Archives par mot-clé : une

Pickpocket, une profession comme les autres ?

Pickpocket, un film de Robert Bresson,1959, 78′

« Ce film n’est pas du style policier. L’auteur s’efforce d’exprimer, par des images et des sons, le cauchemar d’un jeune homme poussé par sa faiblesse dans une aventure de vol à la tire pour laquelle il n’était pas fait. Seulement cette aventure, par des chemins étranges, réunira deux âmes qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais connues. »

Le long-métrage de Robert Bresson s’ouvre sur l’introduction mentionnée ci-dessus en plusieurs intertitres.

Image 1. Affiche du film

Sources : http://www.robert-bresson.com/Posters/Pickpocket/Pickpocket.html

Continuer la lecture de Pickpocket, une profession comme les autres ?

Être au travail

À l’occasion du centenaire de l’Organisation Internationale du Travail, l’exposition Êtres au travail regroupe du 16 mars au 14 juillet 2019, sur les grilles du Jardin du Luxembourg (Rue Médicis – 75006 Paris) 80 photographies de Magnum Photos et de photographes indépendants.

Donner à voir le travail à un public large, stimuler les réflexions de chacun en articulant regards artistiques et points de vue scientifiques, telles sont les ambitions de cette exposition qui fait aussi l’objet d’un ouvrage collectif bilingue de 128 pages croisant photographies et textes d’experts.

©Steve McCurry/Magnum Photos
Continuer la lecture de Être au travail

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

Deux billets précédents soulignent l‘intérêt croissant de la bande dessinée pour aborder le travail, l’activité professionnelle ou le métier présentés tantôt comme contrainte, tantôt comme vocation. Non seulement les scénaristes et les graphistes qui s’intéressent à ces questions sont de plus en plus nombreux mais surtout ils développent souvent un point de vue original mêlant une documentation précise et détaillée, et un regard personnel, singulier, intimiste.

Ce point de vue, que l’on peut qualifier d’engagé au sens fort du terme, a été construit en général de manière longue et progressive. Nous avons vu dans les précédents billets plusieurs voies d’acquisition. Dans l’enfance, lorsque le métier et l’entreprise sont un héritage familial qui peut s’avérer encombrant à l’âge adulte, comme le montre le dessinateur de presse Aurel dans La menuiserie. Dans la phase d’entrée dans la vie active où les difficultés de se faire un nom dans les métiers de la bande dessinée impliquent bien souvent des activités professionnelles vivrières que ce soit l’intérim, les petits boulots ou toutes sortes de minijobs… Dans les luttes, lorsque la bande dessinée participe au combat et permet de souder le collectif (Louis Theillier, Journal de bord d’une entreprise en lutte). Ou encore, de manière plus volontariste, lorsque l’auteur se fait embaucher dans une profession pour pouvoir en rendre compte de l’intérieur (Kazuta Tatsuta, Au cœur de Fukushima : journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F). Ce point de vue original peut aussi être obtenu par la mise en images d’un récit biographique sur le travail ; Ma vie est un best-seller est ainsi le produit d’une rencontre entre Aurélia Aurita, dessinatrice et Corinne Maier, écrivaine à succès… Ou encore Putain d’usine, qui est l’adaptation graphique par Efix du roman éponyme de Jean Pierre Levaray.

Ces cas de figure n’épuisent pas les différentes manières de construire un point de vue à la fois intimiste et documenté sur le travail. Comme le montre ce troisième billet, ce peut être le résultat d’un long travail d’observation, s’inscrire dans un processus de reconversion professionnelle dans les métiers de la bande dessinée ou à l’inverse s’inspirer d’une vocation, d’un métier rêvé d’enfance ou d’adolescence qui n’a pas pu être atteint.

Observation participante et/ou participation observante.

Depuis 2017, Philippe Squarzoni, plutôt connu pour ses bandes dessinées politiques, publie chez Delcourt, une série documentaire, Homicide. Une année dans les rues de Baltimore, retraçant, avec une précision et une chronologie aussi fidèles que possible, le fonctionnement de la brigade criminelle de cette ville qui compte alors 240 meurtres par an et est l’une des plus pauvres des USA : tome 1, 18 janvier – 4 février 1988 ; tome 2, 4 février – 10 février 1988 ; tome 3, 10 février – 2 avril 1988. David Simon, reporter au Baltimore Sun, a passé toute l’année 1988 au sein de cette brigade et en a tiré en 1992 un roman documentaire, A year on the killing street, qui raconte avec précision et de nombreux détails techniques le quotidien de la police d’investigation. Cette longue observation participante propose un regard renouvelé sur les services de police et de justice, qui sont débordés par les affaires de drogue et souffrent d’un manque patent de moyens matériels…  Et ceci dans un contexte politique de relégation des pauvres, principalement d’origine africaine et latino-américaine, dans des ghettos insalubres et de dégradation vertigineuse de l’école publique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Comme le cinéma documentaire et de fiction ou encore le spectacle vivant, la bande dessinée s’intéresse de plus en plus depuis quelques années au travail humain. Il suffit pour s’en convaincre de constater le grand nombre d’albums, en particulier de romans graphiques, qui mettent en scène des relations professionnelles, des activités quotidiennes au sein des entreprises ou encore des rapports sociaux de production. Bien entendu, de longue date, un certain nombre des personnages de bande dessinée sont situés professionnellement mais c’est souvent une vision idéalisée et bien trompeuse du métier : Tintin est un drôle de journaliste qu’on ne voit quasiment jamais écrire d’articles ou taper à la machine ; la principale relation qu’il entretient avec son journal est de figurer à la une de celui ci qui relate par le menu ses exploits de globe trotter. De même Spirou ne conserve du groom qu’il est censé être que le costume…

Ce qui frappe, c’est non seulement le nombre croissant de bandes dessinées qui font du travail le sujet ou le contexte de leur récit mais c’est aussi la manière d’aborder le travail que l’on peut qualifier de précise, à la fois documentée et souvent intimiste. Ces caractéristiques renvoient au développement de la littérature dite de « non fiction » qui s’alimente à trois sources importantes : les techniques d’investigation des sciences sociales, le récit de soi, la démarche journalistique. En bandes dessinées, cela correspond à deux tendances lourdes d’évolutions depuis quelques décennies :

  • La bande dessinée autobiographique dans laquelle l’auteur met sa vie au cœur du récit et active ainsi l’imagination sociologique, que Charles Wright Mills (1961 ; édition française, 1967, Maspéro), appelait de ses vœux, faisant de l’individu un acteur capable de situer sa biographie dans la grande histoire. Née dans les années 1960 au Japon et aux États Unis, la bande dessinée autobiographique s’est fortement développée dès la fin du 20e siècle avec les blogs BD et a donné lieu à de nombreuses productions comme celles de Marjane Saprati (Persepolis, 2000-2003, L’association), Lewis Trondheim, Guy Delisle, Riad Sattouf (L’arabe du futur, 2014-2016, 3 tomes, Allary éditions) et dans le champ du travail, le roman graphique d’Étienne Davodeau (Les ignorants, 2011, Futuropolis, 270p).
  • La bande dessinée documentaire, souvent appelée BD reportage, est un genre visant à rendre compte du réel pour témoigner. Elle connaît la notoriété avec l’obtention par Art Spiegelman du prix Pulitzer en 1992 (Maus, 1986-1991, édition française, 1991, Flammarion) ou plus tard les albums de Joé Sacco. Elle est généralement engagée et réflexive et de ce fait renvoie souvent au genre précédent, la bande dessinée autobiographique.

Continuer la lecture de La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.

Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Vincent Groguennec est parti en janvier 2007 à Cluj, un semestre en échange ERASMUS dans le cadre de ses études en arts appliqués. Il y a découvert à l’autre bout de l’Europe un pays pas encore sorti du communisme et surtout un monde du travail archaïque, chaleureux et ouvert à ce grand jeune homme curieux. Ses études finies et après une expérience de travail intérimaire dans l’industrie agro alimentaire bretonne, il réalise un film d’animation, l’intérimaire, primé au festival Filmer le travail à Poitiers.

L’intérimaire.mov

Ayant obtenu une bourse il retourne à Clug observer, comprendre de l’intérieur et croquer le quotidien des ouvriers d’une immense usine de réparation ferroviaire où le travail est encore très manuel et artisanal. Près d’une décennie plus tard, il regroupe l’ensemble de ses notes, dessins et réflexions dans cet ouvrage à la fois carnet de voyage, cahier d’enquête de terrain quasi ethnographique et roman graphique mêlant impressions personnelles, histoires de vie, photographies et croquis saisis sur le vif de ce monde du travail en train de disparaître.

Continuer la lecture de Vincent Croguennec, 16 februarie Romania (Carnet d’observation) d’une usine roumaine, 2017, La boite à bulle, 96p.

Le travail du metteur en scène, La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski

Le travail du metteur en scène

La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski avec Emmanuelle Seigner et Mathieu Amalric, France, 95’, 2013

A l’origine, La Vénus à la Fourrure est un roman allemand écrit par Leopold von Sacher-Masoch en 1870, auteur qui donnera son nom au sadomasochisme. Il fut adopté au théâtre, puis au cinéma par Roman Polanski. C’est cette dernière adaptation que nous allons étudier. L’intrigue du film est centrée autour d’une audition que doit faire passer Thomas Novacek (interprété par Mathieu Amalric), adaptateur et metteur en scène, à Wanda Jourdain (interprétée par Emmanuelle Seigner), une comédienne. Il s’agira dans cette note d’étudier les représentations du travail de metteur en scène et d’adaptateur (les deux se rejoignant dans le personnage de Thomas Novacek) et les rapports qu’ils entretiennent avec le travail de comédien ou plutôt comédienne ici (Wanda Jourdain). Nous nous focaliserons sur le travail du metteur en scène en nous autorisant quelques observations sur le rôle de comédien. Avant de débuter, il est nécessaire de signaler que ce film n’est pas centré sur le travail de metteur scène en tant que tel. Le fait d’avoir un homme dans le rôle du metteur en scène/adaptateur et une femme en tant que comédienne auditionnée n’est pas anodin, le sexisme étant un sujet central du film.

Continuer la lecture de Le travail du metteur en scène, La Vénus à la Fourrure, un film de Roman Polanski

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro

Un film réalisé par Léa Frazer,

avec Pio Marmai et Michael Lonsdale. France, 85’, 2014,

 produit par Reso Productions, Canal +.

Lien vers la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=kCj_lgoWPaw

Continuer la lecture de A la découverte du cinéma d’auteur avec Maestro, un film réalisé par Léa Frazer,

Exposition : BONJOUR COLLÈGUES ! La convivialité au travail de la fête des médaillés à la pause-café (archives)

Louis Le Roc’h Morgère, directeur
des Archives nationales du monde du travail, a le plaisir de vous inviter au vernissage de l’exposition. Le vendredi 11 septembre 2015 à 18 h.

Exposition 12 septembre 2015 – 9 janvier 2016
du lundi au vendredi de 13h à 17h (sauf jours fériés) et le 2e samedi du mois de 14h à 18h.
Entrée gratuite.

2

Continuer la lecture de Exposition : BONJOUR COLLÈGUES ! La convivialité au travail de la fête des médaillés à la pause-café (archives)