Pickpocket, une profession comme les autres ?

Pickpocket, un film de Robert Bresson,1959, 78′

« Ce film n’est pas du style policier. L’auteur s’efforce d’exprimer, par des images et des sons, le cauchemar d’un jeune homme poussé par sa faiblesse dans une aventure de vol à la tire pour laquelle il n’était pas fait. Seulement cette aventure, par des chemins étranges, réunira deux âmes qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais connues. »

Le long-métrage de Robert Bresson s’ouvre sur l’introduction mentionnée ci-dessus en plusieurs intertitres.

Image 1. Affiche du film

Sources : http://www.robert-bresson.com/Posters/Pickpocket/Pickpocket.html

D’ores et déjà, le réalisateur met en avant l’importance du développement psychologique des personnages tout au long du film, plutôt que l’activité professionnelle déviante du protagoniste. Celle-ci n’est qu’un prétexte, elle sert d’arc narratif amenant à la rédemption du personnage principal. Le film narre l’histoire de Michel, un jeune homme désœuvré, qui pratique le vol à la tire pour subvenir à ses besoins. Il en vit totalement.

Lors de la première scène, Michel se rend à l’hippodrome de Longchamp et vole le portefeuille d’une dame. Il est arrêté par la police et relâché faute de preuves mais cela ne décourage pas le héros, au contraire. Michel s’associe ensuite à des complices et perfectionne ses techniques de pickpocket alors même que son ami Jacques qui soupçonne les activités illégales de Michel tente de le remettre dans le droit chemin et propose de l’aider à trouver du travail.

Michel habite une chambre très modeste, quasi insalubre. Il vit seul et voit peu sa mère malade, à qui il rend visite sporadiquement. C’est au cours d’une de ses visites qu’il fait la connaissance d’une jeune femme, Jeanne, qui lui indique que sa mère est de plus en plus faible et incite Michel à s’occuper d’elle.

Michel attire l’attention d’un commissaire de police à qui il tente d’instiller sa vision du vol à la tire, une vision intellectualisée et dont il fait un « art de vivre ». Se sentant néanmoins menacé par cette figure policière, Michel fuit la France et s’exile dans plusieurs pays où il vit aussi du vol à la tire. Revenant à Paris deux ans plus tard, il reprend son activité de pickpocket. Il est cette fois-ci arrêté et emprisonné mais ses retrouvailles avec Jeanne, dont il s’éprend et qui vient le voir en prison, participent à sa rédemption.

 

Une carrière déviante assumée et travaillée

 

Une des premières séquences du film s’ouvre sur le journal intime de Michel, dévoilant la phrase suivante : « Je sais que d’habitude les gens qui ont fait ces choses se taisent ou que ceux qui en parlent ne les ont pas faites et pourtant je les ai faites. »

Dès le départ, Michel condamne ses propres actions mais y introduit une notion de fatalité : il a fait ce qu’il devait faire, ce qui s’imposait à lui. La honte dévoilée en filigrane par le personnage met en lumière le caractère déviant de la carrière professionnelle de pickpocket : une activité moralement répréhensible et stigmatisée. Pour reprendre les théories de Becker dans Outsiders, la déviance de Michel fait l’objet d’une sanction sociale : il sait qu’il ne peut pas en parler à ses amis ni à sa mère et choisit, au fur et à mesure que l’intrigue progresse, de s’approprier cette carrière déviante et d’assumer pleinement ce qu’elle implique, à savoir un refus des normes sociales.

Si l’activité de vol à la tire est illégale et ne constitue normalement pas un métier, dans le film, certains aspects relatifs au monde du travail normé sont visibles. En effet, la formation de Michel aux techniques de vol à la tire sont somme toute assez semblables à l’idée qu’un métier n’est pas inné et qu’il faut y être formé.

Lorsque Michel réalise son premier méfait à l’hippodrome au début du film ; il est encore novice et se fait prendre par la police. C’est parce qu’il manque d’entraînement et n’en est qu’au début de sa carrière déviante.

Plus tard lors d’un trajet en métro, l’attention de Michel se porte sur un jeune homme dont il est intrigué par l’attitude. En l’observant, Michel comprend que ce jeune homme est lui aussi pickpocket et observe sa technique avec un journal pour voler le portefeuille d’un homme dans la rame : il fait glisser le portefeuille volé le long d’un journal pour le cacher. Par l’observation de collègues, Michel s’initie à ce nouveau tour de passe-passe et commettra plus tard un vol de portefeuille avec la même technique. Michel commence donc cette pratique en autodidacte, en reproduisant notamment chez lui des techniques de vol.

L’évolution morale du personnage, avant sa rédemption, suit tout un processus d’apprentissage par entraînement et formation à la pratique. Pour commencer, Michel commet ses vols à la tire seul. Mais à mesure que s’installe et s’assume chez lui son activité illégale, le héros s’associe à plusieurs complices avec qui il effectuera des vols en groupe. La criminalisation professionnelle du protagoniste est donc de plus en plus assumée et établie. Il passe à un stade supérieur en assumant cette pratique de groupe.

Michel songe d’ailleurs au début du récit à suivre les conseils de son ami Jacques et à chercher du travail. Cependant, un tournant s’opère dans la revendication de cette carrière déviante lorsque Michel annonce à son ami sa volonté d’abandonner ses recherches de travail. Le héros gagne aussi en confiance à mesure que progresse son agilité manuelle et son habileté à voler : le recours constant à la voix-off afin d’exprimer les pensées de Michel renseigne sur sa progression et la maîtrise de son art. A plusieurs reprises, Michel est grisé de sa réussite et éprouve une forme de gratification dans sa réussite professionnelle.

Tout comme un salarié pourrait gravir les échelons au sein de son entreprise ou simplement gagner en expérience et en dextérité tout au long de sa carrière, Michel se professionnalise en tant que pickpocket.

 

Les mains, le corps-outils

 

Robert Bresson met l’accent sur le corps en mouvement, le corps du voleur. L’outil de travail principal de Michel sont ses mains. Lors des scènes de vol, des plans très rapprochés sont utilisés afin de mettre en avant les mains du/des voleur/s. En ne filmant que les mains, Bresson met en lumière le fait que la carrière de pickpocket n’est pas innée. Il justifie ainsi les scènes d’entraînements de Michel. Les mouvements de mains sont précis, calibrés. Michel observe attentivement sa proie avant d’attaquer, il est réfléchi et posé, il n’agit pas dans la précipitation.

Il a fallu se former au vol à la tire, apprendre à voler et à savoir quels gestes faire. Cela peut se rapprocher encore une fois de la notion de travail manuel, où le corps est un outil indispensable au travailleur.

Le montage du film met en avant l’agilité de Michel et des pickpockets. De nombreux fondus enchaînés, technique consistant à superposer le plan en cours par le plan qui va suivre, témoignent de l’importance du mouvement dans le film, du caractère furtif et fuyant des comportements de voleurs. La représentation de la dextérité de Michel est accentuée par les denses scènes de foule au sein desquelles il agit.

 

Image 2. Scène de vol à la tire à la gare de Lyon

Source : https://www.youtube.com/watch?v=DLU9HD0gZUM  Copyrights Potemkine Films

La Gare de Lyon, grouillante de monde contraste sensiblement avec la lenteur et la précision des gestes de Michel s’apprêtant à voler un voyageur. Michel et ses complices volent les voyageurs en un enchaînement fluide de mouvements : ils semblent presque danser tellement la grâce et l’agilité sont au centre de leurs mouvements. C’est aussi le cas de l’hippodrome de Longchamp, où se déroule au début et à la fin du film deux scènes de vols. Le jeune homme tente de se fondre dans cette masse mondaine de bourgeois endimanchés. Il agit au milieu d’une foule compacte et cette fois-ci immobile car les yeux sont rivés sur la course hippique en cours.
C’est dans un environnement compact que Michel doit ainsi se concentrer pour agir.

Preuve que le vol à la tire ne s’invente pas, Robert Bresson a fait appel à Henri Kassagi, prestidigitateur franco-tunisien, en tant que conseiller technique afin d’apprendre aux acteurs à maîtriser les gestes des voleurs. Kassagi joue par ailleurs un des complices de Michel dans une scène de vol.

 

Une pratique hors des conventions sociales, intellectualisée

 

Michel revendique son activité professionnelle et essaie de renverser le stigmate honteux apposé aux voleurs afin de le faire passer à son avantage. Le héros s’entretient dans un café avec un commissaire de police et son ami Jacques ; à cette occasion, Michel s’emploie à intellectualiser sa pratique du vol à la tire. Il en tire une certaine fierté et revendique cette activité. Sans dévoiler à ses amis qu’il la pratique, il tente de réhabiliter à leurs yeux la figure du voleur.

Il invoque la sensation jouissive de liberté de désobéir aux lois, de s’inscrire en refus du système. Il va même jusqu’à inviter ses amis à considérer que les voleurs sont des hommes supérieurs, qui par leur position de supériorité pourraient se donner l’autorisation de voler. Si Michel continue son activité de pickpocket qu’il sait être déviante, c’est parce qu’il lui confère un sens. Ce sens l’incite à se professionnaliser dans cette pratique et à l’assumer de plus en plus, notamment lorsqu’il commence à s’associer à d’autres complices pickpockets.

Grisé par l’adrénaline que lui procure les vols, Michel se complaît dans un jeu du chat et de la souris avec la police. S’il accepte de parler à ce commissaire qui le soupçonne, c’est dans la volonté de narguer ce-dernier. La marginalisation de Michel est cependant exprimée visuellement par la nombreuse introduction de hors-champs : comme si les personnages étaient en dehors d’eux-mêmes, dépossédés de leurs facultés, spectateurs de leurs vies. Michel n’échappe pas à ces hors-champs, lui qui semble écrasé par la fatalité de son destin.

 

Image 3. Retrouvailles entre Jeanne et Michel

Copyrights Potemkine Films

Michel est un personnage quasi mutique avec peu d’expressions faciales. Il éprouve de la colère lorsque Jacques tente de le raisonner et se montre doux et affectueux avec Jeanne. En dehors de cela, le cheminement intérieur du personnage est en partie guidé par son activité de pickpocket.

Des rapprochements ont été faits entre Crimes et châtiments de Dostoievski et Pickpocket de Bresson. Michel se rapprocherait de Raskolnikov par son insolence envers les normes sociales et sa rédemption finale rendue possible par la figure de Jeanne. Michel et Jeanne sont deux marginaux : l’une est enceinte mais le père a fui ; lui vit du vol à la tire. La fin du film, où les deux personnages se retrouvent et s’étreignent à travers les barreaux semblent mettre un terme à leurs existences marginales. Le spectateur comprend que Michel s’occupera de l’enfant de Jeanne à sa sortie de prison, et qu’ils aspireront ainsi, à travers une vie de famille, à fuir leurs déviances.

 

Sabine Audelin, Sciences Po Paris


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.