Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Travail et travailleurs dans l’utopie d’Adriano Olivetti

Mirella Giannini

Ces dernières années, un certain nombre de films ont été réalisés sur Adriano Olivetti (1901-1960), entrepreneur à succès et intellectuel engagé politiquement, une des figures les plus marquantes de l’Italie du XXe siècle.  De jeunes cinéastes comme Andrea De Sica, Michele Fasano, Bernard et Ceretto lui ont consacré des documentaires et, plus récemment, Michele Soavi a réalisé une fiction retransmise sur la chaîne de télévision  RAI1. Ces cinéastes ont dressé le portrait remarquable d’un homme qui avait rêvé de mettre en place un projet entrepreneurial joignant innovation cognitive et véritable harmonie sociale.

Sans titre

                 Adriano Olivetti  (1901-1960)

Ces films présentent à l’imaginaire social le lieu où a été fabriquée la fameuse machine à écrire « Lettera 22 », conçue par Olivetti.  Ils le présentent comme l’espace où a aussi été poursuivi un rêve, porté par une famille d’entrepreneurs du Nord d’Italie, qui projetait de construire une usine et une ville « à la mesure de l’homme ». Adriano Olivetti fut un entrepreneur visionnaire, « un utopiste doté de compétences techniques », comme l’a défini le sociologue Ferrarotti (2013). De son père Camillo, il avait hérité, en même temps que de l’usine, à la fois du projet d’organiser l’entreprise comme une communauté familiale et de la volonté de combattre les injustices sociales. Après avoir obtenu son diplôme de Chimie industrielle à l’École polytechnique de Turin, il était allé aux États-Unis pour y étudier les méthodes de production et d’organisation de la grande entreprise. C’est là qu’il comprit l’importance de transformer la relation salariale et la structure technique de la chaine de montage, sans pour autant déshumaniser l’organisation du travail. Il est mort au moment de la mise en production du « cerveau électronique transistorisé », le premier ordinateur de bureau au monde, qu’il lançait également sur le marché des produits électroniques aux États-Unis.

D’intenses débats et d’importants colloques scientifiques ont accompagné la projection de ces films. Tout a commencé, semble-t-il,  par des initiatives de l’entreprise Olivetti, lorsque les célébrations du centenaire de l’usine d’Ivrea offrirent l’occasion de présenter, en 2008, diverses pièces de théâtre. Il semble que, plus encore, le Colloque de 2010, organisé à l’occasion du 50e anniversaire de la mort de Adriano Olivetti et promu par la Fondation qui porte son nom, ait marqué le début des réflexions sur son modèle d’organisation du travail et, plus particulièrement, sur sa stratégie entrepreneuriale. De plus, de nombreux économistes et sociologues firent remarquer que le projet de Adriano Olivetti s’avérait d’une actualité  brûlante à un moment où la crise économique poussait à rechercher les moyens d’en sortir, dans la mesure où son modèle entrepreneurial ouvrait la possibilité de mettre en oeuvre une sorte de « keynésianisme cognitif », comme le souligne Fasano (2012). De même, les lignes directrices de l’Agenda Europe 2020, dans le chapitre sur l’Économie de la Connaissance, semblent se prévaloir d’une perspective de développement de la connaissance, praticable seulement dans un système de cohésion sociale, conformément aux principes qui ont inspiré le modèle d’Adriano Olivetti. Ce dernier apparaît donc, aux yeux de nombre d’analystes sociaux contemporains, comme un pionnier capable de « penser le futur » (Fasano 2011, 2014).

En fait, la réalisation de son modèle entrepreneurial et social s’est inscrite dans une époque glorieuse du grand capitalisme italien lorsque, non seulement en Italie mais dans tous les pays européens, ont émergé des grandes figures telles celles d’Enrico Mattei ou Walter Rathenau. Or c’est à ce dernier, précisément, que l’économiste Comito (2013) compare Adriano Olivetti. C’est ainsi qu’Adriano Olivetti combine les investissements relatifs à l’innovation technique et au design des produits avec un engagement responsable à l’égard des la communauté sociale à l’intérieur et à l’extérieur de l’usine, en direction du territoire auquel l’usine était reliée. La « communauté d’usine » constituait, dans le projet d’Adriano Olivetti, non seulement une sorte de microcosme de la société mais encore la « communauté concrète » : les valeurs communes prenaient appui sur le respect des travailleurs et de leur qualité de vie et les travailleurs eux-mêmes étaient considérés comme les « vrais dépositaires de la connaissance » tandis que les nouvelles générations devaient assurer la continuité et le développement du projet.

1ns titre

La première usine Olivetti en briques rouges

 SOURCE : www.adirt.it  et www.sattvafilms.eu

S2ans titre

Travailleurs dans l’usine en briques rouges

SOURCE : www.sattvafims.eu

C’est à juste titre que l’économiste Tronti (2014) a souligné la valeur paradigmatique, dans le projet d’Olivetti, qu’est le travail conçu comme culture. Tout est « à la mesure du travailleur » : du progrès technologique à la conception des machines à écrire qui anticipent l’ordinateur, de la représentation architecturale de l’usine à la planification urbaine du territoire, de l’évolution harmonieuse de la communauté d’usine à la reforme de la communauté sociale. C’est un projet où le consensus sur l’appui à l’individu, considéré comme une personne, est fondé sur la façon d’organiser le travail et la vie des travailleurs. Dans un tel projet, la société libérée ne résulte pas du conflit de classes, ni des dispositions des travailleurs à briser leurs chaînes ; c’est l’harmonie sociale produite par la centralité du travail dans les stratégies économiques et politiques qui détruira le capitalisme.

3Sans titre

                 L’usine Olivetti des années 1930  SOURCE : www.sattvafilms.edu

4Sans titre

Premier ordinateur électronique de bureau « Programma 101 » lancé après la mort de Adriano Olivetti

Les films sur Olivetti révèlent en images et en mots le personnage, parfois en rendant compte de manière détaillée et émouvante du climat de l’époque : le fascisme, la guerre, la reconstruction.   Il suffit d’en extraire les déclarations suivantes :

« Une usine ne fonctionne pas si elle se trouve dans une société qui ne fonctionne pas »

«  Je veux que Olivetti, mon usine, ne soit pas seulement une usine mais un modèle, un style de vie, je veux qu’elle fabrique liberté et beauté car ce sont elles, liberté et beauté, à nous dire comment être heureux »

Parmi les phrases importantes prononcées par Adriano Olivetti, la première devant sa famille, la deuxième devant les ouvriers de l’usine d’Ivrea, les deux  évoquées ci-dessus, donnent le sens de son projet, plus large, qui fait référence à l’humanisation de l’organisation du travail. C’est un projet universaliste parce qu’il combine éthique et esthétique et qu’il fonde la communauté de travail sur ces valeurs. L’harmonie sociale en est la condition préalable, ce que  Adriano Olivetti a réalisé au niveau de « communauté d’usine », alors que au niveau politique il n’a fait que créer de l’utopie.

SOURCES

Toutes les initiatives organisées avec la collaboration déterminante de la Fondazione Olivetti:

http://www.fondazioneadrianolivetti.it/news.php?anno=2014

http://www.fondazioneadrianolivetti.it/_images/attivita/economiaesocieta/052912132017RAPPORTO%20FONDAZIONE.pdf

http://www.fondazioneadrianolivetti.it/attivita.php?aggiornamenti&singolo&id_attivita=142

Films et vidéos remontent jusqu’à la fin des années Quarante et forment un important patrimoine dans l’histoire du cinématographie d’entreprise. On peut les trouver chez “Cinevideoteca”.

http://www.arcoliv.org/background_ASO.pdf

Vidéos et projections de événements programmés du 9 au 13 avril 2014 à Cinemazero, médiathèque de Pordenone :

http://www.voci-inchiesta.it/k/it/eur/events/mm/archivio.html?q=olivetti

Vidéos et colloques promus et organisés par Michele Fasano (2011), spécifiquement un documentaire et des entretiens à différents témoins de l’expérience entrepreneuriale de Adriano Olivetti collationnés  dans un livre e DVD, édités  par SATTVA FILMS srl production and school :

http://www.sattvafilms.eu/

« Olivetti Storia di un’impresa. Le officine Olivetti a Ivrea 1896-1958. Una storia di architetture industriali per costruire fabbriche a misura d’uomo » :

http://www.storiaolivetti.it/percorso.asp?idPercorso=587

Filmographie essentielle

“Adriano Olivetti. La forza di un sogno”, de Michele Soavi (neveu de Adriano Olivetti), mini série retransmise par la chaîne  Rai1 aux heures de grande écoute lundi 28 et mardi 29 octobre 2013 :

http://www.rai.tv/dl/RaiTV/programmi/page/Page-20fdfe17-1ada-4c46-899e-8196954c75cc.html?set=ContentSet-1b19cf73-0f42-45c9-8eac-f51c929dafbf&type=V

“La città dell’uomo” de Andrea De Sica (neveu du bien connu cinéaste représentant du néo réalisme italien): http://www.lavika.it/2013/10/film-biografia-olivetti/

“In me non c’è che futuro. Uomini e lavoro alla Olivetti”, de Michele Fasano http://www.fctp.it/movie_item.php?id=760&type=1

in particolare trailer in inglese:

https://focusadrianoolivetti.wordpress.com/video-library/video-library-2014/

“Quando Olivetti inventò il PC”, de Alessandro Bernard e Paolo Ceretto:

http://www.cinemaitaliano.info/quandoolivettiinventoilpc

“Adriano Olivetti. Il sogno possibile”, Pièce théâtrale de Laura Curino et Gabriele Vacis, théâtre civil, 2008

http://www.fondazioneadrianolivetti.it/multimedia_singolo.php?id_multimedia_video=17

Bibliographie essentielle la plus récente

Cadeddu D., Reimagining Democracy. On the Political Project of Adriano Olivetti, New York, Springer, 2012

Comito V., “Non trasformiamo Olivetti in un santino”, 2013 in http://www.sbilanciamoci.info

Fasano M., Rizziato E., “E’ ancora attuale il modello di Adriano Olivetti?” in Inchiesta XXXXII, n.175, 2012 http://www.inchiestaonline.it/economia/fasano-rizziato-e-ancora-attuale-il-modello-di-adriano-olivetti/

Ferrarotti F, “La concreta utopia di Adriano Olivetti”, EDB 2013

Peroni M., Cecchetti R., “Adriano Olivetti. Un secolo troppo presto”, Becco Giallo, ed. Ugo Mursia, Milano 2011 (e-book) Graphic novel Premio Micheluzzi 2012 per la miglior sceneggiatura al Napoli Comicon, ouvrage de théâtre civil.

Sapelli G., Cadeddu D., “Adriano Olivetti. Lo Spirito nell’impresa”, Il Margine, Trento  2007

Tronti L., “L’idea di cultura in Adriano Olivetti. Valore e attualità di un’esperienza intellettuale e imprenditoriale”, in Economia&Lavoro  XLVIII, 2, 2014,  pp. 171-189


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.