutte plus ordinaires comme les manifestations du 8 mars ou du 1er mai.
 
Le carnet de grève des ouvrières de l’usine Obsession (Gilmo) à Villeurbanne, récemment restauré par l’institut national du Patrimoine, sera également présenté lors de l’inauguration de l’exposition, le 8 mars 2023 journée internationale du droit des femmes.
 
Trois tables rondes accompagneront cette exposition ainsi qu’un cycle de visites guidées.
 

Continuer la lecture de Femmes en lutte aux archives départementales de Seine-Saint-Denis (archives))

De bien vieilles images du travail! (archives)

43e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur 2023

Acteurs techniques, acteurs sociaux : des vestiges matériels à l’organisation sociale du travail, de la Préhistoire à nos jours

Du 11 au 13 octobre 2023

Appel à communication

Parfois perçue, à l’époque du développement de l’économie politique, comme un facteur d’aliénation individuelle et de délitement du collectif en même temps que d’accroissement de la productivité (Smith 1776, Marx 1867) et, dans les sciences sociales naissantes, au contraire, comme un vecteur de cohésion et de solidarité (Durkheim 1893), la division du travail, fondée sur l’échange, est un phénomène éminemment social. La nature et le degré de spécialisation ainsi que les modalités d’organisation des activités techniques sont du reste à la base d’un certain nombre de catégorisations des sociétés opérées par les ethnologues et les archéologues : un système éco-technique définit alors un type de société ou un régime social. Au regard des historiens, la division du travail renvoie à des mécanismes de coopération ou de concurrence, de tradition ou d’innovation, dont la compréhension est essentielle pour saisir l’évolution des sociétés.

Assurément, la spécialisation des activités humaines – et des multiples tâches qui s’y rapportent – participe de l’organisation des sociétés, jusqu’à en être parfois un élément structurant. Plus ou moins marquée selon les cas, elle concerne toutes les cultures et implique des catégories sociales diverses, souvent multiples et emboîtées, dont certaines se rapportent au sexe, à l’âge ou au genre, tandis que d’autres renvoient à des classes ou castes particulières. La spécialisation technique peut en outre opérer à l’échelle intracommunautaire (organisation en groupes de spécialistes: métiers, corporations, guildes…) ou reposer sur des complémentarités et des échanges entre communautés spécialisées, voire entre sociétés différentes. Certaines formes de spécialisation portent enfin sur des domaines d’activités distincts (e.g. subsistance vs artisanat), tandis que d’autres ont pour cadre une même production dont la chaîne opératoire se voit alors segmentée en tâches assurées par des acteurs différents, spécialistes ou non-spécialistes.

L’organisation sociale du travail sera ici explorée à partir des vestiges matériels : par l’examen de différentes catégories d’objets (outils, produits finis, déchets de production…), des images et de divers types de sites archéologiques (habitats ou ateliers, unités domestiques ou de production, espaces funéraires…) à des échelles variées (de l’artefact au territoire). Pour les archéologues, en particulier pour les préhistoriens et protohistoriens, ces vestiges matériels, dont l’analyse relève de multiples approches pouvant mobiliser des méthodes très sophistiquées, constituent des témoins privilégiés – parfois les seuls – pour appréhender des activités et des acteurs techniques susceptibles de rendre compte de l’organisation des sociétés investiguées. Ils peuvent éclairer des pans entiers de cette organisation, y compris au sein de sociétés historiques dont le fonctionnement n’est pas toujours réglé par des normes explicites ou qui sont tout simplement peu ou pas documentées par l’écrit ; pour peu qu’elles soient finement interprétées, les traces matérielles peuvent révéler des gestes, des pratiques, un habitus qui renvoient au procès du travail.

L’objectif des 43e Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire sera de réfléchir, entre spécialistes de différentes disciplines, cultures et époques, à l’organisation sociale du travail au sein des groupes humains, en s’intéressant à l’articulation entre phénomènes techniques et arrangements sociaux, ainsi qu’aux protocoles et aux méthodes susceptibles d’en rendre compte.

 

 

Lire la suite : De bien vieilles images du travail! (archives)

 

Chercheurs et réalisateurs en milieu viticole (archives)

La prochaine séance du séminaire Image animée du Centre Max Weber aura lieu de 17 mars 2023. Cette séance se propose de poursuivre la réflexion sur les relations entre humains et non-humains, à travers une activité humaine particulière : la viticulture. Comment ces relations ont évolués depuis l’avènement de la monoculture ? Comment sont-elles aujourd’hui réinterrogées sous les effets conjugués de différents facteurs (pression sociale, mise au jour de maladies professionnelles, prise de consciences des agriculteurs et des riverains…) ? Comment la recherche en Sciences Humaines et Sociales, épaulée par l’image animée, peut peser sur la prise en compte du vivant dans cette activité ?

Elle prendra la forme de projections débats. Organisée autour de la projection de deux films Terrain d’entente (Gasc, 2022) et Rémanences(Girardot-Pennors, 2022), cette séance permettra d’aborder la question de la relation humains non-humains à travers l’usage des pesticides en milieu viticole, selon deux points d’entrée différents (celui des riverains et celui des viticulteurs).
Réalisés tous deux à partir des travaux de recherche de deux chercheur.e.s en Sciences Humaines et Sociales (Etienne Amiet pour Terrain d’entente, Fabienne Goutille pour Rémanences), mais répondant
tous deux à des contextes et des dispositifs de réalisation bien différents, cette séance nous permettra également d’interroger de manière précise et documentée les usages et enjeux de l’image animée pour la recherche en Sciences Humaines et Sociales.

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

De la dance sur la chaîne de Stellantis (archives)

« Être autre » est un projet chorégraphique qui explore les états du corps à l’ouvrage et l’expérience sensible du monde du travail par les gestes du travail. Qu’est-ce qui fait qu’un corps soit « adapté » pour un métier et pas pour un autre ? Comment la technique façonne nos corps ? Comment notre métier peut-il modeler aussi bien nos subjectivités que l’image que les autres ont de nous ?

Jeudi 6 et vendredi 7 avril 2023 à 19h30 :

SPECTACLE Être autre – Solo de danse, 60’
Conception et performance : Alejandro Russo, Compagnie La Malagua. Co-production : Travail & Culture – TEC CRIAC

À partir d’une observation des corps au travail d’une ligne de production de l’Usine Stellantis (ex-PSA) à Trith-St-Léger, le danseur et ingénieur Alejandro Russo nous plonge dans une atmosphère sonore, visuelle et rythmique. En archéologue du monde du travail, il cherche avec ce solo dansé, les frontières poreuses entre le corps-sensible et le corps-exécutant.

Qu’est-ce qui fait qu’un corps soit « adapté » pour un métier et pas pour un autre ? Comment la technique façonne nos corps ? Comment notre métier peut-il modeler aussi bien nos subjectivités que l’image que les autres ont de nous ?

Entrée libre sur réservation :
Travail et Culture
03 20 89 40 60 I info@travailetculture.org

LIEU :
Usine Stellantis Valenciennes (ex-PSA)
Parc d’activités de l’Aérodrome,
Avenue Marc Lefranc
59125 TRITH-SAINT-LEGER