Une exposition photographique à Céret

Nous rapportons ici l’expérience d’une exposition photographique consacrée au monde du travail, intitulée Céret travaille.

Photographie 1 : Céret travaille, photographie d’une Assistante Maternelle

© Lumière d’Encre

La photographie 1 représente une assistante maternelle, posant chez elle, dans la salle de jeu réservée aux enfants. Elle fait partie des 74 portraits de personnes travaillant à Céret, montrés lors d’une exposition tenue du 30 avril au 28 mai 2022.

Toutes les images furent présentées au format 12×18 cm au Centre d’Art et de Photographie Lumière d’Encre (CAPLE) à Céret. Par ailleurs, 24 de ces portraits furent présentés sur les murs de la ville sous forme d’affiches légendées (intitulé de la profession) de format adapté à leur lieu de collage, de hauteur comprise le plus souvent entre 150 et 200 cm. Il s’agissait de murs privés (Photographie 2) ou publics, comme la façade de la mairie de la ville (Photographie 3).

Céret est une ville des Pyrénées-Orientales de près de 8000 habitants, située très au sud de la France. Lumière d’Encre est une association céretane qui promeut la photographie contemporaine depuis quinze ans. Elle gère le CAPLE nouvellement créé. L’association est à l’origine du projet Céret travaille. Ce projet avait comme ambitions de toucher les céretans de deux manières : en montrant des travailleurs actifs à Céret et en s’exposant dans les rues de la ville. Nous souhaitions rappeler que la ville n’est pas qu’une ville de retraités et que l’art peut être vu sans entrer dans un lieu spécifique.

Photographie 2 : Céret travaille, photographie d’un facteur, affichée sur un mur de la ville

© Lumière d’encre

Les portraits ont été réalisés par cinq membres de l’association pratiquant la photographie à divers titres, allant de la pratique professionnelle à des pratiques amateures de différent niveau. De ce point de vue, il s’est donc agit d’une expérience inclusive. Un des photographes a réalisé plus de la moitié des clichés, certains, seulement quelques-uns. Tous les photographes ont bénéficié d’une formation à l’esthétique du photographe allemand August Sander (1876-1964) qui a été choisi comme modèle stylistique (Portraits en pied, posés, frontaux, noir et blanc, réalisés en lumière naturelle, dans leur cadre de travail).  Les photographes ont tous utilisé un appareil moderne numérique. Le post-traitement de l’ensemble des 74 portraits a été réalisé par la même personne.

La forme du portrait posé nous est apparue plus apte à mettre en valeur les personnes photographiées que des images de style reportage, les montrant en action, qui sont banalisées par la télévision. Tous les sujets photographiés se sont vu remettre un tirage de 12×18 cm ainsi qu’un poster d’un mètre de haut. Ils avaient tous signé une autorisation d’utiliser leur image.

Photographie 3 : Céret travaille, photographie d’une professeure d’arts plastiques affichée sur la façade de la mairie de Céret.

© Lumière d’Encre

La sélection des professions a été animée par un souci de représentation de la diversité des secteurs d’activité. Cependant le résultat final n’est pas exhaustif, en raison de contraintes matérielles et certains refus. Le panel est cependant assez large, allant de personnes en réinsertion, à des ingénieurs Recherche et Développement dans une entreprise très moderne. La sélection des 24 portraits bénéficiant d’un affichage dans la ville fut basée sur des critères esthétiques, mais aussi sur la volonté de mettre en avant des professions peu visibles (Collecteur d’ordures, Assistante aux élèves en situation de handicaps, Ingénieurs …), même si quelques personnes connues des céretans sont également représentées, par exemple un facteur (Photographie 2).

C’est dans ce cadre qu’a été choisie la photographie d’une assistante maternelle (Photographie 1), une profession peu visible puisque s’exerçant sans tenue distinctive, le plus souvent à domicile ou dans son proche périmètre, mais si importante pour les parents qui confient leurs jeunes enfants et pour les enfants qui s’attachent souvent fortement à leur nounou. La personne a été photographiée dans sa tenue de travail, comme en témoignent les pantoufles. Elle pose dans une petite pièce recouverte d’un tapis, réservée aux jeux des enfants. Pour des raisons de droit à l’image, il était pratiquement impossible de la photographier au milieu des enfants. Le baigneur qu’elle tient dans les bras est un jouet de la pièce, mais il symbolise aussi ces enfants non représentés.

Les rouleaux de papiers que tient la Professeure d’Arts Plastiques (Photographie 3) sont des travaux d’élèves, qui symbolisent pareillement les élèves de la classe. Si la perspective de se voir exposées sur les murs de la ville a conduit quelques personnes contactées à refuser de participer au projet, notre proposition a été souvent très bien accueillie. Une professeure : « Cela fait 26 ans que j’enseigne, on ne m’a jamais prise en photo ». 

Quant au public, il semble également avoir largement apprécié le projet. Les commentaires portaient le plus souvent sur, par ordre de fréquence, le plaisir d’identifier les personnes photographiées, le la satisfaction de voir valorisées des activités rarement mises en valeur, l’esthétique vintage des photographies.Les affichages n’ont souffert d’aucune dégradation. Nous considérons que nos objectifs ont été globalement atteints puisque les personnes photographiées, comme le public, ont été sensibles à notre volonté de montrer le monde du travail. Nos regrets portent sur la sous-représentation de certains secteurs d’activité (Un seul portrait pour le monde des soins) et sur une répartition géographique peu homogène des affichages dans la ville.

Jean-Claude Liehn, Judith Debaste, Benjamin Le Brun,

 Jacqueline Roca et Claude Belime

Lumière d’Encre, Céret


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.