« On ne naît pas Photographe, on le devient » (archives)

Sous titrée « Contribution à une histoire sociale et genrée des formations artistiques et techniques en France (1945-1982) » cette thèse sera soutenue par Véra Léon le samedi 21 mars 2020 9h30 en Sorbonne Amphithéâtre Durkheim (escalier I) 14 rue Cujas, 75006 Paris Entrée libre sur inscription : tinyurl.com/veraleon

Au carrefour des sciences de l’éducation, de l’histoire sociale et genrée, et de l’histoire de la photographie, cette thèse déploie une perspective inédite sur les discours et les pratiques en jeu dans la formation des photographes, de la nationalisation de l’École technique de photographie (l’actuelle École Louis Lumière) à la création de l’école d’Arles. S’appuyant sur une variété d’archives et d’imprimés, de sources orales et visuelles, articulant diverses échelles d’analyse, elle offre un panorama de l’apprentissage et des écoles formant à la photographie, ainsi que des métiers du secteur. Elle interroge les enjeux des formations artistiques et techniques au moment de la massification du système d’enseignement secondaire et supérieur.

La première partie de la thèse décrit les raisons pour lesquelles de nombreux acteurs syndicaux, politiques et transnationaux soutiennent la scolarisation et l’apprentissage formalisé plutôt que l’autodidaxie. À travers l’analyse croisée de leurs discours, elle interroge les motivations idéologiques et les ressorts institutionnels en cause. Elle révèle leurs stratégies face à l’essor de la pratique amateur, mais aussi leurs paradoxes, qui favorisent l’émergence d’un marché éducatif privé. La deuxième partie retrace l’importance croissante des diplômes et formations consacrées, et la reconfiguration associée de l’élitisme au sein du métier. Elle met en évidence le genre et la classe sociale comme des clés dans ce processus, aiguisant les hiérarchies entre diplômés et autodidactes, entre écoles et disciplines d’enseignement, et entre secteurs d’exercice. Elle étudie également les contradictions pédagogiques et politiques au cœur du processus d’orientation professionnelle, freinant l’accès des femmes à certains cursus et professions comme en témoigne la masculinisation des effectifs diplômés à l’École nationale. La dernière partie dépeint les expériences des jeunes photographes face à ces normes scolaires, professionnelles et genrées. Elle explore les paroles et les images par lesquelles ils et elles expriment résistances, ambivalences et critiques vis-à-vis de l’institution scolaire et des hiérarchies internes au système photographique.

Deux bonnes raisons d’assister à cette soutenance : d’abord bien sûr, l’intérêt du sujet qui aborde cette question originale d’un point de vue genré ; et aussi parce la doctorante comme plusieurs membres du jury sont autrices de la revue Images du Travail, Travail des images


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.