À Nantes, des initiatives originales associant Photographie, patrimoine industriel, mémoire ouvrière et création contemporaine

À la fois entrée de ville, zone économique et commerciale majeure, et espace urbain à part entière, l’appellation « route de Vannes » recouvre un périmètre imprécis situé aux limites de trois communes, Orvault, Saint-Herblain et Nantes, suivant une ligne de crête entre la vallée de la Chézine et la vallée du Cens. Son parcours est ponctué de deux édifices remarquables, d’une part l’église Sainte-Thérèse, construction massive en briques rouges, sur un plan Roman-Byzantin unique à Nantes, et de l’autre l’immeuble du Sillon de Bretagne avec sa forme pyramidale reconnaissable entre toutes. Cet espace singulier et atypique, souvent décrié, en apparence longtemps oublié des projets de planification urbaine, constitue un « écosystème » qui fait l’objet aujourd’hui de nombreuses études et pourrait servir de laboratoire de la ville de demain.

Foire aux animaux sur la place Viarme, à Nantes, vers 1900. © Archives de Nantes

Xavier Nerrière qui a déjà contribué à plusieurs reprise à la revue Images du Travail, Travail des Images nous propose deux idées de balade à Nantes, l’une virtuelle, l’autre en navibus. 

Le site internet de Voyage route de Vannes s’est enrichi d’un nouvel article sur le quartier de Plaisance, à Orvault. Une tranche d’histoire populaire, le long de la route de Vannes qui devrait bientôt être complétée d’un texte consacré au Sillon de Bretagne, à Saint-Herblain : http://www.routedevannes.com/thematique/plaisance/ 

Et une visite en navibus, sur la ligne entre le hangar à bananes et le Bas-Chantenay. Nantes en noir et blanc (NNB, dont il fait partie) expose, sur un des quais des anciens chantiers Dubigeon, une photographie réalisée par Jean-Noël Thoinnet de la Turmelière (photographe de Presse-Océan) en 1987. À partir d’un négatif 24/36, nous testons notre capacité à imprimer une image sur une bâche de très grand format (3 m x 4,80 m). Cet essai préfigure le projet intitulé “Tu vois, je n’ai pas oublié” qui se développera à partir du printemps.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.