Archives par mot-clé : cinéma

Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) 

Les Cahiers d’histoire du CNAM lancent un appel à contributions susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche.

Ce dossier spécial vise à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

Numéro spécial bilingue (English version below)

Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails)

Continuer la lecture de Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) 

Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Long métrage, France, 2017, 117 minutes, écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

Après Nos jours heureux (2006) et Intouchables (2011  Éric Toledano et Olivier Nakache réalisent une nouvelle comédie mettant en scène le travail. Le film nous plonge au cœur de l’organisation d’un mariage. Les réalisateurs ne sont pas si étrangers à ce milieu puisqu’au début de leur carrière ils ont travaillé dans ce type d’événements, en tant que serveurs, pour financer leurs premiers courts-métrages. Ils ont même déclaré dans une interview accordée à Allo ciné : « Nous avions vécu dans ces coulisses, ressenti la pression de ce métier et glané bon nombre d’anecdotes sur le sujet ».

Dans Le sens de la fête, Max est à la tête d’une entreprise qui organise des mariages. Dans un château du XVIIe siècle il doit coordonner et diriger de nombreux corps de métiers pour que le mariage de Pierre et d’Hélèna soit parfait. Les nombreux imprévus et les difficultés rencontrées par l’équipe nous font découvrir les métiers de l’événementiel et nous permettent de mieux les comprendre.

[Figure 1: Max le chef d’équipe: ici entouré de la brigade de serveurs].

Continuer la lecture de Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Film de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde

Au premier abord, ce film ne semble pas porter sur le travail. Pourtant, en se laissant entrainer par le récit édulcoré de Jean-Pierre Améris, au sujet de deux phobiques du contact social, Angélique et Jean-René, l’on peut dresser un portrait plutôt fidèle au travail en chocolaterie. Hyperémotif.ve.s, les deux personnages trouvent dans leur métier, qu’ils exercent avec passion et par vocation, une porte de sortie à l’effrayant quotidien, et l’unique voie de leur épanouissement. Le film permet un aperçu du monde du travail dans ce domaine si particulier de la fabrication de chocolat, en abordant notamment, avec légèreté mais réalisme, les thèmes des relations professionnelles ou des enjeux financiers.

Les émotifs anonymes, Affiche

Continuer la lecture de Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro

Un film réalisé par Léa Frazer,

avec Pio Marmai et Michael Lonsdale. France, 85’, 2014,

 produit par Reso Productions, Canal +.

Lien vers la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=kCj_lgoWPaw

Continuer la lecture de A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Quatre films de fiction récents, présentés en avant première au festival international du film de La Rochelle illustrent bien cette tendance. Abordant des questions a priori éloignées (La maladie, le décès d’un proche, la passion, les relations filiales, le choix du conjoint), ces films font du travail, plus qu’un contexte ou une toile de fond, un élément essentiel orientant les destins individuels et les relations sociales.

 Mia madre de Nanni Moretti (Italie/France, Fiction, 2015, 1h42, en sélection officielle au festival de Cannes) est d’abord un drame familial vécu par une quinquagénaire active qui voit à la fois sa mère s’éteindre à l’hôpital, sa fille en crise d’adolescence et des remous dans sa vie sentimentale. Mais ces tumultes d’ordre privé cachent mal l’importance et l’omniprésence du travail : ainsi Margherita, personnage principal du film, artiste engagée et réalisatrice d’un film sur une lutte sociale dans une grande entreprise industrielle, apparaît bien souvent au bord du burn out, stressée par les caprices de la vedette américaine de son film ou culpabilisée par un frère qui sait prendre des distances avec son travail.

1 Continuer la lecture de Le travail envahit notre vie et le cinéma en rend compte

Da Gong Lao Ban : Le Patron de l’usine

Long métrage, Chine, 2014. Producteur Zhang Min.  Directeur Photo : Lutz Reitemeier.  Distribution : Shendzhem  Huahao Cultural Media CO, en compétition mondiale, au Festival des Films du Monde de Montréal.  Cinéma impérial, le 25 aout 2014, à 14 heures.
Ce film a reçu le prix d’interprétation masculine pour le rôle tenu par l’acteur Yao Anlian qui dit de son personnage : «  C’est un entrepreneur qui poursuit son rêve et il sait prendre ses responsabilités. Mais il est forcé de devenir méchant en raison de la crise. En réalité, c’est un bon gars. »

le patron de l'usine (4)

Thème : Une jeune journaliste infiltre une usine de fabrication de poupées, dirigée par un certain Lin Dalin, et elle enquête sur les conditions de travail apparemment désastreuses.

le patrond e l'usine (2)

La crise de 2008 a un impact sur les usines chinoises de fabrication de jouets qui par centaines ferment leurs portes. Les employés sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail, et une journaliste, l’actrice Tang Yan, veut dénoncer les méthodes  du patron.

le patrond e l'usine (3)
Ce qui est intéressant c’est que le gouvernement chinois ait laissé sortir un tel film, mais le producteur explique « L’économie de la Chine a repris de l’énergie depuis 2008, donc on peut montrer les problèmes, et le film a passé les étapes de la censure qui a approuvé le scénario ».

Accompagné de ses deux acteurs principaux (Yao Anlina et Tang Yan) le producteur explique qu’il a  déjà produit le héros Chengong en 2000, et en 2011 Shadow.  Il attend assez sereinement le jugement du public chinois qui verra le film en octobre.

Ginette Francequin