Le loup de wall street, LE TRAVAIL COMME MOTEUR D’ASCENSION SOCIALE OU DE DÉCADENCE ULtime? (archives)

Long-métrage de Martin Scorsese, États-Unis, 2013, 179 minutes.

 

Inspiré d’une histoire vraie, Le loup de Wall Street se centre sur l’ascension puis la chute du jeune courtier Jordan Belfort, interprété par Léonardo Di Caprio, dans le milieu de la finance des années 1990. Le film est construit comme un pic : les premières scènes nous montrent le héros au sommet de sa gloire, puis s’ensuit un long flashback dévoilant son ascension et enfin sa chute à la fois professionnelle et personnelle. Après avoir commencé sa carrière comme courtier junior à Wall Street et s’être initié aux pratiques excessives qui entourent la profession, Jordan est victime de la crise économique de 1987 et est contraint de tout recommencer à zéro. Il monte alors des arnaques financières en vendant des actions bas de gamme à de grands investisseurs, ce qui lui permet de s’enrichir vite, de mener un train de vie indécent et de rencontrer sa nouvelle épouse Naomi incarnant la réussite matérielle par sa beauté. Cependant, ce schéma ascendant est stoppé net, d’abord par ses difficultés dans sa vie conjugale, ainsi que par les poursuites du FBI qui lui reproche l’illégalité de ses pratiques, notamment de vendre ses propres actions en bourse. Jordan doit alors se résoudre à cacher ses revenus sur un compte en banque suisse, et après de multiples péripéties finit par être envoyé en prison. La chute est alors radicale, puisque sa femme divorce en réclamant la garde des enfants, et il perd une grande partie de sa fortune. Malgré toutes ces déconvenues, la fin du film nous le montre invariablement prospère, donnant des séminaires de motivation à travers le monde pour enseigner l’art de la vente.

Image 1 : Affiche du film

Le métier de courtier : une promesse de réussite et d’argent facile

Ce film s’inscrit dans une série de long-métrages réalisés après la crise financière et économique débutée en 2008, comme par exemple The Big Short (2015) ou encore le documentaire Inside Job (2010) ; le personnage du trader est depuis devenu une figure récurrente du travail et du travailleur au cinéma. On peut également rapprocher Le Loup de Wall Street des films canoniques du rêve américain, comme le fameux The Great Gatsby. On retrouve en effet ici l’idéal-type du héros self made man, qui a su saisir les chances qui se présentaient à lui et profiter du système plus ou moins honnêtement. Ce film nous renvoie l’image d’un secteur professionnel, la finance, où les possibilités d’ascension sociale seraient infinies à condition d’être prêt à consacrer tout son temps et son énergie à son travail. Quels que soient les origines sociales, le genre ou la couleur de peau des apprentis courtiers, tous pourraient accéder au paradis de l’argent facile en partant de rien : les deux parents de Jordan sont de simples comptables. Cette idée d’ascension sociale est particulièrement mise en relief par le premier local de l’entreprise créée par le héros, qui se trouve être un garage acheté avec son ami et associé Donnie alors qu’ils viennent de consommer de la drogue. Cette image renvoie à l’imaginaire des adolescents américains bricoleurs, comme Steve Jobs à ses débuts, qui a su bâtir un empire depuis le sous-sol de la maison familiale.

 

Le Loup de Wall Street est par ailleurs construit comme une sorte de tutoriel qui laisse faussement penser que le spectateur lambda pourrait lui aussi sortir de la salle et s’enrichir après avoir visionné ce film. Les amis que l’ambitieux courtier embauche pour former sa première équipe d’escrocs n’ont pour la plupart pas réussi leurs études et correspondent aux standards américains des « losers », leur seule compétence étant bien souvent leur expérience de la vente. La séquence où Léonardo Di Caprio brise le quatrième mur, c’est-à-dire s’adresse directement au public, face caméra, pour lui expliquer ce qu’est une Initial Public Offering, une introduction en bourse, est assez caractéristique de cet aspect du film. Toutefois, on peut tempérer cette affirmation en remarquant que le héros ne prend pas la peine d’aller jusqu’au bout de son explication en ironisant sur les capacités du public à suivre son discours ; de plus, la fin du film nous le montre face à une audience complètement abrutie qui semble représenter les spectateurs du film eux-mêmes, supposés incapables de comprendre pleinement les rouages du système financier exploités par Jordan.

 

Cette ascension fulgurante aboutit à la création de personnages nouveaux riches, c’est-à-dire possédant un fort capital économique mais peu de capital culturel ou social. Jordan est d’ailleurs méprisé par l’agent du FBI chargé d’enquêter sur son compte : peu impressionné par sa réussite financière, le fonctionnaire contraint de prendre le métro chaque matin pour se rendre à son bureau reste convaincu de sa supériorité morale et intellectuelle sur le héros.

 

La première conséquence de l’enrichissement démesuré de Jordan Belfort est en effet une surconsommation matérialiste impressionnante, tape à l’œil, supposée représenter le train de vie habituel de la plupart des traders pleins aux as. A travers des énumérations chiffrées très détaillées, nous sont présentés de manière presque grotesque les divers achats de Jordan, tels son manoir de Long Island ou son immense yacht Naomi, cadeau de mariage à sa nouvelle compagne. Cette dernière, rencontrée et épousée au cours de son ascension, fait d’ailleurs presque partie des achats réalisés et est supposée représenter elle aussi le luxe consumériste par sa beauté irréprochable –l’actrice Margot Robbie est d’ailleurs présumée pour jouer le rôle de Barbie dans un long-métrage à venir-. Ce rapport sexiste aux femmes est présent et assumé tout au long du film, comme lorsque l’une des employées de l’entreprise accepte de se faire raser le crâne devant tous les autres salariés en échange d’une prime conséquente.

 

Le réalisateur propose ici un manifeste explicite du matérialisme le plus primaire : « Si vous n’aimez pas l’argent, vous n’avez qu’à nous quitter pour travailler chez McDonalds », lance ainsi le chef d’entreprise lors de l’un de ces discours devant ses employés. Tout au long du Loup de Wall Street, et cela est valable pour bien d’autres aspects du film, on s’interroge sur ce que Martin Scorsese a finalement voulu nous démontrer en mettant en avant un travail menant à des pratiques de consommation si ostentatoires. Le défilement constant de biens de luxe, le gâchis permanent poussé à l’extrême lorsque les personnages jettent négligemment des billets de banque autour d’eux, finit plutôt par écœurer le spectateur que par l’impressionner. La démesure des objets et des situations présentées semble également conférer un caractère si irréel et éloigné des réalités de la plupart des personnes visionnant ce film que celui-ci finit par ressembler à une parodie du monde de la finance, plutôt qu’à une description inspirante d’un parcours professionnel réussi.

 

 

Le retour à l’état primitif : sexe, drogue et amusement pour « tenir le coup »

 

Tout au long du film, Jordan et ses amis s’abrutissent grâce à des divertissements toujours plus extrêmes afin de supporter les contraintes d’un métier très prenant. Le début de cette cascade de débauche se retrouve très clairement dans le repas lors duquel le mentor de Jordan chez Rothschild, au tout début de sa carrière à Wall Street, lui explique qu’il doit prendre de la drogue et se masturber plusieurs fois par jour pour rester en pleine forme.

 

Image 2 : Goûter au fruit défendu.

Jordan Belfort lors de son premier déjeuner avec Mark Hanna, qui lui explique les ficelles du métier de courtier.

 

C’est ainsi qu’on peut les voir consommer des drogues de plus en plus dures en supplément de l’obligatoire cocaïne ; avoir des relations sexuelles très fréquentes au sein de leur lieu de travail, souvent avec des prostituées ; et dépenser leur argent fraichement gagné dans des jeux de hasard et autres machines de casino. Ces séquences de folie culminent lors des réjouissances organisées au sein de la salle de marché, où prend même place un lancer de nains, ou encore lors de l’enterrement de vie de garçon de Jordan, réalisée de manière caricaturale à Las Vegas et occasion de tous les débordements possibles et inimaginables.

 

Ces moments participent à l’aspect comique et divertissant du film et font apparaître le monde de la finance comme une cour de récréation, la sonnerie qui retentit à l’ouverture et à la fermeture du marché n’étant pas sans rappeler celle d’une cour d’école ; ou encore à une jungle symbolisée par le singe chargé de distribuer leur courrier aux courtiers. La métaphore animalière est d’ailleurs présente tout au long du film, soulignant ainsi une forme de retour à un état de nature des traders à l’écran. En plus du singe de bureau, on peut noter le taureau de Wall Street, le lion traversant les locaux, ou encore tout simplement le titre évocateur que porte le film. Ces animaux représentent la puissance et la domination, l’aspect conquérant et sauvage des courtiers. D’autres, comme le poisson rouge avalé par Donnie ou le chien de Naomi, sont plutôt présents pour rappeler la fragilité de certains personnages, ou du moins leur absence de puissance. A Wall Street, au sens propre du terme, les gros poissons mangent les petits : voilà clairement la lecture que martin Scorsese souhaite que le spectateur se fasse de cette séquence.

Image 3 : A Wall Street, les gros poissons mangent les petits

A l’écran, la folie est représentée par des cris, une agitation permanente et des travellings dans un open space déchaîné. Par ailleurs, on peut remarquer que dans le premier temps du film, la consommation de drogues est souvent à l’origine des coups de génie professionnels réalisés par le personnage principal : le garage est ainsi acquis après la prise de crack, et la rencontre avec Naomi se déroule elle aussi après l’usage de médicaments très puissants, qui seront à l’origine de l’idée de l’introduction en bourse. Toutefois, dans la seconde partie du film qui correspond à la dégringolade, la consommation de drogue à l’extrême est cette fois synonyme non seulement de démesure mais de mise en danger et d’expériences pénibles pour Jordan, qui doit ramper jusqu’à sa voiture pour rentrer chez lui de toute urgence, avant de parvenir à extraire un morceau de jambon de la gorge de son ami Donnie pour lui éviter une mort par étouffement.

 

Dans ce tourbillon de divertissements, la vie en groupe et la sociabilité tiennent une place très importance au sein du métier de courtier. Non seulement Jordan Belfort organise de grandes fêtes décadentes, mais il souhaite également que toute la vie de ses employés soit vécue sous le signe du collectif, à ses côtés : il explique d’ailleurs au cours du film à son père qu’il veut voir ses employés vivre à sa façon. L’open space, lieu symbolique de travail des courtiers dans la grande salle de marché commune, renforce encore cette promiscuité permanente. La consommation de drogue ou les pratiques sexuelles des personnages seraient, dans le contexte habituel de la société américaine puritaine, considérées comme totalement déviantes : mais l’effet de groupe produit de fait un retournement total du stigmate, puisque tous ces excès sont totalement assumés et réalisés en communauté, aux yeux de tous. Finalement, cette vie en communauté rappelle celle des grandes entreprises capitalistes, notamment américaines, où les cadres sont encouragés à développer un esprit corporatif et à s’attacher à une structure à laquelle ils dévouent une grande partie de leur vie. L’apogée de cette célébration du groupe se retrouve dans le rituel consistant à se frapper la poitrine en rythme. Cette habitude évoque presque celle d’un État totalitaire où chacun se reconnaît par gestuelles marquant l’appartenance totale à la communauté. En termes de relations, on peut enfin noter qu’on retrouve le ressort très classique de la bromance entre Jordan et Donnie : leur amitié est finalement la seule chose qui restera au héros lorsque celui-ci sera sur le point de tout perdre, et le seul aspect où il apparaît se détacher de sa superficialité et de son matérialisme.

 

Cette folie joyeuse et cette solidarité très forte entre les membres du groupe, comparable à celle que peuvent par exemple ressentir les membres d’une même Église, sont aussi là pour cacher les aspects plus sombres de la profession, qui ne sont évoqués que sous l’aspect de remarques ironiques voire cyniques par la voix off de Jordan Belfort, comme par exemple le suicide d’un certain trader Ben. De manière générale, la fatigue, l’éloignement avec la réalité, voire le burnout et le suicide, ne sont montrés que comme des effets secondaires qu’il faudrait éliminer par la consommation de drogue, et ne sont d’ailleurs pas à l’origine de la chute temporaire du héros, mais plutôt ses excès d’amusement et son absence de morale.

 

 

Une profession de l’image et de l’éloquence

 

Ce qui permet à Jordan Belfort de s’imposer dans le milieu de la finance est indéniablement son éloquence et son aisance à communiquer avec le client pour obtenir sa confiance, jusqu’à lui soutirer des investissements pour des actions sans valeur. Tout l’enjeu de son travail réside dans les discussions téléphoniques qu’il mène quotidiennement avec des acheteurs au capital de plus en plus important, et lors desquelles il doit forger un lien personnel avec le client. En l’assommant de chiffres très précis et en lui faisant ressentir son privilège de parler avec un responsable haut placé de l’entreprise, Jordan Belfort parvient toujours à ses fins, le film ne nous montrant jamais aucun échec de ses tentatives de vente. Son arrivée au sein de la petite entreprise décrépie de courtiers bas de gamme, puis ses premiers pas avec sa propre équipe de bras cassés, sont l’occasion pour lui d’expliciter ses techniques de vente. Après avoir appliqué ses explications, ses associés deviennent miraculeusement aussi bons que lui : les plans ne sont plus fixes mais en mouvement, les personnages eux-mêmes ne sont plus assis mais debout, et changent rapidement de locaux, de vêtements, de manières de s’exprimer.

 

Les talents d’orateurs de Jordan se retrouvent dans ses discours qu’il adresse régulièrement à son armée de traders. Il y utilise le registre très américain de l’émotion et de la trajectoire personnelle, dans une forme de reconstitution de soi-même. Placé sur une estrade, dominant son territoire, la salle de marché, le personnage de Jordan est alors l’incarnation de la rock star adulée par ses fans qui tentent de l’imiter ; du dictateur qui harangue les foules, comme nous l’avons déjà évoqué ; ou encore du chef spirituel voire du gourou de secte qui rassemble autour de lui ses fidèles éblouis par son charisme.

 

Le renversement de l’éthique : un travail de profiteurs, mais de profiteurs sympathiques

Pendant toute la durée du film, Martin Scorsese joue avec les sentiments du spectateur vis-à-vis du héros, qui nous apparaît terriblement égoïste, profiteur et matérialiste, mais également curieusement sympathique. Son travail nous est présenté comme ne produisant finalement rien : le mentor de Jordan le lui annonce d’ailleurs dès les premières minutes du film. L’aspect illégal de ses pratiques renforce encore cette image de profiteur qui joue sur la crédulité de riches investisseurs et sur sa connaissance d’un système boursier obscur au simple profane.

 

Image 4 : Quand le client n’est pas là, les courtiers dansent

 

Toutefois, ces aspects sombres de la profession nous apparaissent à l’écran comme plutôt jouissifs à observer, même lors de la descente aux enfers de la deuxième partie. Le montage nous fait ainsi apparaître un synopsis parfaitement huilé et satisfaisant à regarder pour le spectateur, comme si chaque nouvel élément d’opulence découlait naturellement du précédent. Le Loup de Wall Street nous vend ainsi le monde de la finance comme le héros vend ses actions à ses clients. Le système, s’il est décrit comme malsain, semble distinct de Jordan qui ne fait que l’exploiter avec astuce. Jordan est présenté comme un twitsed Robin Hood, un Robin des Bois inversé qui va chercher la richesse là où elle se trouve : dans la poche des riches ; mais dans une perspective de fortune personnelle et non de redistribution généreuse. On ne voit d’ailleurs jamais les conséquences négatives des actes du héros : les clients arnaqués ne sont qu’une voix désincarnée au téléphone, alors que les bénéfices matériels acquis par Jordan sont quant à eux tangibles et montrés à profusion à l’écran. Le fait que ce soit Jordan lui-même qui raconte son histoire en voix-off permet de se mettre dans sa peau et de ne pas questionner en profondeur la question de l’éthique dans son travail.

 

La dernière séquence lors de laquelle Jordan Belfort tient sa conférence de motivation nous apprend ainsi deux choses : d’une part, nous étions depuis le début le public fasciné le regardant vendre un stylo quelconque grâce à un tour de passe-passe ; d’autre part, aucune morale manichéenne ne peut être tirée du parcours d’un personnage qui finit malgré tout par mener une vie dorée en prison puis par se reconvertir dans un secteur légal qu’on imagine tout aussi rémunérateur. La véritable critique du film tient alors plutôt à l’aspect exagéré de toute l’histoire qui nous est contée : le trop plein de luxe, de drogue, de sexe, d’agitation écœure finalement le spectateur qui se sent dépassé par les événements. Le plus grand défaut du monde de la finance serait alors finalement sa démesure sans cesse renouvelée.

 

 

Louise Noguès, Sciences Po Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.