Archives par mot-clé : migration italienne

L’anniversaire de Thomas

Lorsqu’un film rend compte de l’histoire de la sidérurgie lorraine et de celle de l’immigration italienne après la seconde guerre.

L’histoire de ce film et, par la même occasion, celle du festival de cinéma italien de Villerupt est faite aujourd’hui par les acteurs de l’époque. et par des chercheurs. Elle concerne d’autant plus ITTI  que  plusieurs membres ou intervenant de la revue en sont les témoins ou les acteurs : Jean Marc Leveratto, membre du comité de rédaction, Hervé Baruela, qui a réalisé plusieurs affiches du festival et Nadège Mariotti qui relate ainsi le contexte du film :

” Du 30 octobre au 14 novembre 1982, se déroule la 7e édition du Festival italien de Villerupt. Cette manifestation est née d’un heureux concours de circonstances. En 1976, la MJC organise durant les week-ends des séances de cinéma autour de divers genres comme le Western ou la comédie. C’est à cette occasion que l’idée émerge de diffuser 17 films italiens en version originale sous-titrée en français. Le public, en grande partie composé de familles issues de l’immigration italienne, est au rendez-vous ; les spectateurs passent d’environ 700 ordinairement à environ 3 500. Cet événement, reconduit chaque année, devient un festival reconnu et apprécié par le public et par les professionnels du cinéma italien qui font le déplacement et rencontrent le public à l’occasion de forums organisés dans la salle de l’hôtel de ville de Villerupt. 

La 7e édition est un peu particulière puisqu’elle offre à la diffusion un film français. L’Anniversaire de Thomas est réalisé par Jean-Paul Menichetti en 1980 et sort sur les écrans à cette occasion en 1982. Il est inspiré de l’ouvrage éponyme de Jean Salque, Jacques Maccarini, Philippe Maillet et Bernard Reiss. Le titre, à propos duquel Jean-Marc Leveratto signale Pour qui connaît bien la région, le secret du titre réside dans le fait qu’il fait communiquer le film de famille et le documentaire historique […]. , évoque le centenaire de l’invention du procédé mis au point par l’anglais Sydney Gilchrist Thomas en 1879, qui permet à la Lorraine, à partir de 1881, de transformer la « minette », un minerai de fer phosphoreux, en fonte. Le film relate la vie quotidienne des ouvriers italiens au fil des quatre saisons, de la naissance des hauts-fourneaux à leur destruction, les luttes pour la survie de la sidérurgie et de ses emplois, illustrée par des images d’époque, de fiction et des témoignages. 

C’est dans ce contexte qu’est réalisé le reportage pour les actualités Lorraine soir de France 3 du 5 novembre 1982 dont est extrait le passage présenté. D’emblée, le titre intrigue et c’est bien la raison pour laquelle, les premières images montrent Gilles Patassi, alors président de la Maison des jeunes et de la culture de Villerupt, en donner les explications. 

Le lien avec le passé industriel de la ville est mis en valeur par l’arrière-plan filmé qui présente le laminoir de Villerupt installé sur le site voisin de Micheville de 1971 à 1986. Les plans suivants montrent le président et le journaliste Gérard Emica cheminer sur la passerelle supérieure de la piscine en plein air de Micheville, abandonnée, transformée depuis en salle polyvalente. Cette installation, financée après 1936 par la Société des aciéries de Micheville et située à côté de la sortie principale de l’usine, est ouverte d’avril à octobre grâce aux gaz de haut-fourneau récupérés qui la chauffe. 

Pour illustrer la venue des familles, originaires d’Ombrie et des Marches, le cœur vert de l’Italie et plus spécifiquement des villes de Gubbio et Fabriano, le cadreur, Georges Minangoy, choisit de filmer les cités ouvrières aux rues bordées de maisons similaires, aux jardins cultivés dans lesquels sèche le linge, la devanture d’un café bien nommé « des ouvriers ». Le montage présente quelques plans d’enfants jouant au ballon et sur une balançoire, accompagnés d’un texte évoquant les générations qui se succèdent. Armand Sacconi, maire de Villerupt, interrogé sur L’Anniversaire de Thomas, apparaît comme le nœud générationnel entre les images précédentes des jeunes en devenir et le souvenir des aînés venus travailler dans un autre pays. Pour lui, c’est cette histoire que raconte le film. Au café, des clients jouent aux cartes, des voix fusent, mélange de français et d’italien, langage unique propre aux terres d’immigration. Au comptoir, le cafetier M. Frizzero, dit qu’en tant que « fils d’Italiens », bien que ce soit un documentaire, L’Anniversaire de Thomas ne montre pas la réalité de ce que les anciens ont vécu. Effectivement, Philippe Maillet, directeur de la MJC de Villerupt, devant l’affiche de Trevico-Torino, viaggio nel Fiat-Nam d’Ettore Scola, déclare que ce film c’est une des histoires qu’on peut raconter sur l’Histoire de Villerupt

C’est sans doute, cette valeur de remémoration (Leveratto, 2000, p.375) qui confère, encore aujourd’hui, à ce film une aura particulière, emblématique d’une région. “

Bibliographie

  • Jean-Marc Leveratto, La mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000.
  • Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter, « Le festival du film italien de Villerupt : minoration nationale, majoration culturelle » , Cahiers de sociolinguistique, n°10, 2005/1, p. 59.
  • Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration, Paris, La Dispute, Paris, 2010, p. 123. 
  • Jean Salque, Jacques Maccarini, et al., L’anniversaire de Thomas, Villerupt, ville du fer, 1880-1939, Studio 16, Villerupt, 1982, 366 p.
  • Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter, « L’anniversaire de Thomas. Quand les Italiens entrent dans le patrimoine lorrain », Diasporas :Histoires et sociétés, n°6, 2005, pp. 71-82, [en ligne], https://www.persee.fr/doc/diasp_1637-5823_2005_num_6_1_986, page consultée le 3 janvier 2022.