La bande dessinée montre le travail de l’intérieur 3 Un point de vue renouvelé sur le travail et les professions

Deux billets précédents soulignent l‘intérêt croissant de la bande dessinée pour aborder le travail, l’activité professionnelle ou le métier présentés tantôt comme contrainte, tantôt comme vocation. Non seulement les scénaristes et les graphistes qui s’intéressent à ces questions sont de plus en plus nombreux mais surtout ils développent souvent un point de vue original mêlant une documentation précise et détaillée, et un regard personnel, singulier, intimiste.

Ce point de vue, que l’on peut qualifier d’engagé au sens fort du terme, a été construit en général de manière longue et progressive. Nous avons vu dans les précédents billets plusieurs voies d’acquisition. Dans l’enfance, lorsque le métier et l’entreprise sont un héritage familial qui peut s’avérer encombrant à l’âge adulte, comme le montre le dessinateur de presse Aurel dans La menuiserie. Dans la phase d’entrée dans la vie active où les difficultés de se faire un nom dans les métiers de la bande dessinée impliquent bien souvent des activités professionnelles vivrières que ce soit l’intérim, les petits boulots ou toutes sortes de minijobs… Dans les luttes, lorsque la bande dessinée participe au combat et permet de souder le collectif (Louis Theillier, Journal de bord d’une entreprise en lutte). Ou encore, de manière plus volontariste, lorsque l’auteur se fait embaucher dans une profession pour pouvoir en rendre compte de l’intérieur (Kazuta Tatsuta, Au cœur de Fukushima : journal d’un travailleur de la centrale nucléaire 1F). Ce point de vue original peut aussi être obtenu par la mise en images d’un récit biographique sur le travail ; Ma vie est un best-seller est ainsi le produit d’une rencontre entre Aurélia Aurita, dessinatrice et Corinne Maier, écrivaine à succès… Ou encore Putain d’usine, qui est l’adaptation graphique par Efix du roman éponyme de Jean Pierre Levaray.

Ces cas de figure n’épuisent pas les différentes manières de construire un point de vue à la fois intimiste et documenté sur le travail. Comme le montre ce troisième billet, ce peut être le résultat d’un long travail d’observation, s’inscrire dans un processus de reconversion professionnelle dans les métiers de la bande dessinée ou à l’inverse s’inspirer d’une vocation, d’un métier rêvé d’enfance ou d’adolescence qui n’a pas pu être atteint.

Observation participante et/ou participation observante.

Depuis 2017, Philippe Squarzoni, plutôt connu pour ses bandes dessinées politiques, publie chez Delcourt, une série documentaire, Homicide. Une année dans les rues de Baltimore, retraçant, avec une précision et une chronologie aussi fidèles que possible, le fonctionnement de la brigade criminelle de cette ville qui compte alors 240 meurtres par an et est l’une des plus pauvres des USA : tome 1, 18 janvier – 4 février 1988 ; tome 2, 4 février – 10 février 1988 ; tome 3, 10 février – 2 avril 1988. David Simon, reporter au Baltimore Sun, a passé toute l’année 1988 au sein de cette brigade et en a tiré en 1992 un roman documentaire, A year on the killing street, qui raconte avec précision et de nombreux détails techniques le quotidien de la police d’investigation. Cette longue observation participante propose un regard renouvelé sur les services de police et de justice, qui sont débordés par les affaires de drogue et souffrent d’un manque patent de moyens matériels…  Et ceci dans un contexte politique de relégation des pauvres, principalement d’origine africaine et latino-américaine, dans des ghettos insalubres et de dégradation vertigineuse de l’école publique.

Quelques années plus tard, David Simon, associé à un ancien policier de Baltimore, Ed Burns, réalisera une nouvelle enquête dans l’un des quartiers les plus durs de la ville, dans lequel la violence est devenue routinière. Cette collaboration sera l’acte créateur de la célèbre série télé, The Wire (Sur écoute en français), qui a connu un succès mondial et fait l’objet de nombreuses analyses en sciences sociales (Bacqué M.H., Flamand A., Paquet-Deyris A.M., Talpin J. (dir.) (2014) The Wire, L‘Amérique sur écoute, Paris, La découverte).

Avec son dessin très précis, quasi chirurgical, Philippe Squarzoni propose une adaptation du roman documentaire, qui nous plonge dans le travail des policiers étatsuniens à la fin des années 1980 en montrant les ficelles du métier, les difficultés, les succès et les doutes de ces professionnels confrontés à la violence urbaine. Fidèle au travail d’investigation de David Simon grâce à une collaboration intense entre écrivain et graphiste, la vision du travail policier apparaît en rupture avec l’imagerie traditionnelle du flic, héro ou ripou. Au delà des individus, l’accent est mis sur la dimension collective de la brigade et surtout sur un travail ordinaire, bien souvent répétitif et inintéressant, loin des stéréotypes de poursuites en voiture et de coups de feu. « Ils arrivent sur les lieux quand l’action est finie, quand les corps sont déjà tombés » nous rappelle Philippe Squarzoni dans une interview lors de la parution du premier tome.

https://www.editions-delcourt.fr/bd/videos/homicide-interview-de-philippe-squarzoni-presentation.html

Cette approche originale s’avère heuristique car elle rend compte à la fois du travail quotidien des policiers, de leur activités précises et du fonctionnement administratif de la police, marqué en particulier par la politique du chiffre (the numbers game). « La police n’est pas héroïque. Elle travaille. Les dealers ne sont pas monstrueux. Ils travaillent. » (Bonnello B. (2009), « Il était une fois en Amérique », Cahiers du cinéma, 648, p.72, cité par Julien Achemchamp, in Bacqué (dir), p. 116). Ce travail, presque toujours en équipe, implique la parole qui se trouve au cœur du roman de David Simon comme de la bande dessinée de Philippe Squarzoni. La scène de l’examen par le lieutenant D’Addario du tableau des affaires en cours (tome 1 p. 80 94) est particulièrement significative car elle propose une synthèse percutante de l’activité de la police de Baltimore : il ne s’y passe quasiment rien sur 14 pages, soulignant ainsi la banalité et la répétitivité d’un quotidien marqué par le faible taux d’élucidation des meurtres ; cette scène montre le poids de la hiérarchie et de l’organisation bureaucratique qui fait pression sur les lieutenants, les sergents et les inspecteurs au risque de diviser les services et d’introduire des tensions entre les individus ; enfin, elle illustre l’importance de la parole tant en réunions d’équipe, lors d’échanges interindividuels ou dans le cadre des investigations sur le terrain.

Le paradoxe d’un travail banal voire bureaucratique qui concerne pourtant la plus grande des violences, peut pousser à une certaine aigreur comme le résume magistralement le constat fataliste d’un inspecteur (tome 1, p. 34-37). Si, ce qui reste rare, l’enquête débouche sur l’incarcération d’un suspect « Là, il attendra pendant 8 à 9 mois la date sans cesse reportée de son procès » ;  « Si l’affaire n’est pas négociée entre les avocats, abandonnée ou repoussée indéfiniment, vous aurez le privilège de vous asseoir face à un jury, à la barre des témoins, et de récapituler sous serment les éléments du dossier » ; « Puis l’avocat de la défense, vous accusera de parjure, de négligence ou bien d’avoir délibérément bâclé toute l’affaire » ; « Enfin, un jury de douze hommes et femmes, sélectionnés parmi les listes électorales de la ville la plus sous-éduquée d’Amérique, vont se réunir dans une pièce et se mettre à crier ».

Émerge de la bande dessinée et du long travail d’observation dans lequel elle puise, une image de la police, en rupture avec la vision hollywoodienne et marquant la différence entre le monde tel qu’on nous le montre et le monde tel qu’il est. Julien Achemchame, au sujet de la série télévisée, The wire (et ce constat s’applique à la bande dessinée Homicide) souligne l’importance de la description minutieuse du système : « l’échelle hiérarchique (est) systématiquement montrée en action : les interactions permanentes entre des personnages de rang différent dévoilent la lutte du pouvoir permanente au sein des services administratifs de la police, inextricablement liés aux institutions politiques » (« Dans les rouages du système policier », p. 122, in Bacqué M.H., Flamand A., Paquet-Deyris A.M., Talpin J. (dir.) (2014) The Wire, L ‘Amérique sur écoute, Paris, La découverte)

La précision de l’investigation approfondie et de l’observation longue peut être obtenue par une collaboration, comme c’est le cas du roman graphique Sous le feu corse. L’enquête du juge des paillotes (Futuropolis, 2016) dessiné par Daniel Blancou à partir d’un témoignage inédit de Patrice Camberou, le jeune juge d’instruction de l’affaire des paillotes, accompagné d’un travail journalistique et de scénarisation de François Pottier. Ce montage original a permis de retracer de l’intérieur une affaire d’État qui a conduit à la mise en examen du Préfet Bonnet et de plusieurs gendarmes gradés, dans le cadre de l’instruction de l’incendie criminel d’un restaurant de plage installé de manière illégale : la paillote « chez Francis » au sud d’Ajaccio.

La co-écriture a permis de rendre compte de manière détaillée du travail du juge d’instruction et de son équipe au quotidien. Et ceci, même si l’on peut prendre quelques distances avec l’avertissement figurant sur la première page de l’ouvrage : « … Un travail journalistique qui permet de restituer les faits de façon objective. La narration est basée sur la vérité judiciaire de ce dossier. Tous les personnages sont réels. » En fait, le principal apport du journaliste/scénariste est dans la mise en scène du témoignage et des événements. Il introduit une certaine transparence dans la construction de la narration en distinguant deux types de cartouches : noires, lorsqu’elles renvoient directement au témoignage et au point de vue du juge ; blanches, proposées par le journaliste dans un souci d’objectivation. Ainsi, le lecteur a la possibilité de se constituer son propre point de vue en croisant la narration factuelle des événements et la description à la fois plus subjective et détaillée du travail d’enquête réalisé par le jeune juge et son équipe. On découvre ainsi la complexité de l’appareil judiciaire et de la conduite d’une telle enquête, et, ce faisant, les ficelles du métier, quelquefois en même temps que lui.

Cette co-écriture en rappelle une autre, celle proposée par la collection Sociorama, entre des sociologues amateurs de BD et des dessinateurs intéressés par la sociologie : « Une aventure originale, à l’écart de toute adaptation littérale ou adaptation anecdotique » précise l’éditeur, Casterman. Sur les douze titres actuellement édités, cinq renvoient directement à un groupe professionnel, l’organisation du travail et ses activités. Hôtesses de l’air (Virot B.et Lambert A., Turbulences) ; Ouvriers du BTP (Braud C. et Jounin N., Chantier interdit au public) ; Caissières (Simon A., Benquet M., Encaisser), acteurs et actrices de films pornographiques (Mandel L. et Trachman M., La fabrique pornographique), chirurgiennes (Mousse M. et Zolésio E., Sous la blouse).

Reconversion professionnelle dans les métiers de la BD.

Avec Salles d’attente (Casterman écritures, 2017), Charles Masson propose un roman graphique dense de 406 pages rassemblant plusieurs histoires, qui nous donnent à voir le point de vue sur l’exercice de la médecine de ce praticien, tout autant médecin, humaniste que scénariste et dessinateur de bande dessinée. Ce faisant, comme nous le rappelle Benoit Peeters dans l’introduction, il s’inscrit dans une tradition déjà ancienne de médecins/écrivains allant d’Anton Tchékhov à Louis Ferdinand Céline en passant par des contemporains comme Martin Winckler ou Jean Christophe Ruffin.

Né en 1968, il a exercé la médecine à Lyon puis à la réunion et à Mayotte et est aujourd’hui chirurgien ORL dans l’hexagone. Partagé entre la métropole et l’océan indien, et surtout entre l’exercice de sa profession médicale et le travail d’auteur de bande dessinée, Charles Masson avec une grande sincérité nous offre ses interrogations, ses inquiétudes et son désarroi face à la maladie, la pauvreté et le cancer. Salles d’attente rassemble cinq histoires, deux déjà publiées et trois nouveaux récits, plus courts.

Soupe froide (2004), prix France info de la BD d’actualité, conte l’histoire d’un sans abri, qui quitte la maison de repos où il séjourne après avoir refusé une opération chirurgicale pour réduire son cancer de la mâchoire. Il s’échappe par une nuit d’hiver parce qu’on lui a servi une soupe froide, tout simplement, on l’apprendra à la fin de l’histoire, parce que le four à micro-ondes était en panne. Ce dernier réflexe de fierté le mènera à travers champs et bois, neige et tempête, jusqu’à la ville et l’hôpital… Le dessin en noir et blanc, sombre, gris, comme griffonné dans la hâte, montre bien l’urgence, celle du sans abri à la fin de sa vie comme celle du médecin narrateur bouleversé par ce drame humain.

Bonne santé, paru en 2007, mêle aussi urgence et désespoir. Il évoque le quotidien d’un médecin, à travers la visite de ses patients à l’hôpital lors d’une garde du nouvel an. Là aussi, le récit et le dessin rendent bien compte de cet univers marqué par la maladie, le cancer, la mort et toutes ces histoires individuelles qui finissent mal… Toutes ces violences qui se répercutent sur le praticien disposant pour s’en prévenir d’armes souvent désuètes : l’autodérision, les blagues de carabin, l’organisation informelle du block chirurgical… Ce qui frappe dans cette BD, c’est l’engagement du narrateur/médecin qui se met à découvert et nous donne une vision à la fois individuelle et sans doute partagée de la maladie et de l’exercice de la profession médicale.


L’album de Ian Williams (Le blues du médecin. Les démons intérieurs du Dr Iwan James, Marabout, Hachette, 2015, 222 p.) apparaît encore plus introspectif et intimiste, nous décrivant son quotidien de médecin généraliste à Brigthon (Angleterre) fait de consultations dans une maison médicale qu’il partage avec des confrères et des infirmières, d’urgences et de visites d’établissements pour personnes âgées. Il nous livre des éléments de sa vie hors travail, sa famille, ses amis, sa façon d’évacuer le stress en faisant du vélo ou ses rêves de musique. Il nous donne aussi à voir ses fragilités et ses tourments comme les conflits avec un confrère, ses TOC (troubles obsessionnels convulsifs), ses doutes sur sa propre compétence… Le succès de Ian Williams tient surtout à ses portraits de patients qu’il livre dans les albums comme dans un blog très visités (http://www.thebaddr.com/). Il nous donne à voir toute une population de gens qui apparaissent souvent atypiques et caricaturaux, exprimant ainsi, sans doute, une forme d’humour aux portes du désespoir.

Ces deux romans graphiques   abordent de front des dimensions peu traitées des professions médicales. La violence d’être confronté au quotidien à la maladie, la déchéance et la mort, d’autant plus qu’elle implique des protections, des carapaces, de mettre à distance la souffrance humaine au quotidien. Chacun à leur manière, les deux auteurs se trouvent face à cette tension entre une volonté de reconversion complète vers la bande dessinée et le constat qu’ils puisent l’essentiel de leur inspiration dans leur pratique médicale.

Dans Ma vie de la main gauche, (2014, comme une orange) Pierre Laurent Daures dit Pilau, donne à voir le processus de reconversion professionnelle du secteur des finances à la bande dessinée qu’il a engagé, notamment en s’inscrivant dans le master BD d’Angoulême. Il met en scène le travail du dessinateur et du scénariste, juste au moment où il vient de se casser la main droite : « ma bonne main, celle qui sait dessiner… Je venais de démarrer mon année à l’école d’art d’Angoulême. Le 11 décembre, j’ai commencé un carnet dessiné de la main gauche, que j’ai tenu pendant un an et demi. Ce carnet est devenu au fil des pages un lieu d‘aventure ; non pas une aventure en bande dessinée mais bien une aventure de bande dessinée ».

Pilau fait de son handicap passager, un challenge et, tout compte fait, un atout pour mener une réflexion sur le processus de reconversion dans lequel il est engagé. Il interroge ainsi sa capacité à dessiner et son inspiration mais aussi l’organisation de la profession, les outils professionnels comme le carnet ou les expositions de bande dessinée, les études dans lesquelles il est engagées voire des aspects plus généraux comme la théorie de la BD ou la place du travail dans nos vies.

Un métier rêvé, une vocation non atteinte.

Deux ouvrages récents viennent élargir les modalités de construction de ce point de vue documenté et intimiste sur le travail : des auteurs confirmés nous font part d’une passion de jeunesse refoulée, la bande dessinée apparaissant alors comme un second choix.

Jean-Marc Rochette connaît une reconnaissance internationale et tardive avec la bande dessinée Transperceneige (Casterman, 2013, regroupant trois tomes paru respectivement en 1984, 1999 et 2000, Scénario : Jacques Lob et Benjamin Legrand – Dessin : Jean-Marc Rochette) depuis le succès mondial du film Snowpiercer réalisé par Bong Joon-Ho en 2013.

Avec Aile froide, altitude 3954 (Casterman, 2018, 284 p.), il nous propose une bande dessinée autobiographique, un roman graphique initiatique qui met en scène les deux passions d’un adolescent des années 1970, au moment où elles peuvent devenir des professions, au sens fort du terme, le Beruf allemand qui signifie à la fois métier et vocation : la première pour la peinture et le dessin, initiée par la découverte des œuvres de Soutine au musée des beaux arts de Grenoble ; la seconde, dévorante, pour la montagne et l’escalade… de la façade de son lycée aux sommets mythiques du massif des écrins.

Rochette nous rend compte de sa découverte de la haute montagne par une écriture et un scénario (avec la collaboration de Olivier Bocquet) qui intègre cette passion au récit de son enfance et son adolescence : son père mort en Algérie, son éducation par sa mère, sa scolarisation difficile, son attirance pour le dessin, sa découverte de la politique… Il nous plonge dans un univers graphique précis et épuré, marqué par la verticalité des parois et la profondeur du ciel d’un bleu soutenu. On est, à l’image de l’auteur, happé par l’ivresse de l’altitude, qui le conduit à collectionner les sommets et les parois de plus en plus longues et raides. C’est la peur de la nuit, de la chute, de l’orage. C’est surtout la liberté, le rêve des grands espaces, la prise de hauteur qui, comme nous le rappelle Bernard Amy dans la post face, est tout autant physique que mentale : « Gravir une montagne, c’est à la fois se placer au dessus des autres et au dessus du moi social laissé en bas » et donc cela « permet de se sentir plus fort, et ainsi de se construire en renforçant l’estime de soi. »

C’est aussi, et la progression du récit le montre bien, l’idée d’en faire sa vie, son métier, de s’engager dans « l’aspi », c’est à dire la préparation au diplôme probatoire d’aspirant guide qui implique la réalisation de toute une série de course dans les différents domaines de l’alpinisme. Mais la vie en décide autrement : les accidents de ses amis, sa chute arrêtée par un rocher miraculeux, le conduisent petit à petit à troquer le crayon et le papier au piolet.

Simultanément, un autre auteur reconnu, scénariste, sémiologue et théoricien de la BD, Benoît Peeters, publie une biographie que l’on peut qualifier, à la suite de Pierre Gagnaire qui signe la préface, de culinaire (Comme un chef, Casterman, 2018, 212 p. Scénario, Benoît Peeters ; dessin : Aurélia Aurita). Issu d’une famille aisée vivant à Bruxelles, admis à Hypokhâgne au Lycée Louis-Le-Grand à 18 ans, Benoît Peeters avait tout pour s’engager dans une brillante carrière universitaire. C’était sans compter sur son vif intérêt pour la cuisine, l’influence d’un ami gastronome et une forme de révélation lors d’un repas chez les frères Troisgros à Roanne.

La révélation devient une vocation : il se lance dans la nouvelle cuisine comme dans le nouveau roman : « J’ai pour la cuisine presque autant de ferveur que la littérature. J’y pense continuellement. Je rêve d’une combinatoire culinaire. Une sorte d’Oulipo de la cuisine. » Il prépare des repas pour ses copains, son directeur de mémoire à l’EHESS (Roland Barthes), des amis de ses parents… Il rentre en Belgique, a quelques émotions culinaires auprès de grands chefs européen et décide de se lancer dans la cuisine à la maison. Cette première tentative de professionnalisation s’avère difficile et sa rencontre avec un ami d’enfance François Schuiten, précipitera son orientation vers la BD, leur collaboration produisant les nombreux tomes de la célèbre série, les cités obscures.

***

eA l’image des hésitations de Ian Williams et de Charles Masson entre carrières médicale et artistique, les autobiographies graphiques de Benoit Peeters et de Jean Marc Rochette soulignent la fragilité, la contingence et le poids du hasard dans les choix professionnels qui sont des choix de vie. La force de la bande dessinée abordant le travail réside sans doute dans sa capacité à articuler le sensible et le factuel, à conjuguer cheminement professionnel et vie privée et ce faisant d’assumer une part de subjectivité dans la mise en scène et l’analyse du social.

Jean-Paul Géhin, GRESCO, Université de Poitiers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.