La bnf met en ligne sur gallica le mensuel Mon avenir

Ce  journal a été édité à Paris par la JOC  (Jeunesse Ouvrière Chrétienne) de 1930 à 1945 avec une interruption entre juin 1940 et  1944, le gouvernement de Vichy ayant interdit la plupart des mouvements de jeunesse, soit 11 années et 109 numéros. La collection est incomplète et ne commence qu’avec le N° 16 daté d’avril 1931. Comme le précise le sous titre, il s’agit d’une “préparation à la vie de travail”. Une variante ultérieure montre plus directement la cible “Mon avenir, le journal des jeunes travailleurs de 14-17 ans” qui sont appelés aussi jocistes, écoliers ou pré-jocistes, bref, ceux qui seront amenés à rejoindre “la classe des chefs ouvriers”. La finalité est clairement énoncée, promouvoir la formation professionnelle, l’apprentissage et l’orientation vers un métier manuel.  La une du n° 16 est explicite : “Vouloir réussir dans la vie sans apprendre un métier, c’est esayer d’attraper la  lune avec ses dents”.

Pour faire passer le message, le média privilégié sera l’image, les photographies et de plus en plus le dessin, le croquis et la bande dessinée. on dispose ainsi d’une source d’information nouvelle sur les images du travail vers la jeunesse ouvrière catholique française et plus largement francophone.

 



Citer ce billet
gehin (2024, 25 mai). La bnf met en ligne sur gallica le mensuel Mon avenir. Images du travail. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pxf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.