Archives par mot-clé : industrie

Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

Cela donne entre autres un beau livre à paraître ces jours ci aux presses universitaires de Paris Nanterre. Voilà comment les deux auteurs présentent l’ouvrage  de 400 pages intitulé Reynold Arnould, une poétique de l’industrie :

” Tubulures de l’industrie chimique et grands pylônes électriques, pales de turbines et torchères pétrolières… la grande industrie moderne respire une beauté particulière, inquiétante et fascinante. Peu de peintres pourtant ont travaillé ce motif. Assurément aucun autant que Reynold Arnould (1919-1980). Dans une grande exposition au musée des Arts décoratifs en 1959, il a transfiguré l’industrie moderne dans des toiles d’apparence abstraite mais pourtant très documentées.

Reynold Arnould a dirigé les musées du Havre de 1952 à 1965 et inauguré en 1961 dans cette ville le premier musée de conception moderne en France. En 1965, André Malraux l’appela à la direction des Galeries nationales du Grand-Palais. Mais cette brillante carrière de conservateur ne doit pas occulter son œuvre picturale, inlassablement poursuivie pendant cinquante ans. Cet ouvrage se penche sur le thème de l’industrie chez Reynold Arnould, depuis ses portraits d’automobiles de 1955 jusqu’à ses œuvres murales des années 1960-1970. Une seconde partie éclaire cette peinture par le récit de sa jeunesse dans la France d’avant et d’après-guerre. À travers ce cas singulier : jeune prodige pris en charge par le peintre et écrivain mondain Jacques-Émile Blanche, premier Prix de Rome à vingt ans, professeur de beaux-arts dans une université du Texas de 1949 à 1952, c’est, aussi, un pan d’histoire sociale de la peinture du žžXXe siècle qui est ainsi mis au jour.”

Gwenaële Rot et François Vatin sont professeurs des universités à Sciences Po et à l’université Paris Nanterre.

2019 – 400 pages
en quadrichromie – Format : 28 x 26 cm
isbn : 978-2-84016-341-1 – Prix : 45 €
Illustrations couleur Langue : français

Continuer la lecture de Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

Usimages (archives)

Du samedi 27 avril au samedi 15 juin 2019 se déroule la troisième édition d’Usimages, Biennale de la photographie industrielle, sur les communes du territoire de l’Agglomération Creil Sud Oise.

Cette année Usimages propose 12 expositions gratuites et s’attache à explorer les relations entre la photographie et la commande d’entreprise. Elle soulève aussi la question de sa capacité à témoigner ou non des réalités du monde du travail. Pour ce faire, la programmation interroge le rapport des artistes à la commande industrielle et souligne la difficulté à exercer un regard libre au sein des entreprises. La programmation s’articule autour d’expositions de photographes internationaux qui permettent de croiser point de vue historique et contemporain. Comme le souligne le dossier de presse de la biennale, c’est la diversité des époques, des entreprises commanditaires, des origines géographiques et des choix esthétiques des photographes qui permet d’engager une réflexion poussée sur la photographie industrielle

Continuer la lecture de Usimages (archives)

La création collective au cinéma à l’épreuve du territoire (archives)

 

Journée d’étude – Création collective au cinéma 24 Septembre 2018

CSO, Sciences Po, 19 rue Amélie 75007

Coordonnée par Bérénice Bonhomme, Morgan Lefeuvre, Katalin Pór, Gwenaële Rot

Continuer la lecture de La création collective au cinéma à l’épreuve du territoire (archives)

Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

Les Cahiers d’histoire du CNAM lancent un appel à contributions susceptible d’intéresser les lecteurs de ce carnet de recherche.

Ce dossier spécial vise à explorer les manières dont l’industrie et les entreprises ont pu se servir du cinématographe, ainsi que les organisations et productions auxquelles ces usages ont donné lieu.

Numéro spécial bilingue (English version below)

Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) : histoire, acteurs, usages et configurations

Coordonné par Robert Nardone (HT2S, Cnam) et Catherine Radtka (UTBM)

Date de soumission des propositions : 22 octobre 2018 (voir ci-après pour les détails)

Continuer la lecture de Appel à article : Le cinématographe pour l’industrie et dans les entreprises (1890-1970) (archives)

Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Vincent Groguennec est parti en janvier 2007 à Cluj, un semestre en échange ERASMUS dans le cadre de ses études en arts appliqués. Il y a découvert à l’autre bout de l’Europe un pays pas encore sorti du communisme et surtout un monde du travail archaïque, chaleureux et ouvert à ce grand jeune homme curieux. Ses études finies et après une expérience de travail intérimaire dans l’industrie agro alimentaire bretonne, il réalise un film d’animation, l’intérimaire, primé au festival Filmer le travail à Poitiers.

L’intérimaire.mov

Ayant obtenu une bourse il retourne à Clug observer, comprendre de l’intérieur et croquer le quotidien des ouvriers d’une immense usine de réparation ferroviaire où le travail est encore très manuel et artisanal. Près d’une décennie plus tard, il regroupe l’ensemble de ses notes, dessins et réflexions dans cet ouvrage à la fois carnet de voyage, cahier d’enquête de terrain quasi ethnographique et roman graphique mêlant impressions personnelles, histoires de vie, photographies et croquis saisis sur le vif de ce monde du travail en train de disparaître.

Continuer la lecture de Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Saigneurs, 2015, 97’

Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?

Un film de Vincent Gaullier et Raphaël Girardot ; image Raphaël Girardot ; son Vincent Gaullier ; montage Charlotte Tourres. Une coproduction Iskra et Mille et Une Films.

Découpeur, dépouilleur, tueur, désosseur, pareur, estampilleur, saigneur…Autant de métiers, de travaux pénibles, dangereux, répétitifs, déconsidérés, mal payés, souvent précaires et rendus quasi invisibles non seulement par les directions des abattoirs qui ne souhaitent pas communiquer sur leurs activités et leur organisation mais aussi parce qu’un fort tabou social persiste autour de ces groupes professionnels participant à la mise à mort industrielle des animaux. Par un paradoxe, au moins apparent, de nombreux cinéastes s’intéressent à ces activités. Depuis une décennie une bonne dizaine de documentaires ont été réalisés sur ce thème… Et parmi eux des films de grande qualité et innovant sur la forme… Sans doute parce qu’aborder ce sujet implique une réflexion approfondie sur la manière de montrer ce travail caché, en échappant aux grands débats idéologiques qui dominent le champs : violence faite aux animaux, mise à mort industrielle, végétalisme…

Saigneurs s’inscrit bien dans cette tradition de films exigeants tant sur le fonds que sur la forme, comme avant lui Entrée du personnel de Manuela Frésil (2011, 59’). Le film fait explicitement référence au grand classique sur ce thème (« Le sang des bêtes » de Georges Franju, 1949, 21’), la version courte de ce documentaire ayant comme titre « Avec le sang des hommes »(52’). Les deux réalisateurs, Vincent Gaullier et Raphaël Girardot, ont une déjà longue expérience de cinéma documentaire sur le travail ouvrier ou le monde paysan. Ils ont pu négocier une entrée dans une des grandes entreprises du secteur (1000 salariés) et, fait rare, ils ont obtenu du temps pour observer dans la durée le travail sur les trente postes de la chaîne et pour interviewer les salariés sur leur poste de travail.

3

Continuer la lecture de Comment montrer un travail (pas) comme les autres ?