l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter

Long métrage d’Anne Depétrini, France, 2018, 87 minutes

Avec sa comédie L’école est finie, l’actrice et réalisatrice Anne Depétrini se donne pour mission de revaloriser le métier d’enseignant en en montrant toute la complexité, avec humour bien sûr. Avantage indéniable : elle connaît l’envers du décor puisque sa propre mère a longtemps travaillé dans le milieu. Inspiré du livre Chronique d’une prof qui en saigne (2010) de Princesse Soso[1], le film raconte les débuts d’une jeune professeure d’anglais, Agathe Langlois (Bérengère Krief), parisienne jusqu’au bout des ongles et titularisée au collège Émile Zola à Trouilly-sur-Selles, en pleine Picardie. Loin de tout ce qu’elle connaît, de sa sœur Diane (Marilou Berry) et de ses copines, elle redécouvre son métier et les vicissitudes qui l’accompagnent. En effet, enseigner, c’est rarement faire cours à des mômes ravis d’apprendre et avides de connaissances comme l’étaient ses premiers élèves du lycée Montaigne, lors de son année de probation. Une fois mutée, son public change radicalement. Elle doit braver l’absence de curiosité intellectuelle des uns et l’insolence des autres, en jonglant avec les multiples fonctions qui lui incombent désormais : prof, éducatrice, psy, assistante sociale, informaticienne etc. En bref : une fiction qui révèle en toute légèreté la difficile polyvalence des enseignants d’aujourd’hui.

Figure 1 : affiche du film l’école est finie.

La Parisienne distinguée se retrouve dans la masse indistincte des NUMEN[2].

Avec Agathe Langlois, on a affaire au cliché de la Parisienne jeune et coquette, stressée pour un rien, désagréable à souhait et phobique de la campagne. Mais l’amour de son métier, ou plutôt du premier aperçu flatteur qu’elle en a eu à Paris, la pousse à dépasser ses préjugés et à sauter le pas : direction Trouilly.

Pourquoi une telle destination ? Parce que les jeunes enseignants fraîchement titularisés se voient attribuer, indépendamment de leur ville de résidence, les places à pourvoir en urgence dans les écoles françaises. Associés à un numéro d’identification qui les anonymise lors de leur répartition sur le territoire, les jeunes professeurs constituent un groupe homogène aux yeux de l’Éducation nationale : un tas de NUMEN à caser avant la rentrée suivante. Une fois la décision rendue, ils disposent de très peu de recours pour la faire évoluer, si peu que la réalisatrice en fait l’objet d’une scène totalement absurde. Agathe Langlois se trouve dans le bureau d’un membre de l’administration du Rectorat de Paris auprès duquel elle cherche désespérément une manière d’échapper à son affectation. L’homme est si absorbé par sa lecture du règlement qu’il en oublie d’agir comme un être humain doué d’une capacité propre de réflexion et enchaîne les questions inappropriées telles que « Vous êtes lourdement handicapée ? », systématiquement précédées d’un « Ah si, y a un recours ! », donnant de faux espoirs à la jeune femme.

De surcroît, dernier maillon de la chaîne de l’administration et seul interlocuteur direct des NUMEN, il n’a en fait aucun pouvoir de décision, il ne peut qu’informer les mécontents de leurs droits : il s’agit surtout d’une fonction de paratonnerre dans la mesure où les textes et règlements sur lesquels il s’appuie pour répondre aux récriminations sont librement disponibles sur le site Internet de l’Éducation nationale. Il s’agit là d’une illustration tout à fait concrète de ce que le sociologue français Michel Crozier appelle le « phénomène bureaucratique »[3]. En effet, l’organisation et les directives administratives du Rectorat limitent l’efficacité et la liberté d’initiative du travailleur, si bien qu’il ne se rend même pas compte que le règlement de l’institution est pour partie déconnecté de la réalité : demander à des professeurs tout juste titularisés – et donc généralementjeunes – s’ils ont plus de cinquante-neuf ans n’a pas de sens, sauf exceptions !

Le dialogue s’achève sur une réplique qui scelle la décision initialement rendue : « Allez zou ! En Picardie ! ». Mademoiselle Langlois va donc devoir s’a-dap-ter.

Figure 2 : Un membre du rectorat confirme l’affectation en Picardie

De Paris à Trouilly-sur-Selles : nouvelle école, nouveaux collègues.

Le train vient tout juste d’arriver en gare que la Parisienne s’active déjà pour rejoindre le quai, en bousculant allègrement tous les autres passagers attendant leur tour pour descendre. Vient le jour de la pré-rentrée, l’occasion de faire la connaissance de ses nouveaux collègues… et de faire quelques boulettes. Entre le professeur de mathématiques Raphaël (Grégory Fitoussi) qu’elle a insulté dans le train, la professeure de SVT[4] Josy (Anne Depétrini) dont elle critique le champagne, et la CPE[5] Fabienne (Valérie Decobert-Koretzky) dont elle époussette familièrement l’épaule, la jeune femme sort complètement des usages locaux. Ceci constitue « un écart par rapport aux attentes normatives des autres à propos de son identité [de nouvelle enseignante du collège] »[6] pour reprendre les termes du sociologue américain Erving Goffman, membre de l’École de Chicago. À défaut de « garder la face », Agathe Langlois doit rétablir la situation de sorte à ne pas se mettre à dos définitivement l’ensemble de l’équipe pédagogique. C’est justement le rôle de l’embarras, de même que des excuses qu’elle formule au professeur de mathématiques : des attitudes qui ont vocation à réguler l’interaction sociale, à la « réparer » mais qui ne suffisent pas toujours ! Josy par exemple ne se remet pas de la remarque qui lui a été faite à la pré-rentrée et reste particulièrement réticente à tout échange avec la petite nouvelle : « Je te donne jusqu’à Noël pour rentrer chez toi. Tu passeras pas l’hiver. »

D’autres passent l’éponge, comme Raphaël… qui en pince pour elle. En dépit des forts préjugés qu’il a intériorisés sur les Parisiennes depuis sa rupture amoureuse avec l’une d’entre elles, l’homme change progressivement d’avis, attendri par la jeune professeure étourdie, et sensible au fait qu’elle vive une situation comparable à la sienne ! Il a choisi d’enseigner à Trouilly pour échapper à Paris, certes, mais il n’en est pas moins vrai que sa famille habite la capitale et qu’il y retourne à chaque vacance scolaire. Tous deux connaissent le syndrome du métis, caractéristique des titulaires mutés, c’est-à-dire le fait de ne se sentir vraiment chez soi nulle part, en l’occurrence ni à Trouilly ni à Paris. La petite histoire sentimentale a vocation à montrer la figure de l’enseignant sous un jour un peu différent de celui que l’on connaît si bien : le professeur n’est pas seulement professeur, il occupe aussi d’autres rôles sociaux au cours de son existence comme la fonction d’amie ou d’ami, de conjointe ou de conjoint. Toujours dans une perspective interactionniste, faire le métier d’enseignant, c’est jouer le rôle d’enseignant dans l’environnement qui s’y prête le mieux – et qui l’exige même –, l’école. Mais l’individu n’est pas intrinsèquement et en permanence professeur. En l’occurrence, la titulaire d’anglais est surtout une femme qui a grandi dans la capitale, habituée au dynamisme de la grande ville, et qui s’ennuie terriblement à la campagne, avant qu’elle ne se fasse à ce nouveau rythme de vie.

Le nouveau métier de Mademoiselle Langlois est donc pluridimensionnel. En plus de devoir transmettre des connaissances à des élèves plus ou moins réticents, il lui faut entretenir de bonnes relations avec ses pairs, de sorte à bénéficier de leur soutien, de leurs conseils, de leur confiance et de sorte à intégrer le réseau de solidarité de l’équipe pédagogique.

De la ville à la campagne : nouveau public, nouvelle manière d’enseigner.

Bien entendu, le métier d’Agathe consiste surtout et en premier lieu à enseigner. Or, une fois de plus, la jeune femme doit s’adapter pour se faire accepter de ses élèves… et de leurs parents. En effet, elle n’est pas seulement professeure d’anglais mais aussi professeure principale ! Elle est donc en charge d’établir le dialogue avec les parents des élèves en difficulté, de faire signer les circulaires, ou encore d’organiser les voyages aux côtés de la direction.

Si ses premiers élèves du lycée Montaigne ont fait preuve d’enthousiasme et d’intérêt pour l’apprentissage de l’anglais – au point d’offrir un cadeau à leur professeure à la fin de l’année –, faire cours aux collégiens de Trouilly est une autre paire de manches. Leur socialisation est bien différente de celle des petits Parisiens, à de rares exceptions près. Le bref aperçu donné par le film de l’avenir que les parents réservent à leurs enfants montre un écart considérable entre zones rurales ou périurbaines et zones urbaines. Pas question de faire des études pour le petit Christophe (Igor Van Dessel), passionné de mathématiques ; il devra prendre le relai de ses parents à la ferme familiale parce qu’ils n’ont pas les moyens d’embaucher un employé agricole à sa place. Pourtant, sa professeure principale met tout en œuvre pour faire évoluer le point de vue des parents… en vain et à ses risques et périls puisqu’elle frôle la mise à pied en accompagnant Christophe à un concours de mathématiques sans l’accord de ses parents. La jeune femme se sent donc investie d’une mission, celle de donner à ses élèves des ambitions qu’ils n’ont pas.

Comment faire ? Leur donner envie d’apprendre, attirer leur attention, activer leur curiosité, et leur montrer qu’ils sont capables de faire ce qui leur est demandé. Après quelques expériences ratées comme la mise en place d’un cours de soutien optionnel d’anglais sans le moindre succès, Agathe Langlois commence à cerner son public et ses centres d’intérêt. Constatant avec amusement que l’activité favorite de la propriétaire chez qui elle loue une chambre consiste à regarder des jeux télévisés, elle s’en inspire et instaure une nouvelle manière ludique de faire cours aux 6ème, ce qui finit par séduire les élèves. La stratégie fonctionne mais reste à entretenir cette bonne ambiance, avec les deux classes dont elle a la charge. Avec les 4ème C, la stratégie est semblable : leur apprendre du vocabulaire directement en lien avec ce qu’ils connaissent le mieux comme nail polish[7], a cap[8] et lipstick[9].

Le lien de confiance est désormais établi mais fragile. Pas question pour Agathe de faire un écart de comportement susceptible de remettre en question cette relation… à moins que sa sœur ne s’en charge à sa place ! Découvrant avec consternation les premières copies de l’année des 4ème C parsemées d’erreurs aussi absurdes que drôles, la jeune femme ne résiste pas à l’envie d’en envoyer quelques-unes à Diane qui prend la malheureuse initiative de les publier sur le réseau social Facebook, prête à tout pour dépasser la barre des cent likes. L’histoire lui vaut un avertissement de la part du directeur (Michel Nabokov) et une remarque salée d’un élève concerné – l’auteur du fameux « United Steak of America ». Là où un médecin est tenu de respecter le secret médical par le serment d’Hippocrate, l’enseignante doit normalement[10] garder pour elle les « perles » de ses élèves, afin qu’ils ne se sentent pas trahis par celle à qui ils ont confié leurs lacunes. Raté ! Puisqu’elle a involontairement exposé un jugement dépréciatif sur plusieurs élèves en difficulté, belle illustration de la « violence symbolique » de l’institution scolaire dont parle Pierre Bourdieu dans La Reproduction (1970)[11].

FIgure 3 : La copie « United Steak of America » immortalisée par Agathe Langlois pour l’envoyer à sa sœur (© Allociné 2018

D’une classe homogène à une classe hétérogène : apprendre à faire du cas par cas.

Si le niveau des élèves est faible dans l’ensemble, il est surtout très hétérogène. Mademoiselle Langlois apprend donc progressivement à s’adapter et à faire avec, comme lui suggère le professeur de mathématiques lors du premier conseil de classe de l’année. « On s’adapte » répète-t-il. Kevvin (Lucien Piron) – « avec deux « v » c’est plus beau qu’elle a dit ma maman ! » – ne sait pas remonter sa fermeture éclair tout seul tandis que Christophe lit déjà des ouvrages de mathématiques dignes d’un étudiant de Master. Gwendoline (Juliette Halloy) ne jure que par son idole Nicky Minaj. Manolito (Jules Hanquet) fait preuve d’une insolence à toute épreuve. Margaux (Daphne Van Dessel) obtient d’excellentes notes ce qui ne l’empêche pas de tomber enceinte à seize ans… et la série continue. « L’année passée, nous nous en sommes tirés avec deux comas éthyliques, une agression au compas et quelques menues bagarres alors cette année encore, je compte sur vous, votre vigilance et votre solidarité » affirme d’emblée le directeur de l’établissement à la pré-rentrée. L’enseignante s’improvise alors éducatrice, psychologue et maman de substitution. Il s’agit d’une polyvalence que l’on retrouve couramment chez les maîtres et les maîtresses du primaire mais plus rarement au secondaire !

Figure 4 : Agathe Langlois aide le collégien Kevvin à remonter la fermeture-éclair de son manteau (© Allociné 2018)
Figure 5 : Agathe Langlois emmène Christophe au concours régional de mathématiques (© Allociné 2018)

En définitive, enseigner, c’est « faire du social », c’est composer avec des élèves très différents artificiellement réunis sous l’appellation « classe de 4ème » ou « classe de 6ème », c’est aider les plus faibles à remonter la pente sans pénaliser les autres. Être prof’ s’apprend donc sur le terrain, en s’adaptant à tous types de situations, des plus classiques aux plus surprenantes, en passant par les plus embarrassantes. Aujourd’hui au carrefour entre de multiples fonctions sociales, ce travail ne consiste plus seulement à dispenser des cours et à corriger des copies mais aussi à communiquer avec les élèves, les parents et les autres professeurs afin d’adapter au mieux l’institution scolaire aux besoins de ses écoliers. Anne Depétrini nous emmène ainsi dans les coulisses du métier d’enseignante, sans détour et sans tabou, avec tous ses avantages et ses inconvénients. Une comédie aussi fraiche que son actrice principale, Bérengère Krieg. 

Cécile Buzy-Cazaux, étudiante en deuxième année, Sciences po Paris


[1] Princesse Soso, Chronique d’une prof qui en saigne, Prive Eds, 2010, 335 p.

[2] Numéro d’identification éducation nationale

[3] Michel Crozier, Le phénomène bureaucratique. Essai sur les tendances bureaucratiques des systèmes d’organisation modernes et sur leurs relations en France avec le système social et culturel, Paris, Le Seuil, coll. « Points Essais », 1963, 382 p.

[4] Science de la vie et de la Terre

[5] Conseillère principale d’orientation

[6] Erving Goffman, Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Éditions de Minuit, coll. « Le Sens commun », 1975, 180 p.

[7] Vernis à ongles

[8] Une casquette

[9] Rouge-à-lèvres

[10] Au sens littéral : suivant la norme

[11] Pierre Bourdieu, La Reproduction, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1970, 284 p.


Une réflexion sur « l’école est finie enseigner ou l’art de s’adapter »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.