La bande dessinée montre le travail de l’intérieur. 2 Le point de vue des dominés

Ce regard sur le travail de l’intérieur que nous avons présenté dans un billet précédent (La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 1 Un regard à la fois documenté et intimiste.) n’est pas le monopole des cadres ou des jeunes diplômés. Il concerne aussi des salariés d’exécution et singulièrement des ouvriers. Ainsi, depuis une dizaine d’années, quelques bandes dessinées proposent un regard renouvelé et encore rare sur le travail ouvrier car elles sont écrites et/ou dessinées par des ouvriers eux mêmes qui rendent compte de luttes exceptionnelles, souvent pour la sauvegarde de l’emploi, ou plus simplement qui décrivent leur vécu au quotidien.

Les luttes,vues de l’intérieur.

 Journal de bord d’une usine en lutte. Johnson m’a tuer (Futuropolis, 95p., 2014) nous emmène au cœur d’une longue lutte ouvrière pour le maintien de l’emploi et de l’activité industrielle.Louis Theillier n’est pas seulement un dessinateur et scénariste de bande dessinée s’intéressant aux luttes ouvrières et ici au combat des 300 salariés de Johnson Matthey, fabricant de catalyseurs pour l’automobile. Diplômé des Beaux Arts à Lyon, c’est aussi depuis cinq ans, parce qu’il faut bien vivre, l’un des salariés de cette usine située à Bruxelles et menacée de délocalisation en Macédoine par la multinationale anglaise à qui elle appartient. Et pourtant l’entreprise est très rentable et a largement bénéficié de financements publics.

Muni d’un stylo Bic de l’entreprise, Louis Theillier décide dès le début de la crise de relater les événements au jour le jour : « Je relaie au jour le jour les évènements au sein de l’usine à travers un blog BD et une micro édition interne, de façon à mettre en lumière notre situation, particulièrement représentative du malaise social ambiant ». Ainsi 6 tomes, tirés en 350 exemplaires chacun, seront distribués aux salariés en lutte. L’objectif de ce travail documentaire est double : populariser ce type de grèves contre les fermetures sauvages d’usines peu médiatisées sauf en cas d’actes désespérés des salariés ; montrer en interne la qualité des relations humaines entre les salariés pour dynamiser la lutte.

 À la fois acteur et témoin, il documente avec une grande précision la lutte des ouvriers, sa lutte contre la fermeture : « face au réel, crayon à la main, les pieds sur terre » (Préface de Gérard Mordillat, p.3). Rendant compte du quotidien, des différentes actions des ouvriers mobilisés, de leur état d’esprit, la bande dessinée est plus qu’un témoignage, elle participe à la lutte et à la mobilisation contre cette décision injuste. Au fil des pages, le dessin s’affirme, la narration se déploie, inscrivant l’auteur dans la bande dessinée documentaire, à la fois engagée et réflexive. On pense en particulier à Joé Sacco. Louis Theillier souligne l’importance et l’efficacité de la BD reportage, trop souvent sous-estimée : « Cette BD nous a permis à moi et mes collègues d’extérioriser notre colère et notre indignation. Nous nous sommes sentis exister au sein d’une lutte sociale violente, où nous n’étions rien d’autre que des pions. Nous avons développé une dynamique collective, une volonté de nous fédérer, pour mettre un terme à un individualisme suscité par des années de mise en concurrence. La BD a généré beaucoup d’enthousiasme dans l’entreprise, les travailleurs étaient très contents d’être représentés. » (http://www.jeunes-csc.be/actu/johnson-ma-tuer-bd-reportage-comme-outil-lutte-sociale)

Il y a chez Louis Theillier un grand souci du détail, une volonté de rendre compte avec précision des différents moments de la lutte, de ses divers acteurs (allure, vêtements, visages, paroles de ses collègues, des cadres, des journalistes…) et surtout du contexte (atelier, bureau, couloirs, cafétéria…). Son dessin au bic est net, précis, sans fioriture, brut, quelquefois presque violent, reflétant la violence de la délocalisation. Comme le dit Mordillat « Son dessin n’est pas beau parce qu’il est beau selon les critères du dessin classique. Il est beau parce qu’il renonce à tout artifice, aux arabesques, aux élégances, aux maniérismes du dessin pour le dessin »(p.2). Il ressort de ce travail une vision originale des luttes sociales marquées non pas par les grandes manifestations, les actions spectaculaires, l’activisme… mais plutôt par les échanges, les débats, les réflexions, les analyses de la situation, les pratiques artistiques des ouvriers, qui apparaissent ainsi plus humanistes que jusqu’au-boutistes.

Florange, une lutte d’aujourd’hui (Dargaud, 186p., 2014), écrit par Tristan Thil et dessiné par Zoé Thouron, aborde un autre combat social, très médiatisé au début des années 2010. Si Tristan Thil n’est pas un salarié de la sidérurgie lorraine qui s’éteint doucement depuis une trentaine d’années, il est un enfant du pays, fortement impliqué par cette crise industrielle qui ravage sa région. C’est un connaisseur de la vallée de la Fensch et de l’usine de Florange, engagé de longue date pour conserver et transmettre cette culture industrielle en train de disparaître.

Il a suivi le quotidien de ces hommes en lutte tout au long de leur combat. D’abord en réalisant des documentaires (Florange, dernier carré ; Triche industrielle) puis dans cette BD en racontant de l’intérieur sa traversée des événements et en mêlant l’histoire en cours à sa biographie personnelle. La mise en scène du narrateur est omni présente dans la bande dessinée qui commence par une analyse économique et géopolitique du monde l’année de sa naissance, puis présente les différents soubresauts de la sidérurgie lorraine et son long cortège de fermetures de sites : « Plus jeune, ce que j’aimais dans la vallée de la Fensch, c’était faire des photos en jouant les équilibristes dans les friches industrielles du site d’Uckange. J’étais fasciné par la puissance qui se dégageait de ces machines à l’abandon. Mais dans le ventre de ces monstres de métal rouillé avaient vécu des hommes. Le sang de l’usine. Sans eux pas de vie. » (p.17)

Tristan Thil rentre dans les usines sidérurgiques à Gandrange puis à Florange sous la protection des salariés et des syndicats. Il partage leur point de vue et en particulier une grande fierté pour leur outil industriel et les différentes techniques de traitement de l’acier qui sont présentées en détail tout au long de la BD. Il intègre la solidarité ouvrière, une fraternité dans les luttes qui s’affirme au fur et à mesure de sa participation aux différentes actions comme par exemple la montée à Paris à pied. Ainsi le « je » du début de la BD devient progressivement un « nous »… Pour redevenir un « je » à la fin du récit où se mêlent l’enterrement de sa mère, la fermeture annoncée du dernier haut fourneau et la défaite politique avec la victoire aux municipales de 2014 à Hayange de Fabien Engelmann, 34 ans, ancien CGT et militant d’extrême gauche, passé au front national.

Le travail ouvrier au quotidien

Putain d’usine est l’adaptation du roman éponyme de Jean Pierre Levaray (2002, éditions L’insomniaque) qui décrit son quotidien d’ouvrier dans une usine pétrolière. L’auteur y raconte sur un ton engagé, subjectif et profondément sincère trente années de travail, d’ennui, de peur de l’accident, de corps fatigués, de luttes syndicales, mais aussi de rares moments conviviaux d’échanges entre collègues… Après une adaptation au théâtre et au cinéma, la bande dessinée se saisit de ce récit noir et rageur en proposant une trilogie parue aux éditions Petit à petit et cosignée par Efix et Levaray : tome 1, Putain d’usine, 135p., 2007 ; tome 2, Les fantômes du vieux bourg, 141p., 2012 ; tome 3, Tue ton patron, 140p., 2012. La collaboration entre le scénariste et le dessinateur fonctionne bien, les photographies et les dessins d’Efix, en noir et blanc bien souvent dans les gris sombres, rendent compte de la dimension noire, voire désespérée du roman tout en lui donnant un aspect onirique.

Putain d’usine c’est d’abord un regard personnel et désespéré sur le travail : « Tous les jours, pareils. J’arrive au boulot. Et cela me tombe dessus comme une vague de désespoir. Comme un suicide. Comme une petite mort. Comme la brulure de la balle sur la tempe » (tome 1, p.3). Cependant ce regard de l’intérieur, cette subjectivité assumée va au delà d’un constat individuel : « Ce travail ne m’a jamais satisfait, pourtant, je ne me vois plus apprendre à faire autre chose, d’autres gestes. On fait avec, mais on ne s’habitue pas. Je dis « on » et pas « je » parce que je ne suis pas seul à avoir cet état d’esprit : on en est tous là » (Putain d’usine, 2002). L’œuvre parle du travail ouvrier aujourd’hui, de la situation de la classe ouvrière du XXIe siècle qui semble bien loin du paradis promis comme le rappelle avec force le premier dessin du tome 1 de la BD : « C’est notre tour pour 8 heures ! Qui parlera de ça ? De cette vie bouffée… Cette vie déjà si courte et que le taf grignote doucement… Qui racontera l’enfer du travail salarié ? ».

Il y a pourtant quelques moments heureux. D’abord les mouvements de grève, pas ceux programmés d’en haut par les syndicats mais les arrêts de travail spontanés, décidés par la base pour réacquérir un peu de dignité : « Et puis parfois quelques moments forts. Une réappropriation de sa vie. Lorsque l’on sait dire : non. C’est un genre d’étincelle (…) dans l’œil de celui qui dit : ça suffit. Arrêter l’atelier. Appuyer sur les boutons, fermer les vannes. Cette fois ci, c’est nous qui décidons. L’arrêt des machines, c’est une première victoire. C’est la grève ! » (tome 1, p. 27). Mais aussi quelques rares moments de convivialité entre collègues comme prendre une douche avant de quitter l’atelier « pour se débarrasser du travail qui nous colle à la peau pendant 8 heures. Se débarrasser des scories du salariat. Avant de revenir à la vie » (tome 1, P. 24) ou encore prendre l’apéro entre collègues lorsque tout le monde est parti de l’immense usine et qu’il ne reste que l’équipe de quart : « A ce moment là le réfectoire prend des allures de vacances. L’apéro est un liant. Un moment entre nous. » (tome 1, p. 51)

Le quotidien est beaucoup plus sombre fait d’ennui, de peur de ne pas maitriser la machine, de crise cardiaque de l’un, de coup de folie de l’autre, de dépression, de maladie professionnelle, d’alcoolisme, de burn out mais surtout de manque de reconnaissance, de pression de la direction qui sans cesse sous couvert d’augmenter la productivité réduit les marges de manœuvres, les temps alloués et au final les effectifs. Comme ils le soulignent dans une longue post face de 6 pages, la rencontre entre Efix et Levaray a bien fonctionné et a permis de mettre en lumière l’univers fantastique de l’usine la nuit comme le monde intérieur d’un ouvrier aigri par trente année de travail routinier, dangereux et sans intérêts autres que financiers : « Et puis, rien à faire ! il fallait travailler en noir et blanc. Pour la nuit, pour les lumières, pour les visages, pour le manichéisme si classique des situations décrites. » (tome 1, p. 134)

Au cœur de Fukushima : journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F , est un manga en 3 tomes parus au Japon en 2014-2015 et en France en 2016-2017 (éditions Dargaud, 188, 189 et 175p.). Kazuta Tatsuta est un nom d’emprunt qu’a pris ce jeune dessinateur qui, après des études aux Beaux Arts puis une carrière de mangaka sans succès, s’est fait embaucher par une entreprise sous traitante qui participe à la tentative de décontamination du site. Dans un contexte de désinformation des japonais souvent incapables de démêler le vrai du faux après l’incident nucléaire du 11 mars 2011, il s’agit de documenter le travail de décontamination de l’intérieur. C’est sans doute ce qui explique le grand succès de ce manga qui, sur plus de 550 pages, décrit avec précision et rigueur le travail et les contraintes d’un employé du site à décontaminer, balayant au passage quelques mythes et fantasmes sur la question.

Ce qu’il y a d’intéressant et de surprenant dans ce manga c’est que l’auteur se contente de décrire de manière factuelle et précise son travail d’ouvrier du nucléaire sans souci de donner son opinion ou d’exercer un regard critique. Les trois tomes contiennent une somme impressionnante de détails qui produit un effet de réalité et nous plonge dans une routine faite de procédures complexes, de documents administratifs multiples, de tests et de contrôles réitérés. Ce long manga nous imprègne dans l’ambiance particulière qui règne sur le site et nous fait partager sentiments comme émotions des décontaminateurs : l’adrénaline face au danger mais aussi l’addiction qu’elle procure ; la satisfaction de réaliser une tâche utile et l’agacement face aux contraintes hiérarchiques…

Au total, le témoignage de cet ouvrier de base apparaît relativement convaincant ; sans doute en partie à cause d’un effet d’exotisme qui rend vraisemblable des pratiques et des comportements individuels et collectifs un peu étonnants pour un lecteur occidental. Mais surtout car Kasuta Tatsuta n’hésite pas à montrer par le menu les nombreuses contradictions qui traversent les activités de décontamination du site, renvoyant dos à dos défenseurs et opposants à la politique nucléaire de l’État et du donneur d’ordre. Il souligne les milles contraintes d’une organisation bureaucratique pesante qui multiplie les intermédiaires entre les donneurs d’ordre et les salariés volontaires (jusqu’à sept niveaux d’entreprises sous traitantes, diluant responsabilités comme crédits). Il note les contradictions d’une opinion publique locale encline à remercier chaleureusement ces travailleurs volontaires comme le rappelle le grand panneau affiché à l’entrée du site (« Gardez espoir et courage pour que le Japon ait un meilleur avenir. Nous vous sommes infiniment reconnaissants ! les élèves du collège Tsuchiai de la ville de Saitama » tome 1, p. 9) tout en exprimant la crainte que ces ouvriers très particuliers puissent les contaminer comme le découvre l’auteur lorsqu’il veut louer un appartement ou une voiture : « Certains propriétaires pensaient que les travailleurs de la centrale et les décontaminateurs infecteraient leur logement » (tome 2, p. 12) ; « Comprenez que nous préférons ne pas prendre de risque de louer une voiture à des clients qui pourraient contaminer le véhicule » (tome 2, p. 13).

Contrairement à la bande dessinée d’Efix et Levaray dont le principal intérêt résidait dans la radicalité et la cohérence générale du discours, ce qui frappe le lecteur dans ce manga c’est la multiplication des détails qui, même s’ils ne renvoient pas à une forme de neutralité ou d’objectivité, donnent l’impression d’appréhender le travail dans ce qu’il a de plus quotidien et ordinaire. Bien que très différents voire opposés, ces deux témoignages directs, sans intermédiaire, produisent un effet de réalité et donnent un regard renouvelé sur le travail ouvrier.

Jean-Paul Géhin, GRESCO, Université de Poitiers


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.