Tous les articles par itti - rédaction

De bien vieilles images du travail! (archives)

43e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur 2023

Acteurs techniques, acteurs sociaux : des vestiges matériels à l’organisation sociale du travail, de la Préhistoire à nos jours

Du 11 au 13 octobre 2023

Appel à communication

Parfois perçue, à l’époque du développement de l’économie politique, comme un facteur d’aliénation individuelle et de délitement du collectif en même temps que d’accroissement de la productivité (Smith 1776, Marx 1867) et, dans les sciences sociales naissantes, au contraire, comme un vecteur de cohésion et de solidarité (Durkheim 1893), la division du travail, fondée sur l’échange, est un phénomène éminemment social. La nature et le degré de spécialisation ainsi que les modalités d’organisation des activités techniques sont du reste à la base d’un certain nombre de catégorisations des sociétés opérées par les ethnologues et les archéologues : un système éco-technique définit alors un type de société ou un régime social. Au regard des historiens, la division du travail renvoie à des mécanismes de coopération ou de concurrence, de tradition ou d’innovation, dont la compréhension est essentielle pour saisir l’évolution des sociétés.

Assurément, la spécialisation des activités humaines – et des multiples tâches qui s’y rapportent – participe de l’organisation des sociétés, jusqu’à en être parfois un élément structurant. Plus ou moins marquée selon les cas, elle concerne toutes les cultures et implique des catégories sociales diverses, souvent multiples et emboîtées, dont certaines se rapportent au sexe, à l’âge ou au genre, tandis que d’autres renvoient à des classes ou castes particulières. La spécialisation technique peut en outre opérer à l’échelle intracommunautaire (organisation en groupes de spécialistes: métiers, corporations, guildes…) ou reposer sur des complémentarités et des échanges entre communautés spécialisées, voire entre sociétés différentes. Certaines formes de spécialisation portent enfin sur des domaines d’activités distincts (e.g. subsistance vs artisanat), tandis que d’autres ont pour cadre une même production dont la chaîne opératoire se voit alors segmentée en tâches assurées par des acteurs différents, spécialistes ou non-spécialistes.

L’organisation sociale du travail sera ici explorée à partir des vestiges matériels : par l’examen de différentes catégories d’objets (outils, produits finis, déchets de production…), des images et de divers types de sites archéologiques (habitats ou ateliers, unités domestiques ou de production, espaces funéraires…) à des échelles variées (de l’artefact au territoire). Pour les archéologues, en particulier pour les préhistoriens et protohistoriens, ces vestiges matériels, dont l’analyse relève de multiples approches pouvant mobiliser des méthodes très sophistiquées, constituent des témoins privilégiés – parfois les seuls – pour appréhender des activités et des acteurs techniques susceptibles de rendre compte de l’organisation des sociétés investiguées. Ils peuvent éclairer des pans entiers de cette organisation, y compris au sein de sociétés historiques dont le fonctionnement n’est pas toujours réglé par des normes explicites ou qui sont tout simplement peu ou pas documentées par l’écrit ; pour peu qu’elles soient finement interprétées, les traces matérielles peuvent révéler des gestes, des pratiques, un habitus qui renvoient au procès du travail.

L’objectif des 43e Rencontres internationales d’archéologie et d’histoire sera de réfléchir, entre spécialistes de différentes disciplines, cultures et époques, à l’organisation sociale du travail au sein des groupes humains, en s’intéressant à l’articulation entre phénomènes techniques et arrangements sociaux, ainsi qu’aux protocoles et aux méthodes susceptibles d’en rendre compte.

 

 

Lire la suite : De bien vieilles images du travail! (archives)

 

Chercheurs et réalisateurs en milieu viticole (archives)

La prochaine séance du séminaire Image animée du Centre Max Weber aura lieu de 17 mars 2023. Cette séance se propose de poursuivre la réflexion sur les relations entre humains et non-humains, à travers une activité humaine particulière : la viticulture. Comment ces relations ont évolués depuis l’avènement de la monoculture ? Comment sont-elles aujourd’hui réinterrogées sous les effets conjugués de différents facteurs (pression sociale, mise au jour de maladies professionnelles, prise de consciences des agriculteurs et des riverains…) ? Comment la recherche en Sciences Humaines et Sociales, épaulée par l’image animée, peut peser sur la prise en compte du vivant dans cette activité ?

Elle prendra la forme de projections débats. Organisée autour de la projection de deux films Terrain d’entente (Gasc, 2022) et Rémanences(Girardot-Pennors, 2022), cette séance permettra d’aborder la question de la relation humains non-humains à travers l’usage des pesticides en milieu viticole, selon deux points d’entrée différents (celui des riverains et celui des viticulteurs).
Réalisés tous deux à partir des travaux de recherche de deux chercheur.e.s en Sciences Humaines et Sociales (Etienne Amiet pour Terrain d’entente, Fabienne Goutille pour Rémanences), mais répondant
tous deux à des contextes et des dispositifs de réalisation bien différents, cette séance nous permettra également d’interroger de manière précise et documentée les usages et enjeux de l’image animée pour la recherche en Sciences Humaines et Sociales.

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

– – – INFO PRATIQUE PRÉSENTIEL – – – 
Vendredi 17 mars 2023 9H30-16H30
Salle Bollier
Maison des Sciences de l’Homme
14, avenue Berthelot – 69007 Lyon

De la dance sur la chaîne de Stellantis (archives)

« Être autre » est un projet chorégraphique qui explore les états du corps à l’ouvrage et l’expérience sensible du monde du travail par les gestes du travail. Qu’est-ce qui fait qu’un corps soit « adapté » pour un métier et pas pour un autre ? Comment la technique façonne nos corps ? Comment notre métier peut-il modeler aussi bien nos subjectivités que l’image que les autres ont de nous ?

Jeudi 6 et vendredi 7 avril 2023 à 19h30 :

SPECTACLE Être autre – Solo de danse, 60’
Conception et performance : Alejandro Russo, Compagnie La Malagua. Co-production : Travail & Culture – TEC CRIAC

À partir d’une observation des corps au travail d’une ligne de production de l’Usine Stellantis (ex-PSA) à Trith-St-Léger, le danseur et ingénieur Alejandro Russo nous plonge dans une atmosphère sonore, visuelle et rythmique. En archéologue du monde du travail, il cherche avec ce solo dansé, les frontières poreuses entre le corps-sensible et le corps-exécutant.

Qu’est-ce qui fait qu’un corps soit « adapté » pour un métier et pas pour un autre ? Comment la technique façonne nos corps ? Comment notre métier peut-il modeler aussi bien nos subjectivités que l’image que les autres ont de nous ?

Entrée libre sur réservation :
Travail et Culture
03 20 89 40 60 I info@travailetculture.org

LIEU :
Usine Stellantis Valenciennes (ex-PSA)
Parc d’activités de l’Aérodrome,
Avenue Marc Lefranc
59125 TRITH-SAINT-LEGER

Exposition photo de François Lucchesi. Un ouvrier photographe. (archives)

 

PHOTOGRAPHIES – TIRAGES ARGENTIQUES
“PORT PÉTROLIER DE FOS-SUR-MER”

L’exposition présente des tirages argentiques réalisés entre 1980 et 2004 sur le port pétrolier de Fos-sur-Mer. François Lucchesi a travaillé comme ouvrier sur le site pendant trente et un an et c’est avec discrétion qu’il a photographié ses collègues, l’ambiance, vues du site. Plus tard, sa rencontre avec Laurent Quessette et Michel Péronnet, l’actuel directeur du site aboutira à l’édition d’un livre présentant ses clichés “Ils brillaient de pétrole sous le soleil” aux éditions l’Harmattan avec les textes de Laurent Quessette. François Lucchesi vit à Saint-Mitre-les- Remparts et est le président du club photo “Marius” depuis 45 ans.

Exposition | Istres Hall 233

Infos Pratiques

Entrée libre

VISITES :

Du lundi au vendredi de 9h30 à 18h

Vernissage le mardi 21 férvier à 18h15

Visite commenté avec l’artiste le mardi 28 février à 17h sur résa au

04 13 59 50 83

Le dessous des images (archive)

En 2023, Arte propose une nouvelle émission régulière, un peu sur le modèle du dessous des cartes, animée par Sonia Devillers, qui présente depuis des années sur France inter une émission quotidienne qui traite des médias et de l’information.

Voilà comme Arte présente le projet :  “Sonia Devillers raconte avec passion l’histoire d’une photo, d’une image. De sa construction à son impact sur notre vision du monde, comment expliquer sa viralité et ses pouvoirs ? Le magazine “Le dessous des images” propose une interprétation qui nous apprend à voir au-delà du premier regard.”

Une vingtaine d’épisodes sont accessible sur le site de la chaine traitant de photographies ou de vidéos avec une présentation normalisée de 12 minutes : analyse de l’image et de sa diffusion, notamment dans les réseaux sociaux ; interview de l’auteur ; contexte de la prise de vue ; point de vue d’un expert…

Un petit nombre de ces images concerne le travail et son environnement. L’équipe de l’émission a d’ailleurs contacté la revue Images du Travail, Travail des Images pour un éventuel commentaire d’un chercheur. Cela n’a pu se faire, mais il y aura sans doute d’autres occasions.

Le développement rapide du vélo pour aller au travail ou même pour travailler a créé une nouvelle catégorie sociale , les vélotaffeurs, qui, munis d’une go pro, ont beaucoup de succès sur les réseaux sociaux et créent des polémiques.

https://www.arte.tv/fr/videos/110342-008-A/le-dessous-des-images/

Un autre thème abordé a à voir avec le travail et surtout l’actualité footballistique : les conditions de logement des ouvriers immigrés construisant les stades et les infrastructures. C’est une photo interdite. Elle a été prise par un photo reporter au Qatar, à la dérobée, quelques mois avant la coupe du monde de football. On y voit des logements où s’entassent dans des conditions insalubres des ouvriers dans la zone industrielle de Doha, la capitale.

https://www.arte.tv/fr/videos/110342-007-A/le-dessous-des-images/

La classe ouvrière c’est pas du cinéma à Bordeaux (archives)

L’équipe des rencontres cinématographiques « la classe ouvrière c’est pas du cinéma » a le plaisir de vous annoncer la 19ème édition des rencontres

du 31 janvier au 5 février 2023

Avec un programme de qualité et plein de films à voir ou à revoir

https://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=757&mode=cycle

Un nouveau festival de cinéma documentaire sur les paysans en Ardèche Du 27 janvier au 05 février 2023 (archives)

 

L’agriculture est depuis toujours au cœur des choix de société de par sa

nécessaire vocation à produire l’alimentation pour les populations. Les paysan.nes
et les ouvrier.es agricoles en sont ainsi les garants.
S
’adapter à un environnement qui change rapidement, lutter contre le
réchauffement climatique, produire pour assurer la souveraineté alimentaire
permettant à chacun.e d’accéder à une alimentation de qualité, préserver le vivant et la biodiversité, entretenir les paysages, garder actifs les territoires ruraux…
 
L’agriculture est confrontée à de nombreux défis. En Ardèche, l’agriculture est riche de sa grande diversité de productions et de la
modernité de ses paysan.nes qui en ont fait une agriculture pionnière dans les
filières de qualité et la relocalisation des productions via les circuits courts ; la recherche d’autonomie et l’adaptation aux ressources de nos territoires.
 
À travers ce festival, les paysan.nes de la Confédération paysanne vous proposent de venir à leur rencontre dans différents lieux du département au gré de 9 projections de films et documentaires autour de thématiques agricoles et alimentaires. Ces projections seront suivies d’échanges avec les paysan.nes organisé.es en groupes locaux pour chaque territoire.

Ce festival nous permet également de faire le lien entre notre milieu agricole et le
milieu de la culture, via les cinémas qui nous accueillent et les associations de projections itinérantes, permettant au plus grand nombre d’avoir accès à ces évènements culturels.
 
Programme complet de la première édition.
https://conf07.files.wordpress.com/2023/01/depliant-festival-du-film-2023-vf.pdf
 

Le festival Filmer le travail a déjà 14 ans (archives)

Cette 14e édition s’intéressera au travail informel

Travail au noir, invisible, travail gratuit, bénévole, travail domestique, travail vivant… le festival sera rythmé par de nombreux événements, comme autant de fils à dérouler pour s’interroger sur les formes que prend le travail dès lors qu’il échappe au cadre légal, s’inscrit aux marges ou en dehors du salariat.

Et pour nous accompagner tout au long de cette nouvelle édition, nous avons choisi un visuel haut en couleurs extrait de l’emblématique film de Jean-Luc Godard, Deux ou trois choses que je sais d’elle.

Cette année, 17 films documentaires venus du monde entier composent la compétition internationale du festival Filmer le travail.

Cette sélection nous entraîne de la Belgique aux montagnes colombiennes, des collines irlandaises jusqu’aux villages de la Drôme, de la République centrafricaine au Brésil, en passant par l’Autriche, l’Italie ou encore le Canada. Les cinéastes posent leur regards singuliers sur des parcours de vie et tissent les portraits d’un agriculteur, de bergers, d’une sage-femme, de soignant.e.s, d’étudiant.e.s, d’enseignantes et s’intéressent au travail domestique, militant, politique et artistique.

https://filmerletravail.org/selection-des-films-en-competition-filmer-le-travail-2023/

Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales (archives)

Il se tiendra pour sa quatrième édition du 15 au 18 juin 2023 à Marseille, au Mucem. 

Focus vous propose de participer aux ateliers et rencontres POC et Pitch” !
Ces ateliers et rencontres ont pour objectif de faciliter les partenariats entre SHS et économie créative. 
«Fabriquer» un film documentaire, un documentaire sonore, un portfolio, imaginer une exposition, un livre graphique ou se lancer dans une écriture multimodale se construit peu à peu au cours de différentes étapes, allant d’une réflexion sur la narration, sur les collaborations nécessaires, ou encore sur les partenaires pour assurer leur diffusion. 

Continuer la lecture de Focus, le salon des écritures alternatives en sciences sociales (archives)

Faire parler du travail à partir d’images : enjeux méthodologiques et épistémologiques (archives)

Appel à articles Images du Travail, Travail des Images n°17

Numéro coordonné par Sylvaine Conord et Christian Papinot

A la suite des numéros 3 et 8 de la revue qui s’intéressaient aux usages des images dans la démarche de recherche de terrain et aux différentes façons de faire de la recherche filmée sur le travail, nous souhaitons poursuivre notre questionnement sur la fabrique de la recherche en interrogeant plus spécifiquement le statut de ces données d’enquête produites lorsque le chercheur fait parler du travail à partir d’images que ce soit avec les méthodes de la photo-elicitation interview (PEI) de l’auto-confrontation, des itinéraires photographiques (Petiteau, 2001) ou d’autres usages combinés des images photographiques pour faire parler les enquêté.e.s. Il s’agit donc d’interroger les démarches d’enquête en sciences sociales visant à susciter des commentaires, des récits, des paroles d’enquêtés décryptant des images qu’elles soient celles des enquêtés, du chercheur, d’un professionnel de l’image l’accompagnant ou de tout autre source. L’objectif du numéro visera à questionner ce que faire parler à partir d’images veut dire, ce que cela fait à l’enquête, ce que cela engendre dans la relation enquêteur-enquêté.e.s, quel est le statut de ce type de données d’enquête. Nous invitons donc à produire de l’analyse réflexive sur ces techniques d’enquête, à questionner non seulement leurs apports et limites d’un point de vue épistémologique et méthodologique mais aussi leurs spécificités pour la connaissance des mondes du travail.

Continuer la lecture de Faire parler du travail à partir d’images : enjeux méthodologiques et épistémologiques (archives)

La mine fait son cinéma (archives)

Du 25 juin 2022 au 29 mai 2023.
L’exposition temporaire La mine fait son cinéma est accessible aux dates et horaires d’ouverture du musée.
Le Centre est ouvert tous les jours sauf du 1er au 31 janvier, les 1er mai et 25 décembre.

Quand les frères Lumière ont lancé l’aventure du cinéma à la fin du XIXème siècle, imaginaient-ils que la mine et les mineurs y tiendraient l’un des premiers rôles ? En effet, dès 1905, Ferdinand Zecca tourne Au pays noir et inaugure la longue saga de la mine au cinéma.

L’abondance de films miniers montre l’intérêt des réalisateurs, mais aussi celui du public, pour un monde souvent inaccessible. À travers différents genres comme la comédie, le documentaire, le drame ou l’animation, le cinéma place sous les feux des projecteurs l’histoire de ceux qui, chaque jour, affrontent le danger pour extraire le charbon du sous-sol. Émile Zola avait fait de Lantier et des personnages de Germinal les héros de son roman et les trois adaptations cinématographiques de Capellani (1913), d’Allégret (1963) ou de Berri (1993) leur offrent un visage et leur donnent vie.

Qu’elle constitue le décor, le sujet principal ou le cadre d’une histoire, la mine a marqué le monde du cinéma durant tout le XXème siècle et l’inspire encore aujourd’hui. Des réalisateurs de tous continents inscrivent cet univers dans leurs scénarios et parmi eux, les entreprises figurent au générique. En effet, par le biais de publicités, de courts-métrages ou de films d’entreprise, les Houillères utilisent le cinéma pour valoriser leur savoir-faire et leur production.

Avec l’exposition La mine fait son cinéma, le Centre Historique Minier déroule le tapis rouge à ce sujet et propose un tour d’horizon des liens qui unissent la mine au cinéma.

Cette exposition s’accompagne de plusieurs événements organisés notamment pour l’anniversaire des dix ans de l’inscription du Bassin minier sur la Liste du Patrimoine mondial.

Centre Historique Minier
Musée de la mine du Nord Pas de Calais – Centre d’archives – Centre de culture scientifique de l’énergie

Fosse Delloye
Rue d’Erchin – CS 30039
59287 Lewarde
France
Téléphone : (33) 03 27 95 82 82
Fax : (33) 03 27 95 82 83
Email :
contact@chm-lewarde.com

JOURNÉE D’ÉTUDES : Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint- Denis : recherche et valorisation des sources (SAFO-93) (archives)

À travers cette journée d’étude, il s’agit à la fois de :

– problématiser les questions de la recherche et de la valorisation des sources, et de la recherche à une échelle locale, grâce à l’intervention de chercheurs et chercheuses à partir de leurs propres travaux

– consolider le partenariat universitaires/archivistes/responsables d’associations de mémoire, d’histoire et d’éducation populaire établies sur le territoire de la Seine-Saint-Denis grâce à la valorisation de leurs fonds d’archives, à travers quelques exposés témoignant de réalisations archivistiques et/ou mémorielles

– faire un bilan de la première année de ce projet, affiner la programmation de la deuxième année et esquisser la poursuite de la recherche, au-delà de la fin du projet, à la lumière de ce qu’il aura permis de révéler.

Vendredi 20 janvier 2023 (9h-17h)

Salle de conférences – Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 54 avenue du Président Salvador-Allende, 93000 Bobigny

 

Programme

Vendredi 20 janvier 2023

9h00 – 9h30 : Accueil

9h30 – 9h45 : Ouverture : Christine Langé, Directrice du service d’archives, Conseil départemental de la Seine Saint-Denis et Pierre Laffitte, co-Directeur du Centre de recherche Experice, Université Paris 8-PPA (S/R)

  • 9h45 – 10h45 : Sources orales et histoire. Acquis, questionnements, chantiers en cours. Florence Descamps, Maîtresse de conférences HDR, École pratique des hautes études (Modération : Emmanuel de Lescure)
  • 10h45 – 11h45 : Chercher les femmes en formation aux XIXe et XXe siècles : quelles archives ? Marianne Thivend, Maîtresse de conférences HDR, Université Lyon 2 (Modération : Françoise F. Laot)

11h45 – 12h00 : Pause

  • 12h00 – 12h45 : Les archives du monde du travail conservées aux AD 93 : des sources pour l’histoire de la formation des travailleurs et travailleuses ? Pascal Carreau (Responsable du secteur des archives privées aux AD-93) (Modération : Vivien Soldé)

12h45 – 14h00 : Pause repas

  • 14h00 – 14h30 :  Vers une exposition en janvier 2024 – Projection d’archives numérisées et/ou identifiées dans le cadre du projet SAFO-93 

14h30 – 16h00 : Table ronde : Histoire et mémoire en Seine-Saint-Denis : question sociale, travail et formation                       

  • Éric Lafon-Amrhein, directeur du musée d’Histoire vivante de Montreuil
  • Ioânna Kasapi ou Jean-Philippe Legois, responsables de Cité des mémoires étudiantes (localisée à Aubervilliers)
  • Pascal Guillot, président de l’Association histoire et mémoire des mondes ouvriers (AHMO), Seine-Saint-Denis
  • José Pinto, président de l’Institut d’histoire sociale CGT 93
  • Jacques Grossard, président de l’association Mémoire vivante de la Plaine

(Co-modération : Emmanuel Bellanger et Anna Cattan)

16h00 – 16h15 :  Pause

  • 16h15 – 16h45 : Formation des travailleurs et des travailleuses, et sources de l’expression ouvrière : des recherches en correspondance Eliane Le Port, Docteure en histoire, IDHES-Évry

16h45 – 17h00 : Clôture

Continuer la lecture de JOURNÉE D’ÉTUDES : Savoirs et formation des travailleurs et travailleuses en Seine-Saint- Denis : recherche et valorisation des sources (SAFO-93) (archives)

Les ouvrières de la mondialisation (archives)

 

En partenariat avec l’Institut du monde arabe de Tourcoing (IMA) et Les Archives Nationales du Monde du Travail (ANMT).

Ce Cabaret de l’Union interrogera la place des femmes dans la société, particulièrement dans certaines formes d’emploi régies par l’exploitation économique à l’ère de la mondialisation. Les femmes sont à la fois “bénéficiaires” de cette mondialisation, par la modification des rapports économiques et sociaux qu’elle entraîne, mais aussi victimes car elle engendre la pauvreté touchant davantage les femmes. La mondialisation a pour conséquence au Sud, l’ouverture de nouveaux débouchés par la délocalisation ou l’instauration de zones franches où les conditions de travail y sont bien souvent indécentes… Le prisme réaliste sera traité à partir d’un film de fiction très ancré dans le quotidien des « femmes crevettes » de Tanger au Maroc, et un prisme plus symbolique à partir d’une vidéo art dont la forme esthétique joue avec les codes de la pression économique.

19H : FILM Sur la planche, 110’ Maroc, 2011
Réalisation : Leïla Kilani

Tanger – Aujourd’hui, quatre jeunes femmes de vingt ans travaillent pour survivre le jour et vivent la nuit. Toutes quatre ouvrières, elles sont réparties en deux castes : les textiles et les crevettes. Leur obsession : bouger. “On est là” disent-elles. De l’aube à la nuit la cadence est effrénée, elles traversent la ville. Temps, espace et sommeil sont rares. Petites bricoleuses de l’urgence qui travaillent les hommes et les maisons vides. Ainsi va la course folle de Badia, Imane, Asma et Nawal…

21H : VIDEOS ART Boussa from the Netherlands, 19’, 2017
Réalisation : Bertille Bak

Le film décrit le quotidien d’ouvrières dans une usine de décorticage de crevettes au nord du Maroc. Pêchés et vendus aux Pays-Bas, les crustacés sont conditionnés au Maghreb, où le coût de la main-d’œuvre est moindre. Ces travailleuses de l’ombre sont payées au poids de crevettes.
Et autre surprise…

21H20 : ECHANGES
En présence de Clotilde Lemarchant, Directrice adjointe de la revue « Travail, Genre et Société, Professeure à l’Université de Lille, chercheuse au Centre Lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (CLERSÉ), chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs (CMH)

Entrée libre sur réservation :
Travail et Culture
03 20 89 40 60 I info@travailetculture.org

LIEU :
Archives Nationales du Monde du Travail
78 Boulevard du Général Leclerc,
59100 Roubaix

Une bande dessinée sur le travail des migrants mineurs

L’Observatoire de la Migration de Mineurs (et de jeunes) a été créé en 2014 au sein du laboratoire Migrinter.  Ses productions sont aujourd’hui nombreuses et méritent d’être diffusées, surtout dans l’intérêt et la reconnaissance du travail comme de la parole des jeunes accompagnés. 
 
– Le clip de la belle chanson ‘Y a du bon y a du mauvais’ (sous-titré en EN et ES) produite en collaboration avec Alpha Records 86 : https://www.youtube.com/watch?v=vSFDHhxH9bE 
 
– Le livre en téléchargement gratuit ‘Mi Vida- Mon combat’ (en FR) et un entretien vidéo de la très touchante jeune auteure comorienne Soiyarta Attoumani : https://o-m-m.org/index.php/2022/12/05/publication-de-mi-vida-mon-combat-de-soiyarta-attoumani/ 
 
– La vidéo (sous-titres en FR à activer sur Youtube) présentant le réseau d’accueil citoyen du Puerto de Santa Maria au sud de l’Espagne. Une belle image du partage solidaire entre personnes locales et jeunes migrants, surtout marocains: https://www.youtube.com/watch?v=Azq0be0ZYlo&t=18s 
 
– La video (en FR) de présentation du livre ‘Sur le chemin de mes rêves’ (Dacres éditions, 2022) du jeune auteur camerounais Baba Fotso Toukam Junior (a.k.a. Luciano Tanger 997), basé à Saint Sebastien, en Espagne : https://www.youtube.com/watch?v=Fkz4IjA4pEo&t=51s 
 
On mettra en particulier ici en avant l’ouvrage réalisé par Louis Fernier et Daniel Sénovilla Hernandez en collaboration avec le dessinateur Maxime Jeunes. Sous forme de bande dessinée, Migration Positive montre le point de vue des migrants mineurs sur leur projet de vie et surtout le travail :

La cinquième édition de la biennale Usimage à Creil (archives)

Du 15 avril au 11 juin 2023, Usimages, biennale de la photographie du patrimoine industriel et du travail, aborde la double thématique de l’énergie et de la métallurgie à travers une programmation de 11 expositions en plein air réparties sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette 5ème édition s’attache à revisiter des fonds photographiques méconnus, tout en poursuivant un soutien marqué à la création contemporaine et aux jeunes talents qui se confrontent à une expérience artistique au cœur des entreprises. Usimages poursuit également ses collaborations internationales qui permettent à la biennale de développer une ouverture sur le monde.

Avec les travaux de Jean POTTIER , Céline CLANET, Françoise HUGUIER, Elliott VERDIER, Michel SÉMÉNIAKO, Pauline PASTRY et Emma RIVIERA, en résidence en entreprise, Rocco RORANDELLI, carte blanche avec le festival Photolux, la carte blanche avec Les Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie et des œuvres issues des fonds photographiques de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium, de l’Atelier Pasquero et des Archives du monde du travail à Roubaix.