Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Mirella Giannini

Ces dernières années, un certain nombre de films ont été réalisés sur Adriano Olivetti (1901-1960), entrepreneur à succès et intellectuel engagé politiquement, une des figures les plus marquantes de l’Italie du XXe siècle.  De jeunes cinéastes comme Andrea De Sica, Michele Fasano, Bernard et Ceretto lui ont consacré des documentaires et, plus récemment, Michele Soavi a réalisé une fiction retransmise sur la chaîne de télévision  RAI1. Ces cinéastes ont dressé le portrait remarquable d’un homme qui avait rêvé de mettre en place un projet entrepreneurial joignant innovation cognitive et véritable harmonie sociale.

Sans titre

                 Adriano Olivetti  (1901-1960)

Continuer la lecture de Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Appel à articles : Montrer le travail et les groupes professionnels (archives)

L’Association internationale des sociologues de langue française (AISLF), Comité de recherche 32 « Savoirs, métiers, groupes professionnels », lance un appel à communication pour un colloque international qui se tiendra à Lausanne les 3 et 4 septembre 2015.

Continuer la lecture de Appel à articles : Montrer le travail et les groupes professionnels (archives)

Séminaire : l’enquête et ses graphies. Figurations iconographiques d’après société (archives)

Séminaire de l’EHESS organisé par Manuel Boutet, Manon Denoun, Katrin Languewiesche, Jean-Bernard Ouedraogo, et Arghyro Paouri.

Les séances ont lieu une à deux fois par mois jusqu’en juin 2015.

Continuer la lecture de Séminaire : l’enquête et ses graphies. Figurations iconographiques d’après société (archives)

Da Gong Lao Ban : Le Patron de l’usine

Long métrage, Chine, 2014. Producteur Zhang Min.  Directeur Photo : Lutz Reitemeier.  Distribution : Shendzhem  Huahao Cultural Media CO, en compétition mondiale, au Festival des Films du Monde de Montréal.  Cinéma impérial, le 25 aout 2014, à 14 heures.
Ce film a reçu le prix d’interprétation masculine pour le rôle tenu par l’acteur Yao Anlian qui dit de son personnage : «  C’est un entrepreneur qui poursuit son rêve et il sait prendre ses responsabilités. Mais il est forcé de devenir méchant en raison de la crise. En réalité, c’est un bon gars. »

le patron de l'usine (4)

Thème : Une jeune journaliste infiltre une usine de fabrication de poupées, dirigée par un certain Lin Dalin, et elle enquête sur les conditions de travail apparemment désastreuses.

le patrond e l'usine (2)

La crise de 2008 a un impact sur les usines chinoises de fabrication de jouets qui par centaines ferment leurs portes. Les employés sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail, et une journaliste, l’actrice Tang Yan, veut dénoncer les méthodes  du patron.

le patrond e l'usine (3)
Ce qui est intéressant c’est que le gouvernement chinois ait laissé sortir un tel film, mais le producteur explique « L’économie de la Chine a repris de l’énergie depuis 2008, donc on peut montrer les problèmes, et le film a passé les étapes de la censure qui a approuvé le scénario ».

Accompagné de ses deux acteurs principaux (Yao Anlina et Tang Yan) le producteur explique qu’il a  déjà produit le héros Chengong en 2000, et en 2011 Shadow.  Il attend assez sereinement le jugement du public chinois qui verra le film en octobre.

Ginette Francequin

Appel : Le genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail. Mises en images et représentations (archives)

Appel : Le genre dans les sphères de l’éducation, de la formation et du travail. Mises en images et représentations. Reims, URCA, 28-30 octobre 2015

Dans la continuité des Journées Scientifiques Régionales sur le Genre, le Groupe Genre du Centre d’Etudes et de Recherches sur les Emplois et les Professionnalisations (Cérep) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (URCA), organise le colloque thématique de l’AECSE (Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l’Education), en partenariat avec le RT1 (Savoirs, Travail, Professions) de l’Association Française de Sociologie (AFS), le CR 32 (Savoirs, métiers, identités professionnelles) de l’Association Internationale de Sociologie de Langue Française (AISLF), l’Association de Recherche en Education et en Formation (ARGEF), les Réseaux Gender and Adult Learning et History of Adult Education and Training in Europe de l’European Society for Research on the Education of Adults (ESREA).
Ce colloque vise à interroger, au prisme du genre, les intersections et les articulations existantes entre, d’une part, les sphères de l’éducation, de la formation et du travail et, d’autre part, les représentations et les mises en images.

Consulter l’appel dans son intégralité : appel_colloque_CEREP (pdf).

Quand la bande dessinée rencontre les bouilleurs de cru

BD-laBouille-couvAutour de l’album de Troubs, La Bouille (Rackham, 2012) : lecture, spectacle, rencontre, débat, exposition, dans le cadre de la biennale de la lecture en Poitou-Charentes.  Ces trois rencontres organisées avec l’auteur et un bouilleur de cru permettront d’évoquer une tradition sur le point de disparaître et le BD reportage.

 

Renseignements sur le site de la Biennale de la lecture ou sur celui la Cité de la bande dessinée.

Pose Travail

Pose Travail, Baron Évelyne, Hersant Guy, Le Tirant Dominique, 2013, Snoeck éditions, 280p.

Voici un ouvrage original et élégant mariant livre d’art et essai en sciences sociales, et s’appuyant sur le croisement de trois points de vue :

  • Muséologique. À l’origine du projet, une commande du musée départemental de Seine et Marne, qui souhaite accorder une place importante au travail dans ce musée de société mais aussi accompagner le développement rapide du département en lien avec les cinq chantiers économiques et sociaux mis en œuvre par le Conseil général.

  • Photographique. Pour ce faire, le musée propose une résidence à Guy Hersant, photographe, spécialiste des portraits de groupe en Afrique puis sur le travail en France, notamment d’apprentis marins pour le musée port de Douarnenez ou d’habitants de logements collectifs à Parthenay. En 2011 et en 2012, il a réalisé 100 photographies de groupe dans 100 entreprises du département choisies en fonction de leur diversité et de leur représentativité de l’économie locale. Comme le note Évelyne Baron dans son introduction de l’ouvrage, « Il émane de ces photographies, à la fois une force et un respect du sujet, elles disent beaucoup sans être bavardes » (p. 10).

  • Ethnologique. Dans chacune de ces entreprises, Dominique Le Tirant, ethnologue et psychologue, spécialiste de la représentation des femmes au travail, a réalisé un entretien auprès d’un membre de l’entreprise, souvent un dirigeant, pour brosser son activité et son histoire, et dégager quelques caractéristiques du travail dans cette entreprise. Les entretiens ont fait l’objet d’un texte court témoignant en priorité de l’engagement de chacun au travail : « aspects sensibles relatifs à l’identité, à la transmission, à l’éthique du métier, à la relation au collectif de travail » (p.18).

GH8
Miniature : Cliquer sur l’image pour la voir dans son intégralité.

Continuer la lecture de Pose Travail

Séminaire de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP)

Ce séminaire mensuel a une visée épistémologique et méthodologique. Il est destiné avant tout aux jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, qui sont particulièrement encouragé·e·s à participer. L’équipe de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) souhaite proposer un cadre pour ouvrir la discussion entre les différentes disciplines qui prennent en charge l’analyse des productions photographiques et de leurs usages et questionner l’état et l’histoire des recherches autour de la photographie, jusqu’ici traitées de manière très éclatée.

Les propositions sont à adresseravant le 15 octobre 2014.

La suite sur calenda ou sur le carnet de l’ARIP.

Parution : Images du travail, les collections du centre d’histoire du travail de Nantes

Xavier Nerrière, Images du travail, les collections du centre d’histoire du travail de Nantes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

it article

Un bon de souscription est disponible. Consulter le site du CHT de Nantes pour plus d’informations.

Si François Kollar, Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson, Willy Ronis ou encore, outre-Atlantique, Walker Evans et Lewis Hine ont marqué l’histoire de la photographie sociale, on ne saurait oublier les travailleurs qui s’emparèrent d’un appareil pour fixer sur la pellicule un moment de leur labeur.
Espace dédié à l’archive ouvrière et paysanne, le Centre d’histoire du travail conserve des milliers ces clichés qui lui ont été confiés par des organisation ou des individus. Au-delà de leur origine, de leur statut ou de leur objet, ces photos ont en commun leur rapport avec l’histoire sociale et forment de ce fait un ensemble cohérent. En se répondant les unes les autres, elles nous permettent de reconstituer une partie de notre histoire collective sous la forme d’un imposant roman-photo populaire.
Comment les classes populaires se sont-elles emparées de la  photographie, et donc de leur image ? Se sont-elles laissé influencer par les grands courants de la photographie ? Quels sont les liens qui s’esquissent entre amateurs et professionnels, entre art et profane, entre la forme et le fond ? Ce livre pose les jalons d’une histoire populaire de la photographie qui reste encore à écrire…

Juriste de formation, Xavier Nerrière est animateur-chercheur du Centre d’histoire du travail au sein duquel il a la charge du fonds iconographique. Il est l’auteur de deux ouvrages (Marcel Guihéneuf, Le p’tit Pape de la Navale avec Ronan Viaud en 2000, et Pont-Rousseau en Rezé, Histoire et mémoires d’un quartier et de sa ville avec Christophe Patillon en 2002) et de plusieurs articles. “

Une Usine dans les champs. Tentative d’histoire exemplaire de l’industrialisation en France durant le dernier tiers du XXe siècle

Stéphane Gatti, coord., 2012, « Une usine dans les champs », Paris, La parole errante, 256p.

Aux confins du Berry, dans un village médiéval très rural et sans aucune tradition industrielle, un ouvrier parisien, Fernand Combes, va installer en 1963, dans le cadre des lois de décentralisation, une société de transformation des métaux, SITRAM, qui va devenir rapidement un leader européen des autocuiseurs et des casseroles en inox, passant des 40 salariés du début à plus de 500 dans les années 1980. Les conditions du succès peuvent être facilement identifiées. D’un côté, une main d’œuvre docile, primo salariée, rendue disponible par la crise de l’agriculture vivrière (y compris les femmes), prête à accepter la rationalisation poussée des tâches et des conditions de travail difficiles. De l’autre la figure centrale et charismatique du patron fondateur, qui va appliquer à la lettre les principes du fordisme : « Meilleurs salaires de la région, primes multiples, primes d’assiduité, pas de syndicats, cadence maximum » (p. 6). Se met alors en place une forte dynamique locale articulant développement économique et accès massif à la consommation de masse, coloré dans ce cas pas la volonté du propriétaire de l’usine de soutien aux activités associatives, en particulier en direction des écoles et des sports.

Continuer la lecture de Une Usine dans les champs. Tentative d’histoire exemplaire de l’industrialisation en France durant le dernier tiers du XXe siècle

Le pendule de Costel

Le Pendule de Costel, Pilar Arcila, 2013, Kamatomi film, 68mn

Costel est un Rom mais, est-ce crédible, il n’est ni criminel, ni violent, ni maffieux. Il a une femme, des cousins et des copains qu’il a rencontrés à l’occasion de ses voyages à l’ouest : « on s’est connus et on s’est regroupés en France car on avait peur avec tous ces vagabonds ». Avec sa famille élargie, il sillonne l’Europe pour survivre depuis que la chute de Ceausescu a coupé le principal revenu des communautés Rom en Roumanie, des petits boulots sous payés et peu considérés dans les fermes collectives d’État. Le pendule c’est les mouvements réguliers qu’effectue la communauté entre France, Suisse et Roumanie au gré des politiques nationales et européennes. Marseille où il est encore possible de fouiller les poubelles à la recherche d’objets et de métaux revendables et de s’abriter dans des squats que la politique de modernisation rapide de la ville laisse un moment accessibles. Lausanne où la mendicité rapporte bien mais où il faut trop souvent dormir au froid dans les rues, faute de places dans les centres d’accueil d’urgence. Manarade, petit village de Transylvanie avec ses maisons colorées et insalubres où grâce à l’argent envoyé de France et de Suisse vivent les enfants élevés par les grands-parents.

Continuer la lecture de Le pendule de Costel