Au travail dans la rue : aperçu.E.S/inaperçu.e.S

Appel à articles pour la revue Images du travail, Travail des images

http://imagesdutravail.edel.univ-poitiers.fr/index.php?id=495

Numéro coordonné par Henri Eckert et Arnaud Mège

Partons de ces exemples :

– ils passent dans les rues des villes, tôt le matin en général, tenant un seau et, parfois, une échelle. Ils lavent les vitrines des magasins : leurs gestes sont précis, coulés, élégants. De plus en plus souvent, ils portent une tenue de travail qui indique le nom de la société qui les emploie : majoritairement indépendants il y a peu, plutôt salariés désormais ?

– ils se retrouvent à l’angle du square, parlent de leurs vélos, appuyés contre le muret, ou de leur dernière course, de leur statut aussi. Ils blaguent parfois. Pas longtemps ! Ils consultent leur téléphone portable, souvent fixé sur le guidon de leur vélo, remettent leur gros sac cubique sur le dos et s’élancent. Indépendants ? Vraiment ? Des hommes le plus souvent…

– Un éclair jaillit sur la voie du tramway. Un ouvrier, fer à souder à la main et masque de protection fixé sur la tête s’affaire à réparer un rail. Pas le temps de parler à son collègue qui jette des regards furtifs en direction du tram à venir. Il fait vite, le temps presse, la circulation ne doit pas être perturbée. Salariés du public, du privé ? Stressés ?

– il arrive parfois qu’elle.il.s s’affairent autour d’une caméra ou devant l’objectif, le temps de tourner un plan, quelques plans, une publicité… Dans le groupe femmes et hommes se mélangent ! Des passants, intrigués, s’arrêtent parfois. Cinéma ?

– Le public s’est arrêté pour les voir. La rue est leur scène. Ils/elles font vivre le spectacle vivant et se produisent dans le cadre de festivals, surtout l’été. Intermittent.es, évidemment !

– elle.il.s ont les bras chargés de prospectus ou tirent un petit chariot sur roulettes, s’arrêtent et sonnent aux portes d’entrée des immeubles pour déposer les prospectus dans les boîtes aux lettres. Payé.e.s combien ? Ici aussi il peut s’agir de femmes ou d’hommes…

Elles.ils travaillent dans la rue, sous nos yeux. Des hommes le plus souvent, des femmes plus rarement ? Apparemment ! Leur travail peut être perçu et considéré comme tel par les passant.e.s ; il peut aussi rester inaperçu. Elle.il.s peuvent provoquer la gêne, susciter la curiosité, mais aussi l’intérêt d’un public venu spécialement les voir jouer. Elles.ils supportent diversement les regards et sont confronté.e.s à des difficultés multiples, sont pris dans des rapports sociaux variés, tant avec leurs employeurs ou leurs donneurs d’ordre qu’avec les passants. Elle.il.s ont souvent suivi des chemins inattendus, sont parfois venus de loin… Que nous donnent-elle.il.s à voir des transformations du travail aujourd’hui et/ou de nos rapports avec elles.eux ? Leurs situations suggèrent ainsi des questionnements sociologiques ou anthropologiques, historiques ou psychologiques, etc. Les approcher, leur parler, les photographier, s’entretenir avec elles.eux devrait permettre ainsi de saisir la beauté ou la difficulté de leurs gestes mais aussi d’appréhender quelque chose de leurs histoires de vie ou des évolutions du travail dans nos sociétés. Bref de les voir vraiment, dans leurs activités, dans leurs rapports à nous, dans leurs vies parmi nous…

Les propositions d’articles pourront prendre appui sur un travail réalisé ou en cours, qu’il s’agisse d’une enquête sociologique, par exemple, ou d’un reportage photographique. Elles pourront aussi amorcer un travail ou rendre compte d’une première exploration, en vue d’une étude plus approfondie. Mais elles devront intégrer les deux contraintes suivantes :

  1. reposer sur un matériau iconographique original, photos ou vidéos, recueilli ou produit directement par le ou les auteur.e.s, éventuellement par un.e photographe ou vidéaste en étroite relation avec l’auteur.e du texte ou inversement ;
  2. s’inscrire dans une démarche où les photos ou vidéos ne se bornent pas à illustrer le texte ou le texte à commenter les photos mais où les deux registres d’expression interagissent.

Le matériau recueilli pourra aussi inclure, outre le matériau iconographique, un ou des entretiens avec les personnes observées et/ou des passant.e.s.

Il s’agira, en somme, de produire une analyse des situations abordées, qui mêle intimement mots et images, le sens résultant de l’interaction des deux registres d’expression.

Les propositions attendues devront comporter, outre le(s) nom(s), prénom(s) et adresse(s) électronique(s) des auteur.e.s, au moins une photo et un résumé de l’intention du ou des auteur.e.s (2 à 3000 signes). Elles devront s’ajuster au calendrier suivant :

La publication définitive sera, en effet, soumise à l’appréciation du comité de rédaction de la revue.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.