Archives par mot-clé : une

Un documentaire sur le travail d’une peintre

Dans le cadre du cycle Filmer l’intime des Mardis Cinéma, le mardi 13 décembre à 17h, à l’Auditorium de l’Humathèque Condorcet (Espace Françoise Héritier), le  documentaire Marjatta l’Éblouie de Corinne Fortier (2017 – 52 min) sera projeté.

Ce documentaire de création fait de peinture et de couleurs dessine le portrait intimiste d’une femme artiste, Marjatta Taburet, peintre et céramiste d’origine finlandaise devenue une référence « bretonne » dans le patrimoine artistique local. Marjatta a suivi les traces de femmes artistes finlandaises pionnières à l’époque comme Helene Schjerfbeck. Elle explore les sources inconscientes de sa création, sa compatibilité avec sa propre maternité, et reconstruit par bribes l’histoire même de son origine. Elle formera, avec son mari, Jean-Claude Taburet, céramiste ayant également travaillé pour la faïencerie Henriot à Quimper, un couple d’artistes ayant réussi, ce qui est exceptionnel dans l’histoire de l’art, à collaborer tout en développant leur propre style. Après ce portrait filmique, Marjatta ressaisira à sa manière le miroir qui lui a été tendu, pour peindre son premier autoportrait à 85 ans, « avant de devenir vieille ».

La projection sera suivie d’un échange avec la réalisatrice Corinne Fortier, anthropologue, chargée de recherche au Laboratoire d’Anthropologie Sociale (CNRS-EHESS) et Jacques Lombard (réalisateur et anthropologue, membre du conseil scientifique de ITTI). Il se conclura par un verre de l’amitié.

La présentation de la séance et le programme sont en ligne.

Klinê. Territoires du soin. Des CHU à la recherche de leur patrimoine immatériel

Pour mettre en lumière la culture et les valeurs de l’hôpital public, les CHU de Rouen, Angers et Caen se sont mis en recherche de leur patrimoine culturel immatériel. Cette exposition inaugure la sortie de l’ouvrage retraçant cette quête, Klinê. Territoires du soin, paru aux Éditions 303.
Du 17 octobre au 18 décembre 2022
Dans la cour d’honneur du Conseil régional de Normandie,
Abbaye aux Dames de Caen
Entrée gratuite

Entre 2014 et 2019, les CHU de Rouen, Angers et Caen se sont mis en quête de leur « patrimoine culturel immatériel ». Cette recherche visait à reconnaître le sens des pratiques soignantes. Il s’agissait de mettre en lumière les valeurs et la culture de l’hôpital public et de répondre ainsi aux souffrances des soignants en proie à un sentiment de dévalorisation.

Cette exposition est le fruit de cette investigation. Interrogeant la dimension sensible des pratiques hospitalières, elle fait plonger dans l’enquête ethnographique au cours de laquelle Christophe Halais et Yann Leborgne ont été accueillis dans les services de soins. Ils ont rencontré des soignants, les ont écoutés et photographiés dans leur quotidien.
Cette expérience montre que, dans les hôpitaux, les êtres humains ne luttent pas seulement contre les pathologies qui les assaillent sur les plans physique et biologique. Ils combattent également pour sauvegarder une éthique du soin et l’accueil de tous. Les communautés hospitalières, éprouvant l’humanité jusque dans ses limites les plus extrêmes, parfois tragiques, se révèlent porteuses de puissants
ressorts symboliques qui concourent à leur étonnante capacité à se dépasser et à,surmonter les moments les plus critiques. Ce travail souhaite leur rendre hommage.


Liens
Vers l’exposition : https://www.normandie.fr/exposition-kline-territoires-du-soin
Vers le livre : https://www.editions303.com/le-catalogue/kline-territoires-du-soin/

Pompoko, le récit d’une lutte contre le travail

Par Isao Takahata, produit par le studio Ghibli, sorti le 16 juillet 1994, 119 min

 

Par Hugo SAMSON

Pompoko est-il un film sur le travail ? A priori, la présence des tanukis conduit à répondre non à cette question : en effet, ces esprits qui sont capables de se métamorphoser, qui habitent les forêts du folklore mythologique japonais et qui protègent leurs bois contre les êtres humains n’ont rien à voir avec le travail au sens sociologique. Mais en dehors de l’esthétique d’inspiration shintoïste, le récit et la figure de ce yōkai (type de créature surnaturelle et traditionnelle du Japon) ressemblant à des ratons-laveurs sont finement utilisés à des fins politiques. Le scénario traduit dans un langage enfantin les phénomènes d’urbanisation croissants qui réduisent les espaces habités par les créatures et provoque un exode rural. La ville de Tama, projet de construction partant « de zéro » (comprendre ici sans habitation humaine), conduit à la déforestation et la destruction du milieu de vie des tanukis, avec par exemple la canalisation des rivières et le rasage des reliefs pour produire des montagnes de terres dans le département voisin. Choquée par l’oubli de leur existence, cette population d’animaux magiques est alors confrontée à la lutte politique pour le droit à vivre sur leurs terres sacrées. Quelle place peut donc occuper le travail dans cette œuvre plaçant le vivant au cœur de son intrigue ?

Le travail face à l’environnement

Pour s’opposer à ces projets, ces derniers vont alors passer par différents stratagèmes qui échoueront la plupart du temps. En premier lieu, c’est par la casse des outils de chantier et des véhicules que les personnages chercheront à freiner la destruction de la nature. Rappelant le luddisme du début du XIXème siècle, l’historien E.P. Thompson a fait le récit d’artisans anglais, plus précisément les tondeurs de draps, les tisserands sur coton et les tricoteurs sur métier, allant casser les machines récemment installées dans de nouvelles usines qui dépossèdent ces artisans de leurs savoir-faire en produisant une concurrence économique intenable.  Cependant, il est malaisé de faire la comparaison entre luddites et tanukis, dans le sens ou c’est l’appropriation de la terre qui fait question et non les conditions de travail des créatures, qui sont en vérité très peu présentes dans le film. De même, à la différence des tanukis, il ne peut pas être considéré que l’économie morale qui a conduit leurs actions, c’est-à-dire « la production, la répartition et la circulation des sentiments moraux, des émotions et des valeurs, des normes et des obligations dans l’espace social »[1] relève de la justification politique dans le sens où les notions employées par la classe ouvrière anglaise du début du XIXème siècle ne relevait pas de notions de bien public [2]. Au contraire, cette dimension politique était appuyée par les autorités nationales de l’époque et pouvait être renvoyée par la classe ouvrière pour se justifier du bien-fondé publique de leurs actions, de sorte que « les autorités étaient, en quelque sorte, prisonnières du peuple »[3]. Dès le début de Pompoko, la voix off explique que la croissance économique justifie l’établissement de la nouvelle ville et ses effets sur le territoire : « superficie totale : 3000 hectares. Population prévue : 300 000 habitants. Déforestation, rabotage des collines, liquidation des rizières et des maisons d’antan, création d’un nouvel espace totalement remodelé pour construire une ville-dortoir d’un nouveau type, tels étaient les axes de ce nouvel urbanisme. ». Dans cette perspective, le travail, c’est la transformation de l’espace par les autres.

Figure 1 : les véhicules de construction comparés à des insectes mangeant une feuille

Continuer la lecture de Pompoko, le récit d’une lutte contre le travail

Une exposition photographique à Céret

Nous rapportons ici l’expérience d’une exposition photographique consacrée au monde du travail, intitulée Céret travaille.

Photographie 1 : Céret travaille, photographie d’une Assistante Maternelle

© Lumière d’Encre

La photographie 1 représente une assistante maternelle, posant chez elle, dans la salle de jeu réservée aux enfants. Elle fait partie des 74 portraits de personnes travaillant à Céret, montrés lors d’une exposition tenue du 30 avril au 28 mai 2022.

Toutes les images furent présentées au format 12×18 cm au Centre d’Art et de Photographie Lumière d’Encre (CAPLE) à Céret. Par ailleurs, 24 de ces portraits furent présentés sur les murs de la ville sous forme d’affiches légendées (intitulé de la profession) de format adapté à leur lieu de collage, de hauteur comprise le plus souvent entre 150 et 200 cm. Il s’agissait de murs privés (Photographie 2) ou publics, comme la façade de la mairie de la ville (Photographie 3).

Continuer la lecture de Une exposition photographique à Céret

Le visionnage d’un film de recherche concernant le travail des syndicalistes aux personnes filmées : pour quoi faire ?

Par Ambre Bourdillat

Mener une étude sociologique par le film est aussi un moyen de rendre compte des résultats. Présenter ce film aux personnes filmées en constitue également un autre. Ainsi, il appartient au chercheur cinéaste de saisir les intérêts que peuvent représenter l’organisation de séances de visionnage auprès des acteurs du film. Certes, celui-ci a été pensé et tourné par le chercheur, mais les thèmes et la parole reviennent avant tout aux syndicalistes. Ces derniers ont fait l’objet d’un questionnement au travers d’une enquête de terrain menée dans une mairie d’une grande ville. Il s’agissait de recueillir les paroles de quatre syndicats, à savoir la Confédération Générale du Travail (CGT), FO (Force Ouvrière), la Confédération Française Démocratique du Travail (CFDT), et la Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale (FA-FPT[1]). Les interrogations portaient sur leurs pratiques au quotidien (Briec, 2014)concernant la santé au travail auprès des agents et dans les instances spécifiques comme le Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CHSCT)[2].Sur ce point, des entretiens filmés ont été réalisés avec chaque syndicat.

1 – Extrait du dispositif d’entretien filmé avec FOImage: Extrait du dispositif d’entretien filmé avec FO

© Ambre Bourdillat

Continuer la lecture de Le visionnage d’un film de recherche concernant le travail des syndicalistes aux personnes filmées : pour quoi faire ?

” Faire parler les photographies” Colloque international Institut National d’Histoire de l’Art – INHA Paris 6 et 7 octobre 2022

On connaît le pouvoir des photographies pour déclencher l’anamnèse, le récit de soi ou des autres, dans des expériences privées ou administratives – en son for intérieur, en famille comme dans un commisariat de police ou devant une cour de justice. « Faire parler » les images ou faire parler à partir d’elles est aussi devenu une pratique courante dans les enquêtes en sciences sociales qui mérite que l’on s’y attarde. Ce colloque veut interroger de manière croisée la mobilisation de photographies et leurs mises en récit, afin de réfléchir aux manières dont elles peuvent s’enrichir mutuellement.

Nous voudrions dans ce colloque faire dialoguer actrices et acteurs issus du monde académique mais aussi de la littérature, du documentaire, du journalisme, de l’art contemporain… La mise en récit est envisagée ici de manière plurielle. Elle peut être verbale, à travers des mots dits à l’occasion d’une interview, d’un enregistrement, d’une discussion. Elle peut être écrite, en plaçant les photographies dans des dispositifs iconotextuels plus large : une photographie collée et commentée dans une correspondance épistolaire, des mots griffonnés, une description accompagnant une carte postale. Elle peut encore être visuelle à travers des collages, des assemblages ou des photomontages dans des journaux intimes, des albums photographiques ou sur les murs d’une pièce qui, eux aussi, racontent des histoires.

Départ d’usines 1970-1990 : les photo reporters nantais racontent

A Nantes une belle exposition photo qui allie photojournalisme, histoire industrielle et mémoire ouvrière.

DU MARDI 27 SEPTEMBRE AU SAMEDI 19 NOVEMBRE 2022
OUVERT DU MARDI AU SAMEDI DE 12H À 18H30

GRATUIT

Nantes, à partir des années 1970 et 1980 : crises pétrolières, internationalisation des groupes industriels, fermetures d’usines, luttes sociales mémorables comme celles incarnées par “les filles de Chantelle” ou “les gars de la navale”… En deux décennies, l’identité maritime et industrielle de Nantes se dilue dans le paysage et la ville s’engage dans une métamorphose tertiaire et culturelle.

Une profession, celle des photojournalistes, a enregistré ces mutations. Pour la presse locale ou nationale, ils ont pris des photos sur le vif, traitées dans l’urgence. Patiemment, méthodiquement, ces témoins du quotidien ont documenté le départ des entreprises du centre-ville et ses conséquences. Leurs images font revivre cette page emblématique de l’histoire locale, constitutive d’un patrimoine appartenant à tous, anciens Nantais comme nouveaux arrivants.

Organisée principalement autour du travail d’Hélène Cayeux (AFP, Ouest-France), de Jean-Noël Thoinnet, de Jacky Péault (Presse Océan) et de Gilles Luneau (Gamma), l’exposition présente près de deux cents photographies mêlant des originaux d’époque, des reproductions contemporaines réalisées à partir de numérisations, des grands formats, ainsi que la fabrication d’une photo de presse.

 

AUTOUR DE L’EXPOSITION
VERNISSAGE : 6 octobre à 18h30
VISITES GUIDÉES : tous les samedis à 15h
MÉMOIRE D’UN QUARTIER OUVRIER, LES BATIGNOLLES : 8 octobre à 18h
CINÉ-DÉBATS AU CINÉMATOGRAPHE : 19 octobre et 20 octobre à 20h30
ATELIERS ENFANTS : 26 et 27 octobre de 14h30 à 17h
ÉCOUTE DE PODCASTS : 10 novembre à 18h30
TABLE RONDE : 17 novembre à 18h30

Exposition en partenariat avec LA RUE DE LA GRUE NOIRE et avec le soutien du Centre d’histoire du travail (CHT), présentée dans le cadre de la Quinzaine Photographique Nantaise (QPN, du 21 octobre au 19 novembre). LA RUE DE LA GRUE NOIRE est une série d’événements autour de la photo et du patrimoine industriel nantais, produits par l’association Nantes en noir et blanc.

festival-qpn.com
nantesennoiretblanc.org
cht-nantes.org

La fabrique des mémoires

Les doctorants et doctorantes du GRESCO proposent un colloque international “La fabrique des mémoires” qui se tiendra les 20 et 21 octobre 2022 à la MSHS de Poitiers.

 

Ce colloque original invite à une réflexion sur les constructions sociales des mémoires individuelles et collectives.

 

Des lieux de mémoire à la construction de récits mémoriels dans l’éducation nationale, en passant par les pratiques mémorielles numériques et les mémoires d’événements violents, la première journée abordera une variété de thématiques liées aux pratiques mémorielles et proposera une réflexion sur les enjeux éthiques et épistémologiques du traitement mémoriel.

 

La deuxième journée cherchera davantage à éclairer l’articulation entre silences, oublis et mémoires, en abordant différents types de mémoire collective (mémoires familiales, mémoires de guerre, mémoires ouvrières) et en interrogeant la place des pratiques et récits mémoriels dans l’espace social. Une exposition, une table-ronde et une projection-débat se tiendront également durant ces deux jours, ouverts par deux conférences inaugurales. 

On notera l’intérêt pour les images fixes comme animées des doctorantes et des doctorants du GRESCO qui ont organisé ce colloque.

Au festival de Lussas cette année, une réflexion sur les formes documentaires autour du travail

Dans les états généraux du documentaire à Lussas, qui se tiennent cette année du 21 au 27 aout dans ce petit village de l’Ardèche, on retiendra entre autres un séminaire intitulé du politique au poétique (24 et 25 aout) interrogeant les formes documentaires autour du travail et dans lequel interviendrons notamment Leslise Kaplan et Nicolas Hatzfeld, un membre du comité de rédaction de la revue ITTI.

 

Continuer la lecture de Au festival de Lussas cette année, une réflexion sur les formes documentaires autour du travail

métiers et filières de l’audiovisuel à l’ère du streaming

Depuis déjà plusieurs années, une « révolution numérique » redessine les contours des industries du cinéma et de l’audiovisuel. Les usages des technologies numériques, et notamment l’importance prise par les plateformes de vidéo en streaming, affectent tout à la fois les manières de fabriquer les œuvres, de les produire, de les distribuer et de les consommer. Ce colloque se focalise sur les métiers, filières et circuits du cinéma et de l’audiovisuel en mutation aujourd’hui. Il examine le travail de différentes catégories de professionnel.les de ces industries, sur la base d’enquêtes de terrain qui font la lumière sur l’activité de participant.es clés à la création des œuvres, qui restent pourtant souvent dans l’ombre : scénaristes, producteurs et productrices, mais aussi personnels techniques du cinéma, spécialistes des données intervenant dans la définition des stratégies de contenu, professionnel.les de la distribution et de la circulation internationale des films.

Continuer la lecture de métiers et filières de l’audiovisuel à l’ère du streaming

Cet été à nantes, La mémoire ouvrière est à l’honneur

Sur les quais de Nantes, les photos s’affichent en grand format (jusqu’à 20 m2). Elles racontent le passé industriel de Nantes avec ce projet de la rue de la grue noire dans le Bas-Chantenay.  Ce projet audiovisuel de valorisation du passé industriel et ouvrier de Nantes a été initié par l’association Nantes en noir et blanc, dont un des fondateurs est Xavier Nerrière, un ami de la revue ITTI.

La rue de la grue noire s’adresse à la fois aux Nantais de longue date sensibles à la mémoire ouvrière, aux nouveaux habitants souhaitant découvrir l’histoire locale et à tous les amoureux de photographie. 

Tout démarre avec une exposition de photos grands formats installées à l’aplomb des quais et visibles depuis la Loire. En tout, une vingtaine de reproductions signées Hélène Cayeux, Victor Girard, Jean-Noël Thoinnet… composent une évocation de l’activité industrielle et portuaire de la ville et permettent une approche du Bas-Chantenay dans ce qu’il a de particulier : son accès à l’eau et les industries qui l’entourent. 

Cette première exposition est accompagnée des récits de l’auteur et metteur en scène Hervé Guilloteau.  Il s’agit de fictions sociales qui constituent un ensemble sonore de quatorze podcasts réalisés par le musicien Federico Pellegrini. Les photos sont accrochées le long des quais entre la gare maritime et la Little Atlantique Brewery. Leurs légendes sont à découvrir sur les bateaux des lignes Navibus 1 et 2. 

En scannant les flash codes situés aux embarcadères et sur les Navibus, les passagers pourront écouter les podcasts. Ou encore directement sur le site internet de la rue de la grue noire. https://nantesennoiretblanc.org/podcasts/ 

L’anniversaire de Thomas

Lorsqu’un film rend compte de l’histoire de la sidérurgie lorraine et de celle de l’immigration italienne après la seconde guerre.

L’histoire de ce film et, par la même occasion, celle du festival de cinéma italien de Villerupt est faite aujourd’hui par les acteurs de l’époque. et par des chercheurs. Elle concerne d’autant plus ITTI  que  plusieurs membres ou intervenant de la revue en sont les témoins ou les acteurs : Jean Marc Leveratto, membre du comité de rédaction, Hervé Baruela, qui a réalisé plusieurs affiches du festival et Nadège Mariotti qui relate ainsi le contexte du film :

” Du 30 octobre au 14 novembre 1982, se déroule la 7e édition du Festival italien de Villerupt. Cette manifestation est née d’un heureux concours de circonstances. En 1976, la MJC organise durant les week-ends des séances de cinéma autour de divers genres comme le Western ou la comédie. C’est à cette occasion que l’idée émerge de diffuser 17 films italiens en version originale sous-titrée en français. Le public, en grande partie composé de familles issues de l’immigration italienne, est au rendez-vous ; les spectateurs passent d’environ 700 ordinairement à environ 3 500. Cet événement, reconduit chaque année, devient un festival reconnu et apprécié par le public et par les professionnels du cinéma italien qui font le déplacement et rencontrent le public à l’occasion de forums organisés dans la salle de l’hôtel de ville de Villerupt. 

La 7e édition est un peu particulière puisqu’elle offre à la diffusion un film français. L’Anniversaire de Thomas est réalisé par Jean-Paul Menichetti en 1980 et sort sur les écrans à cette occasion en 1982. Il est inspiré de l’ouvrage éponyme de Jean Salque, Jacques Maccarini, Philippe Maillet et Bernard Reiss. Le titre, à propos duquel Jean-Marc Leveratto signale Pour qui connaît bien la région, le secret du titre réside dans le fait qu’il fait communiquer le film de famille et le documentaire historique […]. , évoque le centenaire de l’invention du procédé mis au point par l’anglais Sydney Gilchrist Thomas en 1879, qui permet à la Lorraine, à partir de 1881, de transformer la « minette », un minerai de fer phosphoreux, en fonte. Le film relate la vie quotidienne des ouvriers italiens au fil des quatre saisons, de la naissance des hauts-fourneaux à leur destruction, les luttes pour la survie de la sidérurgie et de ses emplois, illustrée par des images d’époque, de fiction et des témoignages. 

C’est dans ce contexte qu’est réalisé le reportage pour les actualités Lorraine soir de France 3 du 5 novembre 1982 dont est extrait le passage présenté. D’emblée, le titre intrigue et c’est bien la raison pour laquelle, les premières images montrent Gilles Patassi, alors président de la Maison des jeunes et de la culture de Villerupt, en donner les explications. 

Le lien avec le passé industriel de la ville est mis en valeur par l’arrière-plan filmé qui présente le laminoir de Villerupt installé sur le site voisin de Micheville de 1971 à 1986. Les plans suivants montrent le président et le journaliste Gérard Emica cheminer sur la passerelle supérieure de la piscine en plein air de Micheville, abandonnée, transformée depuis en salle polyvalente. Cette installation, financée après 1936 par la Société des aciéries de Micheville et située à côté de la sortie principale de l’usine, est ouverte d’avril à octobre grâce aux gaz de haut-fourneau récupérés qui la chauffe. 

Pour illustrer la venue des familles, originaires d’Ombrie et des Marches, le cœur vert de l’Italie et plus spécifiquement des villes de Gubbio et Fabriano, le cadreur, Georges Minangoy, choisit de filmer les cités ouvrières aux rues bordées de maisons similaires, aux jardins cultivés dans lesquels sèche le linge, la devanture d’un café bien nommé « des ouvriers ». Le montage présente quelques plans d’enfants jouant au ballon et sur une balançoire, accompagnés d’un texte évoquant les générations qui se succèdent. Armand Sacconi, maire de Villerupt, interrogé sur L’Anniversaire de Thomas, apparaît comme le nœud générationnel entre les images précédentes des jeunes en devenir et le souvenir des aînés venus travailler dans un autre pays. Pour lui, c’est cette histoire que raconte le film. Au café, des clients jouent aux cartes, des voix fusent, mélange de français et d’italien, langage unique propre aux terres d’immigration. Au comptoir, le cafetier M. Frizzero, dit qu’en tant que « fils d’Italiens », bien que ce soit un documentaire, L’Anniversaire de Thomas ne montre pas la réalité de ce que les anciens ont vécu. Effectivement, Philippe Maillet, directeur de la MJC de Villerupt, devant l’affiche de Trevico-Torino, viaggio nel Fiat-Nam d’Ettore Scola, déclare que ce film c’est une des histoires qu’on peut raconter sur l’Histoire de Villerupt

C’est sans doute, cette valeur de remémoration (Leveratto, 2000, p.375) qui confère, encore aujourd’hui, à ce film une aura particulière, emblématique d’une région. “

Bibliographie

  • Jean-Marc Leveratto, La mesure de l’art. Sociologie de la qualité artistique, Paris, La Dispute, 2000.
  • Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter, « Le festival du film italien de Villerupt : minoration nationale, majoration culturelle » , Cahiers de sociolinguistique, n°10, 2005/1, p. 59.
  • Jean-Marc Leveratto, Cinéma, spaghettis, classe ouvrière et immigration, Paris, La Dispute, Paris, 2010, p. 123. 
  • Jean Salque, Jacques Maccarini, et al., L’anniversaire de Thomas, Villerupt, ville du fer, 1880-1939, Studio 16, Villerupt, 1982, 366 p.
  • Béatrice Fleury-Vilatte et Jacques Walter, « L’anniversaire de Thomas. Quand les Italiens entrent dans le patrimoine lorrain », Diasporas :Histoires et sociétés, n°6, 2005, pp. 71-82, [en ligne], https://www.persee.fr/doc/diasp_1637-5823_2005_num_6_1_986, page consultée le 3 janvier 2022.

Images, travail et jeux vidéo

Les civilisations occidentales opposent traditionnellement le jeu à l’étude, le plaisir à l’effort, le loisir au travail même si le sérieux du jeu n’est pas forcément nié (Huizinga, 1988 ; Caillois, 1967). Le jeu vidéo est aujourd’hui « l’un des loisirs les plus répandus dans les pays industrialisés » (Coavoux, 2019). Il semble désormais que tout le monde ou presque joue, en tout temps, en tous lieux, mais diversement selon son âge, son sexe, sa catégorie socio-professionnelle (Ter Minassian et al., 2021). Relevant de la sphère des loisirs, les jeux vidéo devraient ainsi a priori ne rien partager avec la sphère du travail. Cette assertion, qui feint d’ignorer leurs modes de production, vole en éclats dès lors qu’on observe d’un peu près les contenus et les pratiques, ludiques et autres, auxquelles ils donnent lieu. Loin de se regarder en chiens de faïence, les deux domaines semblent s’interpénétrer et il devient ainsi légitime de se demander ce que le travail fait aux jeux vidéo et ce que les jeux vidéo font au travail.

Dans ce numéro de la revue Images du Travail, Travail des Images (ITTI), les jeux vidéo seront abordés en tant qu’ils véhiculent des représentations idéologiques, culturelles, textuelles et audiovisuelles du travail et en tant qu’ils sont un secteur d’activité présentant des formes et des modalités diverses de travail. Seront envisagés les jeux vidéo dont l’objectif est de divertir1, qu’ils soient conçus de façon industrielle ou plus artisanale. Tous les genres de jeux pourront être interrogés – depuis les puzzle game jusqu’aux jeux de simulation en passant par les jeux d’aventure-action, de combat, de rythme ou de gestion – cela quels que soient les publics auxquels ils sont destinés, les plates-formes (consoles, ordinateurs, smartphones, tablettes) qui les accueillent, les modèles économiques sur lesquels ils s’appuient.

 

Pour interroger les relations complexes qu’entretiennent les jeux vidéo avec le travail, ce numéro thématique d’ITTI privilégiera trois axes qui pourront être traités de façon croisée :

Axe 1 : produire

Les articles proposés interrogeront, en la contextualisant, la question du travail dans le domaine de la production vidéoludique. Ils pourront porter aussi bien sur des majors du jeu vidéo que sur des indépendants parfois réunis en petites structures. Sont attendus des textes sur les filières de formation, l’entrée dans le métier, les parcours personnels et professionnels des travailleurs du secteur, l’organisation du travail, la place des femmes, l’organisation des syndicats de travailleurs et travailleuses du secteur, etc. Tous les métiers liés à la création, à la production, à l’édition et à la diffusion des jeux ont vocation à être étudiés, des programmeurs aux critiques en passant par les game designer, les infographistes et les commerciaux. Sont également espérées des contributions portant sur la façon dont l’industrie vidéoludique renouvelle ou reproduit des stéréotypes et schèmes à l’œuvre dans les autres industries culturelles, par exemple sur le plan du genre. La question enfin de la qualité de vie au travail, des pièges et des avantages de ces métiers souvent choisis par passion, pourra être traitée.

Axe 2 : jouer

Les textes de cet axe interrogeront les représentations et l’expérience du travail – implicite ou explicite, formel ou informel, légal ou illégal, rémunéré ou non – proposées dans les jeux aux joueurs et joueuses. Il conviendra de distinguer, comme l’écrit Mathieu Triclot (2011), la « politique des images » de « la politique de l’algorithme », mais sans jamais perdre de vue que c’est leur alliance qui permet le jeu. D’un point de vue thématique, pourront par exemple être étudiés les gestes professionnels, les métiers mis en scène, l’accès à ces métiers, les conditions de leur exercice, les modalités d’évolution de carrière, les biens et services créés, le temps nécessaire pour les produire, les règles régissant ces activités. Au-delà de l’existant, les contributeurs et contributrices veilleront également à interroger tout ce qui n’est ni montré, ni donné à entendre, ni évoqué, ni transposé.

Sont aussi attendues des réflexions sur la réception des discours vidéoludiques par les joueurs et les joueuses, qu’ils et elles soient en cours d’étude, en activité ou à la retraite. Ces jeux participent-ils à construire, modifier ou redéfinir leur rapport au travail ? Préparent-ils les pratiquants et pratiquantes à se soumettre à un ordre établi (Octobre, 2018) ou leur donnent-ils les moyens de le critiquer, de se rebeller, d’expérimenter des modes de travail qui n’existent pas encore ? Quelles compétences professionnelles mettent-ils en avant ? Quels modèles féminins et masculins proposent-ils ? Quelle place pour l’individuel et le collectif ? Quel rapport à l’effort et aux apprentissages ? Quelle valorisation (sportive, symbolique, économique, technique, etc.) pour le travail fourni par les joueurs et les joueuses (e-sport, digital labor) ?

Axe 3 : détourner / augmenter

Ce dernier axe interrogera l’exploitation des jeux vidéo selon des modalités numériques, soit leur utilisation par des tiers qui n’en sont pas les créateurs pour produire des biens et services. Pourront être abordés les usages s’inscrivant dans le domaine ludique et participant au déploiement des jeux – comme par exemple l’animation de communautés de joueurs ou les vidéos réalisées par des youtubeur.se.s et les streameur.se.s –, les usages s’inscrivant dans des domaines autres et qui détournent les jeux de leur vocation première en les utilisant pour soigner, faire apprendre ou créer de nouvelles images (machinimas), les usages consistant à accumuler des biens virtuels pour en faire le commerce (farming), etc. De façon plus générale, la question du rapport au travail de ces formes augmentées devra être posée.

Les propositions de contributions pourront être issues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales. Elles reposeront sur l’analyse d’un corpus vidéoludique. Tous les articles devront comporter des images fixes (captures d’écrans, etc.) et / ou animées (vidéo avec liens de renvoi, etc.). Images du travail, Travail des images étant une revue scientifique entièrement numérique, gratuite et ouverte, les auteurs et les autrices devront à ce titre s’assurer qu’ils et elles disposent des droits d’utilisation et de diffusion des documents qu’ils et elles reproduisent.

Les articles seront d’un format compris entre 30 000 et 50 000 signes maximum.

Dans un premier temps, sont attendues des propositions d’articles soit des textes d’intention de 2000 à 3000 signes tenant compte du calendrier suivant :

  1. 13 juillet 2022 : date limite de réception des propositions par courriel aux adresses suivantes.

  2. 15 janvier 2023 : envoi des articles en vue de leur soumission au comité de rédaction de la revue.

Contacts pour toutes informations complémentaires et pour l’envoi des documents : 

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d’OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
 
 

Besenval M. (2021), « Résister dans les interstices : la subversion au travail dans un studio de création de jeux vidéo », Sociologie du travail, vol. 63, n° 1. (Url : https://journals-openedition-org.docelec.univ-lyon1.fr/sdt/37951)
DOI : 10.4000/sdt.37951

 

Bonhomme S. (2019), « Le joueur au travail ou le plaisir d’accumuler des richesses digitales », Sciences du jeu [En ligne], n° 11. (Url : http://journals.openedition.org/sdj/1906)
DOI : 10.4000/sdj.1906

Boutet M. (2011), « Un rendez-vous parmi d’autres. Ce que le jeu sur internet nous apprend du travail contemporain », ethnographiques.org [En ligne], n° 23. (Url : https://www.ethnographiques.org/2011/numero-23/)

Caillois R. (1967), Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard.

 

Charrieras D. et Roy-Valex M. (2015), « Culture de la convergence chez les créatifs de jeux vidéo », Communication [En ligne], vol. 33, n° 2. (DOI : https://doi.org/10.4000/communication.5976)
DOI : 10.4000/communication.5976

Coavoux S. (2019), « Les jeux vidéo, sociologie d’un loisir de masse », La Vie des idées, 12 novembre 2019.

 

Cocq M. (2019), « L’organisation et l’exploitation du travail des joueurs : le cas du projet Sword » dans Les activités menées sur les plateformes numériques – II, vol. 1, n° 213, p. 111- 137.
DOI : 10.3917/res.213.0111

 

Gillet G. et Leroux Y. (2021), Le jeu vidéo pour soigner ? Des résistances envers le jeu vidéo à son utilisation en psychothérapie, coll. Cybercultures – santé mentale, Éres.
DOI : 10.3917/eres.gille.2021.01

 

Gilson G. (2019), « Des jeux vidéo en classe et des élèves aux manettes », Médiations & médiatisations, n° 2, p. 29-53. (DOI : https://doi.org/10.52358/mm.vi2.76)
DOI : 10.52358/mm.vi2.76

Huizinga J. (1988), Homo ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu, Paris, Gallimard.

Lignon F. (2015), Genre et Jeux vidéo, coll. Le Temps du genre, Toulouse, Presses universitaires du Midi.

Octobre S. (2018), Les techno-cultures juvéniles. Du culturel au politique, Paris, L’Harmattan.

 

Rufat S. et Ter Minassian H., (2011), « Les terrains de jeu vidéo comme terrain de recherche », Carnets de géographes [En ligne], n° 2. (DOI : https://doi-org.docelec.univ-lyon1.fr/10.4000/cdg.2766)
DOI : 10.4000/cdg.2766

Savignac E. (2017) La Gamification du travail. L’ordre du jeu, coll. « Innovation, entrepreneuriat et gestion », Londres, ISTE éditions.

Ter Minassian H., Berry V., Boutet M. et al. (2021). La fin du game. Les jeux vidéo au quotidien, Tours, Presses universitaires François Rabelais.

Triclot M. (2011), Philosophie des jeux vidéo, Paris, Zone, chap. 8, p. 211-236. (Url : https://www.editions-zones.fr/livres/philosophie-des-jeux-video/)

Vetel B. (2017), « Le travail sur les serveurs illégaux de jeux en ligne », Poli : politique de l’image, n° 13. (Url : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01493882)

 

Vetel B. (2018), « Les travailleurs pauvres du jeu vidéo », Réseaux, vol. 2-3, n° 208-209, p. 195-228. (Url : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01911888v2)
DOI : 10.3917/res.208.0195

 

Vincent R. (2021), « Du jeu vidéo au document de travail : la scolarisation d’Assassin’s Creed », Le temps des médias, vol. 2, n° 37, p. 183-199.
DOI : 10.3917/tdm.037.0183

 

Zabban V., Ter Minassian H. et Noûs C. (2020), « Les mondes de production du jeu vidéo », Réseaux, vol. 6, n° 22, p. 9 à 29.
DOI : 10.3917/res.224.0009

Haut de page

Notes

1 Ainsi, les serious game (dont l’objectif est de diffuser un message ou de prodiguer un entraînement) et les métavers ne seront pas pris en compte.

Continuer la lecture de Images, travail et jeux vidéo

Salon des écritures alternatives en sciences sociales

Le Focus, salon des écritures alternatives en sciences sociales, (anciennement SEAS) est une manifestation créée en 2020 par un réseau national de chercheurs valorisant les nouvelles formes de narration en sciences humaines et sociales.L’objectif du salon est de fédérer les chercheurs qui utilisent les écritures alternatives et d’impulser des rencontres avec des acteurs de l’économie créative (producteurs, techniciens, diffuseurs, commissaires…). Le Focus se déroule à Marseille, au Mucem. Pendant deux jours, chercheurs, étudiants et acteurs des économies culturelles et créatives investissent les espaces du musée au cours de plusieurs événements : conférences, ateliers, tables rondes, rendez-vous professionnels, projections de films, présentations d’œuvres et salon d’exposants. Dans ce cadre, Laurence Elléna présentera la revue Images du Travail, Travail des Images.
La journée du 10 juin est ouverte à tous à l’Auditorium du Mucem.

Un documentaire collaboratif dans le cadre d’un projet de recherche.

Le festival Jean Rouch a présenté le jeudi 5 mai 2022 un documentaire original et passionnant de Nicolas Mai. Sociologue, ethnographe et cinéaste, il est professeur de sociologie à l’Université de Newcastle en Australie. Inspiré par les ethnofictions de Jean Rouch, qui incluait les sujets de recherche en tant que producteurs et interprètes actifs de leurs propres représentations, Nicola Mai a développé une méthodologie participative et créative, basée sur la réalisation de films collaboratifs. Ses écrits académiques et ses films se concentrent sur les expériences et représentations des migrants, souvent transgenre et sans papier, travaillant dans l’industrie du sexe. Ils remettent en question les représentations humanitaires dominantes des relations entre migration et travail du sexe en termes de traite.

https://vimeo.com/455358635
Continuer la lecture de Un documentaire collaboratif dans le cadre d’un projet de recherche.