L’apparence au travail au prisme des images

Finale nationale du concours des meilleurs apprentis de France : cuisine froide © David Desaleux.

Appel à propositions d’articles pour le n° 13 de la revue Images du travail, Travail des images (sortie prévue en septembre 2022)

Numéro coordonné par Michèle Dupré et Anne Monjaret

Si les travaux en sciences humaines et sociales ne manquent pas sur les vêtements de travail et au travail, ils restent le plus souvent éclatés et ne font pas l’objet d’une réflexion en soi, en dehors de quelques publications somme toute récentes (notamment Francequin, 2008 ; Villelongue, 2011 ; Barbier et al, 2016 ; Rennes, Lemarchant et Bernard, 2019). Nous observons cependant un intérêt croissant pour la thématique qui dépasse la sphère universitaire et scientifique. En effet, trois expositions de l’automne 2020, l’une en Italie et les deux autres en France le démontrent, chacune s’emparant de la question de manière différente : la première a exposé des photographies montrant différents types de vêtements de travail portés dans des contextes et des secteurs professionnels variés, la deuxième s’est focalisée sur le bleu de travail et la troisième s’est attachée à présenter des « Vêtements Modèles » dont le bleu de travail[1]. Ainsi, le vêtement de/au travail est un objet à la mode quand il n’est de mode.

L’histoire, la sociologie, l’anthropologie en ont fait un objet d’étude à part entière. Les photographes sont un certain nombre et depuis de longues dates à s’attacher aux hommes et femmes au travail, fixant des instants, réalisant des portraits ou des photos de groupes captant les corps et par là les vêtements portés. Il arrive que pour mener à bien leurs travaux, chercheur.e.s et photographes collaborent (Hersant, Baron, Le Tirant, 2013).

Il en est ainsi des personnes impliquées dans le programme de recherche collectif CRAVAT[2] mené depuis 2018 au sein de l’équipe TIPO du Centre Max Weber à Lyon. Ce programme a pour objet le vêtement au travail, traité, non de manière synchronique ou diachronique pour en comprendre les évolutions, mais comme un analyseur qui cristallise des normes et des contraintes (sociales, institutionnelles, juridiques), une division du travail, des parcours dans la carrière, des interactions au travail ou encore des esthétiques[3].

Ouvert aux disciplines des SHS, ce numéro poursuit et élargit le questionnement initié notamment par ce groupe de recherche en se penchant sur l’apparence au travail au prisme des images.

Nous proposons ici de nous attacher à une acception large du travail, à savoir toutes les activités conduites dans les différents secteurs d’activité, publics ou privés : secteur primaire (agriculture, pêche, mines, forêts), secteur secondaire (industries manufacturières, construction), secteur tertiaire (services marchands et non marchands).

En choisissant de traiter des apparences au travail, nous souhaitons élargir la thématique au-delà du vêtement au travail lui-même. Cette perspective permet – nous semble-t-il – de prendre en considération la manière dont l’acteur social utilise son corps, l’habille, le pare, le protège et joue ainsi sur son paraître et des tendances (Goffman, 1973 ; Le Breton, 2018 ; Bartholeyns et al., 2015). Nous n’incluons cependant pas ici l’apparence corporelle au sens d’apparence physique (poids, taille et look[4]), insistant plutôt sur la tenue vestimentaire étendue qui « répond à des modalités symboliques d’organisation sous l’égide de l’appartenance sociale et culturelle de l’acteur. Celles-ci sont provisoires, largement dépendantes des effets de mode. » (Le Breton, 2018, p. 96). Les apparences au travail deviennent une entrée pour comprendre les manières d’être au travail comme en dehors du travail d’ailleurs. Il ne s’agit pas de se restreindre aux usages vestimentaires de travail au sein de l’activité professionnelle mais de prendre en compte aussi ceux en dehors du travail. De plus, nous souhaitons dans ce numéro que soit bien opérée la distinction entre vêtements de travail (uniformes, équipement de protection individuel, tenues vestimentaires liées aux différentes activités) et vêtements au travail ; ce dernier terme élargit le regard aux vêtements de ville portés au travail et les apparences au travail qui au-delà de la tenue vestimentaire va prendre en compte d’autres éléments qui viennent compléter le vêtement de travail ou au travail.

L’apparence renvoie en outre au travail des images, au propre et au figuré, et en cela, il nous a semblé pertinent d’articuler à la fois apparence et images, de saisir leur interrelation. D’une part, il pourra être intéressant de réfléchir sur l’apparence au travail comme un travail sur l’image de soi. Dans quel jeu social prend-elle toute sa place ? D’autre part, il importera de croiser la thématique de l’apparence au travail avec celle des images qu’elles soient fixes ou animées et d’interroger la manière dont elles ont été produites, utilisées, valorisées, diffusées autant par les enquêté.e.s que par les chercheur.e.s pour parler des apparences au travail.Qui met en image ? D’où viennent ces images ? (entreprise, salarié.e, chercheur.e). Comment l’apparence resurgit sur un terrain ? Comment devient-elle un objet à part entière ?

Ce numéro vise à interroger l’apparence à partir d’une analyse des images, à approcher le vêtement au travail par l’image. Dans cette perspective, nous encourageons chacun et chacune à bien expliciter les conditions de leur enquête comme leur approche méthodologique. Ces images aux multiples origines sont des données d’enquête qu’il faut questionner. Est-ce que les chercheur.e.s font leurs images, utilisent un corpus, font appel à des photographes ou cinéastes, à l’instar de l’équipe du programme CRAVAT, qui explorent les conditions de réalisation et d’interprétation des images produites sur ces recherches pour comprendre le rôle qu’elles jouent dans la recherche collective.

Ni la photographie ni le film ne sont à considérer comme de simples illustrations et peuvent se penser dans l’articulation avec le texte.Articuler texte et images permet « de préciser le sens des données visuelles utilisées par le chercheur et de restituer leur contexte de production, condition fondamentale d’un usage scientifique des images » (Chauvin, Reix, 2015, p. 35). Notons bien que les images servant à la démonstration devront de préférence être reproduites dans l’article. La Revue Images du travail, Travail des images (ITTI) étant électronique, elle permet la valorisation de tous ces supports. L’auteur.e devra toutefois s’assurer de la disposition des droits d’utilisation et de diffusion.

Les axes

À travers l’étude du vêtement au travail au prisme des images, il s’agit donc de comprendre autrement les mondes du travail contemporain (la pluralité des normes, les rapports des individus aux déterminants socio-professionnels, les changements à l’œuvre dans tel groupe professionnel, voire les mutations du travail elles-mêmes) et la manière dont le vêtement de travail peut en rendre compte, rendre visibles scènes et coulisses de ces mondes.

Trois axes peuvent être dégagés, chacune des propositions d’articles pour ce numéro thématique pourront s’inscrire dans l’un d’entre eux :

Axe 1

Règles, normes et transgressions : comment les images rendent compte de la relation à l’organisation et à l’institution ?

Les règles et normes, comme les transgressions qui peuvent par réaction en découler, traduisent différents types de relations à l’organisation et à l’institution de travail. Les apparences et les vêtements au travail répondent parfois à des règles imposées par les organisations de travail (règlement intérieur, règles de sécurité et d’hygiène, codes de bonnes pratiques des syndicats professionnels). C’est le cas dans la chimie pour les opérateurs qui travaillent au plus près de la matière ou encore dans le secteur de la cuisine mais aussi de la danse. Apparences et vêtements au travail renvoient aussi à des normes développées dans les collectifs de travail qui ont pu changer au cours du temps, s’affranchissant parfois, selon les secteurs d’activités, d’un certain formalisme. Nous songeons par exemple aux journalistes du Monde, décrits par Eugénie Saitta Lavoisier (2005), qui abandonnent dans les années 1990 le costume cravate « pour un libre arbitre dans le choix vestimentaire ».

Par ailleurs, ces tenues, masculines comme féminines, et les logos qu’elles arborent souvent, participent d’une « identité visuelle » (Heilbrunn, 2006, p. 4), de l’image que l’entreprise donne d’elle-même à ses salarié.e.s, aux personnes avec lesquelles elle collabore, aux publics qu’elle cible. Servant à promouvoir l’entreprise, elles sont des outils marketing, notamment imagées, qui donnent à voir sa notoriété, son rang dans la chaîne de valeur considérée et surtout qui permettent de la reconnaître sans autre discours. La diffusion de ces représentations sur des supports variés (affiches, journaux ou films internes, circulaire ou encore presse nationale, réseaux sociaux, etc.) aide également à partager une certaine idée des métiers exercés en son sein.

Cet axe vise donc d’une part, à cerner les contraintes imposées sur les tenues au travail en fonction des activités exercées, mais aussi les libertés que les individus ou les groupes s’arrogent à la marge pour changer d’apparence, créer une image de soi dans leurs relations aux autres et à l’entreprise. L’axe vise d’autre part, à documenter les images produites par l’entreprise elle-même pour signifier des appartenances, autant qu’à explorer le rôle que ces images peuvent avoir pour résoudre un conflit associé aux contournements voire aux transgressions des règles concernant le port des vêtements de travail.

Axe 2

Des pratiques et des langages : comment les images aident à structurer les collectifs ?

Dans cet axe, pourra être abordée la manière dont les collectifs vont se servir des apparences au travail pour construire des images du métier, de la profession, de l’action syndicale et comment les images en retour vont pouvoir être utilisées comme médias porteurs de revendications ou d’actions collectives.

Les mises en scènes vont être ainsi pensées pour démontrer l’appartenance à un groupe professionnel. Les accessoires ne seront alors pas des ajouts aux tenues vestimentaires, mais des ingrédients forts d’un langage qui vise la reconnaissance professionnelle par les pairs. Nous songeons par exemple aux bottes et torses nus des jeunes archéologues décrits par Marc-Antoine Kaeser (2018) et à leurs manières de poser sur les photographies, qui deviennent un outil pour affirmer leur intégration à ce milieu de l’archéologie. Nous nous souvenons aussi de ces jeunes ouvriers, rencontrés sur nos terrains d’enquête, fiers de poser avec leurs équipements de protection, dans leur univers de travail, images qui, une fois exposées dans un lieu collectif (vestiaires, salles de repas), font montre de l’insertion dans le groupe.

Les collectifs peuvent produire également des images qui, en jouant avec le vêtement au travail, portent des revendications sur les conditions de travail. Nous pensons par exemple au calendrier des ouvriers de l’usine Chaffoteaux et Maury photographiés dévêtus de leur tenue de travail, dans des « boîtes vides », idiome figuratif simple et efficace, pour signifier leur désaccord avec la fermeture annoncée de leur entreprise (« boîte »). Ou bien à ces chauffeurs de bus nantais qui, opposés à l’interdiction de la direction de porter des bermudas malgré la canicule, se présentent au travail en jupes, retournant à leur profit les assignations genrées.

Ces actions revendicatives usent sans conteste du pouvoir de l’image et des réseaux sociaux pour diffuser leurs actions bien au-delà de la sphère du travail. Le langage iconographique révèle ici sa supériorité immédiate par sa capacité à capter les regards.

Enfin, certains costumes, comme les déguisements des couturières lors de la Sainte-Catherine, leur fête patronale (Monjaret, 2015), permettent en des occasions particulières de créer un positionnement à part qui autorise la prise de parole. En ces occasions, les prises de vue photographiques encouragent le groupe à des jeux de scènes qui explicitent dans un langage de dérision leur ressentiment.

Apparences, vêtements de/au travail et images seront donc examinés dans leurs rapports mutuels comme des langages à part entière au service de stratégies plurielles à analyser.

Axe 3

Des traces et des héritages : comment les portraits individuels ou collectifs au travail prennent sens dans le hors travail au fil du temps ?

Nous nous intéresserons ici aux archives visuelles qui permettent de traiter de l’apparence au travail hors champ de l’activité proprement dite dans le temps long de l’histoire de l’entreprise comme de l’histoire familiale. L’accent sera mis sur les rôles et les sens conférés à ces images d’archives dans le temps présent.

Que conservons-nous comme trace d’un passé professionnel de nos ainés ? des photographies ? des films ? Où les trouvons-nous ? Exposés sur des murs ou visionnés en famille, gardés dans des albums de famille ou en vrac dans des boites à bobines et à diapositives ou encore dans un fonds de musée. Que nous apprennent ces sources sur l’habillement des hommes et des femmes au travail et hors travail (Bard, 2007), sur les apparences selon le contexte, sur les variations genrées, sur les variantes saisonnières ou circonstancielles, sur les tendances vestimentaires autant que sur les différences de classe sociale ?

La galerie de portrait des patrons, à la posture et à la mise impeccables, ancre l’entreprise dans un passé qui se combine parfois avec celui d’une famille. Elle devient la mise en scène de la transmission d’un patrimoine de génération en génération.

Comment les générations actuelles s’emparent de tous ces héritages ? Et pourquoi faire ? Que provoquent en nous les images du grand-père paysan, artisan, marin ou ouvrier, d’une grand-mère paysanne, couturière ou vendeuse ? À quoi servent ces évocations d’un passé professionnel familial ? Nous pensons à l’expérience de Victor Doyen, qui se met à se passionner pour le bleu de travail au point d’en devenir un collectionneur et finit par amorcer une « quête d’identité » familiale à partir des photographies retrouvées montrant les tenues que ses aïeuls portaient. Victor Doyen dit s’habiller d’une mémoire en s’appropriant l’histoire de sa famille[5]. D’autres expériences méritent sans doute d’être revisitées.

Nous pouvons aussi évoquer les retournements dans l’histoire que représente la récupération de cette histoire ouvrière par la mode qui, en s’inspirant d’anciens vêtements de travail pour créer de nouvelles collections, joue de ces apparences à l’instar de cette phrase extraite du site de présentation d’une marque de vêtements professionnels : « Avec Héritage, on entre dans l’univers du gentleman workwear. ».

Cet axe cherche donc à interroger la manière dont les familles, mais aussi les professionnels s’emparent des mémoires du travail à travers celles des apparences, et ce à partir des sources visuelles privées ou publiques.

Modalités de soumission des propositions

Nous attendons des propositions qui s’emparent des termes de cet appel et permettent ainsi d’entamer collectivement cette réflexion.

Dans un premier temps, sont attendues pour le 19 avril 2021des propositions d’articles de 3000 signes, rédigées uniquement en français ou en anglais. Dans ce texte d’intention, devront être formulés clairement l’axe dans lequel s’inscrit le projet, le sujet de la recherche (avec le titre provisoire), la problématique, la méthodologie déployée et les résultats.

Les propositions doivent être adresséessimultanément à : 

– Michèle Dupré, sociologue du travail, chercheure, Centre Max Weber – Équipe TIPO: michele.dupre@msh-lse.fr

– Anne Monjaret, ethnologue, directrice de recherche – CNRS, IIAC (CNRS-EHESS) : anne.monjaret@ehess.fr

– Rédaction de la revue : imagesdutravail@gmail.com

La réponse faisant suite à l’examen des propositions sera donnée courant mai. La date de remise des articles rédigés en français (d’une longueur de 30 000 à 50.000 signes maximum) à partir des propositions qui seront retenues est fixée au 15 septembre 2021. Cette première acceptation ne vaut pas pour un accord définitif. Chaque article sera soumis à une double évaluation en aveugle.

Références bibliographiques citées

Barbier P. et al. (2016), « Vêtement », in Rennes J. (dir.), Encyclopédie critique du genre. Corps, sexualité, rapports sociaux. Paris, La Découverte, p. 659-669.

Bard C. (2007), « Les photographies de famille commentées : une source sur l’habillement dans les classes populaires », Apparence(s) n°1, [Online]. 

Bartholeyns et al. (2015), « Apparences », in Gauvard C. et Sirinelli J-F (dir.), Dictionnaire de l’historien, Paris, Presses universitaires de France (Quadrige), p. 23-24.

Chauvin P.-M. et Reix F. (2015), « Sociologies visuelles. Histoire et pistes de recherche », L’Année Sociologique, vol. 65, p. 15-41.

Francequin G. (2008), Le vêtement de travail, une deuxième peau, Toulouse,ÉRÈS.

Goffman E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne, T1 : La présentation de soi, Paris, Les éditions de Minuit.

Galland O. (2006), « Jeunes : les stigmatisations de l’apparence », Économie Et Statistique, n° 393-394, p.150-183. 

Heilbrunn B. (2006), Le Logo, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?).

Kaeser M.-A. (2018), « Torses nus et bottes en caoutchouc. Une histoire de l’archéologie à travers l’évolution de l’habillement des fouilleurs », in Garufo F. et Morerod J-D (dir.), Laurent Tissot. Une passion loin des sentiers battus, Neuchâtel, Éditions Alphil – Presses universitaires suisses, p. 303-318.

Le Breton D. (2018), La sociologie du corps, Paris, Presses universitaires de France (Que sais-je ?).

Hersant G., Baron E. et Le Tirant D. (2013), Pose travail, Heule (Belgique), Édition Snoeck.

Monjaret A. (2015), « Jour de fête pour les midinettes. L’envers de la Sainte-Catherine : les normes derrière la dérision festive », In Manuel Charpy (dir.), Modes pratiques. Revue d’histoire du vêtement & de la mode « Normes et transgressions », n° 1, p. 70-95.

Rennes J., Lemarchant C. et Bernard L. (dir.) (2019), « Habits de travail », Travail, genre et sociétés, vol. 41, n°1.

Saitta Lavoisier E. (2005), « Le Monde, vingt ans après », Réseaux, vol. 131, n° 3, p. 189-225.

Villelongue M. (dir.) (2011), S’habiller pour travailler, Lyon, Éditions Lyonnaises d’Art et d’histoire

[1] L’exposition « Uniform – into the work/out of the work – workwear in the images of 44 photographers » à Bologne au MAST – Manifattura di Arti, sperimentazione e technologia, Arts, Expérience and Technology – 25/1-20/9/2020 ; L’exposition « Bleu de travail » à l’initiative de l’association « Le Non Lieu », inaugurée le 18/09/2020 à Roubaix et qui s’est accompagnée d’une journée d’étude aux archives nationales du monde du travail. L’exposition « Vêtements Modèles » présenté au Mucem entre 29/06 et le 06/12/2020.

[2] CRAVAT = Consortium de Recherche Autour du Vêtement Au Travail. Le consortium de recherche se compose de sociologues et une ingénieure images du Centre Max Weber – UMR 5283 (équipe TIPO – Travail, Institutions, Professions, Organisations), des juristes du CERCRID (CEntre de Recherches CRItiques sur le Droit – UMR 5137) et un photographe indépendant David Desaleux.

[3] Ces composantes du travail sont étudiées à travers des terrains de recherche situés dans le secteur public comme dans le secteur privé, dans l’industrie ou l’artisanat. L’approche juridique associée permet de mieux cerner les effets des aspects normatifs et institutionnels du travail. Enfin, ce programme accorde une place centrale à la photographie, afin de rendre visibles, pour le milieu académique, mais aussi pour un public plus large, les différentes facettes du travail que le vêtement permet de décrypter

[4] « L’apparence physique – poids, taille et look – constitue pour les jeunes le motif principal des formes d’ostracisme dont ils se plaignent. » (Galland, 2006, p.151).

Appearance at work through the prism of images

Call for article proposals for No. 13 of the journal Images du travail, Work of Images (scheduled for release in September 2022)

Issue coordinated by Michèle Dupré and Anne Monjaret

If there are plenty of researches in the humanities and social sciences on work and work clothes, in different studies of work and activities, they remain mostly fragmented and are not the subject of reflection per se, apart from a few recent publications (for example Francequin, 2008 ; Villelongue, 2011 ; Barbier et al, 2016 ; Rennes, Lemarchant et Bernard, 2019). However, we are observing a growing interest in the subject that goes beyond the academic and scientific sphere. Indeed, this is shown by three exhibitions in autumn 2020, one in Italy and the other two in France, each taking up the issue in a different way[1]: the first exhibited photographs showing different types of workwear worn in a variety of professional contexts and sectors, the second one focused on « the blue  overalls» and the third focused on presenting « Model Clothing » including the well known blue overalls.

History, sociology and anthropology have made it a whole-of-study subject. Since long, numerous photographers are interested themselves in men and women at work, staring at moments, making portraits or pictures of groups, capturing bodies and men/women wearing clothes. Sometimes researchers and photographers collaborate in order to carry out their work (Hersant, Baron, Le Tirant, 2013).

This is the case with people involved in the CRAVAT[1] collective research program conducted since 2018 within the TIPO team at the Max Weber Centre in Lyon. This program is focussed on the garment at work, not treated in a synchronic or diachronic way to understand its evolutions, but as a mean of analysis crystallises (social, institutional, legal) norms and constraints, a division of work, career paths, interactions at work or aesthetics[2].

Open to various disciplines of the humanities and social sciences, this issue continues and expands the questioning initiated by this research group by looking at appearance at work through the prism of images.

Here we propose to focus on a broad understanding of work, namely all activities carried out in the various sectors of activity, public or private: primary sector (agriculture, fishing, mines, forests), secondary sector (manufacturing industries, construction), tertiary sector (market and non-market services).

By choosing to deal with appearances at work, we want to broaden the theme beyond clothing at work itself. This perspective allows us to take into account the way the social actor uses his body, dresses it, protects it and thus plays on its appearance and trends tendances (Goffman, 1973 ; Le Breton, 2018 ; Bartholeyns et al., 2015).

We do not, however, include body appearance here in the sense of physical appearance (weight, height and look[3]), emphasizing instead the large variety of clothes that « responds to symbolic modalities of organization under the aegis of the social and cultural affiliation of the actor. These are temporary, largely dependent on fashion effects. » (Le Breton, 2018, p. 96).

Appearances at work become an entry to understand the ways of being at work as well as outside of work. It is not a question of restricting ourselves to the wearable use of work within the professional activity, but also of taking into account those clothes outside work.

In addition, we would like in this issue to have a well-operated distinction between workwear (uniforms, personal protective equipment, clothing related to different activities), clothing at work that broadens the look to the city clothes worn at work, and appearances at work that beyond the dress code will take into account other elements that complement the work wear.

The appearance also refers to the work of images, both literally and figuratively, and in this it seemed relevant to us to articulate both appearance and images, to grasp their interrelation. On the one hand, it may be interesting to think about appearance at work as a work on self-image. In what social game does it take place?

On the other hand, it will be important to cross the theme of appearance at work with that of images whether fixed or animated and to question how they were produced, used, valued, disseminated by the respondents as well as by the researchers to talk about appearances at work. Who’s taking the pictures? Where do these images come from? (company, employees, researcher). How does appearance resurface on a field? How does it become an object in its own right?

This issue aims to question the appearance from an analysis of the images, to approach the garment at work by the image. With this in mind, we encourage everyone to clearly explain the conditions of their investigation as well as their methodological approach. These images with multiple origins are survey data that need to be questioned. Do researchers make their own images, use an existing corpus, call on a photographer or filmmaker, like the CRAVAT team, who explores the conditions for the realization and interpretation of the images produced on this research to understand the role they play in collective research.

Thus neither photography nor film should be considered mere illustrations. We may look at them in conjunction with the text produced by the different members of the research team. Articulating text and images allows « to clarify the meaning of the visual data used by the researcher and to reproduce their context of production, a fundamental condition for scientific use of images » (Chauvin, Reix, 2015, p. 35).

It should be noted that the images used for the demonstration should preferably be reproduced in the article. The Journal Images of Work, Work of Images (ITTI) being electronic, it allows the enhancement of all these media. The author will, however, have to ensure that the rights of use and distribution are available.

The axes

The study of the manner to wear wlothes at work through the prism of images, allows to question and understand differently the worlds of contemporary work (the plurality of norms, the relationship of individuals to socio-professional determinants, the changes at work in professional groups, or even the changes of the work themselves) and how the work garment can account for them, making visible scenes and behind-the-scenes of these worlds.

Three axes can be identified, each of the proposals for articles for this thematic issue can be included in one of them:

Axis 1

Rules, norms and transgressions: how do images reflect the relationship to the organisation and the institution?

Rules and norms, such as transgressions that can result from them, reflect different types of relationships to the organization and institution of work. Appearances and clothing at work sometimes meet rules imposed by labour organizations (internal regulations, safety and hygiene rules, codes of good practice of professional trade unions).

This is the case in chemistry for operators who are potentially exposed to chemicals or in the food sector but also for example for dancers. Appearances and clothing at work also refer to norms developed in collectives of work that may have changed over time, sometimes freeing themselves, depending on the sector of activity, from a certain formalism. We are thinking, for example, of the journalists of Le Monde, described by Eugenie Saitta Lavoisier (2005), who abandoned the tie suit in the 1990s « for free will in the choice of clothing ».

Moreover, these outfits, both male and female, and the logos, which they often wear, are part of a « visual identity » (Heilbrunn, 2006, p. 4), the image that the company gives of itself to its employees, to the people with whom it collaborates, to the audiences it targets. Serving to promote the company, they are marketing tools, images, which show its notoriety, its rank in the value chain considered and above all that allow to recognize it without further discourse.

The dissemination of these representations on various media (posters, newspapers or internal films, circular or national press, social networks, etc.) also helps to share a certain idea of the professions exercised within it.

This axis aims, on the one hand, to identify the constraints imposed on the outfits at work according to the activities carried out, but also the freedoms that individuals or groups arrogate at the margins to change their appearance, to create a self-image in their relations with others and the company. The axis also aims to document the images produced by the company itself to signify belongings, as well as to explore the role that these images may have in resolving a conflict associated with circumventions or even violations of the rules concerning the wearing of work clothes.

Axis 2

Practices and languages: how do images help structure collectives?

In this axis, we can discuss how collectives will use appearances at work to construct images of the profession, the trade union action and how the images in return will be able to be used as media carrying demands or collective actions.

The stagings will be designed to demonstrate membership in a professional group. Accessories will not be additions to clothing, but strong ingredients in a language that seeks professional recognition by peers. We think, for example, of the bare boots and torsos of the young archaeologists described by Marc-Antoine Kaeser (2018) and their ways of posing on photographs, which become a tool to affirm their integration into this environment of archaeology. We also remember these young workers, met during the fieldwork in the chemical sector, proud to pose with their protective equipment, in their work environment, images that, once exhibited in a collective place (changing and dining rooms), show the insertion into the group.

Collectives can also produce images that, by playing with the garment at work, carry claims about working conditions. We think, for example, of the calendar of the workers of the Chaffoteaux and Maury factory photographed undressed in their work clothes, in « empty boxes », simple and effective figurative idiom, to signal their disagreement with the announced closure of their company (their « box »). Or those bus drivers in Nantes who, opposed to the management’s ban on wearing Bermudas despite the heatwave, show up for work in skirts, returning gendered assignments to their advantage.

These advocated actions undoubtedly use the power of image and social networks to spread their actions far beyond the sphere of work. The iconographic language here reveals its immediate superiority by its ability to capture the eyes. It is for the men and women at work an opprtunity to spread their actions far beyond the sphere of work.

Finally, certain costumes, such as the costumes of seamstresses during the Sainte-Catherine, their patron saint’s day (Monjaret, 2015), allow on special occasions to create a separate positioning that allows speaking. On these occasions, photographic shots encourage the group to play scenes that express in a language of derision their resentment.

Appearances, clothes from/at work and images will therefore be examined in their mutual relationships as languages in their own right in the service of plural strategies to be analyzed.

Axis 3

Traces and legacies: how do individual or collective portraits at work make sense in the off-duty over time?

We will focus here on visual archives that deal with the appearance at work outside the field of the activity itself in the long time of the company’s history as well as the family history. The focus will be on the roles and meanings conferred on these archival images in the present time.

What do we keep as a record of the professional past of our elders? Photographs? Movies? Where do we find them? Exhibited on walls or viewed at family meetings, kept in family albums or in bulk in reel and slides boxes or in a museum fund. What do we learn from these sources about men’s and women’s clothing at work and off-work (Bard, 2007), from the appearances depending on context, gender variations, seasons or circumstances , clothing trends as well as differences in social class?

The portrait gallery of « bosses », with impeccable posture and setting, anchors the company in a past that sometimes combines with a family past. It becomes the way to stage the transmission of a heritage from generation to generation.

How do today’s generations seize all these legacies? And why do it? What do the images of the grandfather as farmer, craftsman, sailor or worker, of grandmother as peasant, seamstress or saleswoman provoke in us? What is the point of these evocations of a family professional past? We think of the experience of Victor Doyen, who began to become so passionate about the blue overalls worn in  the past in his family that he is becoming a collector and eventually began a family « search for identity » from the recovered photographs showing the outfits his forefathers wore. Victor Doyean says he is dressing up a memory by appropriating the history of his family. Other experiences probably deserve to be revisited.

We can also evoke the reversals in history represented by the recovery of this working-class history by fashion, which, by drawing inspiration from old work clothes to create new collections, plays on these appearances like this sentence taken from the presentation site of a professional clothing brand: « With Heritage, we enter the world of gentleman workwear. »

This axis therefore seeks to question the way in which families, but also professionals, seize memories of work through those of appearances, and this from private or public visual sources.

How proposals are submitted

We are waiting for proposals that take up the terms of this appeal and thus allow us to begin this reflection collectively.

Proposals for articles in french or english language of 3000 signs are expected by 19 April 2021. In this text of intent, the axis of the project, the subject of the research (with the provisional title), the problematic, the methodology deployed and the expected results will have to be clearly formulated.

Proposals should be addressed simultaneously to:

– Michèle Dupré, labour sociologist, researcher, Max Weber Centre – TIPO team: michele.dupre@msh-lse.fr

– Anne Monjaret, ethnologist, research director – CNRS, IIAC (CNRS-EHESS): anne.monjaret@ehess.fr

– Writing the review: imagesdutravail@gmail.com

The response to the proposals will be given in May. The delivery date for the articles, written only in french language (a maximum length of 30,000 to 50,000 signs) from the selected proposals is 15 September 2021. This first acceptance does not apply to a final agreement. Each article will be subject to a double blind assessment.

[1] Theexhibition « Uniform – intothe work/out oftheworkworkwearintheimagesof 44 photographers » in Bologna atTHEMAST – Manifattura di Arti, sperimentazione e technologia, Arts, ExperienceandTechnology – 25/1-20/9/2020; Theexhibition « Blue overalls » attheinitiativeoftheassociation « Le Non Lieu », inauguratedon 18/092020 in Roubaix andwhichwasaccompaniedbyadayofstudyattheNationalArchivesoftheWorldof Work. Theexhibition « Model Clothing » presentedatthe Mucem between 29/06-6/12/2020.

[2] CRAVAT : Consortium de Recherche Autour du Vêtement Au Travail – collective research around the clothes at work.

[3] These work components are studied through research fields located in the public as well as in the private sector, in industry or crafts. The associated legal approach provides a better understanding of the effects of the normative and institutional aspects of work. Finally, this program gives a central place to photography, in order to make visible, for the academic community, but also for a wider audience, the different facets of work that clothing allows to decipher.

[4] «Physical appearance – weight, height and look – is the main motive for young people to the forms of ostracism they complain about » (Galland, 2006, p. 151).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.