Archives par mot-clé : une

Le premier salon des écritures alternatives en sciences humaines et sociales

Le Salon des Écritures Alternatives en Sciences sociales (SEAS) aura lieu le vendredi 10 janvier 2020 au MUCEM à Marseille. Cet événement est une initiative du nouveau Groupement de recherche « Image, écritures transmedias et sciences sociales ».

L’ambition de ce salon est de réunir chercheur·ses en sciences sociales et professionnel·les de l’économie créative (production, diffusion, édition) afin d’échanger sur les nouveaux défis autour de ces œuvres qui occupent une place grandissante dans le champ de la recherche et dans la société.

Cette journée sera l’occasion de présenter des œuvres – films, documentaires sonores, photographies, romans graphiques, bandes dessinées et jeux-vidéos -, de proposer des tables rondes sur les enjeux de fabrication et de diffusion, de participer à des ateliers. Elle permettra notamment des retours d’expérience ou la présentation de nouveaux projets pour faciliter des partenariats. Cette année, le Salon fera un focus particulier sur l’écriture sonore.

Continuer la lecture de Le premier salon des écritures alternatives en sciences humaines et sociales

L’entrée en résistance un spectacle proposant une nouvelle approche de la souffrance au travail

RESISTER : du latin resistere qui signifiait « s’arrêter, ne pas avancer davantage », est l’action de se dresser et de demeurer debout.

Dans le spectacle Très nombreux, chacun seul, créé en 2012 la compagnie La Mouline abordait la question de la souffrance au travail et des nouvelles formes de management, à partir d’un fait divers tragique : le suicide d’un cadre, délégué syndical au sein de son entreprise.

Continuer la lecture de L’entrée en résistance un spectacle proposant une nouvelle approche de la souffrance au travail

Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

Cela donne entre autres un beau livre à paraître ces jours ci aux presses universitaires de Paris Nanterre. Voilà comment les deux auteurs présentent l’ouvrage  de 400 pages intitulé Reynold Arnould, une poétique de l’industrie :

” Tubulures de l’industrie chimique et grands pylônes électriques, pales de turbines et torchères pétrolières… la grande industrie moderne respire une beauté particulière, inquiétante et fascinante. Peu de peintres pourtant ont travaillé ce motif. Assurément aucun autant que Reynold Arnould (1919-1980). Dans une grande exposition au musée des Arts décoratifs en 1959, il a transfiguré l’industrie moderne dans des toiles d’apparence abstraite mais pourtant très documentées.

Reynold Arnould a dirigé les musées du Havre de 1952 à 1965 et inauguré en 1961 dans cette ville le premier musée de conception moderne en France. En 1965, André Malraux l’appela à la direction des Galeries nationales du Grand-Palais. Mais cette brillante carrière de conservateur ne doit pas occulter son œuvre picturale, inlassablement poursuivie pendant cinquante ans. Cet ouvrage se penche sur le thème de l’industrie chez Reynold Arnould, depuis ses portraits d’automobiles de 1955 jusqu’à ses œuvres murales des années 1960-1970. Une seconde partie éclaire cette peinture par le récit de sa jeunesse dans la France d’avant et d’après-guerre. À travers ce cas singulier : jeune prodige pris en charge par le peintre et écrivain mondain Jacques-Émile Blanche, premier Prix de Rome à vingt ans, professeur de beaux-arts dans une université du Texas de 1949 à 1952, c’est, aussi, un pan d’histoire sociale de la peinture du žžXXe siècle qui est ainsi mis au jour.”

Gwenaële Rot et François Vatin sont professeurs des universités à Sciences Po et à l’université Paris Nanterre.

2019 – 400 pages
en quadrichromie – Format : 28 x 26 cm
isbn : 978-2-84016-341-1 – Prix : 45 €
Illustrations couleur Langue : français

Continuer la lecture de Quand deux sociologues du travail s’intéressent à la peinture industrielle

l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter

Long métrage d’Anne Depétrini, France, 2018, 87 minutes

Avec sa comédie L’école est finie, l’actrice et réalisatrice Anne Depétrini se donne pour mission de revaloriser le métier d’enseignant en en montrant toute la complexité, avec humour bien sûr. Avantage indéniable : elle connaît l’envers du décor puisque sa propre mère a longtemps travaillé dans le milieu. Inspiré du livre Chronique d’une prof qui en saigne (2010) de Princesse Soso[1], le film raconte les débuts d’une jeune professeure d’anglais, Agathe Langlois (Bérengère Krief), parisienne jusqu’au bout des ongles et titularisée au collège Émile Zola à Trouilly-sur-Selles, en pleine Picardie. Loin de tout ce qu’elle connaît, de sa sœur Diane (Marilou Berry) et de ses copines, elle redécouvre son métier et les vicissitudes qui l’accompagnent. En effet, enseigner, c’est rarement faire cours à des mômes ravis d’apprendre et avides de connaissances comme l’étaient ses premiers élèves du lycée Montaigne, lors de son année de probation. Une fois mutée, son public change radicalement. Elle doit braver l’absence de curiosité intellectuelle des uns et l’insolence des autres, en jonglant avec les multiples fonctions qui lui incombent désormais : prof, éducatrice, psy, assistante sociale, informaticienne etc. En bref : une fiction qui révèle en toute légèreté la difficile polyvalence des enseignants d’aujourd’hui.

Figure 1 : affiche du film l’école est finie.

Continuer la lecture de l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter

Être au travail

À l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail, l’exposition Êtres au travail regroupe du 16 mars au 14 juillet 2019, sur les grilles du Jardin du Luxembourg (Rue Médicis – 75006 Paris) 80 photographies de Magnum Photos et de photographes indépendants.

Donner à voir le travail à un public large, stimuler les réflexions de chacun en articulant regards artistiques et points de vue scientifiques, telles sont les ambitions de cette exposition qui fait aussi l’objet d’un ouvrage collectif bilingue de 128 pages croisant photographies et textes d’experts.

©Steve McCurry/Magnum Photos
Continuer la lecture de Être au travail

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

Deux billets précédents soulignent l‘intérêt croissant de la bande dessinée pour aborder le travail, l’activité professionnelle ou le métier présentés tantôt comme contrainte, tantôt comme vocation. Non seulement les scénaristes et les graphistes qui s’intéressent à ces questions sont de plus en plus nombreux mais surtout ils développent souvent un point de vue original mêlant une documentation précise et détaillée, et un regard personnel, singulier, intimiste.

Ce point de vue, que l’on peut qualifier d’engagé au sens fort du terme, a été construit en général de manière longue et progressive. Nous avons vu dans les précédents billets plusieurs voies d’acquisition. Dans l’enfance, lorsque le métier et l’entreprise sont un héritage familial qui peut s’avérer encombrant à l’âge adulte, comme le montre le dessinateur de presse Aurel dans La menuiserie. Dans la phase d’entrée dans la vie active où les difficultés de se faire un nom dans les métiers de la bande dessinée impliquent bien souvent des activités professionnelles vivrières que ce soit l’intérim, les petits boulots ou toutes sortes de minijobs… Dans les luttes, lorsque la bande dessinée participe au combat et permet de souder le collectif (Louis Theillier, Journal de bord d’une entreprise en lutte). Ou encore, de manière plus volontariste, lorsque l’auteur se fait embaucher dans une profession pour pouvoir en rendre compte de l’intérieur (Kazuta Tatsuta, Au cœur de Fukushima : journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F). Ce point de vue original peut aussi être obtenu par la mise en images d’un récit biographique sur le travail ; Ma vie est un best-seller est ainsi le produit d’une rencontre entre Aurélia Aurita, dessinatrice et Corinne Maier, écrivaine à succès… Ou encore Putain d’usine, qui est l’adaptation graphique par Efix du roman éponyme de Jean Pierre Levaray.

Ces cas de figure n’épuisent pas les différentes manières de construire un point de vue à la fois intimiste et documenté sur le travail. Comme le montre ce troisième billet, ce peut être le résultat d’un long travail d’observation, s’inscrire dans un processus de reconversion professionnelle dans les métiers de la bande dessinée ou à l’inverse s’inspirer d’une vocation, d’un métier rêvé d’enfance ou d’adolescence qui n’a pas pu être atteint.

Observation participante et/ou participation observante.

Depuis 2017, Philippe Squarzoni, plutôt connu pour ses bandes dessinées politiques, publie chez Delcourt, une série documentaire, Homicide. Une année dans les rues de Baltimore, retraçant, avec une précision et une chronologie aussi fidèles que possible, le fonctionnement de la brigade criminelle de cette ville qui compte alors 240 meurtres par an et est l’une des plus pauvres des USA : tome 1, 18 janvier – 4 février 1988 ; tome 2, 4 février – 10 février 1988 ; tome 3, 10 février – 2 avril 1988. David Simon, reporter au Baltimore Sun, a passé toute l’année 1988 au sein de cette brigade et en a tiré en 1992 un roman documentaire, A year on the killing street, qui raconte avec précision et de nombreux détails techniques le quotidien de la police d’investigation. Cette longue observation participante propose un regard renouvelé sur les services de police et de justice, qui sont débordés par les affaires de drogue et souffrent d’un manque patent de moyens matériels…  Et ceci dans un contexte politique de relégation des pauvres, principalement d’origine africaine et latino-américaine, dans des ghettos insalubres et de dégradation vertigineuse de l’école publique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Long métrage de Philippe Le Guay, France, 2011, 106 minutes

Dans Les femmes du sixième étage, Philippe Le Guay interroge le travail de femme de ménage. Le réalisateur nous donne à voir l’histoire de la famille Joubert, laquelle réside dans un grand immeuble parisien. En l’année 1962, les Joubert embauchent Maria (Natalia Verbeke) – jeune immigrée espagnole – comme nouvelle bonne en remplacement de leur domestique bretonne Germaine (Michèle Gleizer), démissionnaire.

Figure 1 : Maria servant son œuf-coque à Monsieur Joubert.

Continuer la lecture de LES FEMMES DU SIXIEME ETAGE : ENTRE REGARD DES PATRONS ET TRAVAIL DES DOMESTIQUES

Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Bouquet Final, un film de Michel Delgado, 5 novembre 2008, Comédie Française, Gaumont Distribution, 101’. Avec Bérénice Béjo, Didier Bourdon, Gérard Depardieu, Valérie Bonneton, Marc-André Grondin et Michel Galabru

 

Bouquet Final, comédie réalisée en 2008 par Michel Delgado, plonge le spectateur dans le monde funéraire. Fraîchement recruté comme directeur commercial Paris d’une grande entreprise américaine de pompes funèbres, le jeune Gabriel (Marc-André Grondin) doit d’abord réaliser un stage de terrain de trois mois auprès de l’acariâtre et expérimenté Gervais Bron (Didier Bourdon). Réticent et n’assumant pas son nouveau travail, il décide de faire croire à ses parents (Gérard Depardieu, Marthe Keller) et à Claire (Bérénice Béjot), sa nouvelle compagne, qu’il est musicien. Cependant les choses se compliquent lorsque Gabriel vend des obsèques d’une grande valeur à un certain monsieur Froissard (Michel Galabru) qui se révèle être le grand-père de Claire… Derrière l’humour noir dévastateur et les situations grinçantes se dessine un portrait assez précis du secteur si particulier des pompes-funèbres. Le spectateur découvre les différentes facettes du métier de « croque-mort » allant de la vente des cercueils, à la participation aux enterrements en passant par les nombreuses tâches administratives ainsi que la mise en beauté des défunts. Le contact proche avec les cadavres n’a pas été omis par Delgado et se révèle être un des ressorts principaux du film comme l’illustre la scène de la première toilette mortuaire qui met si mal à l’aise Gabriel. De même lorsqu’il est confiné avec le cadavre dans l’ascenseur, Gabriel est pris d’une peur panique face à ce contact charnel.

Figure 1: Affiche du film

Continuer la lecture de Bouquet Final, Comment travailler dans la mort pour gagner sa vie 

Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Long métrage, France, 2017, 117 minutes, écrit et réalisé par Éric Toledano et Olivier Nakache, produit par Nicolas Duval Adassovsky, Yann Zenou et Laurent Zeitoun

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19573593&cfilm=247291.html

Après Nos jours heureux (2006) et Intouchables (2011  Éric Toledano et Olivier Nakache réalisent une nouvelle comédie mettant en scène le travail. Le film nous plonge au cœur de l’organisation d’un mariage. Les réalisateurs ne sont pas si étrangers à ce milieu puisqu’au début de leur carrière ils ont travaillé dans ce type d’événements, en tant que serveurs, pour financer leurs premiers courts-métrages. Ils ont même déclaré dans une interview accordée à Allo ciné : “Nous avions vécu dans ces coulisses, ressenti la pression de ce métier et glané bon nombre d’anecdotes sur le sujet”.

Dans Le sens de la fête, Max est à la tête d’une entreprise qui organise des mariages. Dans un château du XVIIe siècle il doit coordonner et diriger de nombreux corps de métiers pour que le mariage de Pierre et d’Hélèna soit parfait. Les nombreux imprévus et les difficultés rencontrées par l’équipe nous font découvrir les métiers de l’événementiel et nous permettent de mieux les comprendre.

[Figure 1: Max le chef d’équipe: ici entouré de la brigade de serveurs].

Continuer la lecture de Le sens de la fête Travailler pour le plaisir des autres

Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

Film de Jean-Pierre Améris, avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde

Au premier abord, ce film ne semble pas porter sur le travail. Pourtant, en se laissant entrainer par le récit édulcoré de Jean-Pierre Améris, au sujet de deux phobiques du contact social, Angélique et Jean-René, l’on peut dresser un portrait plutôt fidèle au travail en chocolaterie. Hyperémotif.ve.s, les deux personnages trouvent dans leur métier, qu’ils exercent avec passion et par vocation, une porte de sortie à l’effrayant quotidien, et l’unique voie de leur épanouissement. Le film permet un aperçu du monde du travail dans ce domaine si particulier de la fabrication de chocolat, en abordant notamment, avec légèreté mais réalisme, les thèmes des relations professionnelles ou des enjeux financiers.

Les émotifs anonymes, Affiche

Continuer la lecture de Les Emotifs Anonymes, LE TRAVAIL COMME ECHAPPATOIRE

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Vincent Groguennec est parti en janvier 2007 à Cluj, un semestre en échange ERASMUS dans le cadre de ses études en arts appliqués. Il y a découvert à l’autre bout de l’Europe un pays pas encore sorti du communisme et surtout un monde du travail archaïque, chaleureux et ouvert à ce grand jeune homme curieux. Ses études finies et après une expérience de travail intérimaire dans l’industrie agro alimentaire bretonne, il réalise un film d’animation, l’intérimaire, primé au festival Filmer le travail à Poitiers.

L’intérimaire.mov

Ayant obtenu une bourse il retourne à Clug observer, comprendre de l’intérieur et croquer le quotidien des ouvriers d’une immense usine de réparation ferroviaire où le travail est encore très manuel et artisanal. Près d’une décennie plus tard, il regroupe l’ensemble de ses notes, dessins et réflexions dans cet ouvrage à la fois carnet de voyage, cahier d’enquête de terrain quasi ethnographique et roman graphique mêlant impressions personnelles, histoires de vie, photographies et croquis saisis sur le vif de ce monde du travail en train de disparaître.

Continuer la lecture de Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Le travail du metteur en scène, La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski

Le travail du metteur en scène

La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski avec Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, France, 95’, 2013

A l’origine, La Vénus à la Fourrure est un roman allemand écrit par Leopold von Sacher-Masoch en 1870, auteur qui donnera son nom au sadomasochisme. Il fut adopté au théâtre, puis au cinéma par Roman Polanski. C’est cette dernière adaptation que nous allons étudier. L’intrigue du film est centrée autour d’une audition que doit faire passer Thomas Novacek (interprété par Mathieu Amalric), adaptateur et metteur en scène, à Wanda Jourdain (interprétée par Emmanuelle Seigner), une comédienne. Il s’agira dans cette note d’étudier les représentations du travail de metteur en scène et d’adaptateur (les deux se rejoignant dans le personnage de Thomas Novacek) et les rapports qu’ils entretiennent avec le travail de comédien ou plutôt comédienne ici (Wanda Jourdain). Nous nous focaliserons sur le travail du metteur en scène en nous autorisant quelques observations sur le rôle de comédien. Avant de débuter, il est nécessaire de signaler que ce film n’est pas centré sur le travail de metteur scène en tant que tel. Le fait d’avoir un homme dans le rôle du metteur en scène/adaptateur et une femme en tant que comédienne auditionnée n’est pas anodin, le sexisme étant un sujet central du film.

Continuer la lecture de Le travail du metteur en scène, La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro

Un film réalisé par Léa Frazer,

avec Pio Marmai et Michael Lonsdale. France, 85’, 2014,

 produit par Reso Productions, Canal +.

Lien vers la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=kCj_lgoWPaw

Continuer la lecture de A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,