Archives par mot-clé : cinéma

Tant qu’il y aura des luttes

De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.


Il suffit pour s’en convaincre de regarder la programmation des festivals de cinéma en ce début d’année.

Ainsi, la 6ᵉ édition du Fipadoc, festival international du documentaire, lancée ce vendredi 19 janvier à Biarritz, met à l’honneur la production documentaire italienne. Au cœur de cette programmation d’une dizaine de films se dessine une Italie terre de résistance. Et quoi de plus symbolique que le long métrage Bella ciao, de Giulia Giapponesi, projeté lors de la soirée d’ouverture, passionnant récit choral de l’histoire du célèbre chant de révolte, de ses hypothétiques origines à son actuel retentissement planétaire ?

Autre film percutant, Toxicily témoigne de la force des habitants d’Augusta, au nord de Syracuse, rongés par les rejets toxiques d’une raffinerie géante et mobilisés pour lever l’omerta. Deux autres films, éminemment politiques, suivent des figures de la défense des droits des personnes migrantes. Un village en résistance retrace le combat du maire et des habitants de Riace, petite commune du sud de la Botte, mobilisés pour préserver un modèle vertueux d’accueil mis en péril par le pouvoir populiste. Inconnu, celui d’une anthropologue légiste luttant sans relâche pour rendre leur histoire aux dépouilles des naufragés de la Méditerranée, contre l’indifférence généralisée. « Il existe des lieux chanceux et des lieux malchanceux. Les endroits chanceux sont ceux qui trouvent quelqu’un qui se charge de les raconter », dit bellement le commentaire de Toxicily. L’Italie est assurément une terre chanceuse.

 

Continuer la lecture de De longue date, le cinéma documentaire comme de fiction s’intéresse au travail.

La deuxième édition du FAANA (festival des autrices et auteurs de l’image et du son en Nouvelle Aquitaine) se déroulera du 21 au 23 septembre 2023 à Saint Georges de Didonne. (archives)

L’association NAAIS (Association des Auteurs et Autrices de l’Image et du Son en Nouvelle-Aquitaine) en partenariat avec l’association CREA (Association cinéma et spectacle vivant) organise la 2ème édition du Festival des Autrices et Auteurs en Nouvelle-Aquitaine du 21 au 23 septembre au centre culturel Relais de la Côte de Beauté, à Saint-Georges-de-Didonne.

Le FAANA est né d’une volonté de diffuser les créations cinématographiques, audiovisuelles et radiophoniques des auteur.rice.s-réalisateur.rice.s du territoire néo-aquitain, de rassembler les professionnel.le.s de la filière et d’échanger avec le public. Ce festival consacrée au cinéma et à l’audiovisuel associe rencontres professionnelles, diffusions publiques d’œuvres filmiques et sonores, échanges avec le public et actions d’éducation aux images et aux sons.

Un coup d’œil sur le programme montre la richesse de la programmation qui fait une plac belle aux rencontres professionnelles et à la formation à la réalisation en Nouvelle Aquitaine.

Un autre aspect saillant de la programmation est la place que les réalisateurs et les réalisatrices accordent au travail aussi bien dans les fictions que dans les documentaires ; avec une grande diversité des métiers présentés (mannequin, femme de chambre, prostituée, artiste, autrice, marins dans un navire usine, enseignant.es…) comme des thématiques abordées (Carrières des femmes, gilets jaunes, travail domestique ou bénévole, précarité…)

 
 
 

La classe ouvrière c’est pas du cinéma à Bordeaux (archives)

L’équipe des rencontres cinématographiques « la classe ouvrière c’est pas du cinéma » a le plaisir de vous annoncer la 19ème édition des rencontres

du 31 janvier au 5 février 2023

Avec un programme de qualité et plein de films à voir ou à revoir

https://www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=757&mode=cycle

La mine fait son cinéma (archives)

Du 25 juin 2022 au 29 mai 2023.
L’exposition temporaire La mine fait son cinéma est accessible aux dates et horaires d’ouverture du musée.
Le Centre est ouvert tous les jours sauf du 1er au 31 janvier, les 1er mai et 25 décembre.

Quand les frères Lumière ont lancé l’aventure du cinéma à la fin du XIXème siècle, imaginaient-ils que la mine et les mineurs y tiendraient l’un des premiers rôles ? En effet, dès 1905, Ferdinand Zecca tourne Au pays noir et inaugure la longue saga de la mine au cinéma.

L’abondance de films miniers montre l’intérêt des réalisateurs, mais aussi celui du public, pour un monde souvent inaccessible. À travers différents genres comme la comédie, le documentaire, le drame ou l’animation, le cinéma place sous les feux des projecteurs l’histoire de ceux qui, chaque jour, affrontent le danger pour extraire le charbon du sous-sol. Émile Zola avait fait de Lantier et des personnages de Germinal les héros de son roman et les trois adaptations cinématographiques de Capellani (1913), d’Allégret (1963) ou de Berri (1993) leur offrent un visage et leur donnent vie.

Qu’elle constitue le décor, le sujet principal ou le cadre d’une histoire, la mine a marqué le monde du cinéma durant tout le XXème siècle et l’inspire encore aujourd’hui. Des réalisateurs de tous continents inscrivent cet univers dans leurs scénarios et parmi eux, les entreprises figurent au générique. En effet, par le biais de publicités, de courts-métrages ou de films d’entreprise, les Houillères utilisent le cinéma pour valoriser leur savoir-faire et leur production.

Avec l’exposition La mine fait son cinéma, le Centre Historique Minier déroule le tapis rouge à ce sujet et propose un tour d’horizon des liens qui unissent la mine au cinéma.

Cette exposition s’accompagne de plusieurs événements organisés notamment pour l’anniversaire des dix ans de l’inscription du Bassin minier sur la Liste du Patrimoine mondial.

Centre Historique Minier
Musée de la mine du Nord Pas de Calais – Centre d’archives – Centre de culture scientifique de l’énergie

Fosse Delloye
Rue d’Erchin – CS 30039
59287 Lewarde
France
Téléphone : (33) 03 27 95 82 82
Fax : (33) 03 27 95 82 83
Email :
contact@chm-lewarde.com

Travail et culture (Archives)

Troisième Rencontre de la plateforme Culture ; Arts/Travail : « Quand le Cinéma reprend le Travail »

Mercredi 17 novembre 2021 – 9h30/12h30 – 14h/17h – Cinéma Mon Ciné, Saint-Martin-d’Hères (38)

Dans le cadre du Festival Écran Total

3e RENCONTRE de la plateforme Culture ; Arts/Travail
En partenariat avec Les CE tissent la toile

« Quand le Cinéma reprend le Travail »

PROGRAMME

9h30
Accueil café

10h
Présentation de la rencontre
Travail et Culture (TEC/CRIAC) et les CE tissent la toile

10h15
INTRODUCTION :
 Travail et cinéma : une histoire déjà ancienne et fournie.
Jean-Paul Géhin, co-fondateur du festival Filmer le Travail (Poitiers), sociologue, co-directeur de la revue scientifique “Images du Travail, Travail des Images, membre du GRESCO.

11h
TABLE RONDE :
Qu’est-ce que « Filmer le travail » aujourd’hui ?
Que montre le cinéma du travail aujourd’hui. Documentaires/fictions. Luttes sociales, conflits du travail, activité de travail, comment et sous quels angles le cinéma évoque, montre ou aborde les différents visages du travail d’aujourd’hui ?

Avec :
Chloé Aïcha Boro, réalisatrice
Sébastien Jousse, réalisateur
Antoine Russbach, réalisateur

Animation : Pascale Puig, directrice de Mon Ciné

12H30
Pause déjeuner libre

15h
TABLE RONDE :
Les évolutions culturelles et économiques du cinéma. Expériences et usages des acteurs du monde du travail.

Dans une perspective historique nous souhaitons d’abord échanger pour mieux voir et réfléchir ce qui change. Diffusions en salles, mais aussi films et séries télévisuelles, plateformes de diffusion, usages des smartphones, applications de nouvelles techniques pour faire des films et les partager. Le monde de la production et de la diffusion des images animées change. De nouveaux usages se font jour auxquels les acteurs culturels du monde du travail doivent se confronter.

Avec :
Sylvie Dreyfus-Alphandéry, Présidente de l’Association « Autour du 1er mai »
Henri Errico, élu CSE de S.T Micro-electronics Crolles, président de « Les CE tissent la toile »
Benoit Labourdette, vidéaste
Eddy Combret, CCAS, festival Visions sociales

Animation : Jean-Pierre Burdin, Artravail-s

16h30
PROJECTION :
Le déjeuner sur le stade , un film de Jean-Charles Massera, France, 27’
D’un lieu à l’autre (un champ, une bibliothèque, un gymnase, un entrepôt, un quai, etc.), des salariés, seuls ou à plusieurs, en prise avec une activité, s’interpellent et s’interrogent sur le sens de ce qu’ils vivent : leurs doutes sont nombreux ; leurs espérances, ébranlées. Si lever le poing est un geste hérité d’une longue histoire des luttes et de l’émancipation ouvrières, aujourd’hui, l’émancipation et la lutte pour construire des conditions d’existence et de construction de soi ne nécessitent-elles pas de nouvelles formes, de nouvelles pratiques ?
Ce film est né d’échanges avec un groupe de salariés et de militants syndicaux CGT de l’entreprise Dresser-Rand qui se sont tenus à l’occasion d’une recherche réalisée par Thibaud Blaschka à l’université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

Échanges avec Jean-Charles Massera et Thibaud Blaschka
Que se joue-t-il dans cette démarche, perturbée par les hésitations, réticences et résistances initiales du groupe de salariés et militants et percutée par un plan social inattendu ? Et comment s’invente ou non là une forme d’action originale qui exprime une demande de liberté et d’autonomie dans la vie et le travail ?

Animation :
 Nicolas Naudé, directeur de TEC/CRIAC

18h
CONCLUSION ET FIN

20h30 – Ciné concertLa mécanique des roches

Réalisation : Jérémie Lamouroux / Musique : Martin Debisschop / Production : Regards des Lieux – Laure Nicoladzé / Dans le cadre du projet “Ondes de l’eau, mémoires du XXe et XXIe siècles”, en partenariat avec le laboratoire AAU – CRESSON (École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble)

Une vallée encaissée au cœur de montagnes escarpées. Trois villages et cinq hameaux où peu de personnes vont, où peu de personnes s’arrêtent. Un destin maudit lié à un passé glorieux mais révolu. La vallée de la Romanche, c’est tout ça à la fois.
À mi-chemin entre le cinéma documentaire et le spectacle vivant, La mécanique des roches porte un regard sensible sur cette vallée alpine. Les images de Jérémie Lamouroux, mises en son, en paroles et en musique en direct par Martin Debisschop, nous donnent à voir et à ressentir la part de poésie et de mystère de ce monde.

La troisième édition du festival du cinéma des utopies réelles (Archives)

Ce jeune festival de médiation culturelle est organisé par un laboratoire de recherche, le LISIS , Laboratoire Interdisciplinaire Sciences Innovations Sociétés. La troisième édition, entièrement en ligne, COVID oblige, est consacrée au travail, notamment numérique.

Avec quatre films, chacun suivi d’une table ronde rassemblant un.e chercheur.se, un.e acteur.rice de terrain et le.la réalisateur.rice, la 3ème édition du Festival du Cinéma des Utopies Réelles propose d’aborder la question de l’avenir du travail, entre utopies, injonctions managériales et expérimentations en cours.

Continuer la lecture de La troisième édition du festival du cinéma des utopies réelles (Archives)

IN MEMORIAM MARC-HENRI PIAULT. (Archives)

1933, Neuilly-Sur-Seine – 2020, Rio de Janeiro.

La revue ITTI est en deuil suite au décès de Marc-Henri Piault le 4 novembre 2020.

Depuis son origine, il a participé au projet Images du Travail, Travail des Images et fut un collaborateur important de la revue dont il était membre du Conseil Scientifique. Plus largement, observateur attentif des interactions entre cinéma et anthropologie, il laisse une publication de référence « Anthropologie et cinéma : passage à l’image, passage par l’image » qui est aujourd’hui encore un repère incontournable pour comprendre les évolutions que suscite la rencontre entre le cinéma et l’anthropologie au sein de la recherche en SHS tout au long du XXème siècle.

Continuer la lecture de IN MEMORIAM MARC-HENRI PIAULT. (Archives)

Le deuxième numéro papier de la revue Débordements explore les relations écologie et cinéma (Archives)

Comment sortir de l’écartèlement entre les prédictions catastrophistes et les dénis fervents ? Comment inventer des manières de vivre qui soient en même temps des façons de perdurer ? Voilà quelques-uns des chantiers qu’ouvre aujourd’hui la question écologique, et auquel le cinéma contribue à sa façon. Comment ? D’abord en constatant, en pointant. En faisant affleurer, d’une part, les traces d’un délabrement terrible dans sa patience même. D’autre part, en exposant la palette des réactions et propositions qui ne cessent de croître suite à ce qu’il faut bien appeler une prise de conscience. De ce point de vue, tous les cinémas peuvent être convoqués, depuis les blockbusters qui déclinent les scénarios de la fin du monde tout en maintenant leur idéal esthétique et économique de dépense somptuaire, jusqu’aux documentaires désargentés relevant ici ou là l’avancée du désert et l’implantation des oasis. On le comprend, interroger le cinéma à l’aune de l’écologie est un projet aussi vaste que flou. Un projet n’admettant que des réponses partielles, et qui trouve après une série d’entretiens publiés sur Débordements (avec Elise Domenach, Jean-Baptiste Fressoz et Hervé Aubron) un développement dans ce second numéro papier : Terrestres, après tout.

Continuer la lecture de Le deuxième numéro papier de la revue Débordements explore les relations écologie et cinéma (Archives)

La création collective au cinéma à l’épreuve du territoire (archives)

 

Journée d’étude – Création collective au cinéma 24 Septembre 2018

CSO, Sciences Po, 19 rue Amélie 75007

Coordonnée par Bérénice Bonhomme, Morgan Lefeuvre, Katalin Pór, Gwenaële Rot

Continuer la lecture de La création collective au cinéma à l’épreuve du territoire (archives)

Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

Les Cahiers d’histoire du CNAM lancent un appel à contributions susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche.

Ce dossier spécial vise à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

Numéro spécial bilingue (English version below)

Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails)

Continuer la lecture de Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Long métrage, France, 2017, 117 minutes, écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

Après Nos jours heureux (2006) et Intouchables (2011  Éric Toledano et Olivier Nakache réalisent une nouvelle comédie mettant en scène le travail. Le film nous plonge au cœur de l’organisation d’un mariage. Les réalisateurs ne sont pas si étrangers à ce milieu puisqu’au début de leur carrière ils ont travaillé dans ce type d’événements, en tant que serveurs, pour financer leurs premiers courts-métrages. Ils ont même déclaré dans une interview accordée à Allo ciné : “Nous avions vécu dans ces coulisses, ressenti la pression de ce métier et glané bon nombre d’anecdotes sur le sujet”.

Dans Le sens de la fête, Max est à la tête d’une entreprise qui organise des mariages. Dans un château du XVIIe siècle il doit coordonner et diriger de nombreux corps de métiers pour que le mariage de Pierre et d’Hélèna soit parfait. Les nombreux imprévus et les difficultés rencontrées par l’équipe nous font découvrir les métiers de l’événementiel et nous permettent de mieux les comprendre.

[Figure 1: Max le chef d’équipe: ici entouré de la brigade de serveurs].

Continuer la lecture de Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Film de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde

Au premier abord, ce film ne semble pas porter sur le travail. Pourtant, en se laissant entrainer par le récit édulcoré de Jean-Pierre Améris, au sujet de deux phobiques du contact social, Angélique et Jean-René, l’on peut dresser un portrait plutôt fidèle au travail en chocolaterie. Hyperémotif.ve.s, les deux personnages trouvent dans leur métier, qu’ils exercent avec passion et par vocation, une porte de sortie à l’effrayant quotidien, et l’unique voie de leur épanouissement. Le film permet un aperçu du monde du travail dans ce domaine si particulier de la fabrication de chocolat, en abordant notamment, avec légèreté mais réalisme, les thèmes des relations professionnelles ou des enjeux financiers.

Les émotifs anonymes, Affiche

Continuer la lecture de Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer.

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro (archives)

Un film réalisé par Léa Frazer,

avec Pio Marmai et Michael Lonsdale. France, 85’, 2014,

 produit par Reso Productions, Canal +.

Lien vers la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=kCj_lgoWPaw

Continuer la lecture de A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer.