Jean-Louis SCHOELLKOPF, à La Filature à Mulhouse,

Du 21 novembre 2023 au 25 février 2024.

Jean-Louis Schoellkopf est un photographe français, né à Colmar et désormais installé à Mulhouse. La Filature, lieu d’accueil de spectacles, de concerts et d’expositions, lui consacre une exposition depuis le 21 novembre 2023 jusqu’au 25 février 2024.

Soucieux des évolutions économiques et sociales qui affectent tant l’espace urbain que le monde du travail en général, Jean-Louis Schoellkopf s’est attaché, en usant de son appareil photo, à en documenter les indices et les effets. Sans proposer pour autant une rétrospective globale de son œuvre, l’exposition que lui consacre La Filature témoigne avec force de l’engagement d’un photographe qui s’est astreint à une pratique de la photographie peu spectaculaire mais systématique, attaché qu’il était/est à montrer ces transformations avec obstination et rigueur. Aussi avec une claire empathie pour les personnes photographiées.

Un mur de l’exposition présente un ensemble d’environ 250 photos en noir et blanc, sobrement intitulé Intérieurs, depuis 1986 : il offre le meilleur exemple du travail patient, réalisé par le photographe au fil du temps (cf. photo jointe). Chaque photo propose un portrait de famille, plus rarement d’un individu seul, toujours prise dans l’appartement de la ou des personnes photographiées. Par exemple celle d’un couple, des retraités de toute évidence : les deux sont assis dans un angle de leur salle à manger, au bout de la table. Le buffet au fond de la pièce, la tapisserie qui couvre les murs, l’horloge suspendue, la nappe sur la table attestent d’une époque, antérieure à 1986 sans aucun doute. Or si chaque photo peut ainsi évoquer un temps et un milieu social, c’est le désir d’aller de l’une à l’autre qui s’empare d’emblée du visiteur. Son regard voyage, va et vient, lui permettant de découvrir des mondes différents et semblables pourtant, qui voisinent et présentent les multiples facettes d’un groupe social relativement homogène, saisi à des époques différentes, les personnes étant photographiées à tous les âges de la vie. Un autre couple est photographié dans le coin d’une pièce dont les deux murs sont occupés par des bibliothèques pleines de livres. Des enseignants ? Sans doute. Une autre encore montre un jeune couple avec deux enfants, tous installés dans un canapé adossé à un mur de briques apparentes, un chien alangui au pied de la petite famille. Mais le monde ainsi révélé est celui de gens simples, appréhendés dans leurs univers propres. Un monde populaire, dans sa diversité ! Ce mur de photos, soigneusement épinglées, témoigne à lui seul de l’intérêt de l’exposition et, bien sûr, du travail remarquable du photographe.

Une autre série de photos, en couleurs, réalisées en 2022, montre des travailleurs photographiés dans l’usine qui les emploie. Ils ou elles posent dans leur univers de travail. La photo qui fait l’affiche de l’exposition montre ainsi une femme debout, vêtue d’une blouse bleue, vraisemblablement devant la machine sur laquelle elle travaille, tandis qu’au premier plan le visiteur voit d’énormes bobines de fil rouge. Elle ne travaille pas au moment de la photo, c’est, au contraire, le photographe qui travaille ! Il a installé son appareil photo, un moyen format, sur son trépied et prend une photo posée. C’est le cas pour toute la série, qui montre systématiquement un homme ou une femme en tenue de travail, photographiée dans son milieu de travail. Jean-Louis Schoellkopf dit avoir voulu rendre hommage à la classe ouvrière. D’autre photos, prises dans différents quartiers de la ville, constituent de même un hommage émouvant aux habitants de quartiers populaires de la ville, dans leur diversité d’origines et d’âges. D’autres photos montrent des quartiers d’autres villes, Gênes en particulier, et donnent à voir les transformations de l’espace urbain produites par l’industrie et le développement économique.

Une exposition à voir, si le lecteur lit cette note à temps. Mais surtout : une œuvre photographique à découvrir !

L’exposition elle-même a été conçue par Christian Caujolle.

Henri Eckert



Citer ce billet
itti - rédaction (2024, 8 février). Jean-Louis SCHOELLKOPF, à La Filature à Mulhouse, Images du travail. Consulté le 16 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vs3v

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.