Archives par mot-clé : arts

Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Introduction

Le programme Recherche, art et participation (REAP) propose de mettre en œuvre au cours des deux années à venir (2024-2025) une série d’expériences à la croisée des sciences humaines et sociales, de l’art et de la science participative pour tester différents modes d’enquête et de diffusion des résultats de la recherche. Il est résolument interdisciplinaire : il réunit des anthropologues, des sociologues, des historiens, des politistes, des cinéastes, ainsi que des plasticiens, des artistes sonores et du spectacle vivant. Collaboratif et participatif, il intègre les citoyens dans les processus de recherche, de production et de circulation du savoir et de la création.

Cette démarche vise trois objectifs :
1) Réévaluer les capacités de nos dispositifs de recherche contemporains à saisir les changements de notre monde ;
2) Explorer d’autres positionnements des chercheurs et des artistes dans la société ;
3) Renouveler les modes de co-production, de partage et de circulation du savoir.

Enquêtes, séminaires et ateliers expérimentaux

Deux enquêtes seront mises en oeuvre sur des terrains distincts de la région Provence Alpes Côte d’Azur, où s’opèrent des grandes transformations de notre monde contemporain. La première enquête, coordonnée par Cédric Parizot, se déploie dans la vallée de la Roya. Elle cherche à saisir, par l’écoute, la création sonore et la cartographie alternative, les circulations et les reconfigurations des limites qui façonnent cette vallée.
La seconde enquête portée par Pascal Cesaro, à Marseille explore, à partir de l’archive audiovisuelle et de sa déconstruction par les personnes concernées, un métier méconnu du travail social : celui des aides aux mères et aux familles à domicile.
Au cœur de ces deux enquêtes l’accent sera mis sur la collaboration étroite avec les citoyens.

Le second axe du programme REAP articule un cycle de séminaires qui expérimente des moyens innovants de production et de présentation de la recherche (performances, installations, projections, etc.) et des ateliers expérimentaux (masterclass et workshops) qui offrent des formes inédites de formation (à la vidéo, au cirque, au théâtre, à la création sonore, etc.). Ces initiations sont à destination des collègues intéressés, et de leurs étudiant/es (Master, Doctorat), avec l’idée de favoriser une synergie entre les initiatives et expériences art-science existantes au sein de l’Institut SoMuM et de l’Université d’Aix Marseille.

Continuer la lecture de Recherche, Arts, Participation, un projet pluridisciplinaire qui interroge le travail de recherche

Travail et culture (Archives)

Troisième Rencontre de la plateforme Culture ; Arts/Travail : « Quand le Cinéma reprend le Travail »

Mercredi 17 novembre 2021 – 9h30/12h30 – 14h/17h – Cinéma Mon Ciné, Saint-Martin-d’Hères (38)

Dans le cadre du Festival Écran Total

3e RENCONTRE de la plateforme Culture ; Arts/Travail
En partenariat avec Les CE tissent la toile

« Quand le Cinéma reprend le Travail »

PROGRAMME

9h30
Accueil café

10h
Présentation de la rencontre
Travail et Culture (TEC/CRIAC) et les CE tissent la toile

10h15
INTRODUCTION :
 Travail et cinéma : une histoire déjà ancienne et fournie.
Jean-Paul Géhin, co-fondateur du festival Filmer le Travail (Poitiers), sociologue, co-directeur de la revue scientifique “Images du Travail, Travail des Images, membre du GRESCO.

11h
TABLE RONDE :
Qu’est-ce que « Filmer le travail » aujourd’hui ?
Que montre le cinéma du travail aujourd’hui. Documentaires/fictions. Luttes sociales, conflits du travail, activité de travail, comment et sous quels angles le cinéma évoque, montre ou aborde les différents visages du travail d’aujourd’hui ?

Avec :
Chloé Aïcha Boro, réalisatrice
Sébastien Jousse, réalisateur
Antoine Russbach, réalisateur

Animation : Pascale Puig, directrice de Mon Ciné

12H30
Pause déjeuner libre

15h
TABLE RONDE :
Les évolutions culturelles et économiques du cinéma. Expériences et usages des acteurs du monde du travail.

Dans une perspective historique nous souhaitons d’abord échanger pour mieux voir et réfléchir ce qui change. Diffusions en salles, mais aussi films et séries télévisuelles, plateformes de diffusion, usages des smartphones, applications de nouvelles techniques pour faire des films et les partager. Le monde de la production et de la diffusion des images animées change. De nouveaux usages se font jour auxquels les acteurs culturels du monde du travail doivent se confronter.

Avec :
Sylvie Dreyfus-Alphandéry, Présidente de l’Association « Autour du 1er mai »
Henri Errico, élu CSE de S.T Micro-electronics Crolles, président de « Les CE tissent la toile »
Benoit Labourdette, vidéaste
Eddy Combret, CCAS, festival Visions sociales

Animation : Jean-Pierre Burdin, Artravail-s

16h30
PROJECTION :
Le déjeuner sur le stade , un film de Jean-Charles Massera, France, 27’
D’un lieu à l’autre (un champ, une bibliothèque, un gymnase, un entrepôt, un quai, etc.), des salariés, seuls ou à plusieurs, en prise avec une activité, s’interpellent et s’interrogent sur le sens de ce qu’ils vivent : leurs doutes sont nombreux ; leurs espérances, ébranlées. Si lever le poing est un geste hérité d’une longue histoire des luttes et de l’émancipation ouvrières, aujourd’hui, l’émancipation et la lutte pour construire des conditions d’existence et de construction de soi ne nécessitent-elles pas de nouvelles formes, de nouvelles pratiques ?
Ce film est né d’échanges avec un groupe de salariés et de militants syndicaux CGT de l’entreprise Dresser-Rand qui se sont tenus à l’occasion d’une recherche réalisée par Thibaud Blaschka à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Échanges avec Jean-Charles Massera et Thibaud Blaschka
Que se joue-t-il dans cette démarche, perturbée par les hésitations, réticences et résistances initiales du groupe de salariés et militants et percutée par un plan social inattendu ? Et comment s’invente ou non là une forme d’action originale qui exprime une demande de liberté et d’autonomie dans la vie et le travail ?

Animation :
 Nicolas Naudé, directeur de TEC/CRIAC

18h
CONCLUSION ET FIN

20h30 – Ciné concertLa mécanique des roches

Réalisation : Jérémie Lamouroux / Musique : Martin Debisschop / Production : Regards des Lieux – Laure Nicoladzé / Dans le cadre du projet “Ondes de l’eau, mémoires du XXe et XXIe siècles”, en partenariat avec le laboratoire AAU – CRESSON (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

Une vallée encaissée au cœur de montagnes escarpées. Trois villages et cinq hameaux où peu de personnes vont, où peu de personnes s’arrêtent. Un destin maudit lié à un passé glorieux mais révolu. La vallée de la Romanche, c’est tout ça à la fois.
À mi-chemin entre le cinéma documentaire et le spectacle vivant, La mécanique des roches porte un regard sensible sur cette vallée alpine. Les images de Jérémie Lamouroux, mises en son, en paroles et en musique en direct par Martin Debisschop, nous donnent à voir et à ressentir la part de poésie et de mystère de ce monde.

Appel à contribution n°34 de la revue Interrogations: Suivre l’image et ses multiples états dans les collaborations arts/sciences »(archives)

Le site internet Saisir le chantier rassemble une diversité d’images de chantiers de rénovation domestique. Produites à la fois par des habitants, des artisans, des chercheurs et des artistes, elles traduisent une pluralité de représentations du chantier et de modes d’habiter. Ce projet de recherche a été initié par Jade Tang, artiste plasticienne, Claire Kueny, historienne de l’art et Jean-Paul Filiod, sociologue anthropologue, dans le cadre de Leroy Merlin Source[1]. C’est un exemple parmi d’autres d’une démarche de recherche riche du dialogue et de la confrontation de regards artistiques, scientifiques et citoyens. Ce foisonnement d’images interroge : que devient l’image au sein de cette collaboration transdisciplinaire et participative ? Œuvre d’art à exposer pour l’artiste, donnée à analyser pour le sociologue, outil de travail pour l’artisan, ou souvenir cher aux habitants ? Suivre l’image et ses multiples états serait le moyen d’observer et de questionner, notamment, les démarches de collaboration entre arts et sciences.

Figure 1. Capture d’écran du site internet Saisir le chantier
Source : http://www.saisirlechantier.com/, consulté le 2 juillet 2020.
Continuer la lecture de Appel à contribution n°34 de la revue Interrogations: Suivre l’image et ses multiples états dans les collaborations arts/sciences »(archives)

Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

Cela donne entre autres un beau livre à paraître ces jours ci aux presses universitaires de Paris Nanterre. Voilà comment les deux auteurs présentent l’ouvrage  de 400 pages intitulé Reynold Arnould, une poétique de l’industrie :

” Tubulures de l’industrie chimique et grands pylônes électriques, pales de turbines et torchères pétrolières… la grande industrie moderne respire une beauté particulière, inquiétante et fascinante. Peu de peintres pourtant ont travaillé ce motif. Assurément aucun autant que Reynold Arnould (1919-1980). Dans une grande exposition au musée des Arts décoratifs en 1959, il a transfiguré l’industrie moderne dans des toiles d’apparence abstraite mais pourtant très documentées.

Reynold Arnould a dirigé les musées du Havre de 1952 à 1965 et inauguré en 1961 dans cette ville le premier musée de conception moderne en France. En 1965, André Malraux l’appela à la direction des Galeries nationales du Grand-Palais. Mais cette brillante carrière de conservateur ne doit pas occulter son œuvre picturale, inlassablement poursuivie pendant cinquante ans. Cet ouvrage se penche sur le thème de l’industrie chez Reynold Arnould, depuis ses portraits d’automobiles de 1955 jusqu’à ses œuvres murales des années 1960-1970. Une seconde partie éclaire cette peinture par le récit de sa jeunesse dans la France d’avant et d’après-guerre. À travers ce cas singulier : jeune prodige pris en charge par le peintre et écrivain mondain Jacques-Émile Blanche, premier Prix de Rome à vingt ans, professeur de beaux-arts dans une université du Texas de 1949 à 1952, c’est, aussi, un pan d’histoire sociale de la peinture du žžXXe siècle qui est ainsi mis au jour.”

Gwenaële Rot et François Vatin sont professeurs des universités à Sciences Po et à l’université Paris Nanterre.

2019 – 400 pages
en quadrichromie – Format : 28 x 26 cm
isbn : 978-2-84016-341-1 – Prix : 45 €
Illustrations couleur Langue : français

Continuer la lecture de Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search