Archives par mot-clé : archéologie

Les homo sapiens au travail

Les héroïnes et les héros de ce livre sont les femmes, les hommes et les enfants qui peuplaient l’Europe il y a 40 000 à 10 000 ans. Les nombreuses fouilles et les progrès des analyses du mobilier archéologique nous permettent aujourd’hui de connaître nombre de détails sur leur vie quotidienne. L’analyse fine des vestiges qu’ils ont laissés derrière eux nous apprennent ce qu’ils chassaient, ce qu’ils cueillaient, ce qu’ils mangeaient, la façon dont ils s’abritaient des intempéries. Les manifestations artistiques et les sépultures retrouvées nous donnent un aperçu de leurs préoccupations non utilitaires. Mais ce ne sont pas ces aspects de leur vie quotidienne, déjà bien connus et largement publiés ailleurs, qui m’ont retenue ici.

L’autrice a choisi de mettre la focale dans cet ouvrage sur les usages du corps de ces Homo sapiens qui peuplaient alors l’Europe occidentale. Il est aujourd’hui possible d’avoir une idée assez précise de leur apparence à partir des squelettes retrouvés et des analyses ADN, de leur habillement, de leur parure, mais aussi de la manière dont ils se soignaient, dont ils se déplaçaient, dont ils se mouvaient lorsqu’ils accomplissaient leurs tâches quotidiennes.

Les vestiges de leurs activités permettent parfois de retrouver leurs gestes, leurs postures, leurs attitudes corporelles. La répartition des tâches entre hommes et femmes peut aussi être approchée à partir des traumatismes que le travail laisse sur le corps. De même, de modestes témoins suggèrent la présence des enfants dans les grottes ornées et dans les habitats. On peut aussi parvenir à savoir de quoi les gens souffraient, mais aussi comment ils se soignaient ou apaisaient leurs maux. Enfin, quel sort réservaient-ils au cadavre et comment se représentaient-ils leur propre corps ? Bref, c’est à une archéologie du corps qui est proposée… Il s’agit de s’interroger sur ce qu’ils percevaient, ce qu’ils ressentaient. En un mot, sur ce qu’on peut saisir de leurs perceptions, de leurs émotions, de leurs affects.

C’est donc tout ce qu’on considère généralement comme invisible et totalement hors de portée qui est mis en avant dans cet ouvrage. Une sorte d’archéologie de l’intime et de l’infime, qui permet notamment d’éclairer les activités de travail .

CHAPITRE III. Le corps au travail. Qui faisait quoi ?
Préjugés tenaces et comparatisme ethnographique
De l’origine de la diversification sexuelle des tâches
Des aires d’activité spécialisées dans l’habitat
Ce que révèle le mobilier d’accompagnement dans les tombes Comment le travail marque le corps
Et que font les enfants ?

Cette approche originale pose au fond la question de savoir ce que nous partageons avec ces hommes et ces femmes si lointains dans le temps mais si proches dans leur humanité. Retrouver l’homme dans son essence même complète à merveille l’objectif que s’était fixé André Leroi- Gourhan de faire de l’ethnologie du passé, ce qu’il appelait de l’« ethnologie préhistorique ».